Proche et Moyen-Orient

Par la drogue, Israël mène sa guerre


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie


Les occupants sionistes font tout pour déformer la ville d’al-Khalil (Hébron), pour falsifier son histoire, pour rabaisser tous les sacrifices et tous les martyrs qu’elle a donnés, pour rayer la bonne image dessinée dans l’esprit des Palestiniens. La drogue est une arme qui sert cet objectif.



french.palinfo.com
Samedi 8 Avril 2017

En effet, en un mois seulement, la police palestinienne est tombée sur six lieux choisis pour planter la marijuana, estimés à huit millions de shekels, dans plusieurs parties du département d’al-Khalil : Dora, Yatta, Beit Amer, ad-Dahiriya, Arab ar-Ramadine et l’ancien bourg d’al-Khalil.

Commerçants sionistes

Le porte-parole de la police palestinienne l’officier Lo’ay Arziqat a dit, après la découverte d’une plantation de cannabis dans le département d’al-Khalil :
« Les investigations ont montré que les dirigeants de ces lieux ont des liens avec des commerçants sionistes et que les renseignements de l’occupation sont derrière ce plan dévastateur. »

Il est clair que les autorités de l’occupation sioniste offrent la sécurité à ces commerçants, derrière la Ligne verte. Dès la découverte d’un lieu de plantation ou de fabrication de drogue, les barrages militaires israéliens s’ouvrent pour les trafiquants, afin qu’ils puissent s’enfuir et échapper à tout jugement.

Dr Mohammed Hassan Abou Esnina travaille comme psychologue à l’association de lutte contre les drogues, au sud des territoires palestiniens. Il confirme que les jeunes palestiniens sont victimes de ces trafiquants qui travaillent pour le compte de l’occupation sioniste et qui parfois distribuent de la drogue même gratuitement dans les rues et les ruelles du vieux bourg.

Dr Abou Esnina explique au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information que beaucoup de jeunes palestiniens victimes de la drogue avouent que s’ils ont commencé, c’est à cause des agents de l’occupation répandus partout dans les quartiers autour du saint sanctuaire d’al-Ibrahimi. Au début, ils les entraînent à devenir consommateurs, puis dealers.

Les services des renseignements israéliens ont l’intention d’inonder les territoires palestiniens de ces produits toxiques, d’éloigner les jeunes palestiniens de leur patrie, d’acheter certains d’entre eux pour qu’ils soient à leur service.

Double problème

Le correspondant de notre Centre Palestinien d’Information a rencontré un jeune, qui refuse de dévoiler son nom pour des raisons sécuritaire, dont l’histoire avec la drogue a commencé tôt, à seize ans, avant de devenir un vrai toxicomane.

Puis le dealer est parti travailler à Tel-Aviv. Un officier israélien a contacté le jeune homme et a commencé à lui offrir de la drogue !

Le jeune, qui est dans une phase de désintoxication, confirme :
« Je suis devenu dépendant de l’officier (israélien) Samir. J’ai commencé à l’informer de ces jeunes qui jettent des pierres sur le barrage du saint sanctuaire d’al-Ibrahimi. Et lui me fournissait de la drogue. L’affaire a continué jusqu’au jour où mon affaire a été découverte par les autorités judiciaires (palestiniennes). Elles m’ont trouvé malade et brisé. »

Finalement, il est clair qu’"Israël" vise tout le peuple palestinien et cherche à inonder toutes ses villes par la drogue, pour déchirer son tissu social, pour faire de lui un peuple sans volonté. Mais ce plan sioniste se heurte à la conscience du peuple, à sa volonté de rester attaché à sa terre et à sa patrie.


https://french.palinfo.com/30555
@Copyright Le Centre Palestinien D'Information


Samedi 8 Avril 2017


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires