ALTER INFO

Pourfendeur du colonialisme et avocat controversé: Jacques Vergès… Héros ou démon ?…


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 01:40 La laïcité des rues de Paris à ceux d’Alger



Georges Stanechy
Vendredi 23 Août 2013

Pourfendeur du colonialisme et avocat controversé: Jacques Vergès… Héros ou démon ?…
Beaucoup a été dit et écrit ces derniers jours après le décès de Me Vergès. En ce qui nous concerne, voici ce que nous avons trouvé de mieux pour lui rendre  un certain hommage…
– Résistance 71 –
 
Jacques Vergès: La dignité humaine
"Die Ehre der menschlichen Vernunft verteidigen"
"Défendre l’honneur de la raison humaine"
Kant (*)
 
Jacques Vergès vient de nous quitter.
Personnalité unique, hors du commun. A l’immense culture. Pas simplement historique, littéraire, ou juridique du fait de son métier d’avocat, mais aussi géopolitique. Un des très rares dans notre pays, connaissant toutes les coulisses des "pouvoirs", apparents, occultes, fictifs ou réels, avec leurs circuits de "graissage" en argot du milieu, c’est-à-dire de corruption.
En conséquence, il n’était dupe d’aucune arnaque politicienne, médiatique, et électorale de "l’ultralibéralisme" qui n’est, une fois le vernis académique décapé, que de "l’ultracupidité".
Son vécu, son métissage, son engagement permanent pour la défense de La Dignité Humaine, l’avaient placé au cœur de tous les continents, ethnies, croyances et drames historiques. Tout jeune résistant à l’occupation allemande, il n’avait pu s’engager dans les Forces Françaises Libres (FFL) qu’avec l’autorisation écrite de son père.
Témoin de la tragédie et des horreurs des luttes d’indépendance des colonies européennes, dès la fin de la deuxième guerre mondiale, notamment : Algérie, Madagascar, Indochine… Jusqu’à la guerre du Vietnam provoquée par les USA, ravageant aussi Cambodge et Laos. Toutes les invasions et destructions, dans le cynisme et le mensonge de nos « élites », qui on suivi : écrasement de l’Irak, pulvérisation de la Lybie, saccages actuels de la Syrie et de l’Egypte.
Sans oublier, l’interminable martyre de la Palestine avec ses nettoyages ethniques, son apartheid, ses massacres, tortures et spoliations.
Ce qui, évidemment, ne lui fut jamais pardonné par notre nomenklatura, au fanatisme colonial viscéral, qui n’a cessé de le diaboliser via ses instruments de propagande que sont nos médias nationaux, « associations » ou ONG spécialisées dans la désinformation. Tout juste s’ils ne le travestissent pas en complice du terrorisme international et, pourquoi pas, en terroriste potentiel ou camouflé !…
De l’action courageuse et tenace de cet Humaniste, deux enseignements fondamentaux sont à retenir :
I )La Justice n’est pas le Lynchage
Face aux Tartuffes qui lui reprochaient de défendre les « mauvaises causes », il rappelait sans cesse qu’une “Justice” authentique se doit de veiller à la défense de n’importe quel criminel ou supposé tel. Défendre un "criminel", pour un avocat, n’est pas se rendre complice, approuver ses actes, ses intentions ou ses convictions.
L’exercice, le fonctionnement, l’esprit ou l’éthique de “La Justice” ne doivent pas être conditionnés, pollués, par l’émotion ou les préjugés d’une opinion publique elle-même instrumentalisée par des intérêts occultes qui n’ont souvent rien à voir avec ceux de la collectivité. Seule une "Justice" sereine, indépendante de toutes pressions, est en mesure de protéger nos libertés publiques et, avant tout : La Dignité Humaine.
De plus, la défense d’un accusé ou mis en examen, sous la présomption d’innocence ou pas, permet le partage, l’exposition d’informations nécessaires à la compréhension des phénomènes de violence, étatique ou individuelle, ou encore d’évolution sociale par l’ensemble des citoyens. Et, de mieux les maîtriser.
Utopie ?… Peut-être, ou certainement.
Quand on voit sur nos plateaux TV ou radios, dans nos journaux, de prétendus "spécialistes de la sécurité publique" affirmer, avec l’arrogance imbécile de ceux qui jouent les détenteurs de secrets d’Etat hors de portée des citoyens ordinaires, que grâce à « l’action efficace des services spéciaux » de nombreux attentats sont déjoués chaque année…
Qui sont-ils, ces soi-disant "terroristes" arrêtés ou neutralisés ?… Où ont-ils été jugés ?… Comment ?… Par qui ?… Quels ont été les peines requises et les peines appliquées ?… Pourquoi notre Nation, ses citoyens, ne seraient-ils pas tenus informés sur l’identité des prétendus "terroristes" arrêtés et sur leurs motivations criminelles ou pas ?…
Une "Justice", dans une démocratie, doit être publique et non pas secrète ou "d’exception". A moins qu’il ne s’agisse, en l’absence d’éléments probants, d’un roman élaboré par ces soi-disant "services spéciaux" pour dissimuler leur incurie, leur gabegie, tout en créant une ambiance anxiogène aux fins d’encadrer une opinion publique réfractaire à la diminution incessante de ses libertés de pensée, d’expression ou de réunion…
ii) La Bonne Conscience n’est pas La Justice
Jacques Vergès considérait "La Bonne Conscience" comme la pire des pathologies accablant les oligarchies occidentales et leurs opinions publiques formatées. D’être la justification de la Loi du Plus Fort, la Loi des Vainqueurs. "Plus Fort", "Vainqueur", souvent temporaires, car la roue de l’Histoire tourne plus vite qu’on ne l’anticipe…
Soulignant, par exemple, que le procès d’un tortionnaire tel que Klaus Barbie ne devait pas servir de sacrifice du bouc émissaire pour dissimuler les tortures et exactions pratiquées par les forces d’occupation françaises, en Algérie tout particulièrement. Au niveau d’horreur comparable à celui de l’occupant allemand sur notre propre territoire.
Rappelons qu’il avait épousé l’héroïque résistante Algérienne, Djamila Bouhired, qui avait enduré de longues séances de torture par l’armée française. Ayant pu obtenir sa grâce, après l’avoir défendue en tant qu’avocat.
Prendre conscience de nos comportements criminels lors de nos prédations impériales n’a pas pour finalité de pratiquer une culpabilisation, ou une auto-flagellation masochiste. Mais, au contraire, dans un élan constructif s’assurer, collectivement et solidairement, que ces atrocités commises où que ce soit et par qui que ce soit ne se reproduisent plus.
Les abjections récentes, actuelles, d’Abu Ghaïb, Guantanamo ou Gaza, les dévastatrices guerres civiles imposées et organisées par nos castes dirigeantes dans des pays qui ne nous ont rien fait, sont là pour nous inciter à la vigilance dans cette lutte permanente pour le respect de la Dignité Humaine. Rocher de Sisyphe de notre condition humaine.
Jacques Vergès était à la pointe de ce combat. A son exemple, cette remise en cause nous concerne tous, à chaque instant.
En son hommage, je remets en ligne, à la suite de la vidéo d’un entretien où il résume sa vie et sa pratique d’avocat avec une chaleureuse humilité, un billet que j’avais publié le 6 septembre 2007, en pensant à lui. Rédigé en réaction aux tartines racistes et coloniales du "sarkozysme"…
 
(*) In "Voyous", J. Derrida, p.169, note 1, Galilée, 2003.

 
Un combattant de La Dignité Humaine…
 
6 septembre 2007
 
Et, un Tonneau d’Oreilles !… Un !…
« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1).
.
C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
.
«… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».
.
Extrait de la description, par Pellissier de Reynaud, du massacre de la tribu des Ouffias par les troupes sous le commandement du Duc de Rovigo. Toujours à la même époque et dans le même pays (3).
« … J’ai laissé sur mon passage un vaste incendie. Tous les villages, environ deux cents, ont été brûlés, tous les jardins saccagés, les oliviers coupés… Il est impossible de se figurer à quelle extrémité nous avons réduit ces malheureuses populations ; nous leur avons enlevé pendant quatre mois, toutes leurs ressources en blé et en orge.
Nous leur avons pris leurs troupeaux, leurs tentes, leurs tapis, tous leurs objets de ménage, en un mot toute leur fortune… ».
.
Orgueilleuse satisfaction de la mission accomplie extraite d’une lettre, datée du 25 mai 1851 (4), écrite par un archétype de ces traîneurs de sabres, aussi sanguinaires que mégalomanes, que produisent des armées à intervalles réguliers, le Général de Saint Arnaud, lors d’une de ses campagnes en Algérie.
Ce sont des extraits d’un "Maître Livre", écrit par un professeur d’Université, de sciences politiques et de philosophie politique, Olivier Le Cour Grandmaison : Coloniser – Exterminer, Sur la Guerre et l’Etat Colonial.
.
Il existe des livres récents sur la colonisation, plusieurs sont remarquables (5). Bien sûr, le système médiatique et les lobbies qu’il représente les occultent soigneusement : négationnisme oblige !… Pour ne pas changer, en cette "rentrée des livres", les médias nous asphyxient, à nouveau, dans les vapeurs et le nombrilisme des cocottes littéraires… Un véritable déluge tropical. L’art de noyer le poisson.
Mais, celui-ci est un véritable "coup de poing". Lisez-le. Ses recherches et leurs références, ses analyses, ses notes de bas de pages sont d’une rigueur implacable. Sa traque de la faillite de l’intelligence, et du naufrage des valeurs fondatrices de la Dignité Humaine, inexorable.
.
On reste tétanisé, intellectuellement, émotionnellement, devant le récit de ces massacres, tortures, destructions et souffrances infligés à longueur de siècles. Immenses. Véritables génocides planifiés et exécutés par un colonisateur imbibé de racisme jusqu’à la moelle.
.
Dans ce livre dense, il s’agit de la France, au Maghreb, en Afrique, en Indochine et en Nouvelle – Calédonie. Jusqu’aux massacres de Madagascar. Jusqu’à ceux du Cameroun, auxquels Pierre Messmer, notre ancien premier ministre récemment disparu, a participé en tant que militaire.
D’autres, encore, auraient pu être abordés, comme ceux commis par notre pays en Syrie, avec les massacres de Damas tout spécialement, au cours desquels l’armée française tirait au canon sur la population. La synthèse qui est présentée donne, toutefois, un tragique et complet aperçu des méthodes et moyens d’une guerre coloniale.
Les autres colonisateurs européens, perpétrant des crimes contre l’humanité similaires (6) sont aussi évoqués. En particulier, le génocide des Hottentots par les allemands, en Namibie.
.
Comment a-t-on pu et peut-on perpétrer de pareilles abjections dans la bonne conscience ?…
Ce qui prend le plus aux tripes, c’est de mesurer les ravages d’une idéologie fondée sur le racisme. Combien elle imprégnait des intellectuels qui la relayaient, la justifiaient, l’amplifiaient. Complices. Et, fiers de l’être…
Des auteurs qu’on aimait ou vénérait : Lamartine, Maupassant, Victor Hugo, Tocqueville ou André Gide, et d’autres… Découvrir qu’ils soutenaient de telles monstruosités, fondées sur la conception d’une race supérieure, préfigurant l’idéologie raciste des nazis, un siècle plus tard. Ou, celle des racistes occidentaux actuels dont on peut contempler les œuvres quotidiennes, en Palestine, en Irak ou ailleurs.
.
On retrouve la même rhétorique du "choc des civilisations", structurée par une mégalomanie de la suprématie de l’Européen, de l’Occidental, les mêmes termes, les mêmes idées, arguments, imaginaires, fantasmes et pulsions. Même paranoïa. Cent cinquante ans plus tard…
On souffre à la lecture des propos de Victor Hugo dans un dîner, tenus en janvier 1841, au général Bugeaud, le premier gouverneur général d’Algérie, véritable brute psychopathe en uniforme (7) :
« … C’est la civilisation qui marche sur la barbarie. C’est un peuple éclairé qui va trouver un peuple dans la nuit… Nous sommes les Grecs du monde ; c’est à nous d’illuminer le monde. Notre mission s’accomplit… ».
Ou encore, Victor Hugo notant, au lendemain d’un dîner mondain, les atrocités de l’Armée d’Afrique, comme s’il s’agissait d’une chasse aux perdreaux :
« … Algérie, le général Flô me disait hier soir que, dans les razzias, il n’était pas rare de voir des soldats jeter à leurs camarades des enfants qu’ils recevaient sur la pointe de leurs baïonnettes… » (8).
Et, Tocqueville, longuement cité dans l’ouvrage de Le Cour Grandmaison, dont on ne célèbre, habituellement, que son œuvre La Démocratie en Amérique. Mais, dont on tait tout le travail de parlementaire "colonial" qu’il accomplissait à l’époque. Aussi glacial et méthodique qu’un parlementaire "néocon" ou membre du Likoud
« … J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les maisons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants.
Ce sont-là, selon moi des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre… » (9).
Des décennies, des siècles de colonisation, et leur cortège d’abominations, ont imprégné l’inconscient collectif. Surgit, alors, la vision prémonitoire d’Aimé Césaire :
« … Au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et "interrogés", de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent… » (10).
Pas étonnant que notre Président de la République soit allé ânonner, devant des universitaires, des cadres et la jeunesse de Dakar, des leçons de "civilisation", de "modernité", de "rationalité"… En fait, des inepties, pétries, faisandées de racisme colonial … En 2007… A la louche, en plus. En veux-tu, en voilà… Avec une morgue à faire pâlir d’envie un hippopotame sortant des eaux…
Raison ? Modernité ? Monde de Demain ?…
Logorrhée de l’arrogance, dissimulant la sclérose d’une "caste" française vivant encore à l’âge de pierre…
Ou, plutôt, à l’âge du tonneau…
(1) Le Cour Grandmaison, Olivier, Coloniser – Exterminer – Sur la guerre et l’Etat Colonial, Fayard, 2004, p. 158-159, note 1.
(2) La propagande coloniale, qui perdure, dissimule le fait historique que l’Algérie était une province semi-autonome de l’Empire Ottoman, extrêmement riche sur le plan agricole : blé, olivier et élevage, en particulier. Ce fut le plus important fournisseur de blé de la France, pendant les guerres napoléoniennes. La France, de l’après Napoléon, refusait d’honorer les créances de l’Algérie, ce qui provoqua une tension entre les deux pays. Ce fut un motif déterminant dans la conquête. Rien à voir avec le coup d’éventail du Dey à notre ambassadeur, et autres niaiseries sur un pays que la France aurait trouvé vide de cultures et peuplé de sauvages… Le deuxième objectif immédiat fut de s’emparer des importantes réserves d’or de son gouvernement… Il faut espérer que le cinéma algérien s’approprie, un jour, ce pan de l’histoire de son pays. Il y a des films passionnants à réaliser !…
(3) Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 159.
(4) Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 147.
(5) Lire, notamment :
=> Branche, Raphaëlle, La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie – 1954 – 1962, Gallimard, 2001.
=> Manceron, Gilles, Marianne et les Colonies – Une introduction à l’histoire coloniale de la France, La Découverte -Poche, 2003.
=> Plumelle-Uribe, Rosa Amelia, La Férocité Blanche, Des Non-Blancs aux Non-Aryens, Génocides Occultés, de 1492 à nos jours, Albin Michel, 2001.
(6) Une résolution de l’ONU, du 11 décembre 1946, déclare que "… le génocide bouleverse la conscience humaine…".
(7) Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 98.
(8) Coloniser – Exterminer, Op. Cit., note 1, p. 98.
(9) Tocqueville, Alexis (de), Travail sur l’Algérie, cité in Coloniser – Exterminer, Op. Cit.
(10) Césaire, Aimé, Discours sur le Colonialisme, cité dans Coloniser – Exterminer, Op. Cit., p. 342.
 
Georges Stanechy
url de l’article original: http://stanechy.over-blog.com/jacques-vergès-la-dignité-humaine
 



Vendredi 23 Août 2013


Commentaires

1.Posté par Moi le 24/08/2013 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

RESPECT à un avocat qui a compris quel était son rôle dans la société : défendre ses clients. La défense du "client" quel qu'il soit est PREVUE par la loi. Cela s'appelle un PROCES EQUITABLE. Tout le monde a droit à un procès équitable. Les monstres n'existent pas, les anges non plus. Nous avons tous une part d'ombre et une part de lumière.


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires