MONDE

Relation entre Hitler et réchauffement lunatique



Sylvain Laforest
Vendredi 16 Août 2019

Relation entre Hitler et réchauffement lunatique



Si je vous disais qu'il existe un lien direct entre Adolf Hitler et la fable du réchauffement climatique anthropique, penseriez-vous qu’il faut m’emballer dans une camisole de force et me cloîtrer dans une cellule capitonnée sous ambiance musicale apaisante et senteurs de lavande ?


En 1917, Lord Arthur Balfour, ministre des Affaires étrangères de Sa Majesté, écrivit à Lord Rothschild, le banquier mondialement connu et vice-président du Conseil des députés juifs :






Cher Lord Rothschild,


J'ai le grand plaisir de vous adresser, de la part du Gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante, sympathisant avec les aspirations juives sionistes, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui.


Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour les Juifs et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et aux statuts politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays.


Je vous serais obligé de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.


Cordialement, Arthur James Balfour.





Grâce à la déclaration Balfour de 1917, nous savons que les banquiers internationaux voulaient créer une nation juive en Palestine. C’est ainsi qu’ils envoyèrent au préalable Lawrence d'Arabie, afin qu’il obtienne pour eux la Palestine. Le timing historique de Hitler fut absolument parfait avec sa publication de Mein Kampf en 1925 ; en fait, si parfait que l’on se demande pourquoi les cours d’histoire n’en font même pas mention dans les universités ! À peine 8 ans après la déclaration Balfour, quelle ne fut pas l’opportunité de l’apparition d’un dirigeant allemand raciste, qui voulait débarrasser l'Europe de sa population juive, au moment même où Rothschild avait besoin de Juifs pour peupler son nouveau pays ! Rien d’étonnant à ce que Hitler ait obtenu l’énorme financement dont il avait besoin entre 1933 et 1939, pour constituer la plus puissante armée de la planète, alors même que l’Allemagne devait 132 milliards de dollars de réparations, même si sa monnaie était écrasée par l'hyperinflation en 1923, et que le pays souffrait encore du krach mondial de 1929. Grâce à Hitler, en 1948, la déclaration Balfour fut mise en application et Israël créé.



L'objectif



Mais pourquoi les banquiers ont-ils voulu créer un État juif en Palestine ? Le sujet est ouvert à la spéculation, à commencer par la raison biblique que la Palestine a été volée aux Juifs il y a 2000 ans, raison ne tenant que si l’on pense que la Bible est source de faits objectifs. Si la justice de l’Histoire expliquait la restitution de la Palestine aux Juifs, cela voudrait dire logiquement que tout le monde devrait être expulsé des Amériques, à part les Amérindiens.


Pour en revenir à la réalité, le 20ème siècle fut inauguré par la première guerre mécanisée et il accompagna la naissance de la production industrielle de voitures et d'avions. Il devint évident à l’époque que le pétrole était non seulement la principale ressource nécessaire à la croissance économique des nations, mais que contrôle du pétrole était manifestement synonyme de contrôle du monde.


Il faut tant de pétroles aux armées pour se déplacer, que les compagnies pétrolières étasuniennes et britanniques auraient pu immédiatement clouer la Wehrmacht et la Luftwaffe sur la ligne de départ, puisque l’Allemagne n’a pas une seule goutte de pétrole sur son territoire. Contrôler le marché mondial du pétrole est synonyme d’avoir le luxe de décider qui en aura et qui n’en aura pas, et Lord Rothschild savait dès 1917 que la région du Moyen-Orient renfermait les plus grands gisements pétroliers de la planète. C’est synonyme aussi de contrôle du prix du baril, chose cruciale. Les États-Unis et le Canada ont toujours d'importants gisements pétroliers, mais pour être profitable et rentable, leur coût d’exploitation exige le maintien de prix beaucoup plus élevé qu'aujourd'hui.


Sur ces entrefaites, en 1982, la publication sioniste de Oded Yinon intitulée Projet du grand Israël, confirma que la création d’Israël avait toujours eu quelque chose à voir avec le contrôle du marché pétrolier, puisque le grand Israël couvrirait le Liban, la Syrie, la Jordanie, le Sinaï égyptien, le Koweït et d’importantes parties de l’Iraq et de l’Arabie saoudite, ou pour le dire simplement, un pan immense du Moyen-Orient producteur de pétrole. Ainsi, dès sa création en 1948, Israël commença à attaquer ses voisins les uns après les autres, jusqu’à ce que ce satané Poutine anéantisse ce projet pervers, en septembre 2015. Israël ne peut plus se déployer sur et au-delà de la Syrie, sa voisine mitoyenne.


Lavage de cerveau mondial et changements lunatiques



Dans l’intervalle, en 1973, l'Arabie saoudite déclencha une crise pétrolière qui fit grimper de 400% le prix de l'or noir. Pendant près d'un an l'économie des États-Unis et de tous les pays satellites occidentaux, en fut paralysée. Ce fut un coup de semonce pour les banquiers internationaux. Ils comprirent que leur ventre mou, leur talon d’Achille, était de n’avoir pas mainmise sur le marché pétrolier. C’est ce qui les poussa à concocter leur plan B : Si pour une raison quelconque, l'armée des banquiers, l'OTAN, n’avait pas les moyens de s’accaparer le marché pétrolier en agrandissant Israël et en assujettissant les grands pays producteurs de pétrole, les pays vassaux devraient passer du pétrole à l’électricité, afin de ne plus dépendre des producteurs pétroliers belligérants qui se contrefichent du Nouvel Ordre Mondial.


Et c’est ainsi que la Commission trilatérale fut créée en 1973 par David Rockefeller, le plus grand banquier et maître ès conspirations mondiales, qui pondit vraisemblablement l’idée du réchauffement climatique anthropique dû au dioxyde de carbone produit par la combustion de pétrole. Rockefeller était aussi à la tête du Council on Foreign Relations, un organe de contrôle des médias d’information. La Commission trilatérale conçut l'Agenda 21 en 1992, et Al Gore, membre de la trilatérale, devint rapidement le meilleur propagandiste.





Dans le vrai ciel, les nuages de vapeur d'eau séparent l'air chaud de l'air froid. Pour le constater, il vous suffit de vérifier la température extérieure lors de votre prochain voyage en avion ! Malgré son inanité scientifique, puisque seuls les nuages séparent l’air chaud de l’air froid, l’effet de serre du dioxyde de carbone entra en grande pompe dans l’éducation scolaire. De ce fait, le dioxyde de carbone fut promu officiellement saloperie polluante dans la seconde partie des années soixante-dix. Peu importait le fait qu’avec une température moyenne de 14,5°C, la Terre traversait une période froide de son histoire climatique, la baisse de température étant entre 24,5 et 10°C ; mais personne n’était obligé de le savoir. Nos professeurs ne pouvaient pas non plus nous dire que l'activité humaine ne produit qu'environ 3% de tout le dioxyde de carbone, et que c’est la nature qui produit l’énorme excédant. Pensez à ça : Si le dioxyde de carbone faisait barrage à la température, pourquoi nous enquiquinons-nous avec l’argon pour isolant dans les fenêtres à double vitrage ? Le vrai cycle naturel du réchauffement climatique était à l’époque très opportun pour rendre crédible la théorie anthropique, mais vers 2002, le climat commença lentement à tendre vers le froid. Comme il suffit d’ouvrir la porte pour le constater, la manipulation des données climatiques par la NASA et les mensonges outranciers du GIEC, ont des limites. Le discours se changea donc en « changements climatiques", changements qui pour quelque raison mystique, sont toujours dus à la combustion de pétrole !





Après que Poutine eut aidé Assad à débarrasser la Syrie des groupes terroristes de l’OTAN, en 2015, le rêve des banquiers, agrandir Israël, prit fin. À l’époque où la presse commença à diaboliser le plastique, autre sous-produit pétrolier, pour faire en sorte que le passage à l'électricité devienne une urgence plus prioritaire que tout, sans crier gare, des continents de plastique émergèrent des profondeurs et les baleines commencèrent soudainement à s'étouffer avec. Les masses crédules sont programmées pour voir un lien entre le plastique et le réchauffement climatique, et il ne semble pas qu’ils soient dérangés par cette ânerie.


Malheureusement pour les banquiers, il reste le plan B, la transition énergétique. Or électricité égale centrales nucléaires, centrales nucléaires égale catastrophes d’ampleur Fukushima et déchets radioactifs dangereux, électricité égale milliards de batteries mortes pleines d'acide ; alors que la combustion du pétrole produit 1% de monoxyde de carbone et 99% de manne pour plantes, puisque le dioxyde de carbone est pour elles ce qu’est l’air pour les humains. Ce n'est que de la biologie du niveau secondaire.



Aujourd'hui



Le marché mondial des hydrocarbures est entre les mains de pays indépendants, Venezuela, Iran, Russie, Syrie, Qatar, Nigeria, et d’alliés peu fiables des États-Unis, Arabie saoudite ou Irak. Le Plan A ne tient à l’évidence qu’à un fil, avec les espoirs sur l'Iran et le Venezuela, deux des plus grandes réserves d’hydrocarbures du monde. La vérité est que les banquiers internationaux, les Rothschild, les Rockefeller et autres Goldman-Sachs, savent que la réussite de leur plan A n’a que de sombres perspectives, puisque l’OTAN est militairement très en retard par rapport à la technologie russe qui protège désormais les pays indépendants. Voilà pourquoi les banquiers poussent maintenant leur plan de transition énergétique, un plan B des plus idiots, puisque les armées, les cargos et les avions de ligne ne sont pas à piles.


De toute façon, le lien entre Hitler et le réchauffement climatique anthropique est à désormais aussi limpide qu'un ruisseau printanier : Hitler a ouvert la porte d’entrée à la création d'Israël et, puisque Israël ne s’agrandira jamais, le réchauffement climatique anthropique est la dernière porte de sortie. Le contrôle du marché pétrolier se trouvait entre les deux portes.


La véritable histoire devient tellement drôle et simple quand on commence relier les faits entre eux. Les écoles devraient s’attaquer à l’enseignement de cela à la place de l'effet de serre non scientifique du dioxyde de carbone et de l'absurde réchauffement climatique anthropique ou changements climatiques, quel que soit le nom dont on pourrait maintenant affubler cette théorie.


Il y a urgence, signons un pacte !



Oriental Review, Sylvain Laforest, 14 août 2019


Original : orientalreview.org/2019/08/14/connecting-the-dots-between-hitler-and-global-warming/

Traduction Petrus Lombard






Samedi 17 Août 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires