Diplomatie et relation internationale

Robert Mugabé menace : « l’Afrique va quitter l’ONU si… »


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 16 Avril 2019 - 00:25 U.S.A : Ne sont plus des « Tovarishch »


Désormais, l’Afrique ne veut plus jouer les seconds rôles dans le conseil de paix et de sécurité des Nations Unies. Elle réclame sa place au sein des instances de décision de l’Organisation des Nations Unies (ONU), siège des décisions sur les problèmes relatifs à la paix et à la sécurité.


Babou Touré
Mardi 22 Novembre 2016

C’est ce que Robert Mugabe a laissé entendre lors de son allocution, à l’occasion de la 71ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Dans un ton ferme et en sa qualité de porte parole du continent africain, Mugabé a indiqué que, «si l’Afrique ne devenait pas membre permanent du conseil de sécurité, elle quittera l’ONU pour créer avec la Russie, la Chine, l’Inde et d’autres pays, leur organisation à titre de contre poids face à l’Occident qui domine le conseil de sécurité de l’ONU».

Une position qui ne ferait pas les affaires des États-Unis, la Grande Bretagne, la France, au regard de leur rapport et de leur intérêt en Afrique. «Seules la Russie et la Chine nous soutiennent, alors que les États-Unis s’y opposent», déclare ouvertement le président Mugabé, connu pour ses déclarations critiques envers l’Occident.

Et le président Mugabé d’ajouter que les pays d’Afrique ne pouvaient plus demeurer des membres de seconde zone des Nations Unies. «Il faut reconnaître que chaque pays est membre à part entière de l’ONU soit par une réforme soit vous y resterez sans nous», a martelé Mugabé, rappelant que la réforme du Conseil de sécurité n’avait guère avancé depuis 20 ans.

D’après Mugabé, l’Afrique demande deux sièges permanents au sein du Conseil de sécurité, actuellement composé de cinq membres permanents, à savoir le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France, la Chine et la Russie qui disposent du droit de veto. Cette composition qui date de 1945 est qualifiée par le président du Zimbabwe d’injustifiable et d’injuste».

Selon de nombreux pays, cette situation devient effectivement anachronique, car elle ne reflète plus la société internationale contemporaine. Des experts des relations internationales pensent que «le monde a changé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale». Pour eux, «le Conseil de sécurité doit refléter le nouveau visage du monde».

L’Afrique mettra t-elle cette menace en exécution au cas où rien n’est fait?

Seul l’avenir nous le dira.



Mardi 22 Novembre 2016


Commentaires

1.Posté par djeha le 22/11/2016 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Allez chiche Mugabe, le Machin y'en a marre....

Et je souhaite pour les autres Africains de la Franc CFA de donner un coup de pied au postérieur de la France ...et de renvoyer comme ce BOLLORE et compagnie ailleurs....ils n'ont qu'à aller en France pour sucrer leurs fraises....
Réveillez -vous, vous avez peur, prenez en de la graine de la guerre 54-62 ..." N'ayez pas Peur "

2.Posté par saidab le 22/11/2016 21:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que le réveil sonne jusqu''à réveiller les dormeurs, oui. Mais de grâce, sans guerre !! De cette manie aussi, il faut se libérer. Les guerres d''indépendance.n''ont pas donné les fruits qu''elles promettaient. Il est possible de faire autrement.

3.Posté par Saber le 23/11/2016 01:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'avenir est avec les BRICS. L'occident est financièrement mourant.

4.Posté par Aldamir le 23/11/2016 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous les pays et peuples épris de Paix , de Justice et de respect de leurs droits imprescriptibles à la souveraineté et l’indépendance totale, doivent exiger de se conformer à sa Charte qui repose sur ces principes ou de se dissoudre rapidement pour violation et manquement à la Mission qui lui a été confiée. Cette institution devrait être gérée avec droiture, équité et veiller au respect des droits élémentaires de tous les peuples sur le même pied d’égalité.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires