Proche et Moyen-Orient

Proche-Orient : la mort de l’ancienne partition annonce un avenir effroyable


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 21 Octobre 2018 - 03:20 Un nouveau Moyen-Orient à la sauce iranienne



Mardi 17 Juin 2014

Proche-Orient : la mort de l’ancienne partition annonce un avenir effroyable

 

Par Robert Fisk

The Independent, le 15 juin 2014
article original : The old partition of the Middle East is dead. I dread to think what will follow

« Sykes-Picot est mort », m’a hurlé hier soir à l’oreille
Walid Jumblatt – et il se pourrait qu’il ait raison.


Le dirigeant druze libanais – qui a combattu dans une guerre civile qui a duré 15 ans, laquelle a redessiné la carte du Liban – pense que les nouvelles batailles pour le contrôle du nord et de l’est de la Syrie, ainsi que de l’ouest de l’Irak, par les djihadistes sunnites ont finalement réduit à néant la conspiration anglo-française manigancée après la Première Guerre mondiale par Mark Sykes et François Picot, laquelle a divisé l’ancien Proche-Orient ottoman en micro-États arabes contrôlés par l’Ouest.

Le califat islamique d’Irak et de Syrie est né de la guerre – même s’il n’est que temporaire – menée par des combattants sunnites affiliés à al-Qaïda, qui se fichent complètement des frontières artificielles de la Syrie, de l’Irak, du Liban ou de la Jordanie, ou même de la Palestine sous mandat, créée par les Britanniques et les Français. Leur capture de la ville de Mossoul ne fait que mettre en lumière l’effondrement de ce plan secret de partition que les Alliés ont élaboré lors de la Première Guerre mondiale – car Mossoul était convoitée pour son pétrole, à la fois par les Anglais et les Français.

Tout le Proche-Orient a été hanté par l’accord Sykes-Picot, qui a également permis à la Grande-Bretagne de mettre en œuvre la promesse qu’avait faite Arthur Balfour d’apporter le soutien des Britanniques à la création d’une « patrie » juive en Palestine. Il n’y a peut-être que les Arabes (et les Israéliens) d’aujourd’hui qui comprennent entièrement les changements historiques profonds – et la grande signification politique – que les batailles extraordinaires de cette semaine ont ciselé sur l’ancienne carte coloniale du Proche-Orient.

L’Empire ottoman qui s’est effondré en 1918 devait être coupé en deux sur un axe nord-est/sud-ouest, qui s’étendait approximativement depuis les environs de Kirkuk – aujourd’hui sous contrôle kurde – en passant par Mossoul au nord de l’Irak et le désert syrien, et jusqu’à la Cisjordanie et Gaza. Mossoul a été initialement donnée aux Français – les Britanniques renonçant à son pétrole en échange de ce qui deviendrait une zone tampon entre la Grande-Bretagne et le Caucase russe. Bagdad et Bassora étaient en sécurité entre les mains des Britanniques, en dessous des lignes françaises. Mais les désirs commerciaux britanniques grandissants pour le pétrole prirent le pas sur les accords impériaux. Mossoul fut configurée à l’intérieur de la zone britannique dans un nouvel Etat d’Irak (anciennement, la Mésopotamie), ses réserves pétrolières désormais entre les mains de Londres. L’Irak, la Transjordanie et la Palestine étaient placés sous mandat britannique, la Syrie et le Liban sous mandat français.

Mais la nouvelle carte géographique créée par al-Qaïda et ses alliés de l’EIIL et d’al-Nousra ne s’étend pas du nord-est au sud-ouest mais d’est en ouest, englobant les villes de Falloujah, Tikrit et Mossoul, ainsi que Raqqa et de vastes régions de la Syrie orientale. Les tactiques djihadistes suggèrent fortement que cette ligne était censée courir de l’ouest de Bagdad et traverser les déserts irakien et syrien pour inclure Homs, Hama et Alep. Mais l’armée du gouvernement syrien – qui a livré avec succès une bataille quasi-identique à celle qui vient d’impliquer une armée irakienne démoralisée – a repris Homs, a tenu bon à Hama et a levé le siège d’Alep.

L’économiste Ian Rutledge vient juste de publier, fortuitement, un compte-rendu de la bataille pour la prise de Mossoul et de son pétrole, durant et après la Première Guerre mondiale, et de la trahison visant le Chérif sunnite de la Mecque, Hussein ben Ali, à qui les Britanniques avaient promis une terre arabe indépendante en échange de son aide pour renverser l’Empire ottoman. Rutlegde a effectué des recherches sur la préoccupation des Britanniques quant au pouvoir chiite dans le sud de l’Irak – où repose le pétrole de Bassora – livrant un document d’une fine pertinence pour comprendre la crise qui déchire à présent l’Irak.

Car la puissance qui a succédé au Chérif Hussein en Arabie est la famille royale saoudienne, qui a distribué des milliards de dollars à ce même groupe djihadiste qui a pris le contrôle de l’est de la Syrie et de l’ouest de l’Irak, et à présent Mossoul et Tikrit. Les Saoudiens prétendent être la puissance sunnite fondamentale dans la région, contrôlant la richesse pétrolière du Golfe – jusqu’à ce que le renversement par les Etats-Unis du dictateur sunnite Saddam Hussein conduise inexorablement à un gouvernement à majorité chiite à Bagdad, allié à l’Iran chiite.

Ainsi, la nouvelle carte du Proche-Orient accroît substantiellement le pouvoir saoudien sur le pétrole de la région, réduisant les exportations irakiennes, faisant monter le prix du pétrole (y compris, évidemment, le pétrole saoudien) et aux dépens de l’Iran, effrayé et toujours sous sanctions, qui doit défendre ses coreligionnaires dans l’effondrement du gouvernement de Bagdad. Le pétrole de Mossoul est désormais sunnite. Et les vastes réserves inexplorées qui reposeraient sous le désert tenu par les djihadistes, à l’ouest de Bagdad, sont maintenant fermement entre des mains sunnites et non plus entre celles du gouvernement chiite de Bagdad.

Ce démembrement pourrait aussi, de toute évidence, engendrer une nouvelle version de la terrible guerre Iran-Irak – un conflit qui a fait 1,5 million de morts, sunnites et chiites, tandis que des puissances extérieures armaient les deux camps et que les Etats du Golfe finançaient le régime sunnite de Saddam. L’Ouest était content de voir ces grandes puissances musulmanes se battre l’une contre l’autre, Israël envoyait des armes à l’Iran et regardait ses principaux ennemis musulmans se détruire l’un l’autre. Voici pourquoi Walid Jumblatt pense aussi maintenant que la tragédie actuelle – alors qu’elle a porté un coup fatal à MM. Sykes et Picot – fera sourire Arthur Balfour dans sa tombe.
Traduction[ [JFG-QuestionsCritiques]]urlblank:http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Robert_Fisk/Irak_EIIL_Proche-Orient_partition_130614.htm


Mardi 17 Juin 2014


Commentaires

1.Posté par as le 17/06/2014 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ah ben voila, les gens ont compris que c'est israel qui est derriere ce plan, le likoud et ses reseaux saoudiens, iraniens, anglais, francais, syriens, jordaniens...

les dissenssions entre rouhani et khamenei sont visibles de tous... les ahl saloul comme le clerge maconnique ayant declenche le demantelement de leurs propres pays depuis l'Iraq

2.Posté par wahid le 17/06/2014 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci AS

qu'ils soient sunnites ou chiites, les musulmans sont le dindon de la farce, tout ce bazar rien que pour contrôler les pepelines au profits de X ... je ne vois aucun avenir à un état islamique qui pourra préserver les intérêts des musulmans si ce n'est de la foutaise (les manipulateurs sont déjà eux-mêmes manipulés ) ... certains jouent avec les mots en prenant les musulmans pour des idiots, qu'il suffissait être soit sunnite ou pro-sunnite et l'équation s'arrête là !!! ... ou sinon tu serais un soralien pro-chiite pro-russie et iran comme si les musulmans devraient attendre ce que meyssan va dire ...... on s'attaque à AlAssad mais on hésite pas à renouer avec l'ancien régime de saddam tous deux font partie du parti baath, et les deux ont coopérés pour servir les intérêts des autres, saddam contre l'iran et AlAssad contre saddam pendant la guerre du golf rien que préserver leur intérêts mais l'un a été éjecté et l'autre est en train de se faire éjecté ...

juste un truc pour les musulmans ... le prophète que le salut soit sur lui dans ses hadiths en parlant de la khilafah a laissé une nuance qui dépendra de ce que les musulmans vont faire ... dans un hadith il parlait d'une khilafah qui sera instaurée par quelqu'un de sa famille et dans un autre il disait que même s'il reste un jour avant le jugement dernier Allah awj enverra quelqu'un de ma famille pour instaurer la khilafah .... refléchissez ,le statu quo actuel bloquera toute miséricorde !!!

3.Posté par kari8m le 17/06/2014 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

arrette c est un arret decrete il y a un autre hadits qui confirme qu il va y avoire un khalifat sans aucun doute toi tu essaye de mettre le doute c est de la fourberie et du mensonge se que raconte dgse camoufler ou quoi les vereridiques seront les vaiceur ta propagandes et un echec la preuve tous les musulman qui sont en syrie et en irak on quitte leur pays europe asie et d autre pays c est fini

4.Posté par kunduz le 17/06/2014 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les masques tombent, les mécréants, les taghouts, les chrétiens, les maçons, les sionistes s'unissent dès qu'il s'agit du khilafa, l'histoire se répèten sans fin?
saddam avec les US hier, sistani avec les US aujourd'hui, comme le disent les kuffars et c'est leur point de vue, il n'y a ni bon ni mauvais côté, il n'y a que leur intérêt qui compte.

LE KHILAFA EST l'ultime vérité et tout ceux qui s'y opposent sont les ennemis d'Allah awjl.

que les frères de L'EIIL (ISIS) réussissent ou non, l'idée maintenant à germé, le khilafa on en parle il est devenu une réalité et les frères n'ont plus l'intention de se battrent et de laisser qualqu'un d'autre en récolter les fruits!!

le Khilafa abouttira inshaAllah n'en déplaise aux mécréants, laïcs ou aux "musulmans modérés", ce n'est plus qu'une question de temps, ceux qui veulent s'y opposer qu'ils se rendent dans ce trou noir.

Allah awjl a dit que les kuffars dépensseront tout leur richesse à combattre l'islam et finiront par le regretter et ensuite ils seront vaincu.

Allaho AKbar on s'y achemine inshaAllah.

Salam

5.Posté par TBK le 18/06/2014 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaucoup de désinformation et bine peu de vérité; c'est le juif caché G.W. Bush qui a lancé la guerre contre l'Irak, après la provocation du 9/11/2001, et c'est ke musulman Obama qui a tenté depuis 2008 de réparer les dégats, il a tenté d'isoler le monstre "Israel" ,il a réussi en Tunisie, en Libye et en Egypte ainsi qu'au Yemen mais il a échoué provisoirement en Syrie contre les traitres alaouites suite aux manoeuvres des la France Juive, de la Grande Bretagne sioniste et des états arabes sionistes du golfe et l'Arabie Saoudite juive mais il est reparti en Irak en donnant la donne non pas aux djihadistes mais aux nationalistes irakiens férocement anti-sionistes. Les sionistes ont tenté de répliquer par le coup d'état de LEVI-SISSI mais Obama a alors accentué la pression avec le coup de l'Ukraine en poussant l'Europe sioniste a affronter l'ours russe qui va se les farcir. La Syrie va être totalement isolée sous peu complètement et la Turquie entrera en scène en Syrie d'une manière ou d'une autre tandis que l'Iran sera obligé de se replier sur son territoire en remorquant son stock de traitres irakiens chiites. L'Irak non plus nationaliste mais musulman est le vrai allié de la Russie au moyen-orient et les états sionistes du golfe y compris l'Arabie saoudite peuvent compter les jours qui leur restent ainsi que l'Arabie Saoudite juive, quant a "Israel" les états-unis attendent qu'il s'ingère pour en finir avec lui a travers la Russie quand au juif sioniste LEVI-SISSI il partira suite a un autre coup d'état.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires