Reflexion

RAPPELEZ-VOUS TUNISIENS !


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 25 Octobre 2018 - 11:16 La barbarie commence seulement

Jeudi 11 Octobre 2018 - 21:00 Le rêve du pape François


Sept mois après le début du soulèvement populaire, le pouvoir en place est resté le même, ses pratiques sont là pour le prouver: après avoir donné le change sous la pression de la Révolution, le voila revenu au seul langage qu’il connaisse : répression sauvage du mouvement révolutionnaire, arrestations arbitraires, enrôlement de force dans l'armée de jeunes manifestants, enlèvements de citoyens, etc.
Ses hommes de main montent des opérations violentes visant à discréditer les partis politiques rebelles, dans le but de semer le doute dans l'esprit des Tunisiens et la peur dans leur cœur.
En face de ce pouvoir corrompu, les partis politiques et les organisations, censés représenter le peuple, se sont scindés en deux: d'un côté les partis déjà "reconnus" par l’ancien régime (Ettajdid, PDP...), auxquels se sont joints d'autres partis opportunistes (Ettakatol, le pôle démocratique et moderniste, Afek...) et d'autres, taxés de rééditions du RCD. Ces partis soutiennent le régime et alimentent ses campagnes de dénigrement du mouvement révolutionnaire et de ses représentants !
De l'autre côté, les partis qui soutiennent le mouvement révolutionnaire et continuent le combat pour la réalisation des objectifs de la révolution, dont le CPR, le PCOT, Ennahdha. Ces partis sont continuellement en butte à d'insidieuses manœuvres, qui visent à salir leur réputation, démobiliser leurs militants et empêcher leur voix d'arriver jusqu'au peuple.
Cette situation peut être résumée en deux mots : contre-révolution !


Oumeima KRICHEN
Mardi 26 Juillet 2011

RAPPELEZ-VOUS TUNISIENS !
L’ISLAM, BIEN PLUS QU’UNE RELIGION : UNE ARME DE RESISTANCE

A peine Ben Ali chassé et une fois passée l'euphorie de la victoire, certains courants sortirent la rengaine préférée des dictateurs à la solde de l'impérialisme occidental: laïcs contre islamistes. Le système Ben Ali toujours en place fut relégué au second plan par les courants "laïcs", qui se concentrèrent sur les problèmes idéologiques, et multiplièrent les actions unilatérales.
Pour les besoins de la cause, Bourguiba fut sorti du placard du RCD et agité au nez des « ennemis » de toujours, les défenseurs de l'identité arabo-musulmane et de la résistance au nouvel ordre mondial. Ennahdha, mais également des partis laïcs comme le CPR, sont en ligne de mire et les partis « officiels » sont désormais mis à contribution dans cette stratégie dont le but est de saper le mouvement révolutionnaire.
La contre-révolution bat son plein et de nombreux Tunisiens sont emportés par le courant.

« ILS » NE SERAIENT BONS QU’À MOURIR POUR NOUS ?

Mais revenons encore plus en arrière. Certains ont l'air d'avoir oublié pourquoi les Tunisiens se sont soulevés, pourquoi plus de 300 parmi eux sont morts ! Il n'y a pas si longtemps, sept mois, ils ne se sont pas demandés si ceux qui avaient bravé les tireurs de Ben Ali, avec tout le courage, toute la détermination du monde, étaient des laïcs ou des islamistes, si leurs mères et leurs femmes portaient le voile ou la mini-jupe, si leurs pères et leurs frères fréquentaient la mosquée, étaient berbères ou faisaient partie d'une quelconque "minorité"-- comme on en voit proliférer en ce moment sur Facebook et ailleurs !
Sept mois après le début de ce soulèvement POPULAIRE, qui a libéré les Tunisiens de vingt trois années de dictature féroce, qui leur a rendu leur dignité bafouée, leur estime de soi et la considération de tous les autres peuples, il ne reste plus rien de l’esprit de la Révolution chez certains!
On a sorti tous les arguments utilisés par Ben Ali, arguments d'ailleurs devenus de véritables programmes politiques pour certains partis qui ont décidé de ne pas travailler pour la Tunisie mais contre les Tunisiens ne partageant pas leurs opinions!
On ne parle plus des objectifs de la Révolution et la parole confisquée par la dictature et qui nous été rendue par le sacrifice de nos martyrs sert désormais à vilipender la jeunesse révolutionnaire, sous prétexte qu'elle est manipulée par les islamistes. Le PDP, Ettajdid, Ettakatol, le pôle, Afek… se déclarent ouvertement contre les forces qui continuent la lutte, cautionnant de ce fait la répression.

LE ROLE DES ELITES « OCCIDENTALISEES »

Qui peut prétendre aujourd'hui que la Tunisie est a l'abri de l'enchainement désormais tristement connu : d'abord, la laïcité est imposée par un régime autoritaire voire dictatorial, ensuite, une transition démocratique favorise la liberté d'expression (du moins en apparence) mais aussi l’ascension de partis à tendance islamiste dans la place politique, enfin, cette évolution est dénoncée par les élites occidentalisées. Quelques attentats sous fausse bannière et le tour est joué. Il ne reste alors plus qu’à appeler à une intervention militaire pour soi-disant restaurer l'ordre laïque. L’expérience algérienne est l'exemple le plus récent et le plus dramatique de cet enchaînement catastrophique.
Voulons-nous réellement reproduire le même schéma en Tunisie ? Sommes-nous incapables d’apprendre des erreurs des autres peuples, de nos voisins ? Il est temps que ces élites comprennent que la laïcité n'est pas envisageable sans la démocratie et qu’elle ne peut en aucun cas primer sur la souveraineté du peuple !
Il faudrait aussi que ces élites admettent que c'est à elles qu'il incombe de se remettre en question. Si elles n’y arrivent pas, tant pis pour elles. L’Histoire ne s’arrêtera pas pour autant et la Tunisie enfantera une élite digne d’elle et du sacrifice de ses enfants !

LE RISQUE QUE LES ELECTIONS SOIENT TRAFIQUEES

La révolution tunisienne censée être une révolution démocratique s’est transformée en une querelle ridicule entre extrémistes de tous bords. De politique, le combat s’est transforme en affrontement idéologique et ce, pour le plus grand bonheur de tous les ennemis de la Révolution, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Toutes ces divisions au sein de la société et ces diversions délibérées et auxquelles ont pris part des gens de bonne foi ou pas, ont permis aux forces contre-révolutionnaires de mieux s’organiser. De nombreuses sources indiquent que l’on commence d’ores et déjà à trafiquer les dispositifs électoraux dans les régions, afin d’assurer la victoire de répliques du RCD. La contre-révolution va bon train et tout le monde regarde ailleurs.

L’ENJEU EST CAPITAL ET LA RESPONSABILITE EST HISTORIQUE

La Palestine, l'Afghanistan, l'Irak, le Bahreïn, la Libye, le Yémen, le Liban, la Syrie, la Tunisie, l'Egypte... Combien de pays arabes et/ou musulmans sont sous le joug de l'impérialisme? Combien de peuples arabes sont asservis et massacrés par des dictateurs mis en place par les USA/Israël ou carrément par leurs armées, leurs chars, leurs bombes...? Soyons clairs là-dessus, nous sommes en train de nous battre contre les plus grandes plaies de l'histoire récente de l'humanité: l'impérialisme et le sionisme! Notre avenir se joue en Tunisie et dans les autres pays arabes ! Nous avons le choix entre refaire partie de l'Histoire ou rester à la traîne pour encore plusieurs siècles en nous déchirant et en nous divisant pour des chimères made in France/USA, faites justement pour servir leurs intérêts et pour nous broyer à jamais!

Oumeima KRICHEN, le 26-07-2011


Mardi 26 Juillet 2011


Commentaires

1.Posté par Wahid ESSID le 26/07/2011 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis rentré de Tunisie (mon pays d'origine) il y a quelques jours. tout était calme et tranquille comme d'habitude, comme s'il n'y avait pas eu de révolution sauf qu'il y a une pénurie de ciment à cause de grèves parait-il.
J'ai lu avec intérêt l'article et je voudrais faire une remarque. Je suis tout à fait conscient de l'impact négatif de l’impérialisme et du sionisme sur la Tunisie et sur le monde et à mon humble niveau je les combat ne serai ce qu'en faisant prendre conscience à mes amis à travers le dialogue mais j'ai été choqué en Tunisie quand je me suis rendu au Monoprix pour acheter quelques bouteilles de rosé. le rayon alcool avait disparu !!! Après information, j'ai appris que des islamistes avaient ordonné au magasin de supprimer l'alcool de ses rayons sous peine d'être dévasté. La chaine de magasins a donc supprimé l'alcool de ses rayons ce que je trouve scandaleux. Nous nous sommes débarrassé de la dictature de Ben Ali, ce n'est pas pour tomber dans une dictature islamiste radicale !!! Il était question au début de légaliser des partis islamistes modérés style AKP en Turquie mais c'est pas le cas, c'est des fous furieux ! S'ils ont de telles exigences alors qu'ils n'ont pas le pouvoir, qu'en sera t-il après ? Le Hijab pour tous ? une police religieuse ? Au risque de vous choquer, je préfère encore Ben Ali ! Je ne suis pas un alcoolique mais je ne permettrai à personne de m’empêcher de boire un verre de rosé ou de m'imposer une conduite tant que je respecte les autres. La religion est une question entre Dieu et moi, les intermédiaires peuvent rester chez eux merci, et je crois qu'une majorité de Tunisiens pensent comme moi. Alors je conseille vivement aux partis laïc qui font alliance avec les islamistes de recadrer leurs petit copains qui les utilisent pour faire bonne figure sinon la Tunisie va replonger dans l'avant 14 janvier et ils retrouverez l'exil et ça sera de leur faute !

2.Posté par Anticafard le 26/07/2011 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
je suis aussi tunisien et on s en tape de ton rosé je te souhaite
d en boire et de te prendre un poteau avec ta voiture en etat d alcoolemie
tu veu faire comme les europeens avec leur milliers de mort a cause des bourrés au volant.
sans parler de ceux qui ne boivent pas mais qui sont percute et tuer par ces ivrognes.
tu prend ces pretextes pour cacher ce qui est important comme la securitee,
protection contre les detournements de l argent publique,la tiranie,la torture,le meutre,la liberte de culte tous cela
il n y a que l islam que peu nous l apporter pas des pseudo democratie invente pas les rothschild pour controler
les societe a l echelle mondial va donc taper sur dailymotion (nouvel ordre mondial)et va voir ce qu il te prepare avec leur "democratie"tu va arreter de boire...

3.Posté par Omar Mazri le 02/08/2011 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne suis pas de nationalité tunisienne je ne peux donc rien vous apporter de concret sur le terrain sauf peut être le conseil fraternel d'un maghrébin qui a vécu la révolution algérienne contre le colonialisme dans sa chair et qui continue de vivre le drame du monde arabe dans son cœur et son esprit. Ayant écrit plus de dix articles sur la révolution tunisienne je me permets d’intervenir dans le drame tunisien qui est celui du monde arabe.

Un de ces drames est par exemple la naïveté de croire que défendre sa petite bière ou son verre de rosée est plus important que défendre les valeurs d’un peuple. Ce biais culturel a amené les Algériens à vivre une décennie rouge, une autre noire et celle qui s’annonce en tricolore ou en bannière US étoilée. Le drame le plus manifeste est de tomber dans le piège de la lutte idéologique et croire naïvement que la lutte est politique et non idéologique. C’est l’idée qui oriente la politique. La première définit l’image de mon moi ; de ses racines et de son devenir et elle est en conflit ou en harmonie dans le discours des idées avec les autres. La politique ce sont les moyens subordonnés pour donner consistance à cette idée, à la communiquer, à la défendre et à la promouvoir ou à la faire rencontrer avec d’autres idées. Il ne peut y avoir politique, mise en place des moyens institutionnels et des programmes économiques, éducatifs, sociaux s’il y divergence sur l’idée ou le corps des idées. Un troisième drame après la naïveté égoïste et l’occultation de la lutte idéologique est l’absence de cadre d’unité d’orientation idéologique dans le monde arabe depuis des siècles de décadence et d’indigénat. Faute d’idées nous importons les idées des autres et nous oublions que les idées des autres sont mortelles pour nous car leur idée principale est de nous maintenir en situation de vassal, de comptoir commercial.

Dans une de vos tragédies antiques vous avez Hannibal. Nous n’en faisons pas cas d’école idéologique ou d’enseignement stratégique. La clé de tous nos malheurs est dans la culture d'empire qui nous agresse et dans notre culture d'atomisme qui nous fragmente. Avec ou sans Hannibal il y aurait toujours la grandeur de Rome dans sa rive latine colonisant la rive africaine. Avec Hannibal il y a eu Scipion l'Africain. Si l'Afrique, la Tunisie, l'Algérie, l'Égypte et la Lybie doivent se libérer ils doivent mettre fin à l'ingérence étrangère sur le plan externe et à la division sur le plan interne. Contre Rome il y avait la Numidie fragmentée en tribus, en croyances et en trahison. Il ne s'agit pas en 2011 de chercher une confrontation contre la rive occidentale mais de se défendre de sa prédation et pour cet effet il faut se constituer en bloc oriental, un bloc d'entraide et de souveraineté. L'Afrique du Nord est la pointe avancée comme flèche de combat ou comme passerelle de civilisation. Cela dépend non seulement des autres mais de notre cohésion interne. Il n'y a pas de cohésion sans appartenance commune à des normes, à des références communes et à des symboles communs.

Tous les Maghrébins doivent refuser l'éradication de l'autre et doivent trouver les valeurs qui fédèrent le peuple, la nation et la région. Si la démocratie, la liberté, le progrès social doivent être des ciments ils sont insuffisants pour des peuples qui sont musulmans et civilisés depuis 15 siècles. Historiquement, sociologiquement et culturellement les peuples maghrébins peuvent endurer une dictature et l'affronter par une résistance passive jusqu'à ce qu'un Bou'azizi se manifeste. Ils peuvent tolérer que l'un des leurs portent un islam trop ample, trop étroit, trop court ou en haillons mais j'ai l'intime conviction qu'ils ne pourront tolérer voir un des leurs nu sans islam. Tunisiens vous pouvez apporter beaucoup à l'Islam, à la pensée musulmane et aux peuples musulmans si vous ne faites pas l'erreur des éradicateurs algériens de vous mettre en front de lutte contre l'Islam ou à vous présenter en négateur de ces valeurs. Vous serez tous perdants et perdus. Ce que je ne vous souhaite pas.

L’urgence est de chercher un dénominateur commun qui donne la place et la chance à tout un chacun de vivre en paix dans le respect des convictions de l'autre. Les Islamistes doivent apprendre à vivre avec les autres mais les laïcs de gauche ou de droite ne peuvent ignorer les racines de leurs peuples. Aller dans ce déni de connaissance et de reconnaissance de l'autre c'est faire de votre révolution inachevée un Hannibal en mal d'inspiration et de l'impérialisme un eternel Scipion qui détruira Carthage et tout ce qu'elle peut enfanter comme projet de libération, de civilisation.

La lutte doit être politique sur un canevas idéologique. Si ce canevas est inexistant ou déchiré il n'y a ni cadre politique ni compétition ni économie mais un comptoir vassal à Rome ou une Carthage pillée par Scipion et ses légions. Il faut une appartenance plus large et plus profonde que l'appartenance à la Tunisie, à l'Algérie ou à l'Égypte si nous voulons résister au mondialisme conduit par l'hégémonie américaine et son vassal européen. Ils sont dans le même creuset idéologique de la chrétienté et son corollaire le laïcisme. Les clivages gauche droite, démocrates et conservateurs, ne sont que des contradictions secondaires. Chez nous les clivages islamistes et éradicateurs sont des contradictions principales. Ils nous fragmentent davantage car ils ne sont pas d’ordre politique mais idéologique.
Si vous voulez réussir votre révolution et vivre dans un pays apaisé il faut donner à votre révolution son cadre idéologique et le définir car c’est ce cadre qui doit définir votre nouvelle constitution et le nouveau pacte social, le sacré sous lequel les interactions sociales et les rivalités politiques trouvent arbitrage mais aussi une même et unique direction et sens qui fixent le cap vers l’avenir et permettent de naviguer vers ce cap sans faire chavirer le bateau ni l’emmener vers une autre destination. Ce cadre idéologique doit par exemple définir le concept, le contenu et la pratique de la liberté, de la démocratie et du progrès social sans mimétisme. Si vous n’êtes pas capable d’innover tout en respectant vos valeurs fondamentales rappelez-vous cette citation de Victor Hugo : « Le lion qui imite un lion devient un singe ». L’Occident n’est pas le lion qui doit nous impressionner. Ouvrez les yeux et sachez que vous serez ce que votre œil intérieur a contemplé. Puisse le sang versé ne soit pas le rouge et le rosé des profanateurs et des prédateurs new look.

Omar Mazri auteur de « Révolutions Arabes : mystique ou mystification ? »

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires