Lobbying et conséquences

QUAND ET COMMENT FUT INVENTÉ LE LOBBY MÉDIATIQUE (1)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante



gabriel Enkiri
Lundi 8 Septembre 2008

QUAND ET COMMENT FUT INVENTÉ LE LOBBY MÉDIATIQUE (1)
Ce qu'il y a de passionnant avec le temps, c'est qu'il nous apporte les réponses aux questions que bien souvent on ne songe même pas à se poser ! Il en fut ainsi de Mai 68. Ceux qui ont lu mon analyse sur ce blog savent maintenant à quoi s'en tenir. Il m'a fallu tout de même une bonne trentaine d'années pour comprendre ce à quoi j'avais moi-même participé, en plein Paris, chez Hachette ! Comment pouvions-nous deviner que le jeune "révolutionnaire" Cohn-Bendit allait devenir ce notable euro-médiatique pontifiant et directif ? Le XXe siècle n'a pas fini de nous étonner. Par chance, mon père l'a vu débuter. A 20 ans, en 1900, il est venu à Paris poursuivre ses études, en provenance de l'Empire ottoman, de Saint-Jean d'Acre très exactement, en Galilée. Cela sentait la fin de l'Empire. Or, depuis 1870, depuis Sedan, et l'abdication de Napoléon III, le nouvelle classe politique française (républicaine, forcément républicaine) avait besoin de compenser la lourde défaite subie devant l'Allemagne, cette nouvelle puissance dont l'acte de naissance avait été proclamé dans la Galerie des Glaces à Versailles. La "politichiennerie" française se retrouva donc adossée à l'impérialisme britannique. Déjà, Napoléon III (contrairement à son oncle !) s'était révélé "anglomaniaque" en raison du spectaculaire développement du capitalisme outre-manche. Le chemin de fer révolutionnait les transports et les communications. Louis Hachette, le célèbre fondateur de ce qui deviendrait bientôt la "pieuvre verte" ramena de l'Exposition Universelle à Londres l'idée des "Bibliothèques de gares", où allait s'illustrer la Comtesse de Ségur, un auteur sacrément perspicace, qui pressentit que le capitalisme allait détruire sa chère Normandie si bien administrée par la Religion (in La fortune de Gaspard, un roman qui a valeur de document sur le passage de la France rurale à la France industrielle). La classe dirigeante français, anti-allemande, passe donc sous la coupe de l'Angleterre, et de la franc-maçonnerie dont la tête est à Londres. Mon père, qui est encore sous l'influence de sa religion "natale" (chrétienne maronite), a adhéré à la franc-maçonnerie, à l'instigation du notable parisien qui l'a quasiment adopté, celui-ci lui ayant expliqué "que s'il veut agir, être efficace et utile pour son pays d'origine, il doit se faire franc-maçon, tous les dirigeants du pays en "étant". Il en ressortira vite écoeuré par l'anti-cléricalisme forcené alors en vigueur dans les Loges. Ce qui est tout à fait remarquable c'est que, sur le plan international, cette période est marquée par le "renversement des alliances", la France et l'Angleterre, adversaires depuis des siècles sur tous les continents, signent l'Entente Cordiale (sic) en 1904, et l'année suivante à l'intérieur, en 1905, par la "séparation de l'Église et de l'État". Ainsi voyons-nous que politique extérieure et politique intérieure sont intimement liées. L'Église "romaine" est autant détestée et combattue à Londres qu'à Paris, et leur alliance se fait anti-germanique.
On l'a dit, le capitalisme a "libéré" les Juifs. Mais pas n'importe quel capitalisme ! En Angleterre, le capitalisme est d'abord familial. Il est donc interdit aux Juifs (qui sont d'ailleurs peu nombreux outre-manche). Les Juifs vont s'illustrer dans le commerce international, et dans tout ce qui relève de la "communication", inévitablement internationale ! Les grands chantiers multi-nationaux du 19e siècle , chemins de fer, radio, agences de presse, transports maritimes et aériens, sont de leur ressort, et elles sont accompagnées par l'essor des banques qui deviennent elles aussi internationales (Rothschild, tant à Londres qu'à Paris, et le fameux baron franco-bavarois Maurice de Hirsch qui édifie son immense fortune avec la construction de chemins de fer partout dans le monde). A Paris, c'est Havas qui fonde son agence de presse (la future AFP), et son adjoint, Reuter, s'en va à Londres, fonder la sienne. Viendront ensuite, le cinéma (américain), la télévision etc. Au début du XXe siècle, la France gouvernementale évolue donc dans le sillage de l'Angleterre... (à suivre)

QUAND ET COMMENT FUT INVENTÉ LE LOBBY MÉDIATIQUE (2)


Sous l'effet du capitalisme triomphant, marqué à la fois, dans la "vieille" Europe, par le formidable antagonisme anglo-franco-allemand, et en Amérique par l'affirmation de la nouvelle puissance (capitaliste) , sans oublier en Asie, l'essor parallèle du Japon qui masque quelque peu la "révolution chinoise" en cours (et qui va l'emporter avec Sun Yat-Sen) la franc-maçonnerie d'obédience britannique s'active partout dans le monde : en Europe continentale, Russie comprise, en Afrique, aux États-Unis, au Proche-Orient, en Asie... Presque tous les dirigeants "révolutionnaires et républicains" en sont l'émanation. De 1905 à 1918, elle est "derrière" toutes les Révolutions ! Jusque là, les Juifs en font partie. Mais, à partir de 1918, une autre influence émerge, dans le développement du marxisme et de la "révolution" d'octobre en Russie : les Juifs disputent la 1ère place aux francs-maçons, c'est ce qui explique pourquoi Lénine et Trotsky, dans leurs 21 conditions pour l'adhésion à l'Internationale de Moscou (la IIIe) en excluent les francs-maçons ! Ils savent que l'Angleterre est "derrière", et ils sont alors anti-capitalistes ! Une nouvelle période s'ouvre pour la France : elle passe à la fois sous l'infuence judéo-marxiste (qui va accoucher du PC) tout en restant sous celle de la franc-maçonnerie (qui elle va accoucher de la SFIO). C'est dans cette période "radicale-socialiste" que notre pays va se perdre dans une errance diplomatique, tantôt pro-allemande, tantôt pro-russe, tantôt pro-britannique, et l'on verra Laval aller à Moscou en 1934 signer le pacte d'amitié franco-russe avec Staline, tout en restant allié de l'Angleterre, pour se faire "couillonner" en 1939, avec toute la classe politique française "assommée" par le pacte Hitler-Staline ! On peut dire que, sous l'influence de la propagande "soviétique" et des Juifs pro-marxistes, une grande partie de l'intelligentsia française (universitaire) est passée dans le camp "communiste". La France a perdu le contrôle de sa diplomatie, et elle est livrée en 1940 à ses ennemis "à l'insu de son plein gré". De Gaulle rétablit la souveraineté nationale, mais en 1945, à Yalta, les deux grandes puissances, URSS et USA, imposent leur domination sur le monde (et sur la France), l'Angleterre s'efforçant de conserver son rôle d'intermédiaire, qui la mettra directement en concurrence avec Israël dont elle va s'efforcer d'empêcher l'établissement au proche-orient, connaissant les liens qui unissent les Juifs aux deux super-Grands ! Rapidement, profitant de la "guerre froide", et de la guerre du Viet-Nam, tous les Juifs passent à l'Ouest, dans le camp américain : le lobby dominant n'a plus sa tête à Londres, mais à New York !

QUAND ET COMMENT FUT INVENTÉ LE LOBBY MÉDIATIQUE (3der)

C'est donc au coeur des États-Unis que s'élabore le lobby dominant, dans la dispute de l'État "juif" opposant l'URSS et les USA. L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit du Proche-Orient et de son pétrole indispensable à la bonne marche de l'économie américaine. On le sait, ce sont les États-Unis qui l'emportent, et avec eux les Juifs installés aux USA et en Israël. Mais aux États-Unis la classe dominante est d'obédience protestante; les Juifs vont devoir batailler ferme pour y prendre leur place. Après l'exécution des Rosenberg et la mort de Staline, en 1953, où les Juifs sont menacés d'un "nouvel exode", la décision est prise de liquider définitivement la "branche" communiste, marxiste et autres balivernes de type soviétique et de se confectionner un bouclier avec l'aide des témoignages recueillis en Europe (la "shoa") afin de se rendre inexpugnables d'Amérique. Par la force des choses, l'URSS elle-même est condamnée à terme. J'ai montré comment la guerre du Viet-Nam a permis à la communauté juive d'en finir avec ceux qui s'obstinaient à continuer une guerre anti-soviétique qui interdisait de porter secours aux "refuzniks" qu'Israël rêvait d'accueillir sur ses terres. La guerre des Six Jours a galvanisé les Juifs de part et d'autre du "rideau de fer". Elle permit de faire coup double : renverser de Gaulle à Paris l'année suivante, et enterrer l'idéologie pro-soviétique parmi les Juifs français dont beaucoup demeuraient sentimentalement attachés à l'URSS, et à son armée "rouge" qui avait, selon Mme Veil, "libéré les Juifs" d'Auschwitz. 1967 est donc bien l'année-tournant dans l'histoire de l'après-guerre et dans l'histoire du "monde juif". Parti de la Côte Ouest (Californie) le mouvement a submergé tout l'Occident et c'est avec lui qu'a triomphé la "Société du Spectacle" mise en images (américaines) par la Télévision (et le cinéma). Dans cette société-là les Juifs tout naturellement ont excellé, préparés par un siècle de progrès et d'avancées remarquables dans le domaine de la communication. Mais aux États-Unis, ils avaient affaire à une classe hyper-religieuse, issue de l'immigration première (les Pères fondateurs) qui ont vraiment pris les États-Unis pour une nouvelle "Terre Promise". On voit comment encore aujourd'hui Mac Cain fait appel aux "fondamentaux" ultra-conservateurs pour contrer Obama ! Pour démolir cette suprématie omnipotente, un religieux bien de chez nous, et très futé, m'a expliqué, dès Mai 68, qu'ils en viendraient à bout "par le cul", c'est-à-dire par la "révolution sexuelle". Il faut bien reconnaître que cette révolution-là est bien partie de la Côte Ouest, et qu'elle ne pouvait, après avoir assuré le "droit à l'avortement", que déboucher sur la revendication de la "liberté sexuelle"(que l'on voyait déjà s'étaler dans le Quartier Latin) c'est-à-dire en l'occurrence le droit à l'homosexualité. Les Églises américaines ont été frappées de plein fouet, et d'une manière paradoxale, pour dissimuler leur antisémitisme viscéral, elles ont décidé de militer activement, et inconditionnellement, en faveur du Grand Israël, sous-entendu : il faudra un Grand Israël... pour les y expédier tous un jour ! Quel meilleur alibi que d'appeler au soutien inconditionnel de l'État "juif", en faisant référence à la Bible et autres "preuves" de l'existence d'un "peuple juif" en Palestine, il y a trois mille ans ! Là encore, nous découvrons que les Églises protestantes, pour maintenir leur domination, ont besoin d'inventer un "peuple" juif, comme dirait Shlomo Sand... Voilà pourquoi le lobby dominant(médiatique) est constitué désormais de deux éléments essentiels : un "juif", et un homosexuel (gay, cela fait plus cool !) auxquels s'agglutinent des sous-groupes (ex-communiste, ex-trotskiste, ex-mao etc., et quelques franc-maçons un peu dépassés, et qui agissent à découvert). La toute-puissance de ce lobby est telle qu'on n'hésite plus maintenant à se "déclarer", tel Xavier Bertrand "je suis franc-maçon" ou Bertrand Delanoë "je suis homo". Et bien entendu tous de proclamer leur soumission à Israël, et de crier "au fascisme !" lorsqu'un écolier dessine une croix gammée sur le dos de son petit camarade. La "Société du Spectacle", c'est aussi le règne de la "police de la pensée", bouclée par le fichage des citoyens, de tous les citoyens - dès l'âge de 13 ans !
Ce qui est tout de même extraordinaire, c'est que ce sont des Juifs qui ne sont pas juifs (!) qui sont parvenus à fédérer autour d'eux la nomenklura médiatique ! Pour quelle raison ? Sans doute parce qu'ils étaient les seuls en mesure de transférer le pouvoir au monde des médias qui ne sont pas, eux, du tout démocratiques, leurs chefs n'étant pas élus, et n'ayant pas de comptes à rendre aux citoyens (à l'instar des technocrates de Bruxelles) et qu'il fallait bien assurer leur protection tout comme leur pérennité : le "culte de la shoa", célébré jour et nuit sur les écrans, petits et grands, que nul n'a plus le droit de réfuter, depuis le vote de la "loi Gayssot", se prête à merveille à la confection de ce bouclier qui fait de nos chers télécrates des intouchables !


Lundi 8 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par zarathoustra le 08/09/2008 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonne analyse, excellente conclusion ,bravo gabriel

2.Posté par micke le 08/09/2008 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour l'article,

c'est hors sujet mais peutetre pas tant que ça vu l'attitude de science-fictionnelle des medias sur ce sujet,

la manif à bruxelles pour la reouverture de l'enquete du 11 septembre dimanche 7 septembre, hier donc, pas de news ? (j'ai fait google news, rien nib)

3.Posté par zinzin le 09/09/2008 04:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Compter pour rien l' argent, compter pour rien les honneurs, compter tout pour rien. Ayez la presse et vous aurez tout le reste.
Jules Isaac Crémieux, premier ministre de Gambetta.

4.Posté par xray le 10/09/2008 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Était-il nécessaire d'inventer le lobby médiatique ?

LES MYTHES FONDATEURS DE LA CONNERIE HUMAINE

La connerie humaine est la seule approche que l’on peut avoir de l’infini.


Ulysse

Jeanne d’Arc

La légende « Bernard TAPIE »


ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires