MONDE

Sahel: vers une grave crise alimentaire


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



IRIB
Mercredi 11 Janvier 2012

Sahel: vers une grave crise alimentaire
Le Programme alimentaire et Action contre la faim, rejoint dernièrement par l’Oxfam international, tirent la sonnette d’alarme.
D’après les ONG, plusieurs zones du Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad risquent d’être touchées par une crise alimentaire. Certains habitants auraient déjà rencontré des difficultés d’accès à la nourriture. Les causes de cette insécurité alimentaire sont multiples: mauvaise saison des pluies, récoltes de céréales trop faibles et niveau de pâturage au minimum. Autre facteur aggravant, selon le coordinateur humanitaire de l’Oxfam pour l’Afrique de l’Ouest, Nahuel Arenas,«la perte des revenus y compris la baisse des transferts monétaires effectués par les migrants économiques en Libye et en Côte d’Ivoire».
Une population vulnérable
Ce n’est pas la première année que le Sahel est menacé par une crise alimentaire. En 2010, 2008 et 2005, les populations avaient dû faire face au manque de nourriture. Conséquence: ces crises successives ont rendu ces familles «chroniquement vulnérables».
Les enfants sont les premières victimes de ces crises à répétition. Selon l’UNICEF, pendant la période de famine de 2011 (de mai à août), la malnutrition aiguë des enfants a atteint ou a dépassé le seuil critique maximal annuel de 10% dans le Sahel. Si la sécurité alimentaire se détériore significativement en 2012, les conditions de nutrition des enfants pourraient surpasser les niveaux d’alerte dans toutes les régions du Sahel. Une situation qui pourrait être évitée, selon Félicité Tchibindat. Pour sortir de ce cercle vicieux, la conseillère régionale Nutrition pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest au sein de l’UNICEF, préconise une meilleure gestion de l’eau, de la production, la mise en place de méthodes pour contrer les changements climatiques et la création d’un système de protection (transfert d’argent) pour améliorer la résilience des femmes et des enfants. La spécialiste souligne également qu’il est impératif de privilégier la qualité des aliments et non la quantité. «Les gens ont tendance à garder leurs aliments de base comme le riz et faire l’impasse sur la viande et les légumes», explique-t-elle.
Un climat tendu au Nord du Sahel
Reste que cette année, d’après l’Oxfam, la plupart des gouvernements et autres acteurs impliqués ont reconnu la situation de crise et ont commencé à designer des plans d’intervention. L’Oxfam a d’ailleurs débuté ces interventions d’urgence en Mauritanie et au Burkina Faso et se préparerait à intervenir au Mali et au Niger. Mais la situation dans certaines régions du Nord du Sahel, avec les enlèvements récents attribués à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), compliquent le déploiement de l’aide humanitaire.


Mercredi 11 Janvier 2012


Commentaires

1.Posté par Al Damir le 11/01/2012 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les fortunes colossales des dirigeants et membres du gouvernement actuels dans chaque Etat du Continent africain, peuvent résoudre et annihiler tout spectre de famine et surtout contribuer à développer les infrastructures rurales pour assurer l'autosuffisance alimentaire, comme l'a réussi un pays e enclavé et démuni de richesses comme le Mali. Le problème qui se pose pour les peuples de tiers monde en général repose sur l'ingérence des pays industrialisés par le canal de la FMI et de la Banque Mondiale en imposant des dirigeants qui leurs sont totalement dévoués et acquis

2.Posté par DéDé le 15/01/2012 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je rejoins ton point de vue, Al Damir.

D'un point de vue Idéaliste: Je pense également qu'il serait bon de ne pas toujours compter sur l'existance des ONG ou des Organismes dans ce genre. Je pense que si quelqu'un ou un groupe de personne possèdent des connaissances suffisantes pour aider un pays défavorisé, et désirent le faire, elles doivent essayer de se débrouiller par elles-mêmes.

La sécheresse, le manque de savoir-faire des habitants de ces pays, peut-être comblé par quelques personnes et un acharnement intensif. Malheureusement, l'exemple n'a jamais été donné. On compte sur les ONG, une forme d'ingérance, qui ne fait souvent que donner de la bouffe.

Plutôt que de donner de la nourriture, il faudrait déjà qu'ils la plantent, qu'ils restent avec ces types assez longtemps pour leur apprendre à gérer des champs. A défaut d'un gouvernement fiable, il faut apprendre à ces gens toutes les méthodes connues pour qu'ils puissent vivre, puis repartir.

Quelques exemples:

Je me souviens d'un reportage ou j'ai vu qu'ils avaient construit des "blocs" pour loger des africains, je ne me souviens plus du pays. Des gros trucs de bétons entassé les uns à côté des autres en plein milieux de la forêt et du desert.

Pour quelqu'un qui vit dans une hutte et possède un mode de vie différent, n'est-ce pas la de l'arrogance occidentale ? Aucun n'est allé dans ces blocs. Cela ne correspond pas à leur mode de vie simplement. Il faut commencer par le plus simple: Faire connaître la médecine, l'agriculture dans des conditions difficiles, sans même parler d'énergie ou d'argent.

Commencer par le commencement... Ce n'est que mon point de vue, pas très travailler et lacunaire je l'accorde... Mais cela fait bien 30 ans que ce genre de méthodes (donner des sacs de riz et payez pour tel ou tel chose / comptez uniquement sur les ONG) sont utilisées, sans réel succès.


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires