Coup de gueule

Pour que l'argent nous serve au lieu de nous asservir !


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!


Appel à mobilisation citoyenne - Pétition
http://fr.public-debt.org/


contact@public-debt.org
Lundi 27 Octobre 2008

En cette période de crise financière et économique, le soutien des États aux banques risque d'alourdir encore la dette publique dont les seuls intérêts annuels engloutissent déjà la quasi totalité de nos impôts sur le revenu. Peut-être vous interrogez-vous, êtes-vous choqués, dépassés ? Comprenez-vous que l'Europe s'apprête à renflouer les banques avec des milliards d'euros alors que des postes sont supprimés dans la fonction publique, que vos retraites diminuent, que l'on vous oblige à travailler plus longtemps, que l'on ferme des petits hôpitaux, maternités, des tribunaux par cause de déficit budgétaire ? Comment se fait-il que l'Europe et les États-Unis soient capables d'imaginer un plan de sauvetage de plusieurs milliers de milliards pour sauver le système financier au prix d'une dette encore alourdie, alors qu'ils restent impuissants à trouver les « petits » 100 milliards qui résoudraient le problème de la faim , de la santé et de l'éducation dans le monde entier? Pour beaucoup d'entre nous, c'est parfaitement incompréhensible ! Mais c'est malheureusement l'ignorance dans laquelle les peuples sont tenus en matière monétaire qui permet de telles aberrations. Bien sûr on peut se dire que tout cela nous dépasse, que l'on n'y peut rien à notre niveau... Détrompez-vous ! Nous pouvons non seulement résoudre la question de la dette publique dont le montant risque de croître fortement en 2009, mais en plus nous donner les moyens de financer l'immense chantier à mettre en œuvre pour permettre à tous une réelle amélioration de la qualité de la vie, sans oublier personne. Pure utopie pensez-vous? Certainement pas ! Savez-vous que : - Depuis 1971, plus aucune monnaie n'est liée à un étalon réel (or), ce qui la rend depuis totalement virtuelle et donc potentiellement infinie. Seules les règles définies par les hommes eux-mêmes en limitent l'émission. - En 1973, la France s'est légalement obligée d'emprunter sur les marchés financiers cette monnaie dont elle avait auparavant le pouvoir d'émission! - Contrairement à ce que croit la majorité d'entre nous, ce ne sont plus les États qui émettent la monnaie, mais le système bancaire privé. La Banque Centrale Européenne a seulement le monopole de l'émission des pièces et billets (soit 15% de la masse monétaire) ; les banques commerciales créent la différence, soit 85%. Comment ? Lorsqu'elles acceptent une demande de crédit. Elles ont donc en main le destin des peuples, puisqu'elles seules décident d'accepter ou de refuser le financement des projets dont les citoyens demandent le financement. - Suite au Traité de Maastricht (article 104 qui interdit à la BCE et aux banques centrales nationales d'accorder un quelconque crédit aux institutions ou organes publics de la Communauté), toute l'Europe est dans la même situation. Cela conduit les États à s'endetter pour obtenir, au prix fort, auprès de la finance privée, la monnaie « virtuelle » qu'ils pourraient émettre eux-mêmes par l'intermédiaire de leur Banque Centrale. C'est ainsi que dans notre pays, depuis 1973, nous avons déjà payé, au seul titre de l'intérêt, plus de 1300 milliards d'euros, soit une ponction actuelle sur nos impôts et sur le fruit de notre travail de près de 120 millions d'euros par jour, et nous devons toujours 1250 milliards d'euros en principal. Si nous n’avions pas eu à payer d’intérêts, nous n’aurions pas de dette publique ! Les "élites" européennes ont volontairement abandonné notre droit de création monétaire, au profit exclusif d'une finance privée dont les excès et l'irresponsabilité sont aujourd'hui étalés au grand jour! Cette politique du "tout marché", appliquée à la fonction monétaire, est la cause première de la dette publique, avec son cortège de restrictions budgétaires, resserrement des aides sociales, salaires et conditions de travail qui se dégradent, et recul du service public... Alors disons « ça suffit ! ». Ensemble réclamons qu'au minimum la Banque Centrale Européenne (ou à la Banque de France si nécessaire) puisse disposer du droit d'émission monétaire et de crédit au bénéfice des collectivités - Etat, Régions, Départements et Communes - pour financer les investissements nécessaires. Aidez-nous dans notre action en signant d'une part cette pétition électronique et, d'autre part, en écrivant à vos élus et aux medias pour faire pression sur eux afin que le sujet sorte enfin de l'ombre. Merci aussi de diffuser largement cet appel. Nous demandons instamment aux pouvoirs politiques d'accéder aux demandes suivantes. Au niveau de la zone euro: 1 - Pour tout ce qui concerne le financement des projets collectifs de l'eurozone - et en particulier pour financer la mutation qu'exige le défi écologique ainsi que le virage technologique pour pallier à l'épuisement de certaines ressources naturelles; pour financer la recherche, un enseignement ainsi qu'un système de santé de qualité gratuits et, en général, pour tout ce qui sera considéré démocratiquement comme nécessaire pour l'amélioration collective de la qualité de la vie de façon durable - la Banque Centrale Européenne (BCE) doit pouvoir être contrainte à une émission monétaire centrale, éventuellement sans échéance et sans intérêts. 2 - Les critères de Maastricht doivent être revus et permettre de soumettre au débat démocratique, par exemple, les propositions suivantes: a) les budgets des États doivent être équilibrés en "fonctionnement" + "amortissements" par la fiscalité. b) les États et collectivités publiques peuvent faire financer les investissements d'utilité collective par un appel à émission monétaire sans intérêt de la BCE. c) les besoins d'investissements de l'eurozone liés aux objectifs décrits en (1) doivent également pouvoir �tre financés par émission monétaire sans intérêt de la BCE. Les statuts et la mission de la Banque Centrale Européenne doivent être revus en conséquence. Au niveau national : A défaut de faire aboutir ce projet au niveau européen, d'opérer une reprise du droit collectif (national) d'émettre la monnaie, éventuellement par émission d'une monnaie nationale , complémentaire à l'euro , quitte à se mettre en dissidence à l'égard de l'UE, non par anti européanisme mais pour se donner la possibilité de devenir un modèle d'inspiration des autres Nations.


Lundi 27 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par Rico le 28/10/2008 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'esclavage ne serait-il pas aboli ? Si bien sûr celui des pauvres hommes battus et maltraités, enchaînés par leur maîtres à une autre époque. Cet esclavage est toujours d'actualité mais sous une forme bien plus pernicieuse, donnant une impression de liberté et de démocratie.

A la place des maîtres individuels d'antan, les maîtres d'aujourd'hui sont mondiaux. Ils servent l'occulte et asservissent les nations avec l'appui des élus qu'ils soudoient. Ils nous maintiennent en esclavage moderne, celui de l'argent. Métro, boulot, conso, dodo et ne sort pas du rang, ne pense pas, crois ce que l'on te dit à la TV.

Les multinationales et banques appartiennent aux mêmes personnes, l'on ne sait plus vraiment qui est à la tête de ces monstres économiques (filiales, actionnaires, groupement.......) et le transfert de pouvoir est fait depuis longtemps. Les présidents ne président plus grand chose en regard de la volonté des géants qui font l'économie. L'économie est le vrai roi qui dicte sa loi mondiale.

Les gens devraient être révoltés non ? Pensez-vous, ils ne se soucient de rien d'autre que de pouvoir continuer leur petit train train et ils mourront d'une maladie juste après la retraite. L'on nous cultive !

Le plan de soutien aux banques : comme si votre patron faisait de très graves erreurs volontaires de gestion (tout en conservant ses richesses et ses biens) et vous imposait de prendre des prêts en hypothèquant vos biens pour que l'entreprise puisse continuer.

Je pourrai en parler des heures, les sujets sont nombreux et pourtant liés, planifiés pour servir leur but.

REVEILLONS NOUS ET CHANGEONS TOUT CE SYSTEME POURRI. REVOLUTION

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires