Opinion

Réponse à un ami théoricien et opposant


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 20 Juillet 2020 - 01:58 Entre géo ingénierie et catastrophe climatique

Vendredi 24 Avril 2020 - 00:05 Les Français parlent aux Français


Je réagis à cet extraire : " il n'y a pas de regimes passes car le regime est toujours en place, c'est le meme personnel, les memes pratiques, par Dieu dites ce qui a change depuis, que sont devenus les promesses du candidat Teboune. Ce regime applique la devise du mossad ; par le mensonge nous vaincrons et par le mensonge nous dominerons,"
https://www.alterinfo.net/La-veritable-guerre-mondiale-est-en-Algerie_a156394.html?com#com_7281301


saidab
Dimanche 12 Juillet 2020

Alarmer n'est pas un acte mais une stratégie

D'abord : laissez le temps à ce gouvernement de pouvoir faire quelque chose, à commencer par nettoyer le pays des réseaux mafieux, de la contrebande, des démocrates (pardon, je comprends que vous en êtes. Cependant, l’ouvrage de Ahmed Bensaada semble confirmer leur allégeance à des pouvoirs relativement imbibés de la devise sioniste que vous citez). Et participez éventuellement au redressement en faisant des propositions, des critiques publiques (critiques, pas accusations), des analyses contradictoires (je me répère …).

Est-il utile de vous signaler qu'en France, un état un peu plus expérimenté que l’Algérie, et beaucoup plus "civilisé", de plus en plus de citoyens dénoncent une dictature !!! Est-il utile de vous signaler que des citoyens français ont perdu yeux et mains en manifestant sans violence ? Qu'aux USA, c'est la foire à empoigne démocratico-sioniste ? Que leurs industriels cinématographiques sont des pédocriminels ? Que des milliers d’enfants disparaissent tous les ans dont on commence tout juste à découvrir l’usage qui en est fait ? Que leurs richissimes humanistes sont des criminels internationaux ? Que ni le Vatican, ni l’Allemagne, ni la Russie n’y échappent ...
Venez maintenant me questionner sur ce que ce gouvernement en Algérie a fait depuis six (6) mois ! Cette critique est naïve.

Ensuite, je vous trouve bien péremptoire dans votre affirmation concernant l’application de la devise sioniste en Algérie. Vous ne seriez pas devin mon ami ? Vous ne pouvez pas connaître le contenu de la pensée des gens … Quant aux faits, passés comme actuels, ils ne sont raisonnablement pas imputables aux autorités actuelles.

Vous parlez du régime comme d’une personne. Là encore, il y a amalgame. 58 ans d’indépendance historique ne peuvent pas raisonnablement être imputés au président actuel. La fable du loup et de l’agneau, c’est à vous que je l’applique : pour vous quiconque a plus de 50 ans serait un avatar des régimes antérieurs. Place aux jeunes ! C’est un raisonnement un peu jeune à mon sens ; il manque de maturité.
En effet, d’abord, je vous signale qu’en procédant ainsi, vous faites ce que font les autorités françaises : opposer des catégories. Ça marche à merveille : tout le monde est en confrontation contre tout le monde dans ce pays. Mais on commence à se réveiller ici aussi ; grâce à des es « conspirationnistes » tenaces, on se rend compte des stratégies vicieuses qui servent à diviser pour ce que vous savez. Ils ont ainsi participé à une ouverture importante des esprits (grâce au fameux covid19 notamment).

Que font les « conspirationnistes » en Algérie ? Ils font l’inverse : semer le doute sans jamais apporter d’éléments probants, ce qui paradoxalement travaille contre eux. Mais ils en semblent pas en avoir conscience. Je vous donne en exemple : qui sont les « 'individus dénués de tout scrupule et criminels de surcroit » que rien dans votre propos ne distingue des personnes au pouvoir ? Vous les désignez (on le devine) sans nommer personne. La généralité de l’affirmation sème le doute sur vos intentions ! Car, vous le savez bien : dans le doute, abstiens-toi … Quant à la diaspora, pas plus que le gouvernement actuel ne peut porter la responsabilité de 58 ans d’une fausse indépendance, la diaspora n’est une personne définie, intègre, à qui on devrait remettre un chèque en blanc les yeux bandés. Il y a autant sinon plus de risques d’allégeances antinationales parmi les émigrés qu’il y en a en Algérie avec les différentes obédiences religieuses et idéologiques qui se sont infiltrées depuis bien avant M Tebboune. Et qui ont des relations privilégiées avec la diaspora. Sinon, ces organes ne trouveraient peut-être pas autant de facilité à s »inscrire dans le paysage national.

Voici ma réaction à votre dernière remarque : pour changer les choses en Algérie, on est plus sûr d’y parvenir en commençant par le début : changer ses propres procédés. Ne plus faire des pronostics définitifs alarmants, cesser de mettre en accusation, mais participer à la moralisation de la vie politique dans le pays. Le moyen est simple : un investissement au niveau du quartier, de la commune. Créer des associations locales pour y sensibiliser les jeunes au lieu de créer des partis, tous affiliés d’une façon ou d’une autre à qui leur fournit des moyens et des moyens … Faire quelque chose plutôt que chercher à défaire. Défaire est très compliqué ; et très hasardeux.

Ainsi devancerez-vous ces hommes au pouvoir qui traîne(rai)ent la babouche ...


Dimanche 12 Juillet 2020


Commentaires

1.Posté par KOCEILAANTALAS le 12/07/2020 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Saidab, Si je comprends bien, nous nous devons de donner du temps, a un regime qui fondamentalement reste le meme toutefois avec de nouveaux visages, est ce que sa nature a change, nous aimerions bien que ce pouvoir ''nouveau'' nous demontre par les faits que nous nous trompons a son sujet, que se passe t il depuis l'intronisation de ce president factice , car ne détenant aucun pouvoir ceux ci sont détenus par ses maires du palais, des effets d'annonce cela ne manque pas, a commencer par la promesse du candidat Teboune qui a demande aux algériens de "voter' pour lui, s'engageant a rapatrier les fonds detournes ors a ce jour aucune demarche n'a ete faite auprès des pays de destination ou organismes internationaux, par contre la represion des activistes, [blogueur, facebookeur, politiques et j'en passe est entreprise de maniere énergique. Un pouvoir legitime, fort confronte ses contradicteurs, il ne les emprisonne pas, n'harcele pas leurs familles ou entourage, une justice discreditee par des oukases et des parodies de proces qui ne convainc personne, manque de visibilité quand a la strategie adoptee, si strategie existe, ce dont je doute fort, pour essayer de sauver ce qui peut l'etre encore, propagande malsaine [toujours la meme] visant a Federer le peuple en titillant sa fibre nationaliste et occultant la vérité, vous dites que je parle du regime comme d'une personne, effectivement c'est le cas, c'est une personne morale que l'on peut intitule association de malfaiteurs, Le president actuel est partie prenante de l'establishment initie par le groupe d'Oudjda qui a confisque l'independance de ce pays [il etait ou, haut fonctionnaire de l'etat depuis 40 ans, il est meme implique dans des affaires de detournement, corruption, prevarication... quand il etait en charge du ministere de l'habitat ''AADL", nonobstant l'implication de son fils dans l'affaire de la cocaine [Affaire dite de Kamel el bouchi]
son CV est eloquent et parle pour lui, nous pouvons passer au crible toute la mafia, il se trouverait que tout le monde a un cadavre dans les placards, je ne parle pas des généraux trabendistes ou affairistes selon et qui tiennent l'armee et le peuple en otage [le pouvoir reel], alors a l'aune de tout cela, vous pensez que cette mafia est digne de confiance. Vous incriminer les démocrates en qualite d'agents remuneres et travaillant pour l'étranger, mais lequel sachant que cette mafia a abdique toute souveraineté au profit de l'étranger [y compris des micro etats],
pour une eventuelle légitimité internationale au detriment de la nation et de son peuple qu'ils sont sensés representer, cela implique des concessions politiques ou économiques [l'étranger ne verse pas dans le caritative non plus]. Pour certains démocrates cites par M. Bensaada, ceux ci ont paye leur engagement au prix de leur intégrité physique [brimades, harcèlement, emprisonnement..., outre le fait qu'il est suggéré d'accepter cet etat de fait au pretexte que certains elements sont orientes du fait qu'ils perçoivent des subsides d'organisations douteuses, la partie adverses dispose des ressources du pays pour combattre tout changement, le rapport de force est des plus disproportionné, et comment condamner ces gens par avance sur leurs hypothétiques intentions, parce qu'ils ont ete vus en compagnie de XY...ou qu'ils ont assiste a des symposiums, haro sur le baudet, tout mouvement révolutionnaire est compose de diverses orientations, d'opportunistes, de contre Hirakiste infiltres..., le Hirak n'est pas un parti politique, mais des que des figures de proues apparaissent, a la bastille et hop, vous parler d'assainissement mais les écuries d'Augias ne sont pas encore nettoyer, le reste n'est qu'une comédie tragique de mauvais aloi, vous parler de la democratie a l'occidentale et autres, nous savons que cette derniere s'est transformée de par le liberalisme sauvage en une dictature qui ne prend meme pas la peine de se parer d'une quelconque forme de retenue, le traitement des gilets jaunes, n'est pas l'apanage de la France macronienne, les notres aussi ont eut droit aux éborgnages, et blessures diverses. Mais faudrait il relativiser, un mouvement aussi important que le Hirak aurait vu sauter tout le pouvoir en place en France ou ailleurs sauf chez nous? Vous parler de moralisation de la vie politique, cela implique un changement en profondeur de la structure du pouvoir, l'immoralité provient de celui qui dispense les prebendes, pour ce qui est des jeunes ils sont parfaitement conscients de la nature du pouvoir et des enjeux qui prevalent pour la survie de cette nation, pour preuve l'implication de nos étudiants et pas qu'eux. Pensez vous que notre peuple soit frappe de cécité ou de discernement, pour montrer autant de d'engagement pour un changement radical de la gestion du pays. Personne ne pense se dispenser des structures de l'etat en tant que structures pour assoir le chaos, la n'est pas le but du tout, mais libérer ces structures d'une gestion malsaine et pernicieuse, préjudiciable a l'intérêt superieur de la nation. La mafia au pouvoir ne represente pas l'Algerie et ne peut pretendre devant tant d'echecs a la representer. Quand on a failli, l'honnêteté exige que l'on démissionne. La fable du loup et l'agneau ne peut etre applique au commun mais aux prédateurs, mon jugement est le fait d'observations et de constatations, et non d'a priori personnel, Par ailleurs je ne mets aucune categorie contre une autre, je dis que l'avenir appartient aux jeunes, nous autres vieux se devant de les soutenir et de nous tenir a leur cotes, la vision de l'avenir du pays doit etre la leur, quand a la diaspora il ne faut pas l'écarter et l'impliquer d'avantage a tout ce qui touche le developpement du pays du fait de ses competences avérées sous d'autres cieux, il serait aberrant de ne pas l'utiliser, sachant que l'Algerie a déboursé pour celle ci pres [en majorite] pres de 137 Mdrs $ et que cette derniere a fait renter aux pays qui l'emploient 350 Mdrs$, ne pas en tenir compte serait de la stupidite et un suicide [Pour precision je suis a range dans la categorie vieux et vivant en Algerie], personnellement je souhaite une symbiose et une harmonie pour l'ensemble de notre peuple, car de notre union depend notre avenir commun. Je me contenterai a ce que j'ai pu mentionner, le réquisitoire et l'etat des lieux pourrait suffire a remplir une bibliotheque entiere, bien a vous cher ami.

2.Posté par saidab le 19/07/2020 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Koceilaantalas

Vous ne faites toujours pas de propositions de nature politique&nbsp;: COMMENT construire l'union que vous appelez de vos voeux ? Un réquisitoire aussi complet soit-il est-il un moyen ?

Vous êtes dans la catégorie "vieux" ? Je le suis aussi, et je ne vois pas comment la pensée (systématiquement) négative peut aider à sortir du piège que vous décrivez. ça ne donne "d'armes" que pour vouloir détruire. Qu'est-ce qui, dans votre critique (dont je ne discute pas de la valeur), peut aider qui à faire quoi pour extraire une jambe des sables mouvants dans lesquels ce pays s'enlise depuis l'indépendance&nbsp;? Je vis à l'étranger mais je connais bien nos mentalités, qui ne semblent pas beaucoup s'améliorer avec une modernité acquise "clé en main" dès les premières heures. Au contraire, les radicalités se sont confirmées et se radicalisent encore et toujours.on L’insatisfacion, la déception, la colère … Puis la négation&nbsp;; le refus ...

Mais j'imagine tout de même que les Algériens ont encore du génie ; il se trouve que j'en suis. Et je me fais cette remarque : les Algériens ont accédé à l'indépendance sur des bases fausses. L'Etat s'est installé avec des outils politiques empruntés, avec pour objectif primordial d'accéder à la modernité au regard du monde&nbsp;!! Résultat&nbsp;: où une instabilité structurelle.
Aucun gouvernement ne s'est préoccupé des sensibilités locales et diversifiées. Aucunn n'a demandeé son avis aux gens du terroire. Voici un sujet sur lequel nous pouvons nous rencontrer : l'arabisation à l'orientale à marche forcée a été un facteur de déculturation absolu !! Autant que l'importation massive et coûteuse et inutile de machines industrielles laissées à l'abandon faute d'usage !! Autant que la démocratie, la liberté d'expression, l'instruction ... ! Puis le fameux pluripartisme sur commandement du FMI ! Bingo&nbsp;! Les Algériens sont occidentalisés ou orientalisés, mais pas algériens de chez eux avec des valeurs et des moyens de chez eux.

Nous dépendons depuis l'indépendance (avant aussi mais ...) des puissances étrangères; Voilà le problème.
Les Algériens (anciens !) sont/ étaient des gens pondérés ; on les a mis sur des rails qui les ont emportés sans leur accord, sans qu'ils sachent où ni pourquoi on les poussait dans un sens puis dans l'autre, exacerbant les contradictions et les contrariétés. C'est ça qu'il faudrait corriger aujourd'hui ; à mon sens. Pour que tout ce que vous reprochez à tous les gouvermments cesse, il faudra que ce peuple indiscipliné soit associé aux décisions structurelles&nbsp;; au moins régionales. Les Algériens ne sont pas dirigeables au sens démocratique moderne du terme. Par contre ils ont du bon sens et une coutume de l'intérêt commun. Je ne pense pas vous apprendre quelque chose. A moins que ces valeurs sures ne se soient dissoutes avec le fossé creusé entre les jeunes générations et les anciennes grâce à une instruction sauvage confiée tour à tour à une coopération technique française en majorité, légère de mœurs et de méthodes&nbsp;; puis à une coopération oriantale inculte, grossière, qui aura semé les graines de l'islamisme ...

Que les Algériens essaient donc uns dirction collégiale, avec des représentants choisis par les citoyens et en public et non dans le secret de l’isoloire qui ne correspond pas à nos mentalités, pour voir si ça ne marcherait pas mieux ...

Ceci est une proposition ; faites-en d'autres lecteurs … Un problème qui ne trouve pas de solution n’est plus un problème mais un programme …

3.Posté par KOCEILAANTALAS le 19/07/2020 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Saidab Vous avez resume tout dans une seule phrase, il faudrait un programme, parceque les problèmes sont multiples : politiques, économiques, identitaire, c'est des reformes en profondeurs dont a besoin notre pays mais il ne peut se faire dans l'etat et avec le personnel en fonction pour les raisons que j'ai maintes fois mentionnées, pour ce faire faudrait il que le peuple [nous] puisse acceder a la parole et decider par lui meme d'élire les representants de son choix sur la base d'un programme consensuel, pragmatique, viable dépouille de toute enchère démagogique et partisane. Malheureusement il se trouve que le pouvoir en place est autiste, sourd et allergique a tout changement qui remet en cause ses privileges fut ce au detriment de la nation et sa mise en danger. Si j'insiste sur ce point nodal c'est que l'algérien a perdu toute confiance , comme c'est connu pour que tout projet de societe ait des chances de succes il faut que la majorite y adhere, faute de quoi en leur accordant le benefice du doute, c'est l'echec assure. Ce qui me sidere ils disent qu'ils aiment ce pays ce dont je doute fort, ils ne peuvent consentir a s'effacer, encore moins assumer leurs echecs et se racheter par une conduite honorable, ils persistent et signent tout en infantilisant le peuple en le maintenant dans l'etat de sujet pour ne pas reconduire le terme d'indigene.

Ce n'est pas les modes de consultations qui manquent a notre societe, le systeme de la Djema3a remonte a la nuit des temps et a pu maintenir la cohesion, la sécurité de nos societes, nous pouvons nous inspirer. Mais quitte a me repeter ceux d'en face ne reponde a aucune demande ou demarche, tu parles, tu vas en taule, tu ecris, tu vas en taule, alors de quel dialogue faudrait il parler, je ne crois pas a la violence, mais opposer l'inertie a ce regime est la seule réponse adequate. Par ailleurs se constituer en association si l'etat ne t'autorise pas, constitue un delit passible du code penal, leur seul credo democratique ; je decide, vous validez hormis ce postulat, il n'y a ni consultation, encore moins une participation aux decisions prises sans nous et emises.

Tout ce qui a ete fait, l'a ete sciement, les premiers a subir les assauts du regime de l'Algerie indépendante furent les étudiants [fer de lance de la conscience politique], ils les ont divises en islamiste et berberiste et communiste plus tard en laics et ce en les opposant et favorisant tantôt les uns, tantôt les autres, en créant les syndicats d'étudiants pour mieux les encadrer et les embrigader, corrompant les uns, emprisonnant les autres et ce a tour de role.

Puis vint l'arabisation, je te raconterai une anecdote ; lors d'une reunion avec la permanence du FLN [tout puissant a l'epoque] portant sur la sensibilisation de la mise en oeuvre de l'arabisation, apres le bla bla du representant du FLN, le wali intervient[je cite] ; Vu mon poste, je ne devrai pas dire ce que je dirai quand meme, ce n'est pas de notre faute si a notre naissance, nous serons sevrés par la langue mere parlee par nos parent qui se trouve ne pas etre l'arabe, je trouve que l'arabisation est un gaspillage de ressources dont nous avons grand besoin, nonobstant les problèmes lies a son application [etat civil] je souligne l'hypocrisie des pouvoirs publics, sachant que le conseil du gouvernement se tient en langue francaise, traduit a l'arabe, les administrations fonctionnent en langue francaise, outre le fait que les initiateurs de cette politique, s'ils sont convaincus de la justesse de leur demarche pourquoi envoient ils leurs enfants dans les grandes ecoles [la Sorbonne, Harvard, Oxford... Alors qu'allons nous arabiser, les murs [fin de citation], cela s'est passe en 1979,

Un autre cadre a fait l'allusion a l'approche de gestion de la region dont il avait la tache, a une reprise des pratiques coloniales monographie du Hoggar/Tassili 1977/1978

Le problème ne date pas de maintenant, c'est les memes automatismes, la meme demarche qui meut le pouvoir a ce jour. [en plus corrompu, liberalisme sauvage oblige]

Bonne journee cher ami.

4.Posté par saidab le 22/07/2020 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout d'abord, je propose de nous libérer de l’artificiel «vous» qui ne nous ressemble pas .
Ensuite, je crains que tu ne sois encore dans l'état des lieux courant Koceilaantalas : tu décris une situation de décomposition sans proposer de piste pour un remède possible. Ça, c'est de la théorie : «pour que tout projet de societe ait des chances de succes il faut que la majorite y adhere, faute de quoi en leur accordant le benefice du doute, …». Où cela se passe-il- ainsi ? Si tu peux citer des états où ça a été mis en pratique, dis-nous comment cela s'est produit, puis essaie de nous dire comment l'adapter à la société algérienne.

Dis-nous comment tu imagines que les Algériens pourraient y être sensibilisés. Ceci n'ouvre aucune perspective :« … ceux d'en face ne reponde a aucune demande ou demarche, ...;». Au contraire ! On n’obtient pas de consensus en opposant les uns aux autres. Cette posture ne peut que participer à une radicalisation partisane dans l'opposition des «clans» ; pour ou contre, ou pour tout autre chose.

Une population n'est pas une personne morale, pas un ensemble homogène : «il faudrait que ...» ... D'accord mais COMMENT. C'est à cette question qu'il ";»faudrait;» pouvoir répondre. Or, pour y répondre, il faudrait déjà savoir quoi proposer. Et .... Qui va proposer ? Toi, moi, ceux qui parlent et écrivent. Il se trouve que même à ce niveau d'échanges : individuels cordiaux, sans intérêts politiques claniques, nous ne voyons pas les choses de la même façon ... Supposons cependant que nous nous entendions (entre nous !) sur un consensus, ce sera toujours un projet imposé à ceux qui n’auront pas pris part à son élaboration. Il y aura toujours des personnes, groupes ou communautés qui n’en voudront pas ...

Ce dont nous avons besoin c’est que des personnes exposent des idées REALISABLES de résolution, que d'autres y prennent part en apportant des contributions perso, REALISBALES. Nous verrons bien. En attendant, l'expression «ceux d'en face», qui sont aussi des Algériens, nous maintient dans l’impasse. En ce qui me concerne, j'ai une préférence pour le «bénéfice du doute». Pour une raison aucunement philantropique mais absolument égoïste : j'apprécierais de bénéficier moi-même de la garantie du bénéfice du doute le cas échéant. Tu comprends je pense que je le réclame pour tous. A une condition: un contrôle rigoureux des travaux en réalisation ET réalisés. Et là se pose un autre problème; qui va assumer la fonction de contrôle? Qui formerait, et comment, ces contrôleurs? Tu vois mon ami, si toutes les questions qui se posent ne sont pas posées librement et ne reçoivent pas de réponses à la connaissance de tous, nous ferions exactement la même chose que ceux d’en face, qui que nous soyons.

Je pense que le premier pas à faire pour rendre possible un changement de paradigme dans un groupe, une entreprise ou une société est de changer de paradigme perso perso. Si chacun de nous reste accroché à ses convictions, il nous faut nous montrer cohérents et accepter qu'il en soit de même pour les autres. Opposer le «&nbsp;peuple&nbsp;» aux dirigeants, c'est ce que font les puissances ennemies, depuis l’indépendance. Faisons différemment.

5.Posté par Naceur le 22/07/2020 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@saidab
j'ai toujours martelé que ces gens n’ont qu'une seule idée en tète à savoir l'instauration d' une république à la sauce kabyle
Sauf que ça ne passera jamais

6.Posté par Saber le 22/07/2020 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La solution d'une politique économique pour le pays et ailleurs est en cours de réalisation et n'essayez pas de précipiter les choses inutilement.

7.Posté par saidab le 22/07/2020 21:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a la politique économique et il y a la politique sociale et éducative. La politique économque seule ne modifiera pas les mentalités.
La personne du lien donné par Saber parle un arabe que seuls les Algériens arabisés peuvent comprendre. Que fait-on des autres dans ce pays ?

Il serait temps d'abandonner le ciblage d'une communauté par rapport aux autres en Algérie. C'est une façon comme une autre d'entretenir une fitna haïssable.

Bonne soirée à tous

8.Posté par saidab le 26/07/2020 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà ... Une fois sortis de la confronation, de l'accusation, de la remise en cause et de la complainte, nous n'avons plus rien à nous dire ; c'est normal. Aucune forme de violence (l'acusation en est une) ne peut être une source de créativité, de liens. Une communication cohérente, conséquente ne peut être que positive car le positif ouvre des perspectives de partage, quand le négatif ferme jusqu'aux portes déà ouvertes.

Je souhaite aux Algériens vivant en Algérie (les autres aussi mais eux vivent hors du tourbillon) de parvenir à s'apaiser dans leurs rapports aux autres Algériens ; qui ne sont pas d'accord avec eux. Il n'y a pas de "ceux d'en face" dans un pays. Il y a tout le monde : ceux qui veulent que le pays prospère et que la société s'harmonise ; et ceux qui oeuvrent pour le contraire. Il y au aussi ceux qui ne se sentent concernés ni par les uns ni par les autres. C'est leur droit ... Ou plutôt leur malchance, car ils n'auront pas acquis le sentiment de leur appartenance à leur société mère. Et ça, c'est de la responsabilité des politiques éducatives, sanitaires, sociales ... Oui, il y a l'économie ! Mais c'est une paille sèche si elle ne sert qu'à produire des biens et des richesses matérielles et virtuelles au bénéfice des plus futés ; des moins scrupuleux. Des plus destructeurs ...

9.Posté par KOCEILAANTALAS le 27/07/2020 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ saidab Pour cela je joins mon souhait au tien, il n'y a pas de problème entre algériens [je veux dire les individus], par contre il serait illusoire de croire que le systeme qui a regente la vie des algériens post indépendance a ce jour puisse etre accepte, il serait grand temps de laisser le peuple decider par lui meme et pour lui meme, il lui appartient de faire le choix qui lui sied, nous pouvons diverger sur nombre de points, mais nous pouvons nous accorder sur l'essentiel sans pour autant exclure qui que se soit, meme nos gouvernants ont des droits, indépendamment de tout grief a leur encontre, je ne suis pas de ceux qui demande de pratiquer la vengeance, car celle ci n'a pas lieu d'etre, la seule chose que demande le peuple serait de lui rendre justice, et que le droit devrait s'appliquer a tous et non son instrumentalisation. Partant de ce postulat qui est que le droit doit primer dans notre societe, nous devons aussi faire notre mea culpa, parce que si on est arrive a ce stade, nous avons une part de responsabilité en laissant faire, au pire en étant complices, toutefois la responsabilité est la leur et ne peuvent se défausser. Pour avancer il faut etre deux, en acceptant les changements que reclame le peuple et ce depuis plus d'un an, helas que voit on? le s memes pratiques, les mensonges, la langue de bois et j'en passe et cela le peuple n'est pas dupe, meme si au fonds de lui meme il espérait que le vent du changement toucherai leur fibre patriotique, leur honneur [ils n'ont pas cela], comme disait feu Martin Luther King ''J'ai fait un reve'' pour ce qui est de la politique economique, elle ne peut exister sans ce préalable pour que notre peuple puisse accepter les sacrifices a consentir et a venir pour relever notre pays ou du moins lui faire traverser cette periode difficile avec le moins de casse possible. Comme l'on dit la colere est mauvaise conseillere, seul le dialogue franc, sans equivoque portant sur le devenir de notre nation pourrait nous sortir de cette orniere. Quand aux opportunistes des revolutions ils ont de tout temps exister et en tout lieu, pour cela nous devons avoir confiance en nous en nos espoirs et en la justesse de notre combat
Bien a toi cher ami meme si tu n'es pas physiquement avec nous ton esprit est parmi nous, et par tes participations tu honnore ce peuple.

10.Posté par saidab le 27/07/2020 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Koceilaantalas,
Il nous reste un point à éclaircir : qui peut amener le "peuple" à prendre son devenir en main ? Là me semble résider le coeur du problème. Car le "peuple" n'est pas une unité homogène (je me répète ...) mais un ensemble hétérogène en Algérie, qui aurait besoin de s'entendre sur quelque chose. C'est ce "quelque chose" qui devra être semé dans l'esprit des personnes pour qu'elles parviennent à se reconnaître en tant que peuple. Indépendamment des pratiques individuelles qui doivent rester privées.

Pour l'instant, et ce depuis l'indépendance, les Algériens sont divisés dans leurs approches de la situation nationale du fait d'une disparité de sensibilités liée à la politique de division pratiquée jusqu'à présent. Peut-être par erreur ; peut-être par obédiences ; peut-être par calculs ... Ayant enseigné en Algérie, je sais comment on peut dominer les jeunes en tant qu'enseignant, dominer lels enseignants en tant que chef d'établissement, dominer les fonctionnaires en tant que ministériels, dominer le patient ou le client en tant que médecin ou prestataire, dominer le civil en tant que porteur d'un uniforme ... Je sais tout cela. Je sais pour avoir séjourné une une petite année en Algérie pendant les années 90 que les Algériens restent fondamentalement porteurs de valeurs morales et humaines sures, en même temps qu'ils débordent d'une colère sourde. Parce que leurs aspirations sont étouffées, leur créativité cadenassée.

Ce sont ces valeurs qu'ils doivent absolument préserver contre les appels d'une modernité gluante trompeuse. Pour cela, les jeunes ont besoin que des adultes intègres leur donnent l'exemple. Où cela peut-il se faire ? Dans une proximité immédiate : l'immeuble, le quartier, la ville. Comment ? On n'a pas le choix : par la parole (je ne dis pas "leçon" !). Une parole partagée là où l'on vit tous les jours. Pas dans des actions dites "politiques" qui ne touchent personne à titre individuel mais parviennent à opposer tout le monde sur des idées et des principes !! Les idées et les principes ne font pas la réalité. C'est de la réalité que doivent naître les idées et les principes ; pas des discours. Le renouveau politique ? Il ne viendra pas des textes ou de révolutions mais des conduites. Les dirigeants sont encore dans l'erreur ? Apprendre à communiquer avec eux. Et d'abord, apprendre à communiquer entre citoyens sans s'emporter, s'accuser, se dédaigner. Après il sera possible de "parler" avec les politiques (avec !). Les partis politiques jouent le jeu de la division, bien malgré eux ! C'est le principe même du fameux "pluralisme" : être contre "ceux d'en face" ; même s'ils disent la même chose que nous !

Les Algériens débordent de vie ; l'Algérie déborde d'une beauté attachante. Que la source suive son cours et les Algériens réinventeront la ... modernité à leur image. Ils ne peuvent pas trouver leur voie dans la reproduction à l'identique du monde dit "moderne", qui est un poison pour le coeur, pour l'esprit. Et pour notre niche écologique.

Bonne journée à tous

11.Posté par KOCEILAANTALAS le 27/07/2020 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ saidab Sur ce point je te rejoins, il va falloir nous réinventer, et nous reapproprier les valeurs ancestrales qui furent les notres, je pense que nous sommes sur la bonne voie, depuis le 22/02 quelque chose a change en nous [en mieux], altruisme, solidarité, prise de conscience,.... Tout ce que tu cites est en mis en pratique pour que nous ayons un dialogue inclusif, comme l'on dit a malheur quelque chose est bon, toutes les vicissitudes traversées nous ont servi de garde fou, d'ou ce mouvement puissant mais pacifique donnant a notre pays des images inédites au monde. Ce n'est pas le peuple qui inquiete mais le pouvoir en place ; une bete blessée et acculée dans ces derniers retranchements peut etre tres dangereuse, c'est pour cela que la transition doit se faire dans le calme pour notre bien a tous. Le peuple est heterogene, quel est le peuple qui ne l'est pas toutefois la majorite ecrasante est pour le changement , Etat de droit, primaute du politique sur le militaire, droit a la parole, droit au choix de nos gouvernants,
l'Algerie n'est pas sterile et je ne pense pas que ceux qui nous gouvernent sont le summum de la bonne gestion bien au contraire au vu des resultats existants [la faillite et le chaos], comme tu le dis l'algériens veut vivre epanoui dans son pays sans pour autant rechercher un hypothetique Eldorado chimérique ailleurs, sachant que notre pays regorge de potentialites tant humaines que materielles. La prise de conscience vient doucement mais surement et le changement est inevitable quelque soient les manoeuvres du regime pour s'y derober. Bien a toi

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires