Néolibéralisme et conséquences

Pour Friedman : le SMIC, un cauchemar


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Septembre 2019 - 00:25 Blackrock, le monstre de Wall Street. Arte



georges zeter
Mercredi 26 Juin 2019

D’entendre ce Milton Friedman, dire doctement car prix Nobel d’économie : «du travail il y en a pour ceux qui veulent»...Est digne d’un poivrot du café du commerce qui serait en pleine descente...Ou bien d’un macron qui conseille de traverser la rue pour chercher un boulot
Sur la vidéo jointe, on peut voir un gnome chauve à grosses lunettes accompagné certainement de Madame, portant lunettes noires mode Pinochet. L’économiste tranquillement répond à un journaliste suite à cette question :
- «Comment résoudre le problème de l’emploi ?»
- Cela n’est pas le problème, il est toujours possible d’assurer le plein emploi pour tout le monde, c’est possible, il y a du travail, mais si tout le monde n’a pas de travail, c’est parce que avec le salaire minimum et les exigences syndicales empêchent les gens de travailler, le problème donc n’est pas le plein emploi, le problème c’est l’élimination des obstacles qui empêchent l’accès au travail, c’est ça le véritable problème ! (vous remarquerez la pauvreté argumentative, dire que ce gars est prix Nobel !!!).
Le journaliste :
- Et vous pensez qu’en éliminant le salaire minimum (le smic) on pourrait donner du travail à tout le monde ?
Après avoir avalé sa salive «la lumière» reprend benoîtement :
- Qui est « on » ? On peut trouver du travail ! Les gens trouveront par eux même leur emploi (sa complice anone en écho). Ecoutez, nous avons l’exemple aux Etats Unis en Californie où il y a beaucoup de réfugiés clandestins et bien ils trouvent tous du travail...Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas soumis à la loi...
Puis, l’odieux personnage se lève avec sa compagne, et ces deux là se dirigent vers l’entrée du palace certainement situé en pleine Napa Valley, où la vigne pousse et est entretenue par des armées de clandestins latinos, mis au travail sous le cagna, avec femmes et enfants, sous l’épandage par avion des pesticides ; ils sont payés des fifrelins et pas intérêt de rouspéter, sinon, le service de l’émigration est appelé... Mais, le prix Nobel ne peut s’abaisser à voir cela, planant si haut dans sa volonté de promotion de son projet de gouvernance mondiale dont la capitale serait Jérusalem, et où les peuples, seraient réduits en esclavage pour le bien de la productivité et de l’efficacité de l’élite « pensante » de la planète...
Ce gnome a inspiré les Reagan, Thatcher...Et plus proche certainement un dénommé macron. Ils pensent comme ça, ceux du cercle, des clubs Bilderberg et autres G20 : ils sont l’élite de l’humanité, (du moins ils en sont persuadés). Il sont les élus, les désignés par la volonté de dieu, leur dieu à eu, celui du fric et du pouvoir, sans partage. Leur mission sur terre est de discipliner cette marée grouillante, l’asservir pour qu’elle est un but, car, elle ne sait pas cette masse ce qui est bon et bien ; il faut la canaliser, la mettre au boulot, produire, consommer, crever. Eux, pourvoiront au reste ou plutôt... Aux restes.
Il n’est pas étonnant que ces sbires sans frontière, un macron par exemple, n’est aucun conflit intérieur en ce qui concerne la casse sociale, le manque de soin, d’éducation, de sécurité, de la vieillesse, de la faim, des guerres, car « eux », ceux qui pensent et agissent tel ce triste personnage que fut Friedman, ne nous voient pas comme des êtres fait de chair, de sang, d’esprit, d’âme, mais certainement, comme une fourmilière habitée par des cafards qu’il faut soit domestiquer, soit écraser...
D’ailleurs comment donner du crédit à un homme, prix Nobel en 1976 qui nie la protection des travailleurs les plus fragiles que sont les déracinés illégaux...Mais quand on se dit qu’un Henry Kissinger lui, a obtenu le prix Nobel de la Paix en récompense certainement du bombardement du Cambodge ou un Obama et le maintien des prisonniers de Guantanamo... Me vient ces mots d’Aragon : « est-ce ainsi que les hommes vivent, et leurs baisers au loin les suivent... Comme des soleils révolus ».

Georges Zeter/juin 2019




Mardi 25 Juin 2019


Commentaires

1.Posté par jj le 26/06/2019 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toujours un vrai plaisir de lire les chroniques de Georges Zeter

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires