Tribune libre

Saïd Saadi, l’ami de BHL: « Cachiriste* » et « Hirakiste*


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 18 Octobre 2019 - 00:40 A vos démarcations citoyens !


Il est pressé, stressé, nerveux, agité, multiplie les sorties médiatiques, il a le vent en poupe notamment depuis son invitation en France par le mouvement politique « la France Insoumise » à son université d’été (2019), Said Saadi, ce libéral étiqueté « social démocrate ».


Boualem SNAOUI
Mardi 17 Septembre 2019

Cet acteur qui ne rate jamais les rendez-vous bouillonnants des grandes manœuvres politiques cycliques (d’une durée d’une dizaine d’année) engagées contre le peuple algérien, depuis son intronisation dans la série de « protestation-flagellation » du printemps appelé « berbère » en 1980, auquel j’ai été associé et manipulé en tant que jeune lycéen. Il vient de se faire porte parole de ceux qui veulent effacer la mémoire en appelant à un congrès de la Soumam2 en proposant « Un coup d’état démocratique », pour noyer la révolution algérienne, la vraie, celle qui a débarrassé les algériens du colonialisme. Faudrait-il réécrire, dans son congrès de la Soumam2, la lettre du 20 août 1956 (http://kabyles.net/abane-ramdane-et-krim-belkacem-ordonnent-lassassinat-des-berberistes/) , signée par Abane R. et Krim B. ? Pour les observateurs avertis, il n y a pas de doute, il s’agit là d’une embuscade « reptilienne » pour rééditer, comme un peu au Venezuela, un autre scénario à la Guaido. Drôle de rôle pour celui qui en 40 ans de vie politique nous a fait découvrir la «politique low coast» avant l’heure. Il veut nous convaincre qu’il représente la solution à la crise politique algérienne, au moment où l’on sait que c’est le problème. Le hasard n’a pas de place en politique, et Said Saadi pourrait peut être nous éclairer sur le procès du « racket au nom de la cause Kabyle » qui a eu lieu à Paris en juillet 1980, au moment où il nous faisait danser à l’université de Tizi Ouzou sous la musique et les couleurs du « printemps berbère ».

Est-ce une découverte ? Pas du tout, ce grand démocrate, lorsqu’il a été doublé sur sa droite par les islamistes, n’a pas hésité à apporter sa caution à l’interruption du processus électoral en Algérie durant la décennie noire des années 1990. Aujourd’hui, courageusement, il a oublié ses partenaires « éradicateurs » d’il y a 30 ans, et fait un bond en arrière pour retrouver ses fondamentaux politiques des années 1980 : « berbériser » des berbères, au même titre que les islamistes qui veulent islamiser des musulmans. Elle est dure la loi des urnes, surtout pour celui qui est commercialisé sous une « burka » démocratique comme un militant des « Droits de l’Homme ». C’est de la triche et « la menace sur la nation est violente, concrète et immédiate ».

Surnommé « Saïd samedi » par les algériens, suite à ses sorties folkloriques « orchestrées » durant des samedis en 2011, il voudrait bien se convertir en « Saïd vendredi », si les manifestants ne l’avaient pas chassé de rassemblement de protestation le 5 avril 2019 à Béjaïa. Pour « Saïd samedi », cet événement est une manœuvre des services de renseignements algériens, et non de sa proximité avec le clan «Bouteflika». Faudrait-il lui rappeler qu’il avait bien appelé à voter pour A. Bouteflika en 2004, et que le parti politique RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) qu’il présidait avait bel et bien participé au gouvernement de ce qu’il appelle «système »? «Cachiriste*» hier, il veut s’introniser « Hirakiste *» aujourd’hui. Girouette ou anémomètre, il fait bien partie de la fin de cycle politique en Algérie et l’assainissement de la vie publique concerne aussi le candidat aux 1,9% des voies aux élections présidentielles de 2004 en Algérie.

Durant sa période de « Cachir *», l’ex premier ministre, Belaïd Abdeslem, rapporte les passes droits d’un des plus riches patrons algérien, Issad Bebrab, aujourd’hui en prison, « obtenus notamment grâce au zèle interventionniste dans les ministères tenus par Saïd Saadi ».

L’ami de BHL, dans un post en date du 10 avril 2018, intitulé « l’histoire et les courtisans », considère que « les rencontre avec Shimon Perez à Formentor ( Baléares ) et même, suprême audace, chaleureuse poignée de main avec le premier ministre israélien Ehud Barak, croisé à Rabat à l’occasion des funérailles de Hassan II, du Président déchu A. Bouteflika en 1999, « sont symboliquement fortes et donnent à penser qu’il est déterminé à casser les codes du conservatisme politique ambiant ». Tout est dit, tout est écrit, que voulez-vous rajouter ? Une pensée claire : « Tu es un conservateur si tu ne sers pas la main des généraux israéliens ». Une belle façon de balayer l’histoire de ces algériens –Kabyles- de Palestine, pourchassés par les colonialismes français et israéliens. Il est « hirakiste » Saïd Saadi, celui qui constitue la preuve vivante que le combat anticolonial est plus que d’actualité.

Sans espérer qu’il nous déroule la pelote de son message sur la « démilitarisation de l’Algérie », le peuple algérien attend juste l’inauguration du prochain « Mercato » politique, pour mettre à disposition « Saïd Samedi » gracieusement à la vie publique israélienne.

Même en versant dans le « tribalisme » le plus obscurantiste de l’extrême droite algérienne « Kabyle », on découvre que celui qui nous est commercialisé avec le label « Kabyle », au fond de l’encyclopédie Wikipedea, en réalité il ne le serait pas. En effet sa famille est originaire de Biskra, cette ville plurielle, qui a été Numide, Romaine, Byzantine, Fatimide, Omeyyade, Hafside, Et même Hilalienne. Sans doute que « Saïd Samedi » ne supporte pas la diversité de son ascendance qui peut être en lien avec Oqba Ibn Nafi, le gouverneur du califat des « Omeyyades ». Les identitaires berbéristes devraient lui exiger le test génétique qu’ils diffusent au pauvre peuple d’en bas, pour s’assurer de la pureté de sa « race». Le «Kabyle ne fait pas le moine ».

Le peuple algérien n’est pas «atteint psychologiquement» pour confier son destin à un psychiatre à la retraite, qui aurait déchiré son passeport en 2011 à paris, et qui veut lui faire porter le drapeau de Jacques Bénet. Son ex parti politique (RCD) aussi exhibe fièrement cet emblème de l’identité coloniale. C’est vrai que les berbères, peuple millénaire, ont attendu patiemment 1970 pour se voir tricoter un drapeau d’identité coloniale que les algériens surnomment la « fourchetta » (la fourchette).

Raté, si c’est pour nous faire oublier Frantz Fanon, l’autre psychiatre, le vrai, le révolutionnaire où encore le « trauma colonial » décrit par la brillante psychanalyste Karima LAZALI (Ed. Jughurta sciences humaines).

Il est drôle de voir « Saïd Samedi » voyager sur le même bateau de croisière idéologique que le « berbériste » d’extrême droite Bernard Lugan, celui que l’on retrouve (par hasard ?) associé au génocide ethnique au Rwanda, ce « professeur d’histoire, qui se déguisait, en cours, en officier du 6e régiment des lanciers du Bengale, pour faire chanter l’hymne de l’armée coloniale à ses étudiants », comme le rapporte le journal Libération du 18 juin 2004. Un petit tour sur la toile, et vous découvrirez peut être le CV de celui qui expose que : « la colonisation fut une chance historique pour l’Afrique noire qui n’a pas toujours su la saisir ». Les bienfaits de la colonisation passent par le « berbérisme » ?

Pour revenir à cette partie de la gauche française qui a abandonnée depuis longtemps la lutte des classes, je constate qu’elle n’a rien d’autre à proposer pour résister au tsunami libéral qui s’abat sur nous, sauf nous inviter à adopter le tribalisme et la lutte des races en Algérie. N’a-t-elle pas osé brandir le drapeau de l’extrême droite algérienne –kabyle- du MAK, qualifié de « vent de fascisme » par le chanteur Idir, lors du meeting de Jean Luc Mélenchon du 18 mars 2017 ??? Alors que des consignes strictes avaient été données pour ne tolérer aucun drapeau de partis politiques, associations, ou autres, en dehors du drapeau français. Aujourd’hui, cette gauche, et je ne vise aucunement JLM, qui nous arrose d’un discours de façade sur la « liberté, l’égalité et la fraternité », ne montre aucune retenue pour signer des appels à rassemblement avec les identitaires algériens, les berbéristes, les islamistes, les tribalistes et tout les danseurs néolibéraux de l’autre rive. Cette gauche qui a osé nous censurer, un camarade de lutte et moi-même, sur les ondes d’une radio dite « plurielle » car nous avions affiché notre opposition aux rassemblements avec l’extrême droite algérienne « islamiste » et « tribaliste ».

En Kabyle, on dit « Hamlane maa senchouffen a kandour » – « Ils adorent quand on leur gonfle la gandoura », ils sont plus léger pour danser.

A mes camarades de lutte, aux militants, qui m’interrogent sur la neutralité que j’observe concernant la crise politique algérienne, je voudrais simplement dire, préciser, et même écrire que je n’ai jamais été « Cachiriste », donc aucunement proche des anciens comme des nouveaux décideurs algériens, et je ne suis pas « hirakiste », à l’image de « Saïd Samedi » et de toute cette galaxie de pseudo-opposants de circonstance inquiets suite à la mise en détention de « voyous en col blanc ».

J’ai toujours porté les valeurs de droit et de justice pour toutes et tous avec fierté, Je n’ai pas l’intention de changer, y compris si « Saïd Samedi » adopte un autre jour de la semaine pour ses sorties folkloriques.

*Cachir : saucisson algérien- Cachiriste : se dit des gens proches du cercle des dirigeants déchues depuis.
*Hirakiste : se dit des manifestants du mouvement de protestation en Algérie.

Boualem SNAOUI, Militant syndicale, associatif et politique

https://www.lemonde.fr/archives/article/1980/07/14/a-la-cour-d-appel-de-paris-un-racket-au-nom-de-la-cause-kabyle_3069695_1819218.html



https://www.liberation.fr/societe/2004/06/18/cette-faculte-de-dispenser-des-lecons-d-extreme-droite_483532
http://ffs1963.unblog.fr/2010/08/01/mensonge-grossier-de-said-sadi/
https://www.alterinfo.net/notes/Saadi-dechire-son-passeport-algerien-a-Paris-_b2709599.html
https://www.liberation.fr/planete/1998/10/07/said-saadi-perd-son-proces-contre-le-monde_250177
Alger, les berbéristes au secours de Issad Rebrab

BEJAIA- les MANIFESTANT de bejaia ont dégagé said sadi 05 avril 2019:



http://www.bernard-henri-levy.com/said-sadi-lami-algerien-16563.html
https://www.huffpostmaghreb.com/fawzi-sadallah/les-exiles-algeriens-de-t_b_10475572.html
https://jugurthascienceshumaines.noblogs.org/post/2018/09/29/le-trauma-colonial-une-enquete-sur-les-effets-psychiques-et-politiques-contemporains-de-loppression-coloniale-en-algerie-karima-lazali/






Lundi 16 Septembre 2019


Commentaires

1.Posté par Boujema kharaj le 17/09/2019 00:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les braves et dignes de leur identitaire ont un nom comme Boualam snaoui, karima lazali

2.Posté par Kader le 17/09/2019 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Appeler Said Saadi comme un militant des «Droits de l’Homme», c’est comme dire que Eric Zemmour est un joueur vedette du Réal.
Est-ce que ce Said est réel?
Peut-il se débrouiller avec autre chose que la certitude que son public n'a pas de neurone ?

3.Posté par mourad le 19/09/2019 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Humilié par le cachet (visa de la police des frontière sioniste) porté sur son passeport, et qu'il a détruit de ses propres mains.

Cet énergumène continue encore à servir ses maîtres contre vents et marées malgré le coup tordu qui lui a été asséné.

4.Posté par un citoyen de2snd zone le 29/09/2019 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après 57 ans de soit disons indépendance que certaines personnes croie , combien de générations sacrifier combien de mères qui pleurent leurs progéneture combien de familles endeuillée combien d'handicaper a vie ect ect ........ ce qui fait mal au cœur et je constat le virus de la colonisation et son germe il est en nous on peux pas s’en passer au lieu de penser a construit une nation digne de ce nom rassembler nos élites qui sont exploiter par nos anciens colons . je suis convaincu que l'histoire ce répété sous une autre forme c'est malheureux a nos enfants on est une génération qui n'as pas su faire sa révolution

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires