Coup de gueule

Philippe Val (aka 'le cuistre') parle de liberté d'expression à l'université d'été du MEDEF


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!


Philippe Val (plus connu sous le sobriquet "le cuistre"), nous parle de la liberté d'expression à l'université d'été du MEDEF.
En résumé: la liberté d'expression c'est vachement bien et faut la défendre... Mais dans une entreprise, soit tu adhères au projet (donc tu fermes ta gueule) soit tu démissionnes...
Cette conception de la liberté d'expression selon Val, ses collaborateurs (exploités) peuvent s'en rendre compte tous les jours...
Que reste t'il du vrai Charlie Hebdo? Choron revient! Cavanna, Cabu et les anciens ont trahit ton journal pour de l'argent!


ogrecismigiu@gmail.com
Jeudi 6 Septembre 2007

Philippe Val (aka 'le cuistre') parle de liberté d'expression à l'université d'été du MEDEF

Philippe Val: incarnation vivante de la conneritude

Sans doute récompensé pour avoir si bien détourné l'esprit et l'éthique du journal Charlie Hebdo (qu'il a usurpé de manière totalement amorale à son créateur Choron, ce qui fera l'objet d'un procès), Philippe Val a été "invité ($$$)" à parler de liberté d'expression à l'université du MEDEF.

Philippe Val, ce cuistre au cerveau de la taille d'une cacahuète (caricature dont il aura le culot d'affubler Dieudonné dans son journal, selon le principe de projection sioniste, consistant à accuser les autres de ses propres travers dans un renversement systématique de la morale), est donc pleinement récompensé de son soutien apporté à l'islamophobie rampante qui s'est emparé des médias.

En effet, pour le pouvoir néoconsioniste Charlie Hebdo est d'une valeur inestimable: avec sa caution gauchiste, et son lectorat en principe de gauche, il est censé pouvoir influencer une opinion généralement méfiante vis-à-vis du racisme.

Le tour de force de Val étant de réussir à faire passer son racisme pour une libre critique de la religion.

Je reviendrais éventuellement sur le fait que la promotion des clichés anti-musulmans de Philippe Val est bien du racisme, mais je peux résumer mon propos en quelques points:

Philippe Val et ses semblables (Kouchner, BHL, Gluksman, Redeker...) ont pour objectif le soutien inconditionnel et la promotion d'Israel, et notamment la justification à priori des actions belliqueuses de cet état raciste.

En conséquence, il est vital pour une certaine presse (en fait la quasi totalité des médias) d'implanter dans l'opinion publique, l'idée que tous les opposants à Israel sont des ennemis.

Pour cela, le moyen le plus simple est de faire appel au vieux fond raciste colonial qui perdure encore au 21ème siècle. Ce vieux fond avait tendance à disparaitre, on l'a notamment vu à la fin des années 90, mais cet oecuménisme ethnique a soudain pris fin en l'an 2000 lorsqu'Ariel Sharon a relancé l'intifada avec sa provocation sur l'esplanade des mosquées, et pire encore après la mascarade du 11 septembre.

Depuis, certains intellectuels utilisent à foison les vieux clichés les plus racistes: le péril maure, l'arabe sale et dangereux, voleur, violeur, voileur etc.

Périodiquement, les médias relancent une affaire islamophobe surgonflée, tronquent les faits, et entretiennent ainsi le danger des musulmans barbares dans l'inconscient collectif.

L'affaire Redeker succède ainsi à l'affaire des caricatures, qui succède à l'affaire du voile etc etc.

Quelques fois il y a de gros ratés, par exemple le bobard de Marie-Léonie, que les musulmans peuvent remercier infiniment car elle a servie de révélateur de l'appétit des médias pour tout ce qui peut susciter l'islamophobie. Elle leur avait servi sur un plateau une histoire qui concrétisaient tout le venin qu'ils propageaient depuis des années (elle avouera elle-même avoir choisie cette histoire parcequ'elle cadrait avec ce que renvoient les médias).

Mais lorsque raté il y a, point d'autocritique: les médias tournent la page et passent à autre chose... Et comme aurait dit Strauss Kahn ou Dray, je ne sais plus trop: "peu importe que cette histoire soit inventée, car elle illustre des faits qui arrivent quotidiennement dans certains quartiers" et bien s'il y a abondance de tels faits, envoyez les caméras et faites un sujet...

Je ne pense pas que Val, BHL ou Glusksmann aient dans le fond plus de haine contre les musulmans qu'ils n'en ont contre les chrétiens. Il ne s'agit que de politique dans le fond! Il s'agit d'attiser la haine des occidentaux pour concrétiser cette idée du choc des civilisations. Ils ne font que se servir des préjugés qui existent déjà en les réveillant et en les amplifiant.

Selon les besoins de l'époque, ce genre d'intellectuel peut s'avérer communiste, puis capitaliste, pro-chrétien, puis anti-chrétien... Seul l'opportunisme guide leurs actes. La meilleure illustration de cela est le mouvement néoconservateur: la plupart des figures les plus influentes de ce mouvement sont d'anciens trotskystes passés à l'extrème droite américaine. Le seul invariant: leur sionisme éternel.

Ainsi, je suis persuadé que Val sait très bien ce qu'il fait, et qu'il le fait par calcul et pas par haine primaire. D'ailleurs il suffit de lire ses éditos des années 90 et ceux d'aujourd'hui pour voir le changement de ton radical. Il y a des histoires de comptes numérotés en Suisse derrière...

Mais peu importe qu'il ne soit pas dans le fond viscéralement islamophobe, ou plutôt, c'est un avantage!

Un peu comme l'avocat qui s'il veut bien défendre son client ou une cause, ne doit pas s'impliquer émotionnellement, voir doit être complètement détaché s'il veut bâtir une stratégie de défense ou d'attaque forte.

Cela permet à Val de se défendre de toute islamophobie avec d'autant plus de crédibilité. En fait, peu importe qu'il croit à ce qu'il écrit ou pas, ce qui compte c'est que derrière, des âmes influentes gobent le tout et que ça fasse boule de neige.

D'où sa surexposition médiatique par rapport à la valeur du bonhomme...

Pour moi, Val n'est qu'une espèce de sous-Jean Roucas... Imaginez que Roucas devienne rédac'chef d'un journal gauchiste, vous croyez qu'on le prendrait au sérieux?

Bon Philippe Val a la chance pour lui d'avoir eu très peu de succès quand il était comique, en fait un succès confidentiel, donc il n'a pas une image d'humoriste qui lui colle aux fesses, ce qui lui permet de donner le change...

Il est donc régulièrement invité dans plusieurs émissions de télé où il donne son avis, généralement un avis creux et qui ne résisterait pas une minute en face d'un interlocuteur un peu avisé.

Mais peu importe puisque dans les émissions de débat d'aujourd'hui, il n'y a pas de contradicteur, mais toujours des gens qui sont d'accord sur tout (et on ose encore appeller ça des émissions de débat...).

Donc Val est récompensé et gagne aujourd'hui extrèmement bien sa vie:

- avec un journal dont il est le principal actionnaire (avec quelques "amis" très marqués à droite) et qui se vend à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires par semaine.

- avec son salaire exhorbitant de rédac'chef de Charlie (il s'est augmenté de manière indécente chaque année ces dernières années, tout en maintenant dans la précarité une batterie de stagiaires qui sont moins bien traités que des intermittents du spectacle)

- avec ses multiples interventions médiatiques monnayées en espèces sonnantes et trébuchantes

- avec la porte ouverte à toutes les "party" et tous les coktails des grands de ce monde, le yacht de Bolloré, et les vacances à l'oeil.

- avec ses comptes secrets dans des paradis fiscaux approvisionnés par la NED (National Endowment for Democracy: organisme obscur américain qui a pour but de semer la subversion dans les pays amis ou ennemis, en lançant notamment des campagnes de presse, comme l'affaire des caricatures du prophète). Bon, pour la NED c'est juste une forte suspicion bien sûr.

Ainsi donc Val parle de liberté d'expression à l'université du MEDEF...

Regardez et surtout écoutez:



Et regardez bien sa tête quand le bloggueur lui pose des questions... Pathétique!

En gros pour ceux qui ont pas la patience d'écouter:

Val: "la liberté d'expression c'est vachement bien et c'est vachement fragile alors vous comprenez moi on m'invite je viens pour en parler, parcequ'il faut en parler, et je savais même pas que c'était le MEDEF mais c'est pas grave parceque madame Parisot elle m'a appellée et que je pouvais pas refuser..."

Le bloggueur: "oui mais dans l'entreprise la liberté d'expression c'est généralement pas l'endroit"
Val: "ha ouais, c'est vrai mais bon, quand on est dans une entreprise c'est pas pareil, il faut respecter l'esprit, le projet, donc on ferme sa gueule ou on démissione".

"On ferme sa gueule ou on démissione": voilà ce qui résume la liberté d'expression selon Val.

On se réferera pour ça notamment aux multiples articles pointant la pratique de la censure par Val dans son journal.

Une caricature lui plait pas? Couic! Et à la porte de la caricaturiste subversif!

Un article ne plait pas? Couic! Et à la porte le journaliste subversif!

Un nom dans un article ne plait pas? Couic! On gomme les passages! L'article ou l'interview ne veut plus rien dire, mais c'est pas grave, de toutes façons le lecteur ne lis pas, et s'il lit il ne comprend pas!

Val, haaa Val!

L'incarnation de tout ce que la prétention, la cuistrerie, et en un mot la conneritude fait de plus beau!

Tout n'est pourtant pas morose: oui Philippe Val est l'illustration vivante que la liberté d'expression existe en France... Parceque laisser autant s'exprimer un tel crétin dans tous les médias, c'est vraiment une belle preuve de liberté d'expression!

Source: LE BLOG DE CISMIGIU


Mercredi 5 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par bachir le 06/09/2007 07:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça peut s'écrire de plusieurs manières "expression".....

2.Posté par Daniel Milan le 06/09/2007 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Totalement d'accord avec toi Bachir, c'est comme la télévision française !

Val qui se pose en "défenseur de la liberté d'expression", n'est plus défendu que par les polices de la pensée, dont-il est un petit serviteur...

Val s'est depuis longtemps décrédibilisé, les polices de la pensée le soutiennent encore, mais de plus en plus du bout des lèvres, par charité, pour les services rendus et les services qu'il peut leur rendre encore...

Nous avons dans des tas de rédactions des tas de journalistes partisans du CRIF qui sont infiniment plus dangereux pour nos libertés et la vérité que le petit Val, sans parler des flics du CRIF comme Marc Knobel et Jean-Yves Camus !

Knobel forme les magistrats à la répression (à l'ENM) ; traque les "mal-pensants" sur le net et les balance à ses correspondants de l'a-justice...Il est aussi défendu par le représentant de la France à la CEDH...

Jean-Yves Camus, "spécialiste" des groupes "radicaux" et "journaliste" à Actualité Juive, voit des "antisémites" et des "néo-nazis" partout (sauf où ils sont) et passe son temps à attribuer des qualificatifs psychiatriques aux militants antiracistes et antisionistes... et à nier la vérité Son autre obsession, c'est la liberté de ceux-ci... Il veut les voir, faute de mieux ? derrière les barreaux...

Toute souffrance à l'égard de tout opposant au racisme sioniste le comble de bonheur !

Il est bon de le savoir !

Mais il y a d'autres "journalistes" qui sont plus nuisants en matière de soutien au Système siono-policier, dans chaque rédaction des médias... en particulier à Le Monde (le journal de référence !!) où officie Piotr Smolar

3.Posté par merde le 23/02/2008 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est très révélateur cette interview.

Val arrive à meubler 15 minutes d'interview avec des expressions toutes faites pour ne rien dire du tout.
Parce qu'il n'ose pas dire ce qu'il pense tout simplement.

Il s'auto-censure pour pas se froisser avec certains de ses "amis" et il vient nous parler de liberté d'expression...

C'est aux gens comme lui qu'on donne le micro: à ceux qui savent se taire tout en faisant croire qu'ils parlent. Des mots et des phrases sortent de leur bouche, mais ils ne disent rien.

Parler pour ne rien dire: la censure invisible.

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires