International

Ramin Mehman-Parast conditionne la présence de l’Iran à la prochaine conférence de Londres sur l’Afghanistan



Mardi 26 Janvier 2010

Ramin Mehman-Parast conditionne la présence de l’Iran à la prochaine conférence de Londres sur l’Afghanistan
Le porte parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehman-Parast, dans un entretien exclusif avec l’IRNA a déclaré qu’ il est nécessaire qu’une approche régionale se dégage pour inciter de la prochaine conférence sur l'Afghanistan qui s'ouvre à Londres le 28 janvier prochain».
« Nous étudions toujours l’idée d’une participation de l’Iran à la conférence de Londres sur l’Afghanistan mais il est peu probable que nous participions à cette conférence si Londres ne privilègie pas une approche régionale du problème afghan ».

Par ailleurs, l'Iran a pris part aux conférences régionales sur l'Afghanistan qui se tiennent respectivement en Turquie et en Russie.

"Le premier vice-président iranien Mohammed-Reza Rahimi, chef de la délégation, assistera à la conférence d'Istanbul aujourd’hui mardi 26 janvier," a indiqué dimanche le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehman-Parast.

L'Iran a pris part également prendre part à une autre conférence sur l'Afghanistan organisée par l'Organisation de Coopération de Shanghaï (SCO), selon Mehma-Parast.

Le vice-ministre des Affaires étrangères chargé des Affaires du Pacifique et de l'Asie, Ali Fathollahi, a représenté l'Iran à la conférence, prévue lundi à Moscou.

Ramin Mehman-Parast avait invité les participants aux deux conférences à se concentrer sur le développement d'une approche régionale des questions afghanes, estimant qu' "accorder de l'attention aux approches régionales permettrait de les faire aboutir.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a déclaré la semaine dernière pour sa part que son pays participera à la conférence sur l'Afghanistan organisée à Londres la semaine prochaine si ses points de vue sont pris en considération.

L'Iran a déjà appelé les forces de l'OTAN en Afghanistan à quitter le pays et à laisser les Afghans établir la sécurité dans leur pays avec l'aide des Etats de la région.

La Conférence sur l’Afghanistan, qui, à l’initiative du président de la République française, de Mme Merkel et de M. Brown, se tiendra le 28 janvier à Londres permettra à l’Afghanistan et à la communauté internationale de définir le cadre de leur relation pour les prochaines années.

Cette définition est d’autant plus nécessaire alors que s’ouvre, avec la réélection du président Karzaï, une nouvelle phase dans le processus de reconstruction de l’Afghanistan.

Une stratégie globale avait été actée au Sommet de l’OTAN de Bucarest puis lors de la Conférence de Paris en 2008 mais sa mise en œuvre doit à présent évoluer pour permettre une transition vers une appropriation accrue des responsabilités par les Afghans.

Ce sont les modalités de cette transition qui seront décidées à Londres le 28 janvier. Pour assurer sa mise en œuvre effective, les autorités afghanes et la communauté internationale prendront des engagements mutuels.

Pour les Afghans, dans la continuité du discours d’investiture du président Karzaï sont attendus des engagements clairs et fermes pour une action plus déterminée et plus efficace en matière de gouvernance, et sur le plan intérieur par le renforcement des capacités civiles et de sécurité afghanes, la lutte contre la corruption, un effort majeur en faveur de la gouvernance locale, le développement économique et le dialogue politique national .




Mardi 26 Janvier 2010


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires