Proche et Moyen-Orient

Saïd Bouteflika se prépare à succéder à son frère


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 03:20 Un nouveau Moyen-Orient à la sauce iranienne


L’intronisation de Saïd Bouteflika à la présidence de la République est en phase de devenir une réalité. Des manœuvres ont lieu actuellement pour permettre au frère d’Abdelaziz Bouteflika de prendre place au palais d’El Mouradia.


Tarek Hafid
Dimanche 7 Juin 2015

Saïd Bouteflika déterminé à prendre la place de son frère.  Photo: D.R
Saïd Bouteflika déterminé à prendre la place de son frère. Photo: D.R
Le frère et conseiller du président de la République prépare activement son « élection » à la magistrature suprême. L’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika s’étant détérioré, Saïd a décidé d’accélérer la cadence pour atteindre son objectif : prendre officiellement le pouvoir.

« Une série d’événements se sont produits ces dernières semaines. Le premier a été le gel du projet de révision constitutionnel. Le nouveau texte devait notamment introduire le poste de vice-président de la République. Ensuite, il y a eu le feu vert donné à Amar Saadani pour qu’il organise le 10e congrès du Front de libération nationale ainsi que la démission d’Abdelkader Bensalah qui permet à Ahmed Ouyahia de revenir à la tête de ce parti. Enfin, le remaniement ministériel qui a conduit à la nomination d’hommes proches du clan présidentiel à des postes clés, notamment le nouveau ministre de l’Intérieur », explique une source bien informée.

La lettre au FLN

Selon notre interlocuteur, Saïd Bouteflika a agi par étapes. « Il lui fallait au plus vite régler le problème du FLN et installant définitivement Amar Saadani à sa tête. L’objectif étant d’avoir un secrétaire général légitime. Cette légitimité, Saadani l’a reçu à travers la lettre adressée par le président de la République et président du parti à l’ouverture du 10e congrès. Le message, rédigé en réalité par Saïd Bouteflika, a anéanti le camp des redresseurs ».

Pour ce qui du Rassemblement national démocratique, le départ d’Abdelkader Bensalah était devenu une nécessité. L’homme s’étant montré totalement inefficace à la tête de cet appareil. Pour Saïd et son groupe, l’option Ouyahia offre une série d’avantages non-négligeables. « Le retour d’Ahmed Ouyahia aux commandes du RND a été perçu comme une volonté de faire de lui un potentiel candidat à la présidence. Même si Ouyahia s’est rangé depuis longtemps dans le giron des Bouteflika, il garde la réputation d’être l’homme du général Toufik. En réalité, le seul et unique rôle de l’ancien Premier ministre consistera à braquer les projecteurs sur sa personne puis, le moment voulu, de mettre le RND au service du candidat à la présidentielle, Saïd Bouteflika ». En contrepartie de bons et loyaux services, Saadani se serait vu promettre le poste de Premier ministre et Ouyahia celui de président du Sénat.

Démission et élection anticipée

Notre source est catégorique : « si la Constitution n’a toujours pas été amendée, c’est que la version actuelle arrange parfaitement les projets de celui qui veut devenir président à la place de son frère ».

Ainsi, la prochaine étape « consistera à annoncer la démission du chef de l’Etat puis de faire constater la vacance du pouvoir par le conseil Constitutionnel. Cette annonce devrait se produire au courant de l’été pour permettre, 45 jours plus tard, d’organiser une élection présidentielle anticipée ». C’est là que se produira le passage en force de Saïd Bouteflika. En plus du FLN et du RND, Saïd Bouteflika recevra le soutien des partis de Amara Benyounes et de Amar Ghoul et l’appui financier des hommes d’affaires du FCE.

Transmission héréditaire

Dans ce scénario, l’élection de Saïd Bouteflika se déroulera sans grande difficulté grâce aux principales institutions chargées d’encadrer les scrutins : le conseil Constitutionnel, le ministère de l’Intérieur et les services de sécurité. Reste la position de l’Armée nationale populaire. « Les militaires se sont toujours farouchement opposés à l’idée d’une transmission héréditaire du pouvoir. Mais il semblerait que le général Gaïd Salah n’en fasse pas un complexe. La grande inconnue reste le DRS, les services de renseignements donnent l’impression d’être impassibles dans la situation actuelle ».

L’accession de Saïd Bouteflika à la présidence de la République ne devrait pas non plus constituer un problème pour l’opinion internationale. Aucun pays n’a dénoncé la réélection d’Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat, il en sera de même pour la succession de son frère. « La venue de François Hollande le 15 juin constituera un gage par anticipation à Saïd Bouteflika. Cette caution de la gauche française aura un coût économique et politique ».

Pour l’heure, aucune force n’est capable d’arrêter Saïd Bouteflika. A part peut-être le peuple…




Dimanche 7 Juin 2015


Commentaires

1.Posté par Vivio le 07/06/2015 13:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certaines personnes paieront devant l'éternel , et que l'ont ne dise plus y'a des hommes dans ce pays

2.Posté par Aldamir le 07/06/2015 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les occidentaux conduits par les USA, considèrent qu'en Algérie qu'il n'existe qu'une famille et pas de peuple algérien.

3.Posté par gjingis le 07/06/2015 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vraiment , no comment .

4.Posté par Mila le 07/06/2015 14:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Normal, ils ont des origines juives. C'est Israël qui décide ainsi que la France israélisée. Qu'ils mettent un vrai algérien ou un juif, dans tous les cas, il s'agira d'un pion des occidentaux. Et dire qu'il y en a qui croient que le sionisme est aux abois.

5.Posté par as le 07/06/2015 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

attention a la desinformation et les ballons d'essais lances depuis paris et ailleurs...

said boutefliak n'a recu l'aval d'aucun pays etranger et encore moins de hollande qui s'affaiblirait encore plus dans le cadre de ce scenario

hollande et la france-israel ne soutiennent ni said bouteflika ni sellal... car la transition ne se joue plus a alger depuis le 7 janvier 2015. hollande ne peut miser sur les bouteflika, car il est lui-meme menace...

il faut laisser les gens parler et surtout rester calmes et patients, certains services francais ne savent pas ce qui va se passer, ils tentent de vous leurrer

6.Posté par Ali le 07/06/2015 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas loin, mila.Si les musulmans algériens savaient et avaient connaissance des intrigues et complots de la France-Israël en Algérie, la victoire ne saurait tarder, bi idhni Llah (awj)......

7.Posté par Saber le 07/06/2015 15:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le népotisme algérien n'a rien à envier à celui des pays du golf.

@ Mila
As-tu des preuves de ce que tu avances ?

8.Posté par gjingis le 07/06/2015 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je vous prépare une recette de cuisine si vous voulez rester
ministres presidents ou rois meme a vie ,pour moi c est du kif kif
C est une routine et ca marche ,je le fais depuis bientot un siecle
et j ai pense a toi il y a deja tres tres longtemps je me souviens pas bien bien ,mais si je trempe pas cela fait plus de 50 ans deja
Moi race supérieure ,élue mon but c est d enfinir avec mon projet mondial ,Dajjal est deja ici en bas ...iL se repose apres son long trajet

et je sais que tu aime le fauteuil meme apres ta mort

j'appuis sur bouton et hop je vous donne deja 100 millirards
n hesitez pas d en prendre plus
car cela me prendra juste 3 seconde de plus pour les preparer
j ai devant moi le bouton de la machine et le papier necessaire aussi

en contre partie de vos richesses , c a d petrole gaz pierre precieuse or diamant .si non une main d oeuvre aussi ou autres .par exp tu dois au moins sacrifier ton propre peuple
si tu veux bien ma benediction

9.Posté par mamy le 07/06/2015 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai Mila , qu ' on ignore la source de tes affirmations . Tu avances des propos sans preuve a l'appui , est-ce vrai est-ce faux , et c'est là qu'est la question . Sans rancune Mila .

10.Posté par Mila le 07/06/2015 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ALGER. L’ancien chef du gouvernement et candidat malheureux à l’élection présidentielle d’avril 2004, Ali Benflis, aurait confié à un journaliste local que pendant qu’il était encore premier ministre, le président Bouteflika lui aurait avoué un secret que personne ne soupçonnait jusqu’alors : la mère de l’actuel président algérien serait juive.
Si l’on croit Ali Benflis, Abdelaziz Bouteflika serait donc à moitié juif.

A la question du journaliste pour savoir pourquoi il n’avait pas révélé ce secret pendant la campagne présidentielle, Benflis affirme que ses conseillers le lui auraient déconseillé dans la mesure où la révélation d’un tel secret risquait d’envenimer la campagne électorale et d'éveiller les vieux démons anti-sémites.

11.Posté par Mila le 07/06/2015 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Bouteflika et Israel*

Georges Marion, Le Monde, 1 août 1999

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika aime parfois donner à ses compatriotes des leçons de réalisme politique. Lors d'un récent déplacement à Oran, il a, une fois encore, disserté sur sa philosophie de la vie : « Si j'ai un malade qui agonise à la maison, que j'ai besoin d'un médicament, que tous les pharmaciens sont fermés, sauf l'Israélien, je ne sais pas ce que vous faites, mais moi, j'achète. »

Clin d'oeil d'un responsable politique qui en sait plus qu'il n'en dit ? La réalité est en tout cas plus vraie que la fiction : en cinq ans, depuis un premier contrat conclu secrètement avec une société israélienne, l'Etat hébreu est devenu une pharmacie où Alger se fournit discrètement en médicaments, appareillages médicaux et techniques sanitaires diverses.

MÉDICAMENTS DE QUALITÉ

Dans les milieux spécialisés, en France et en Europe, où l'on se heurte désormais à un concurrent inattendu, ces transactions sont connues ; en Israël, où l'on tente de demeurer discret, certains affirment que, de fait, leur pays est devenu le premier fournisseur d'Alger en produits de santé. Chacun paraît trouver son compte à ce commerce qui prend à contre-pied les idées les mieux ancrées : Israël fait des affaires et satisfait son besoin d'être reconnu par le monde arabe ; l'Algérie achète à bon prix des médicaments de qualité, redevient acteur sur une scène (le Moyen-Orient) que ses ennuis intérieurs l'avait conduite à abandonner et espère bénéficier des retombées nécessaires à sa reconstruction en courtisant les juifs, qu'elle croit mythiquement puissants. La spectaculaire poignée de main entre Abdelaziz Bouteflika et Ehoud Barak, lors des obsèques du roi du Maroc, a montré qu'Alger, qui a longtemps campé sur des positions intransigeantes, entend ne plus rester en marge du mouvement.

Cela fait en réalité longtemps que les deux pays se cherchent. Entre 1986 et 1988, un haut responsable algérien - « un ex-militaire proche du président Chadli, toujours en fonctions » - aurait rencontré à Paris, une demi-douzaine de fois, Shimon Pérès, alors ministre des affaires étrangères. « L'émissaire algérien voulait que son pays joue un rôle de bons offices dans le conflit israélo-palestinien », explique l'organisateur de ces rencontre, l'ambassadeur d'Israël en France de l'époque, Ovadia Soffer. « Nous, nous avions intérêt à entretenir des relations avec les Algériens, qui occupaient une place importante au sein des non-alignés, du monde arabe et aux Nations unies. Ils ne nous demandaient qu'une seule chose pour poursuivre : que nous reconnaissions l'OLP. A l'époque, nous n'étions pas mûrs et les rencontres se sont arrêtées. » Elles devaient reprendre en 1994, avec l'arrivée à Alger d'une délégation secrète du ministère israélien de la santé chargée de signer un premier contrat commercial . Un an auparavant, Israéliens et Palestiniens avaient signé à Oslo les accords qui lancèrent le processus de paix ; Yasser Arafat et l'OLP étaient désormais reconnus des Israéliens . Pour Alger, le principal obstacle à des contacts avec Israël était du même coup levé.

« Cela s'est fait très simplement, explique l'un des médecins de la délégation. Depuis plusieurs mois, l'euphorie régnait : nous étions désormais invités à des congrès médicaux où nous côtoyons nos confrères arabes et, notamment, maghrébins. Dans l'un de ces congrès, un haut fonctionnaire algérien nous a demandé si Israël était prêt à leur vendre des médicaments. L'Algérie était en pleine guerre civile ; elle se méfiait de la France et de l'Europe, qui faisaient la fine bouche devant la répression anti-islamiste. Ils ont dû penser qu'avec nos problèmes d'attentats, nous pourrions les comprendre. Ils ne mettaient qu'une condition : que le contrat, orgueil national oblige, soit signé à Alger. »

Aussitôt rentré, l'Israélien prévint les autorités , qui entreprirent une étude de risques. Finalement, Itzhak Rabin donna son feu vert et , au printemps 1994, via la Tunisie et Ouargla, dans le Sud-Est algérien, une première délégation israélienne arrivait à Alger, logée dans une résidence discrète pour hôtes étrangers. « Nous étions une demi-douzaine, plus une équipe de protection armée qui avait été autorisée à nous accompagner, poursuit notre interlocuteur qui a demandé le respect de son anonymat. La consigne était de ne pas parler un mot d'hébreu, mais comme la plupart d'entre nous étions originaires du Maghreb, nous parlions arabe et français. »

SOCIETES ECRAN

Le 10 juillet 1994, la première commande faite à une société écran israélienne qui possédait des bureaux au Maroc était officiellement passée : dix mille tests de grossesse à 11,34 dollars l'unité, frais de manutention et d'expéditions compris. Le produit, baptisé fictivement Prélude, avait été réemballé pour apparaître comme un produit français expédié de Marseille ; l'argent de la transaction fut versé dans une banque marocaine.

Dans les années qui suivirent, le système se perfectionna et les expéditions se diversifièrent : antibiotiques, tests génétiques, mais aussi hôpitaux de campagne, scanners, appareillages divers et médicament spéciaux pour porter secours aux victimes d'attentats. Des Algériens seraient même venus en Israël pour apprendre les techniques particulières pour soigner in situ les victimes et reconnaître les corps.

Haut fonctionnaire israélien au ministère de la science, Albert Benabou, francophone et arabophone, mène de son côté, tout aussi discrètement , plusieurs projets de coopération où sont impliqués des Algériens. « Depuis 1996, nous avons des contacts réguliers avec la société civile algérienne, dit-il. On se rencontre, on fait des projets, mais jamais publiquement. Nos gouvernements respectifs sont au courant. » Sous sa houlette, des journalistes algériens ont été invités en Israël (lire ci-contre), d'autres ont participé à des séminaires conjoints aux Etats-Unis ; des scientifiques et des industriels sont également en discussion avec leurs homologues israéliens.

Si tout se passe comme prévu, une délégation israélienne devrait se rendre en Algérie, pour la première fois officiellement, à l'automne. Elle examinera avec ses hôtes divers projets de coopération dans des domaines où

les Israéliens ont un savoir-faire : distribution et exploitation des eaux,

agriculture en milieux désertique, informatique et haute technologie.

---------------------------------------------------------------------------- ----

Des références dans la presse algérienne dès octobre Les officiels algériens n'ont pas réagi aux récentes informations quant aux contact établis depuis quelques années avec Israël. Mais, depuis l'automne, des journaux avaient commencé d'habituer leurs lecteurs à l'idée d'une évolution de l'attitude algérienne envers l'Etat hébreu. « Des relations avec Israël, pourquoi pas ? », titrait La Nouvelle République, quotidien considéré comme très proche des milieux militaires, le 25 octobre. A la question « établir des relations avec Israël est-il dans l'intérêt de l'Algérie ? », le quotidien répondait par l'affirmative, se demandant ensuite « comment annoncer (une telle décision) à une opinion publique globalement hostile ? » Le 16 novembre, puis le 3 décembre, le même titre, dans un article signé d'un pseudonyme et dont l'auteur était en réalité un responsable américain à Alger, revenait à la charge. Sous le titre « Où sont les intérêts de l'Algérie ? », l'auteur dénonçait les « positions figées des diplomates algériens (...) au moment où Israéliens et Palestiniens sont en contact permanent ».

Le 28 juillet, enfin, un rédacteur en chef d' El Watan racontait dans son journal son séjour dans l'Etat hébreu en 1995, à l'invitation du ministère israélien des affaires étrangères.

* Titre donné par algeria-watch

.

retour

12.Posté par Mila le 07/06/2015 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le lièvre de Patagonie, Mémoires, nrf, Gallimard, 2009. Extrait, p. 359
La scène se passe en 1961, en Tunisie, dans un camp de l’ALN, à la frontière algérienne. Claude Lanzmann, qui milite avec Jean-Paul Sartre pour l’indépendance algérienne, visite les “moudjahidines“.
(…) À mon arrivée à la caserne, j’ai été très bien accueilli, j’avais fait mes preuves. Un jeune capitaine de l’ALN aux magnifiques yeux bleus, un de ceux qui m’avaient parlé le premier jour, m’a pris en charge, il me racontait presque poétiquement son bouleversement et la beauté de l’aube à l’instant du premier coup de feu d’une embuscade dans le Sud algérien. Sachant que j’étais juif, il avait ajouté : “ Après l’indépendance, nous devrons envoyer des missions en Israël ”, et, comme je m’étonnais : “ Oui, nous avons énormément à apprendre d’eux. - En quel domaine, demandais-je ? - Oh, les kibboutzim, l’irrigation, l’afforestation, l’amélioration des sols. ” Ce capitaine qui n’a pas cessé de me piloter pendant le reste de mon séjour s’appelait Abdelaziz Bouteflika. On sait qu’il est aujourd’hui président de la République algérienne. (…)
Extrait, p. 364 Peu après l’Indépendance, en 1962

13.Posté par Mila le 07/06/2015 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bouteflika : Une imposture algérienne (44)


Publié par Mohamed Benchicou dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 12 - 2004


Directeur du quotidien algérien «Le Matin», Mohamed Benchicou a publié à la veille des présidentielles algériennes un livre pamphlet, «Bouteflika : une imposture algérienne», qui retrace la carrière politique et militaire du président Abdelaziz Bouteflika. Le livre, qui a fait l'effet d'une bombe, a valu à son auteur deux ans de prison ferme.
Le fils et le père ne vivaient que rarement ensemble. Ahmed Bouteflika, natif de Tlemcen qu'il quittera très jeune pour Oujda, entretenait en effet un double foyer, étant marié à deux femmes, Belkaïd Rabia et Ghezlaoui Mansouriah. Lorsque Abdelaziz vint au monde le 2 mars 1937,
son père avait déjà une fille de son autre épouse, Belkaïd Rabia qui lui donnera trois enfants au total : Fatima en 1934, Yamina en 1938 et Aïcha en 1941. De ses trois demi-sœurs, Abdelaziz ne parle jamais. La seule fratrie qu'il privilégie est celle que sa mère, Ghezlaoui Mansouriah, a mise au monde : Abdelghani en 1940, Mustapha en 1953, Latifa en 1955, Abderahim en 1956 et Saïd le 1er janvier 1958, tous nés à Oujda.
Abdelaziz était le fils aîné de sa mère mais le second enfant de son père.
Il a grandi avec un père partagé entre deux foyers, peu disponible et qui ne prenait sans doute pas le temps d'établir avec son fils des liens normaux qui auraient épanoui l'enfant et l'aidé à construire une personnalité achevée et apaisée. Dans l'arrogance et les velléités dominatrices qu'affiche le jeune frère du président, Saïd Bouteflika, véritable Raspoutine du Chef de l'Etat à la présidence de la République, il y a certainement la part importante du désir d'affirmation qui a dû toujours habiter l'enfant refoulé, toujours effacé et brusquement doté du pouvoir de nuire. Bouteflika est en revanche très proche de sa mère Ghezlaoui Mansouriah, dont il est le fils aîné. Il lui voue, selon les témoignages concordants, une révérence qui le distingue de tous ses autres frères. Quand ces derniers l'appellent El Hadja, Abdelaziz est le seul à la désigner par le vénérable vocable de El Oualida (la parente) qui suggère autant une forme de matriarcat qu'une adoration poussée à l'excès.
Le fils-président se sent toujours redevable d'égards les plus extrêmes envers la mère. Bien qu'une superbe villa, bien de l'Etat, lui soit attribuée depuis les années 1970, Bouteflika la loge dans l'imposante demeure présidentielle qu'occupait auparavant Zeroual.
« Je me souviens de sa formule légendaire pour nous expliquer, à Medeghri et à moi, l'aversion qu'il nourrissait envers un individu : “Il n'a jamais rien fait pour moi ni pour ma mère.” C'est très significatif », raconte Chérif Belkacem.
Tous ceux qui l'ont côtoyé attestent que Bouteflika prend systématiquement l'avis de sa mère avant de s'engager dans les grandes décisions. C'est ce qu'il avoue avoir fait en 1989 à la veille de réintégrer le Comité central du FLN, c'est ce qu'il fera en 1994 quand les généraux lui proposeront d'être le président de la République : « Je vais d'abord consulter ma mère…»
Cette adoration pour la mère est-elle à l'origine du curieux célibat d'Abdelaziz Bouteflika ? Ses proches en sont convaincus.
« Il présentait à sa maman toutes ses relations féminines, absolument toutes, et elles ne duraient jamais », se souvient son ami et confident Abdelkader Dehbi, qui entendit un jour sortir de la bouche du fils cette terrible complainte : «Ma mère m'a cassé !» Devant un autre de ses amis, il fondit en larmes, un jour de 1987: «Je veux me marier, avoir des enfants, mais ma mère est un obstacle. » Bouteflika ira jusqu'à dissimuler son mariage. Bouteflika se maria un vendredi d'août 1990 dans un appartement de la rue Duc-des-Cars, à Alger. Il épousa Amal Triki, fille du diplomate Yahia Triki, alors premier conseiller à l'ambassade d'Algérie au Caire.
L'acte de mariage a été établi ce jour-là par un agent de la mairie de Sidi M'hamed dépêché spécialement à l'appartement de la rue Duc-des-Cars.
L'acte, dûment rédigé et enregistré, comporte, comme l'exige le règlement, la signature de deux témoins : le beau-frère de Bouteflika et son ami de l'époque Abdelkader Dehbi. «J'étais l'un des rares invités à ce mariage, atteste ce dernier, témoin à la Fatiha et à la validation de l'acte où mon nom figure en bas du document.
Mais pour l'opinion publique, Abdelaziz Bouteflika est resté célibataire… Il a tout fait pour cacher cet étrange mariage, pourtant bien réel, et auquel j'ai bel et bien assisté… » Bouteflika n'organisera évidemment pas de cérémonie pour célébrer une alliance promise au secret. Il s'arrangera cependant pour recevoir 800 invités au Club des Pins lors d'une grandiose fête organisée un mois plus tard à l'occasion du mariage de… son frère Mustapha. « Il y a eu deux mariages en un, raconte Dehbi. Tout-Alger était convié à la noce.
C'était en fait la cérémonie d'Abdelaziz. Celle dont il a été spolié. C'était Abdelaziz qui invitait, c'était Abdelaziz qui recevait… Le mariage de Mustapha a couvert le mariage d'Abdelaziz. Avec l'accord de la maman.»
Pourquoi Bouteflika a-t-il donc estimé nécessaire de cacher cette union tout à fait légale ? « Un peu parce que l'épouse est de 32 ans sa cadette, beaucoup pour rester fidèle à une certaine relation mère-fils », pense Dehbi. Amal Triki devenue Mme Bouteflika se fondra dans la nature. Elle vit à Paris où on la dit appointée par l'ambassade d'Algérie. Elle n'est jamais apparue aux côtés de son mari et ne figure pas officiellement dans son entourage. Dépourvu de confiance en lui-même, Bouteflika ne consulte pas que sa mère à la veille de grandes décisions. Il s'en remet volontiers aussi aux voyants et aux marabouts de tous acabits qu'il fréquentera assidûment durant tout son mandat. « Nous savons qu'il a fait la tournée des chouafate en 1989 et 1994 », affirme le général Benyellès. « Il est très porté sur le gri-gri, atteste un de ses proches qui a eu à l'entendre souvent évoquer la question dans les années 1980 et 1990. C'est de son enfance au Maroc qu'il tient cela, dans le milieu où il évoluait.
Une fois ministre, le penchant s'est renforcé au contact de Moulay Ahmed El Alaoui, qui était ministre de Hassan II et qu'il a bien connu entre 1968 et 1969…
El Alaoui était un adepte des marabouts et Bouteflika en a appris les usages, les rites et surtout la façon d'utiliser la voyance au service du pouvoir.» Sophie Baudet, dite Zakia, originaire de Boufarik, tient un cabinet à Paris, dans le VIIIe arrondissement. Elle est l'une des voyantes attitrées du président algérien.
Sophie Baudet vient régulièrement à Alger donner son avis de voyante avertie au chef de l'Etat quand approchent des épreuves politiques cruciales.
Bouteflika l'a notamment consultée sur la position à prendre envers le FLN de Benflis et a tenu à prendre son avis avant de rendre visite aux sinistrés de Boumerdès qu'il savait remontés contre le pouvoir. La dame n'avait pas vu les cailloux dans sa boule de cristal!
« Un jour de 1995 qu'on était à Ghardaïa, il m'a dérouté en demandant qu'on lui ramène un marabout local célèbre, du nom d'Oueni, se rappelle Dehbi. Il l'a reçu devant moi et formulé une exigence déconcertante : “Ecris-moi un harz qui fasse plier ma bien-aimée. Je veux qu'elle rampe devant moi !”
Le voyant était étonné d'entendre un ancien ministre formuler un vœu d'adolescent ! » Son manque de confiance qui lui fait prendre ses allures de prophète et verser dans le bavardage, le président algérien le doit aussi au complexe de l'autodidacte. Bouteflika n'a pas terminé ses études secondaires, et de n'avoir
jamais eu son bac ni entamé d'études universitaires lui est resté une frustration vivace qu'il s'est ingénié à vouloir constamment étouffer sous des dehors d'érudit aux bavardages déroutants.
Sa dernière année d'études, Abdelaziz Bouteflika l'a faite, sans la terminer, en classe de terminale en 1956 au lycée Abdelmoumène d'Oujda.

14.Posté par gjingis le 07/06/2015 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j ai oublié que la source de fabrication c'est de l air gratuit
c est à dire a partir du vent contre ses propres richesses et sa propre santé, tu est paye avec un papier dollar sans coverture (du vent)

les banksters occidentaux qui ont vecu sur le dos de homme jusqu ici
n ont pus du pain beni sur la planche de part le monde europeen

voila pourquoi le dépositaire franco-sioniste coure vers le pays ennemi juré qui n est qu une Algerie encore riche et (detruite) pour l enfoncer encore dans le profond sommeil avant qu'il ne soit tard

15.Posté par Mila le 07/06/2015 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

évélations du Washington Post : Bouteflika a fait une donation de 500 000 dollars à Hillary Clinton
ARTICLE | 4. MARS 2015 - 19:37
Hillary Clinton reçue par le président Bouteflika à Alger, en octobre 2012. Sid-Ali/New Press
Hillary Clinton reçue par le président Bouteflika à Alger, en octobre 2012. Sid-Ali/New Press
L'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton aurait perçu une donation de 500 000 dollars de l'Etat algérien en 2010, selon les révélations publiées par le Washington Post dans sa dernière édition. Le journal explique que l'Algérie cherchait, à cette époque, à «se rapprocher de Washington et dépensait de fortes sommes pour faire du lobbying auprès du département d'Etat sur les questions de droits de l'Homme». Ce qui laisse entendre que l'Algérie aurait fait d'autres donations, dans le même cadre et pour les mêmes objectifs. Cela dit, le grand quotidien de la capitale ne précise pas dans quelles proportions ni à quelle occasion l'Algérie aurait dépensé de «fortes sommes», ni même la partie destinataire de telles sommes. Aux Etats-Unis, ce qui fait scandale, c'est moins l'octroi de telles donations au département d'Etat par des pays étrangers (le journal en a recensé sept) que l'opacité dans laquelle l'opération a eu lieu, puisqu’un mécanisme de contrôle de la déontologie est prévu à cet effet, au sein même du département d'Etat. Il va sans dire qu'en Algérie il n'y a aucune possibilité de contrôle sur de telles transactions, même si le gouvernement peut être interpellé par les députés de l'APN, par exemple, sur cette affaire qui, si elle se vérifiait, pourrait s'ajouter à la longue liste des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics qui gangrènent l'économie algérienne. Pour l'instant, aucune réaction de la part du gouvernement algérien sur ces révélations. D'autres informations révélées par le New York Times, la veille, indiquent que Mme Clinton aurait amassé des millions de dollars, au nom de la Fondation Clinton, en utilisant son adresse électronique personnelle pour conduire les affaires de son département, ce qui est considéré aux Etats-Unis comme une violation des règles imposant que la correspondance des responsables du gouvernement soit conservée dans les archives fédérales. Un double scandale qui risque de compromettre sérieusement la candidature d'Hillary Clinton à la présidence des Etats-Unis en avril prochain.
R. Mahmoudi

16.Posté par Mila le 07/06/2015 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdelaziz Bouteflika est un Juif Marocain qui a r… : http://youtu.be/LlgQ4egFERw

17.Posté par Boukalbouza le 07/06/2015 19:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n'y a ni Saïd Bouteflika ni sidi zekri... futur président.
les rats qui ont fui le navire présentant le danger, et qui tente de le recouper en se déguisent pour nous ruiner, les médias subversifs et encore les médias perfides et tous ceux qui s'activent sont la plus grande menace a notre existante et a notre bien être, ils se mobilisent en ce moment, pour tenter de combler le déficit enregistré au cours de laquelle leurs efforts de déstabilisation du pays ont échoué, la campagne d'intox n'a pas pour autant, marqué le pas, car les félons de la plume en particulier sont pressés Par leurs commanditaires de maintenir la pression sur le gouvernement et les institutions de la république a coup de mensonge et de désinformation,
le mensonge et une arme principale, ils l'agrémentent de commentaires d'experts complices et de discours humanistes caressant les émotions du public l'exaspération des émotions et non l'éveil de la conscience et de l'esprit, sont les faiblesses de l'individu qu'ils espèrent manipuler sous l'emprise des émotions, l'individu irrationnel et incontrôlable, est un outil idéal manipulé et excité, il exécute toutes les taches qu'on lui suggère par le chuchotement, celui que les médias diffusent, l'immolation, la manifestation et la destruction, l'agression physique, toutes les actions nihilistes deviennent du domaine du possible, le chaos établi, des situations autrement inimaginables en temps de quiétude, deviennent possibles et c'est alors qu'interviennent les maitres de la subversion, les internes conspirations qui mettent en matches les mécanismes d'intervention, ONU et ses résolutions, la mobilisation des proxiés à intervention des mercenaires, l'agression militaires, les bombardements, la guerre civile ect...
un nouvel ordre taillé a leur mesure est instauré dans l'anarchie et la confusion, avec conséquences désastreuses irréparables le prix des pertes en vie humaines et la ruine des infrastructures de développement est prohibitif et annihile,
tout espoir de reconstruction, le recul du pays victimes qui ne peut se relever, est livré a la horde des hyènes qui le depécent, les mêmes alliés qui l'ont sauvagement réduit en poussières, s'annoncent comme des sauveurs et prêchent l'aide a la reconstruction...
l'ennemi de la nation média autonome qui répercute le message produit par les chaînes de montage du mensonge chez la régie médiatique talmud de France.

les harkis du 21 em siècle armés d'une plume et non d'un fusil.

le danger n'est plus le bruit des bottes, mais le silence des babouches.

que Dieu le tout-puisant nous préservent des traitre et des hypocrites.

18.Posté par Tata le 07/06/2015 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense fort que @Mila ai raison. Je suis ok avec les propos de @Ali. Aucun chef de confession musulmane n'aurait eu la bénédiction des ces shyatine. Je ne serais pas étonné d'apprendre que ce clans soient séfarades de oujda, après il faut le reconnaître Tlemcen, Constantine sont les QG de cette lignée israélite pas tous hachakoum, il y a hamdoulah en majorité des musulmans mais la grande partie des juifs algériens viennent de ces endroits. Et autre chose la France-Israel existe encore mais pas pour longtemps inchallah

19.Posté par Lina le 07/06/2015 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas parce que le frère du mal-nommé "président", propage son délire dynastique que ses sponsors nous transmettent sous forme de "ballon d'essai" comme cet article le fait - qu'il faut dire n'importe quoi : que les Bouteflika sont juifs! Franchement, des arguments pareils, ça ne vole pas haut!

Au lieu de se résigner face à un régime quasiment "contre-nature", dans l'échappatoire plaintive des lamentations, ou l'invective, il aurait fallu se soulever d'une manière continue, ferme et unie. Si une telle supercherie bouteflikienne a pu se déployer et s'incruster au pouvoir, c'est parce qu'il n'y avait que du vide dans le pays... comme dit ce dicton japonais :" jamais l'oiseau ne fait son nid sur l'arbre dénudé.”

20.Posté par yassine le 07/06/2015 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce type a lui tout seul c'est ali baba et les 40 voleur puissance X son frère sait qu'il ne vaut rien.

21.Posté par yassine le 07/06/2015 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le président Houari Boumédiène Rahimahou ALLAH avait laisser un programme visionnaire pour l'avenir de l’Algérie et il avait souhaiter voir bouteflika prendre ça suite et le mettre en place.

22.Posté par Djamel M le 07/06/2015 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En lisant cet article, je me croyais en mai 1965, année ou un homme était sur le point de prendre le contrôle du Pouvoir Suprême. L'homme était intelligent, secret, froid, calculateur, chef suprême de l'armée et de tous les systèmes de sécurités officiels et officieux. A la différence du chaouch Si Said qui n'est que le chef suprême des trabendistes.

23.Posté par Boukalbouza le 07/06/2015 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si vous êtes contre la politique de Bouteflika c'est votre choix, votre droit, mais traiter un musulman de juif sans preuve c'est grave et dangereux ça veut dire faux témoignages (chahadett ez-zor) Ahram.
moi je suis contre la politique de Bouteflika, mais pas contre sa personne (manaerfahch) je ne peut pas faire du faux témoignages, je suis un homme conscient, ni fou, ni hypocrite, ni haineux. moi je craint Dieu (enkhaf min rabi el Alamin)
le prophète sidna Muhammad (SB sur lui) dit : quiconque calomnie un autre sera prisonnier au feu jusqu'à il donne la preuve de sa calomnie.
nul d'entre vous ne serait jamais pur, mais Dieu rend pur celui qu'il veut, n'est ce pas lui qui entend et voit tout.

la haine c'est la colère des faibles. la vengeance augmente la haine et la nourrit.


l'eau ne reste pas sur les montagnes, ni la vengeance sur un grand cœur? Proverbe chinois.

24.Posté par Bodyguard du Peuple le 08/06/2015 03:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Demander ce que je demande s''il vous paraît juste. YA ALLAH LE PUISSANT Sans Partage, Bloque tous ceux qui veulent un mal en Algerie et dans le monde et fait triompher sans partage les gens vrai

25.Posté par TBK le 08/06/2015 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est profondément honteux que de prétendus algeriens ne connaissent pratiquement rien de leur propre hsitoire que ce soit dans le cours du siècle précdent ou au debut de l'invasion préméditée de l 'Algérie bien avant 1830.Il est encore beaucoup plus honteux que de prétendus algériens ne savent toujousr pas que le pays est sous controle direct des faux-juifs Khazar depuis 1871 mais ce contrôle agonise actuellement, eux qui ont organisé l'invasion de
l'Algérie et surtout les diverses tentatives de genocide des populations musulmanes (près ou oplsude 10 millions de d'algériens musulmans morts de 1830 a 1962). Apprenez messieurs ,apprenez et tentez de comprendre car des algeriens savent ce que vous tentez deséspérément de cacher et pire encore ce que vous ne connaissez pas car les etrangers eux savent, pratiquement tout, de ce qui s'est passé dans ce malheureux pays et que croyez-vosu que les populations musulmanes vousferont ? Si c n'est n'est que de vous égorger comme des veaux et laisser votre misérable carcasse pourrir au soleil ! La trahison c'est bien mais cela se termine toujours très mal et l'on y arrive actuellement

26.Posté par idem le 08/06/2015 09:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Franchement je m'en fous complément qui va prendre ou pas le pourvoir en algerie .

Les gens pensent souvent qu'ils sont victime système, par Allah nous avons les dirigent que nous méritons ni plus ni moins.
Il est bien plus préférable de éloigner du pouvoir selon les recommandations du messager sws

27.Posté par gjingis le 08/06/2015 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

26.Posté par idem le 08/06/2015 09:17

Franchement je m'en fous complément qui va prendre ou pas le pourvoir en algerie
------------------------------------------------------------------
moi non, je ne suis pas un batard , ok ?

28.Posté par Moutanawer le 08/06/2015 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ boukalbouza , je suis entierement d accord avec vos propos sage et clairevoyant. La desinformation l intoxe et le mensonge sont les Armes qui a present sont preconise par les ennemis des nations afin de divise les peuple et detruire les pays......Inchallah les Algeriens ne tomberons pas dans ce piege et resterons vigilant... Tahya Al Jazayer , Allah yerham echouhada..

29.Posté par gjingis le 08/06/2015 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Algériens au pouvoir !! morts oui, ca existe en bas du sol .
par contre nous avons des ageriens au pouvoir ,plus algeriens encore que nous !!!
ils chantent kassaman avec fierte aussi mieux que nous
ils nous devancent partout ,"oui ca se comprend ils ont la priorite"
ils sont tous des moudjahidines documentés à l'instar de fakhamatou prêts à nous noyer dans une cuillère d'eau,

25.Posté par TBK le 08/06/2015 09:15
super.

30.Posté par gjingis le 08/06/2015 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Djamel M

j'imagine bien les bourreaux

31.Posté par gjingis le 08/06/2015 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

plutôt ses bourreaux .

32.Posté par gjingis le 08/06/2015 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

26.Posté par idem le 08/06/2015 09:17

il n'y a que les sionistes sefarades et ashkénazes qui propagent le n'import qui et le n importe quoi
ceux qui ont choisi la religion juive comme arme de destruction de masse pour avoir ce beau monde sur leur bottes
qui n ont rien a faire en algerie a part la destruction a tous les niveaux
et c est ce qui se passe sur le terrain ,depuis surtout l arrive du pygme ,le cheri cheri de l elysee et de la maison noire

33.Posté par gjingis le 08/06/2015 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

donc il s agit de n'import quoi comme entité que état qui respire la haine,toujours la haine envers ce pays et de ce peuple déstabilisé appauvri affaibli volé malgres ses immenses richesse infinies
exactement si ce n est plus pire et rafiné que l antécédent empire sioniste sous les couleurs de la france

34.Posté par Boukalbouza le 08/06/2015 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr. Moutanawer.
il y a des commentaires aux noms des algériens par des extrémistes, des taupes et même certains espions marocains. mais nous les algériens nous ne sommes pas dupes, nous sommes un peuple vacciné, et très vigilants.
mais certains citoyens de ce pays n'ont hélas aucune idée de la monstruosité et du degré de perfidie dissimulés par ces mercenaires (harkis au sens propre du mot)
sous le vernis de beaux discours philosophiques expertises orientées, et de fausses plaidoiries en faveur de l'amalgame liberté-droits-justice ect... ces fervents pratiquants de la démagogie et du mensonge sont vils charognards prés a offrir leur pays a leurs maîtres pour dépeçage avec espoir de récupérer les miettes que leurs commanditaires (Bankster-sioniste)
consentiraient a leur jeter une fois leur festin terminé.
la situation économique,financiere,politique et sociale de l'algerie Durant les années de la subordination a la banque mondiale et au FMI, est le témoin de la nocivité de ces agents subversifs de l'ennemi, discours, mensonges sur les révolutions et les réformes spécifiques abusant de la confiance du peuple, sont les mesures de leur malhonnêteté, le bilan d'évaluer règne historique néfaste devrait nous imposer vigilance et prudence particulièrement devant le tapage médiatique que leurs complices des médias exercent a la langueur d'année thème perverse du changement et l'oxymore des printemps arabes criminels.
la banque étrangère contrôlant la rédaction du quotidien subversif el watan, il est normal que ce dernier livre son âme et sa liberté d'expression a l'entière disposition des réseaux Franco-sionistes de désinformation, le directeur d'El watan, et ses scribes compromis jusqu'à la moelle par leur trahison irréversible et subordination au pouvoir talmude, ont depuis toujours étés dépossédés de leur indépendance par la Kosher-nostra,
prix de la trahison, les harkis sont devenus (comme nous l'enseigne l'histoire) de simples soldats dans l'armée de mercenaires du nom de l'impérialisme, la conception et la rédaction chez le journal perfide el watan sont maintenant du seul recours du l'impérialisme qui gère les grandes lignes du contenu de l'information a l'échelle planétaire.

médias et mensonge, l'Algérie qui résiste au complot de la révolution barbare du printemps arabe criminel, soumise au pressing de la nébuleuse subversive, les mercenaires de la plume et de l'épée.
Mr. Moutanawer. merci beaucoup pour votre intervention réconforte mes opinions de cette racaille et qu'il doit y avoir des hommes qui prennent conscience des méfaits de ses agents subversifs.

que Dieu le tout-puisant bénisse l'Algérie, gloire a nos glorieux valeureux martyrs. cordialement.

35.Posté par idem le 08/06/2015 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Boukalbouza
Barak allahou fik akhri pour hathi nassiha allah y jazik, j aime les gens honnêtes avec une bassira .

Ya tellement d aveugle qui pense bien voir!!!!!!

je vais essayer de compléter par d autre hadiths, nabi sws a dit( wallahi la naatoha liméén saala 3aliha) (wallahi laa tasaalou aliha).

OMAR A DIT ( faa itha thalamek el hakim asbor, wa itha akhatha malél asbor, wa itha tharabek osbor madamou tha ghiim salate .
(Allah à honnoré cette oumma par l islam si cette dernière ne s active pas par elle, elle sera humiliée )

TU CROIS QUE JE VAIS LAISSER LES PAROLES SACRES DE MOUHAMMED EL AMINDE SWS ET SON COMPAGNON LE FAROUK EL HAGH COMMEI IL LA SURNOMME SWS
POUR SUIVRE DES POLITICARS, maître conférenciers aveuglent
Je le repete depuis un certain temps sur ce lien , tout ceux qui utilise seulement la raisonnement par analogie,l instruction, resteront aveugle .
Nous reconnaissone un arbre aux fruits qu il produits, ils sont les la conséquence, la résultante,

A tout ceux que l instruction a fait croire au miracle, de leur existence personnalisé, écouté 95% DES GENS INSTRUITS EN OCCIDENT DEMANDE A LEUR MORT A ETRE INCINÉRÉS ;

Nous reconnaissons le l arbre a son fruit!!!!!!!!!!!

wa allahou aleem

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires