MONDE

Procès de nos amis baveurs - les "bavures" américaines enfin qualifiées de crimes et les baveurs en chef condamnés par contumace


A Kuala Lumpur , les "bavures" américaines enfin qualifiées de crimes et les baveurs en chef condamnés par contumace
(d'après un article d'Yvonne Ridley)


Clément Dousset
Jeudi 31 Mai 2012

Procès de nos amis baveurs - les "bavures" américaines enfin qualifiées de crimes et les baveurs en chef condamnés par contumace
On a des amis qui bavent. Qui bavent beaucoup. La bave bulle par la commissure des lèvres, suinte sur leur menton, goutte sur leur col, trempe leur chemise, inonde leur costume. Ils vous dégoûtent. Ils puent. On pourrait leur dire :"vous bavez beaucoup quand même. A ce niveau-là, ça risque d'être maladif et il faudrait peut-être envisager un traitement..."

On pourrait mais on n'ose pas. On est timide. Et les amis baveurs ne sont pas n'importe qui. Ils ont des sous et beaucoup. Et la force qui en impose. Des fois qu'ils se vexeraient dur ! Ce n'est pas vraiment qu'on ait des coups francs à craindre. Ils se disent aussi nos amis après tout. Mais des coups tordus... on ne sait jamais. Ils n'ont pas énormément de scrupules ces amis-là.

Bon, en tout cas, ils ne sont pas les amis de tout le monde. Et la semaine dernière en Malaisie, un tribunal pas trop complaisant s'est intéressé à leurs bavures et à leur bave. ils y ont vu le sang de mutilés, d'assassinés et les pleurs de suppliciés. Ce qu'il est juste d'appeler des crimes, ce tribunal l'a appelé des crimes.

Ce tribunal qui siégeait dans la capitale Kuala Lumpur comportait cinq juges professionnels, une équipe de procureurs dont faisait partie Francis Boyle professeur en droit international et une équipe de défense menée par l'avocat Jason Kay Kit Leon.
La cour a auditionné quatre témoins. Jameelah, dénudé et humilié, utilisé comme bouclier humain alors qu'il était transporté en hélicoptère. Moazzam Begg,battu, le visage encapuchonné, et maintenu en confinement. Ali Shalal,ligoté avec des fils électriques, suspendu et soumis à des décharges. Abbas Abid, un ingénieur de 48 ans habitant Fallujah qui a eu les ongles retournés à l'aide d'une pince.

Les accusés, jugés par contumace, étaient Georges Bush, Dick Cheney, Donald Rumfeld et leurs conseillers juridiques Alberto Gonzalès, David Addigton, William Haynes, Jay Bybee et Jon Yoo.

Le tribunal qui a marqué un respect scrupuleux des principes dessinés par le tribunal de Nuremberg et les cours internationales de justice a statué que l'accusation avait établi "au-delà de tout doute raisonnable" que les accusés "avaient participé, à travers un ensemble d'instructions, de mémorandums, de directives, de recommandations et d'actions légales à établir un plan d'ensemble dans le but de commettre des crimes en relation avec la "guerre contre la terreur" et avec les guerres lancées par les USA en Afghanistan et en Irak."

Le président du tribunal a précisé : "En tant que tribunal de conscience, la Cour n'a pas de pouvoir d'application de la loi ni celui d'imposer une sentence d'emprisonnement à l'une quelconque des 8 personnes condamnées. Ce que nous pouvons faire, au titre de l'article 31 du Chapitre IV de la deuxième partie de la Charte, est de recommander à la Commission des Crimes de Guerre de Kuala Lumpur qu'elle transmette le verdict d'accusation par le Tribunal, accompagné des documents attenants, au Procureur en chef de la Cour criminelle internationale, ainsi qu'aux Nations Unies et au Conseil de Sécurité."..." Le Tribunal recommande également que la Commission des crimes de guerre de Kuala Lumpur diffuse le plus largement possible au niveau international l’information sur cette condamnation et sur les garanties de compensations, étant donné qu’il s’agit ici de crimes universels pour lesquels il est de la responsabilité de chaque nation de poursuivre juridiquement ces personnes si elles venaient à pénétrer sur le territoire où s’applique leur juridiction. "

Voilà donc officiellement Bush et ses complices déclarés criminels de guerre. Mais le procès des baveurs d'hier ne doit pas faire oublier les baveurs d'aujourd'hui et les crimes de guerre du propret Obama, tout prix Nobel de la paix qu'il soit. Le camp de Guantanamo qu'il devait fermer est toujours ouvert et les gens y sont toujours détenus et torturés. Les bombardements de village avec leur triste lot de victimes civiles se poursuivent en Afghanistan. Samedi dernier 26 mai par exemple, à Paktia, dans l'est du pays, une bombe a tué dans leur maison un homme, sa femme et six de leurs enfants.

Surtout et c'est là que la responsabilité d'Obama est la plus engagée et le désigne particulièrement comme criminel de guerre, l'utilisation de drones pour perpétrer des assassinats collectifs au Pakistan toujours et au Yemen désormais (autant de pays non officiellement en guerre avec les Etats-Unis) devient de plus en plus systématique. C'est à plus d'un millier qu'a été chiffré récemment le nombre de civils, femmes, vieillards et enfants tués par les bombes chargées sur ces avions indétectables, à côté de la mort d'hommes en âge de combattre et présumés "activistes à l'entraînement".

Moazzam Beg, un des témoins du tribunal de Kuala Lumpur et qui travaille désormais comme directeur de "Cageprisoners", association de défense des droits de l'homme basée à Londres a déclaré : " Si le président Bush a été le président des tortures extrajudiciaires, alors le président américain Barack Obama est celui des assassinats extrajudiciaires, avec les frappes de drones. Notre travail ne fait que commencer. "

Eh oui ! Obama semble bien baver autant que Bush, d'une bave qu'un tribunal ayant toute la dimension d'une cour internationale vient enfin de condamner. Hollande, entre deux poignées de main à son ami et allié, pourrait peut-être lui en glisser deux mots.

(informations prises dans un article d'Yvonne Ridley du 19 mai 2012)



Jeudi 31 Mai 2012


Commentaires

1.Posté par nacera le 22/06/2012 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des hommes d'honneur se sont réunis à kuala lumpur pour rendre un jugement que l'humanité attend depuis une décennie: C'est un jugement juste et historique pour le genre humain qui prétend être si différent du reste des créatures.
Si l'histoire des soit-disant frappes chirurgicales sur des sois-disant criminels en Afganistan a été gobée par la plupart des gens au début, la suite des évènements a prouvé que le sacrifice d'innocents a été beaucoup trop élevé pour le résultat obtenu. C'est ainsi que le monde entier a été contre une intervention militaire en Irak. Mais les va-t-en-guerre Bush, Rumsfeld, Wolfowitz et compagnie n'en ont rien voulu entendre, et c'est juste de les juger.
A propos pourquoi Wolfowitz n'a pas été jugé?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires