MONDE

Plus de 50.000 manifestent à Montréal contre les compressions budgétaires


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 3 Septembre 2018 - 01:26 COMPLICITÉ ?

Jeudi 23 Août 2018 - 19:30 LA LETTRE DU PAPE AU PEUPLE DE DIEU


Plus de 50.000 personnes, venues des quatre coins du Québec, ont manifesté ce samedi à Montréal contre la nouvelle série de compressions budgétaires prévues dans le budget provincial qui sera déposé jeudi prochain par le gouvernement libéral de Jean Charest.

Des délégations de travailleurs de la santé, d’enseignants, de fonctionnaires, et de syndicats industriels tels les métallos, accompagnées de nombreux contingents d’étudiants, ont défilé de la Place du Canada jusqu’au bureau du premier ministre Charest sur l’avenue McGill College pour exprimer leur vive colère face aux mesures anti-sociales du gouvernement Charest.


Richard Dufour
Lundi 14 Mars 2011

Les étudiants ont manifesté en grand nombre
Les étudiants ont manifesté en grand nombre

Dans le budget 2010, les libéraux ont instauré une nouvelle taxe-santé et haussé la taxe de vente, les frais de scolarité et les tarifs d’électricité, tout en continuant de baisser l’impôt sur les entreprises et le revenu, au bénéfice des plus riches. Le budget 2011 attendu jeudi mettra de l’avant un nouveau plan de compressions des dépenses sociales et de tarifs additionnels sur la population, afin d’éliminer le déficit en 2013-14 selon la cible que s’est fixée le gouvernement Charest.

La forte participation à la manifestation de samedi exprime la détermination de larges couches de la population à combattre le programme de démolition sociale du gouvernement libéral et de l’élite capitaliste dirigeante.

La manifestation a été évaluée à plus de 50.000

Mais l’objectif principal des organisateurs de la manifestation, l’Alliance sociale dominée par les centrales syndicales, est d’étouffer cette opposition. L’Alliance accepte le cadre fixé par le gouvernement, à savoir que la réduction du déficit budgétaire doit être une priorité sociale. Elle ne fait que plaider timidement pour que ce soit fait de manière plus progressive.

C’est ce message de capitulation qu’a adressé aux manifestants Michel Arsenault, le président de la FTQ (Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec), lorsqu’il a déclaré du haut de l’estrade principale : « C’est très dangereux de vouloir atteindre l’équilibre budgétaire maintenant ». Qu’il ait ensuite ajouté, pour la forme, « On veut maintenir et améliorer nos bénéfices sociaux », ne change rien à la position essentielle de l’Alliance : acceptation de l’équilibre budgétaire, et par conséquent, de la réduction drastique des services publics.

Pas un des nombreux chefs syndicaux qui se sont succédé sur l’estrade n’a dit un mot sur les coupes budgétaires draconiennes imposées dans les années 90 par des gouvernements du PQ (Parti québécois), ni sur le fait que le PQ critique aujourd’hui le gouvernement Charest de la droite pour sa lenteur à mettre la hache dans les dépenses sociales. Ce n’est pas étonnant car la bureaucratie syndicale s’efforce depuis des décennies à subordonner politiquement les travailleurs à ce parti de la grande entreprise qu’est le PQ.

La classe dirigeante est consciente du fait que son programme de compressions budgétaires massives va provoquer une résistance de la classe ouvrière dans un contexte où sa direction traditionnelle, le mouvement syndical, devient discréditée par sa participation aux attaques contre les programmes sociaux, les salaires décents et les emplois de qualité.

Si l’appareil syndical s’avère incapable de continuer à étouffer l’opposition des travailleurs, la classe dirigeante sera prête à recourir aux forces répressives de l’État pour imposer son programme de réaction sociale.

Les préparatifs en ce sens vont bon train, comme en témoigne le vaste dispositif policier déployé pour la manifestation de samedi, y compris police montée et hélicoptère de surveillance. Avant le début de la marche, dix personnes – six hommes et quatre femmes âgés d’une vingtaine d’années – ont été arrêtées par les agents du SPVM (Service de police de la ville de Montréal).

La police montée fermant la marche

Dans son message à la foule rassemblée devant les bureaux du premier ministre, le porte-parole de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), Gabriel Nadeau-Dubois, a vivement dénoncé ces « arrestations arbitraires ».  S’adressant par la suite à un journaliste, il a expliqué : « Ce n’est pas parce que tu es jeune, que tu portes des vêtements noirs et que tu as des idéaux comme ceux de l’anticapitalisme qu’on devrait t’arrêter arbitrairement ».

Des membres du Parti de l’égalité socialiste (PES) sont intervenus à la manifestation de samedi et ont diffusé des centaines de copies d’une déclaration intitulée : « Les travailleurs doivent lancer une lutte politique contre les libéraux et le PQ ».

« En s’opposant aux compressions de Charest », peut-on lire dans la déclaration du PES, « les travailleurs du Québec ne défient pas les politiques d’un gouvernement en particulier, mais la stratégie de classe de toute la bourgeoisie. Au Canada et de par le monde, la grande entreprise est déterminée à faire payer les travailleurs pour la crise du capitalisme en détruisant ce qui reste de l’État-Providence et en criminalisant les travailleurs qui veulent se défendre. »

La déclaration a élaboré la perspective nécessaire pour s’opposer à cette offensive anti-ouvrière. « Les travailleurs et les jeunes du Québec doivent rompre la camisole de force politique imposée par la bureaucratie syndicale en développant de nouvelles organisations de lutte indépendantes de son contrôle. Ils doivent lutter pour un mouvement politique indépendant de la classe ouvrière, qui mette de l’avant un programme socialiste visant à résoudre la crise économique aux dépens de la grande entreprise et à développer une lutte commune avec les travailleurs partout au Canada, ainsi qu’aux États-Unis et autour du monde. »



Lundi 14 Mars 2011


Commentaires

1.Posté par chivrac le 14/03/2011 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monge bouge sur tous les coins de la planéte,attention danger

2.Posté par pistache le 14/03/2011 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monde bouge , certes , mais la haut , " ils " se préparent aussi ; " ils ' feront tout pour étouffer les citoyens et leur manifestations ;

3.Posté par gjingis le 14/03/2011 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca ne va pas non plus dans un si vaste pays avec une population relativement faible ? .......
tout ca semble une belle piece theatrale......................................

4.Posté par Stéphanie le 14/03/2011 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'y étais et un des slogan les plus crié était... Un peuple uni ne sera jamais vaincu!

Et c'est tellement vrai. Il faut s'unir et non se diviser. L'exemple de nos voisins arabes devrait nous servir.

5.Posté par Alain Bellemare alias Mc_AB le 15/03/2011 01:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le syndicat dans la fonction publique n'as pas ça place.
L'enfant légitime des libéraux chapeauter par l'église.
Les libéraux on aussi l'appui de l'église pour leur avènement.
Si, aujourd'8 ils nous parle de solidarité demain ils nous resserviront la dictature syndical que nous avons toujours due ingurgiter.
Judas a été moins fourbe que ces gens...

6.Posté par Alain Bellemare alias Mc_AB le 15/03/2011 01:46 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Autre chose.
Lorsque un projet est étudier au gouvernement, 3 groupes représentatif examine le dit projet.
1: le conseille du patronat
2: les représentent syndicaux (qui est une entreprise privée)
3: notre bon garnement (qui s'affiche franchement pour l'entreprise privée)
Qui pense aux citoyens dans ce pouding chômeur?
Pour que le coût de la vie ce stabilise, il faudrait dans un premier temps que les salaires arrête de gonfler dans l'administration social.
Je m'arrête la parce que ...
Gang de Judas! 

7.Posté par Vincent le 15/03/2011 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les peuples se réveillent, et c'est tant mieux !

Prochaine étape : LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE DE MASSE !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires