Diplomatie et relation internationale

Réaction de John Kerry sur les attaques de Paris, un grand moment de diplomatie


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 16 Avril 2019 - 00:25 U.S.A : Ne sont plus des « Tovarishch »



http://vodkaetpelmini.blogspot.de/
Vendredi 20 Novembre 2015

Réaction de John Kerry sur les attaques de Paris, un grand moment de diplomatie
'There's something different about what happened from Charlie Hebdo, and I think everybody would feel that', said Kerry. 'There was a sort of particularized focus and perhaps even a legitimacy in terms of - not legitimacy, but a rationale that you could attach yourself to somehow and say, ok, they're really angry because of this and that. This Friday was absolutely indiscriminate'.

"Il y a quelque chose de différent à propos de ce qui s'est passé depuis Charlie Hebdo, et je pense que tout le monde le ressent" dit Kerry. "Il y avait [pour les attaques de Charlie Hebdo] une sorte de mise au point particulière et peut-être même une légitimité en termes de - pas légitimité, mais une logique qui pourrait vous lier d'une certaine manière et dire, ok, ils sont vraiment fâchés à cause de ceci ou cela. Ce vendredi a réellement été sans discrimination."

On pourra en gros estimer, que la remarque de Kerry, chef de la diplomatie étasunienne, est totalement déplacée et hors de propos. Etablir ou tenter d'établir, voir même uniquement suggérer un classement sur le fait de savoir si entre Charlie ou Paris, un de ces deux actes terroristes avaient plus de légitimité, laisse perplexe. Que le gouvernement français ne demande pas d'explications, reste aussi mystérieux.

Comme on le dit depuis bien longtemps, la Russie a une certaine tenue dans le temps de sa politique étrangère, depuis Poutine qui disait aller chercher et détruire les terroristes jusque dans les chiottes, rien n'a changé à Moscou, on hait toujours les terroristes et le terrorisme, sans tenter d'y mettre de la compréhension, de la légitimité, un certain "focus" ou une logique [rationale] et encore moins d'établir une hiérarchie.

Après, la diplomatie étasunienne semble en ligne avec la presse qu'elle guide au doigt et à l'oeil, c'est à dire que Paris est pire qu'Ankara, qui est pire que Beyrouth, qui est pire que le Sinaï, qui reste pire que l'Irak, pour finir par l'Afghanistan. Oui, la diplomatie US et son système de presse ont établi un maitre-étalon de l'indignation et de la gravité de la mort d'un être humain. Kerry en est le porte-voix officiel et mondial de système de cotation, Washington D.C. publie l'indice de l'indignation, comme Wall Street celui de la bourse.

http://russia-insider.com/en/politics/john-kerry-speaks-terrorism-makes-complete-ass-out-himself/ri11302

http://vodkaetpelmini.blogspot.com/2015/11/reaction-de-john-kerry-sur-les-attaques.html
 


Vendredi 20 Novembre 2015


Commentaires

1.Posté par hasbeen le 20/11/2015 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quelle est la meilleures ou la pire ?

une résolution de l'onu ... comme la ... 1973 libyenne ?

ou ....

... montrer à quelle point les gouvernants démocrates sont soutenus par leur démocratie ?

y'a qu'à .. -

2.Posté par oh-daz le 20/11/2015 21:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OUF ! ! ! mr kerry....grâce a cette cacophonie, votre attentat contre l'hopital de m. s. f. en Afghanistan qui
rappelons le a fait des dizaines de victimes, est parti aux oubliettes..

3.Posté par oh-daz le 21/11/2015 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et, pendant ce temps, aux states :

..." Privés d'avion parce qu'ils parlaient arabe
Faits divers en direct
-

Deux passagers ont été empêchés d'embarquer ce mercredi à bord d'un vol Chicago-Philadelphie parce qu'ils discutaient en arabe, un incident qui témoigne de la nervosité ambiante liée aux attentats de Paris, à l'origine de faits similaires sur d'autres vols aux Etats-Unis.

Maher Khalil et Anas Ayyad, citoyens américains d'origine palestinienne, allaient monter à bord d'un vol Southwest Airlines lorsqu'un agent de la compagnie américaine leur a indiqué, en s'excusant, qu'ils ne pourraient pas embarquer parce qu'un autre passager, les ayant entendu parler arabe, avait peur de voyager avec eux.

Les deux amis ont été interrogés par le service de sécurité de l'aéroport de Chicago Midway (centre-nord) ainsi que par la police, avant d'être finalement autorisés à embarquer.

Une fois à bord, plusieurs passagers inquiets ont demandé à Maher Khalil d'ouvrir la petite boîte blanche qu'il avait en main, a-t-il raconté à la chaîne locale NBC 5 Chicago.

"Du coup, j'ai partagé mon baklava (gâteau oriental) avec eux", a-t-il expliqué, avec une pointe d'ironie. Sollicité par l'AFP, Southwest Airlines a fait état de "conversations (du personnel) avec des clients qui nous ont approché durant la procédure d'embarquement", sans plus de précisions. "Tous les passagers ont voyagé jusqu'à Philadelphie, où ils sont arrivés avec dix minutes de retard", a ajouté la compagnie.

Plusieurs autres incidents se sont produits ces derniers jours sur des vols intérieurs aux Etats-Unis, impliquant systématiquement des passagers originaires du Proche-Orient.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires