RELIGIONS ET CROYANCES

Puissances démoniaques et Victoire de Dieu


Dans la même rubrique:
< >


glorflindel
Jeudi 16 Décembre 2010

Puissances démoniaques et Victoire de Dieu
La situation semble désespérée. Le monde occidental dans lequel nous mettons
les Etats-Unis, le Canada et l’Union Européenne connaît en ce moment une
crise économique accompagnée bien évidemment d’un marasme social sans
précédent et qui selon beaucoup pourrait déboucher sur l’effondrement de
nos sociétés dîtes modernes. Il nous a semblé donc opportun de déterminer
les véritables causes de la situation actuelle, mais plus important que cela,
de dégager ce qui sera la seule solution pour « s’émanciper » des
ignominies intellectuelles et de leurs conséquences qu’a pu produire cet
occident moderne durant les deux derniers siècles. Cette solution sera le
retour à la spiritualité au vrai sens de ce mot.
Nous exposerons dans une première partie la déviation moderniste en
s’appuyant sur trois événements majeurs et très significatifs que sont le
triomphe de l’évolutionnisme, le développement des sociétés de
consommation et les attentats du 11 septembre 2001.
Dans une deuxième partie, il sera question d’exposer ce qu’est la
spiritualité et de montrer le caractère providentiel des différentes
religions apparues à travers le globe. Nous utiliserons diverses citations des
grands sages de ces traditions pour illustrer notre propos.


    1)Le Monde moderne

Si il y a bien un constat évident qui se présente à nos yeux et qu’il est
impossible de nier, c’est que la tendance matérialiste, d’abord propre à
l’occident, s’est imposée partout ; L’Inde, la Chine et une grande partie
des populations proche-orientale ont cédé aux sirènes et aux ornements de ce
bas-monde. Cette décadence aussi ravageuse que rapide, et magistralement
exposée par René Guénon (voir « La crise du monde moderne » et « Le règne
de la quantité et les signes des temps»), est due exclusivement au déclin de
« l’amour de Dieu » dans les cœurs car aussi puissants que peuvent être
les promoteurs (conscients ou inconscients) du modernisme, leur propagande
aurait été bien inutile face à une ardente ferveur religieuse populaire.
Cette dernière ayant été massacrée par la Renaissance, ses stupidités
philosophiques et la laideur de son art, il ne s’agissait plus que de
l’achever petit à petit par toutes sortes de suggestions mensongères afin
d’inaugurer le règne de « l’athéisme pratique ».

a) La théorie de l’évolution

Tout le monde connaît Darwin et sa trop fameuse théorie. Aujourd’hui
enseignée comme un véritable dogme, cette élucubration scientiste est
appuyée par une propagande (scolaire, universitaire, télévisuelle etc …)
destinée à la faire passer pour ce qu’elle n’est pas c’est-à-dire un
fait indiscutable : « En contrôlant tout à la fois le financement des
recherches et la communication scientifique, les institutions darwiniennes
exercent une double censure inquisitrice. En amont, elles empêchent
l’exploitation des données mettant en évidence les mécanismes réellement
responsables des équilibres entre populations et ressources et ne supportent
financièrement que les travaux visant la mise en avant d’une hypothétique
concurrence » (1).  
L’architecture des formes vivantes fait penser spontanément à une
création, et ce en vertu de l’expérience courante qui veut que la «
complexité » soit le fruit de l’intelligence. Le Darwinisme, comme le
néo-darwinisme, a proposé la seule alternative concevable à l’argument
téléologique ; nous voulons parler de la « complexification » et de «
l’adéquation » obtenues par de petits changements successifs
probabilisables.
Les découvertes scientifiques dans divers domaines comme la biologie
cellulaire, la paléontologie ou l’anatomie ont toutes infirmé la théorie de
l’évolution et nous ne pouvons que conseiller la lecture sérieuse des
excellents livres « La boîte noire de Darwin » et « Le Darwinisme, envers
d’une théorie » pour mesurer l’ampleur du mensonge évolutionniste.
Richard Lewontin, professeur de génétique à Harvard et Hyperdarwinien,
confesse : « Nous prenons le parti de la science [darwinienne] malgré
l’absurdité de certaines de ses constructions, malgré ses échecs pour
remplir un grand nombre de ses extravagantes promesses […] comme ça sans
preuves, parce que nous sommes engagés envers le matérialisme. […] nous
sommes contraints, par notre adhésion a priori aux causes matérielles, de
créer un dispositif d’investigation scientifique et un ensemble de concepts
produisant des explications matérielles, quelques contre-intuitifs qu’ils
soient, quelques mystificateurs qu’ils puissent être pour les non-initiés »
(2).
Ces propos sont très significatifs et nous pouvons désormais commencer à
entrevoir les raisons de la propagation d’une telle supercherie. Nous en
voyons pour notre part 2 principales :  
-La première est la décrédibilisation des écritures sacrés et notamment
bibliques. En effet l’idée de Dieu chez l’occidental du 19ème siècle
était intimement liée aux textes révélés (Ancien et Nouveau testament) ;
briser un texte aussi fondamental que celui de la Genèse était d’une
importance capitale car une suspicion presque automatique sur tout les livres
composant le corpus « biblique » suivrait presque « légitimement ». La
religion s’étant déjà transformée en une vague religiosité sentimentale
de convenance pour une grande majorité d’occidentaux de cette époque, la
théorie de l’évolution permettait de tirer un trait sur les dogmes anciens
au nom de la science et de la déesse raison.
-La seconde est la justification scientifique de « l’individualisme »,
notion que René Guenon a défini en ces termes : « Ce que nous entendons par
individualisme, c’est la négation de tout principe supérieur à
l’individualité, et, par suite, la réduction de la civilisation, dans tous
les domaines, aux seuls éléments purement humains ; c’est donc, au fond, la
même chose que ce qui a été désigné à l’époque de la Renaissance sous
le nom d’humanisme, comme nous l’avons dit plus haut, et c’est aussi ce
qui caractérise proprement ce que nous appelions tout à l’heure le point de
vue profane. Tout cela, en somme, n’est qu’une seule même chose sous des
désignations diverses ; et nous avons dit encore que cet esprit profane se
confond avec l’esprit anti-traditionnel, en lequel se résument toutes les
tendances spécifiquement modernes » (3). L’homme passait de l’être fait
à l’image de Dieu et se devant de Le connaître à un animal raisonnable et
calculateur devant satisfaire ses besoins et désirs terrestres au détriment de
son « frère » ; la sélection naturelle servirait donc de point d’appui à
la mise en place de la société de consommation dirigée par l’idéologie
capitaliste totalitaire. Le Jugement du « Ciel » étant oublié ou nié, le
20ème siècle était placé inévitablement sous le règne du diable.

b) Productivisme et illusions : L’argent au service de Lucifer

-Le siècle dernier a été marqué par l’explosion des découvertes
scientifiques et leurs applications industrielles. Cela a généré une
diversité d’objets colossale associée à une disponibilité quantitative
presque inconcevable des dits-objets. L’offre créait désormais la demande.
Les deux guerres mondiales servant à relancer ce système économique instable
par nature et à « unifier » les nations afin de les soumettre plus facilement
au diktat du consumérisme. L’homme se pliera au système d’autant plus
facilement que son « mental » sera comme emporté par ce tourbillon renversé
de l’innovation et du désir de posséder. Il sera prêt au plus grand des
sacrifices : celui de sa condition humaine mais ici à l’inverse de la Passion
du Christ. Frithjof Schuon décrit cela en ces termes : « En un certain sens
extérieur, le grand mal social et politique de l’Occident est le machinisme ;
c’est la machine qui engendre le plus directement les grands maux dont souffre
le monde actuel. La machine se caractérise, grosso modo, par l’utilisation du
fer, du feu et de forces invisibles. Rien n’est plus chimérique que de parler
de la sage utilisation des machines, de leur asservissement à l’esprit
humain, car il est dans la nature du machinisme de réduire les hommes à
l’esclavage et de les dévorer en entier, de ne leur laisser rien d’humain,
rien de supra-animal, de supra-collectif. Le règne de la machine a suivi celui
du fer, ou plutôt, lui a donné son expression la plus sinistre : l’homme,
qui a crée la machine, finit par devenir la créature de celle-ci » (4). Il
est à noter que « la tertiérisation » de la société qui s’est opérée
dans la seconde moitié du 20ème siècle répond à la même tendance, la
procédure remplaçant le geste mécanique, celui-ci étant réalisé désormais
par les populations asiatiques.

-Nous n’exposerons pas ici les mécanismes de création monétaire par les
banques privés. Ceci est maintenant largement connu et exposé par des gens
bien plus compétents que nous sur ce sujet. Nous renverrons seulement au
documentaire « L’argent-dette » de Monsieur Paul Grignon qui est une
introduction fort intéressante à ces mécanismes ainsi qu’à la revue de
presse de Monsieur Pierre Jovanovic (« radio ici et maintenant »).
Ce qu’il importe de retenir c’est que la productivité à grande échelle
appelle l’endettement, cet endettement appelle à son tour la création
monétaire, celle-ci étant réalisée à partir de rien. Quand nous disons à
partir de rien, nous entendons par là qu’il y a une absence totale
d’équivalence au niveau concret entre la production du moyen de paiement et
le bien conçu. Cette équivalence n’existe que dans la psychologie
collective. La profusion matérielle que nous connaissons n’est que la
traduction d’une illusion psychique, et remarquable est le fait que
l’endettement associé à l’usure se traduisent par des chiffres négatifs,
symboles d’un développement à rebours et nuisible au véritable sens de
l’existence humaine.  
Ce pouvoir de « création monétaire » ex nihilo est détenu par un cartel
de banquiers internationaux, qui par ce biais, contrôlent toutes les politiques
monétaires et financières du monde. Le 23 décembre 1913, le député
Lindbergh déclarait : « Cette loi établit le plus gigantesque trust que la
Terre ait porté. En ratifiant cette loi, le Président légalisera le
gouvernement invisible du Pouvoir monétaire. Il est possible que le peuple ne
s’en aperçoive pas immédiatement, mais il suffira de quelques années pour
qu’il en prenne conscience […] » (5). La loi mentionnée ci-dessus
ratifiée par le Congrès américain le 22 décembre 1913, donnait les clefs du
Système de Réserve Fédéral des Etats-Unis à ces « banksters »
internationaux, objectif atteint après un siècle de lutte acharnée entre le
pouvoir politique et le pouvoir de l’argent (voir « Le complot de la Réserve
Fédérale » de Antony C.Sutton). Aujourd’hui ce fonctionnement est étendu
au monde entier (voir « article 104 de Maastricht » en ce qui concerne
l’Europe ou la loi « Pompidou-Giscard » de 1973 pour la France) et les
peuples ne s’en sont malheureusement pas rendu compte. « Donnez-moi le
contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois »
disait Mayer Amschel Rothschild. Les banquiers internationaux ont endetté
l’ensemble des Etats et leurs peuples. Henri Ford avouait que « l’unique
objectif de ces financiers est le contrôle du monde par la création de dettes
inextinguibles » (voir « Les secrets de la Réserve Fédérale » d’Eustace
Mullins) ; endettement obligatoire nous l’avons dit pour maintenir une
inondation de biens matériels ininterrompue, celle-ci hypnotisant les masses
incapables de discerner l’essentiel de l’accessoire.  

-Ce complot immense nécessite une connaissance de la psyché humaine très
précise et il n’est pas étonnant de voir que ces « banksters », ainsi que
leurs « laquais » que sont nos politiciens, soient très proches ou affiliés
directement à la franc-maçonnerie. Il faut préciser ici le caractère
dégénéré de la franc-maçonnerie moderne, ne comprenant plus le sens des
symboles qu’elle a conservé et ayant rompu avec le caractère traditionnel et
initiatique de la maçonnerie opérative du moyen-âge durant le 18ème siècle.
Cette situation a permis à de sinistres personnages et surtout à des «
magiciens noirs », manipulateurs du domaine psychique, d’investir les loges
et d’utiliser les réseaux tissés par l’organisation. Certaines formes de
« satanisme » envahissaient donc progressivement les rites maçonniques ce qui
permettaient aux influences démoniaques de se répandre au plus haut niveau des
hiérarchies politiques et économiques. Les instituts et organismes de
recherches scientifiques étant financés par les banquiers (par
l’intermédiaire de leurs fondations), l’appui imméritée dont a
bénéficié la théorie de Darwin devient très compréhensible. Si les plus
hauts représentants de la finance internationale sont bien conscients de
participer à ces « plans diaboliques », la plupart des « banksters » sont,
eux, ignorants de faire le jeu des « forces des ténèbres », ces derniers
ayant juste préféré la vie de ce monde à celle l’au-delà pour reprendre
une expression coranique. René Guénon s’inquiétait d’ailleurs de voir
Hitler proche d’Aleister Crowley et quand on sait que l’Hitlérisme a été
financé par les banquiers anglo-saxons, il n’est guère surprenant de voir un
« émissaire » comme Monsieur Crowley auprès du Fürher. Les discours où ce
dernier apparaît dans des états de quasi-transe relève de paramètres
autrement plus subtils qu’une simple inclination à la folie.
La fin du 20ème siècle a été le théâtre d’une décadence
intellectuelle et morale inouïe et le début du troisième millénaire allait
marquer la « réactualisation » (après la crise de 1929 et les 2 guerres
mondiales) de la méthode « ordo ab chao ». Cette formule est authentiquement
traditionnelle et correspond à un point de vue cosmologique, mais comme à
leurs habitudes ces « élites du diable » ont renversé le sens du symbole en
l’utilisant pour constituer leur « ordre » qui n’est en réalité que
l’inversion de toute hiérarchie normale.

c) Le 11 septembre 2001 : une étape décisive

-Certains considèrent les évènements s’étant déroulés aux Etats-Unis
ce jour-là comme le véritable début du 21ème siècle. En cela ils ont
raison, et nous allons voir en quoi exactement cette affirmation est juste.
Il est maintenant avéré que ces attentats ont été l’œuvre de « forces
obscures » ayant pris le contrôle de toutes les organismes de décisions
américains et mondiaux aussi bien au niveau politique qu’économique. Ces
personnes se confondent bien évidemment avec « les agents conscients » de la
contre-tradition, lucifériens et mandatés par le diable, dont nous avons
parlé dans la section précédente.

-Le 11 septembre 2001 révèle 2 choses de nature fort différente.
La première « a sauté aux yeux » de beaucoup ; il s’agit de la
diabolisation de l’Islam sous fond de lutte contre le terrorisme. Le grand
public occidental ne connaissant à peu près rien de la religion islamique, il
était évident que l’amalgame entre une forme d’extrémisme et la tradition
muhammadienne proprement-dîte se produirait inévitablement dans les esprits.
Il s’agit au fond d’une répétition sous une forme quelque peu différente
de l’annihilation quasi-achevée de l’influence chrétienne (catholicisme et
orthodoxie) opérée par les mêmes élites au début du 20ème siècle. Tout ce
qui a un rapport avec le divin doit être éradiqué car le diffusion de
l’idée d’une Toute Puissance divine, d’ailleurs très nettement affirmée
dans l’Islam, compromettrait gravement les « idéaux » matérialistes
propagés par ces « agents du mal ». L’Islam se présentant comme un bloc,
il fallait trouver un prétexte légitimant la force contre le « monde musulman
» (loin d’être uniforme d’ailleurs) afin de l’affaiblir. La propagande
anti-islamique actuelle se situe dans une sorte de continuité logique de
l’entreprise commencée à partir du 11 septembre 2001.
La deuxième chose qu’il convient de déceler est de nature plus subtile.
Les « lucifériens » responsables de ces attentats sont friands de symbolisme,
origine franc-maçonne oblige, et la destruction des emblèmes de la société
capitaliste n’a certainement pas été un choix fortuit. Ces évènements
marquent en fait le « coup d’envoi » de la déchéance du système
occidental décidée et planifiée par ces élites malfaisantes ; le chaos est
annoncé, la crise économique actuelle en étant un des outils principaux.

-Le but de ces « manœuvres » est d’instaurer un gouvernement mondial
dominé par une tendance généralisée de rébellion contre Dieu et Ses
prophètes. On pourrait nous objecter que la continuation d’une propagande
bien organisée suffirait à anéantir petit à petit la conscience du sacré
mais cela serait méconnaître les « croyances » des élites dominantes. En
effet cette gouvernance mondiale ne se met en place que pour une seule raison :
rassembler les peuples du monde entier contre l’arrivée du Mahdi et le retour
du Christ. René Guenon, dans une de ses correspondances, précisait en 1935 :
« Il est bien difficile de parler de la « contre-initiation » plus nettement
que je ne l’ai fait dans quelques-uns de mes articles ; elle répond à un
dessein proprement satanique, c’est-à-dire qu’elle tend à développer
l’être dans un sens allant au rebours de la spiritualité ; quant à son
action générale dans le monde, elle prétend aller à l’encontre de la
réalisation du plan divin, ce qui est d’ailleurs forcément illusoire, car
rien ne peut s’y opposer réellement, et même tout y contribue bon gré mal
gré » (6). Apparaît donc clairement ici le fait que ces « élites »
ajoutent foi aux prédictions des religions monothéistes tout en voulant
s’opposer aux réalisations de celles-ci. Il est donc nécessaire pour ces «
diablotins » d’unir les peuples contre les manifestations divines de la fin
des temps en espérant que Dieu abandonne la terre aux « forces des ténèbres
» devant le constat de la rébellion générale. Cette attitude résulte
d’une ignorance des principes de base de toute métaphysique et c’est pour
cela que cette espérance est bien la pire des illusions. L ‘accélération du
processus de concentration des pouvoirs qui se déroule sous nos yeux est due au
fait que les « puissants » savent que ces évènements sont très proches et
la peur de n’être pas prêt les hante jour et nuit.  

-La compréhension de la Vérité divine est donc indispensable pour se
prémunir du chaos et des violences à venir et nous nous proposons donc, dans
une seconde partie, de donner des clefs pour ouvrir les cœurs à la foi si Dieu
le veut.
Nous tenons à remercier LLP, Pierre Hillard, Pierre Jovanovic, feu Antony
C.Sutton, feu Eustace Mullins ect …et à tout les sites d’informations
alternatives permettant de prendre conscience de la dure réalité de notre
monde. Nous n’oublions évidemment pas d’honorer la mémoire de René Guenon
et Frithjof Schuon, métaphysiciens extraordinaires ayant tranché avec le sabre
de la vérité.


A suivre si Dieu le permet.


(1)    « Darwin, envers d’une théorie » de Jean-François Moreel
(2)    « La boîte noire de Darwin » de Michael J.Behe
(3)    « La crise du monde moderne » de René Guenon
(4)    « Perspectives spirituelles et faits humains » de Frithjof Schuon
(5)    « Le complot de la Réserve Fédérale » de Antony C.Sutton
(6)    « Etudes Traditionnelles (âout-septembre 1986) »


Jeudi 16 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par glorflindel le 16/12/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'essayerai de publier la suite le plus rapidement possible.
Rassembler et synthétiser les enseignements des grands sages n'est pas très facile.

2.Posté par BAB le 22/12/2010 00:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ceci est également décrit dans le blog d' Eva, journaliste non-alignée: " R-sistons à l'intolérable",


3.Posté par BAB le 15/01/2011 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jattends toujours de cconnaitre la suite de cet interessant article.
Merci de me dire si c'est édité.

4.Posté par glorflindel le 15/01/2011 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La deuxième partie est plus ardue à constituer.
Il faut choisir les sentences des grands sages, expliquer des points de doctrine et de cycles cosmiques et dans ce domaine il n'est pas question de se tromper.
Je vais procéder à des ajouts et corrections sur la première partie.
Je fais au plus vite.
Merci pour le rappel :)

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires