Néolibéralisme et conséquences

Québec, victoire des étudiants ! Le nouveau gouvernement n’a qu’à bien se tenir…


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 11 Décembre 2018 - 02:00 AMLO : « Privatiser, c’est du vol »



Résistance
Vendredi 21 Septembre 2012

Québec, victoire des étudiants ! Le nouveau gouvernement n’a qu’à bien se tenir…
Pauline Marois vient à peine d’être élue à la tête du gouvernement sous l’étiquette du Parti québécois qu’elle annule l’augmentation disproportionnée des frais de scolarité et une loi répressive durement contestées par le mouvement étudiant.

Des mois d’intenses mobilisations, d’occupations, d’affrontements continus avec la police et les milliers d’arrestations qui s’ensuivirent auront donc été nécessaires pour que les étudiants, drapeaux rouges au vent, emportent finalement la partie et obtiennent le retrait de la mesure qui voyait augmenter de 75 % les frais de scolarité. Mais, fait notable, ces étudiants ont pu entraîner dans sa quasi intégralité le monde du travail dans une lutte visant non seulement à défendre le droit à l’éducation, mais aussi à dénoncer la sélection de classe. Une question qui a touché le cœur de la population francophone qui a porté aux dernières élections le Parti québécois dont le programme prévoyait notamment le retrait immédiat de ces odieuses mesures.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Pauline Marois, figure de proue du parti indépendentiste sorti vainqueur des élections anticipées du 4 septembre, a annoncé parmi les premières mesures adoptées l’annulation des taxes prévues par les projets de loi par son prédécesseur, chassé après plusieurs années au pouvoir. Annulée aussi la fameuse « loi 78 » interdisant toute manifestation à proximité des écoles ou des universités et concédant des pouvoirs étendus de répression à l’appareil policier.

Des décisions qui représentent un signal important pour les mouvements étudiants du continent américain qui, des États-Unis au Chili, sont en première ligne contre les systèmes d’exclusion basés sur une fausse méritocratie qui, en réalité, n’est rien d’autre que la manifestation d’une politique de classe basée sur une accession au savoir par l’argent. C’est aussi la démonstration que la lutte radicale basée sur des revendications précises et socialement partagées paie… au contraire des pseudos dénonciations éthiques et pacifiques d’un système qui ne connaît décidément que le rapport de force.

Une situation qui donne du baume au cœur aux porte-parole des différentes organisations étudiantes au sortir de sept mois de mobilisations ininterrompues. Tous ont annoncé qu’ils allaient guetter chaque mouvement du nouvel exécutif, et qu’ils se poseraient toujours en défenseurs d’un des systèmes d’éducation qui, bien qu’étant un des moins chers de tout le continent américain, n’en mérite pas moins d’être grandement amélioré. Les étudiants demandent notamment plus de bourses, sachant que plus de la moitié d’entre eux doivent s’endetter pour espérer terminer leur cursus universitaire.

Les syndicats étudiants ont déjà appelé à une grande manifestation le 22 septembre, jour de la rentrée scolaire et universitaire, histoire de rappeler à tous que les gouvernements amis n’existent pas pour les mouvements sociaux.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-quebec-victoire-des-etudiants-le-nouveau-gouvernement-n-a-qu-a-bien-se-tenir-110363029.html


Vendredi 21 Septembre 2012


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires