Reflexion

POURQUOI LES LUTTES NE SE PROPOSENT-ELLES PLUS D'ABOLIR LE SALARIAT?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 11:56 De la grandeur d'un athéisme pensant

Mercredi 23 Mai 2018 - 22:18 L'Europe s'initie au jeu de Go


Avec Friedrick Nietzsche, « Ainsi parlait Zarathoustra »:
« L'Etat est le plus froid des monstres froids.
« Il ment fortement; et voici le mensonge qui s'échappe de sa bouche:
« Moi l'Etat, je suis le peuple. »


Michel Peyret
Mardi 5 Janvier 2010

UNE OPPOSITION A L'AUGMENTATION DES SALAIRES

POURQUOI LES LUTTES NE SE PROPOSENT-ELLES  PLUS D'ABOLIR LE SALARIAT?

Mais pourquoi revenir ainsi à l'Etat, si c'est le salariat qui est au menu ?



L'abolition du travail salarié, nous dit Wikipédia, est l'un des fondements de certains courants du « socialisme », dont le marxisme et l'anarchisme.

Wikipédia poursuit:

« Marx a élaboré cette notion pour l'opposer à la lutte pour l'augmentation des salaires, qui est un éternel recommencement puisque, répartie dans le coût de production, elle ne fait qu'amener une continuelle hausse des prix.
« L'abolition du travail salarié vient interrompre ce cycle... »



ELLE N'A PAS ÉTÉ L'OBJET DE MISE EN PRATIQUE



Durant la révolution russe de 1917, le parti bolchevik a employé l'argumentation marxiste contre la petite propriété, mais n'a pas aboli le salariat et on voit dès lors qu'il peut y avoir un rapport entre l'Etat et une mesure concrète d'extrême importance qu'il pourrait être à même de décider...



Je dis bien mesure d'extrême importance car chacun est à même d'estimer la place que ces questions de travail salarié peuvent avoir sur leur vie et celle associée de leurs familles.



Mesure d'extrême importance aussi dans la pensée de Marx mais qui n'est nulle part mise en oeuvre dans les pays qui se réclament du communisme.



Mais qui disparaît également des objectifs de lutte dans les pays capitalistes où elle figurait pour »mémoire ». Et c'est bien en 1968, après « les évènements », que la CGT enlève l'abolition du salariat de ses statuts dans lesquels elle figurait certainement depuis les origines.



POURQUOI ABANDONNER UNE DISPOSITION MAJEURE



Reste à s'interroger sur les raisons qui ont conduit, ici ou là, les dirigeants politiques et syndicaux à abandonner cette disposition majeure dans la lutte contre le capital, voire constitutive de l'existence du capital, et donc du capitalisme.



Cependant d'autres aspects tout aussi majeurs du marxisme ont été également ignorés et « passés à la trappe » comme l'appropriation sociale, le dépérissement de l'Etat, l'extension des gratuités...tant et si bien que l'on est rapidement conduit à s'interroger sur le caractère communiste des pays qui s'en réclamaient.



On sait aussi comment et combien ces questions du travail reviennent fort dans les luttes actuelles mais le plus souvent sous des aspects et selon des modalités combattus par Marx en son temps, comme si la place du travail salarié dans le développement et l'accroissement du capital avait disparu, et de long temps, c'est-à-dire sans rapport avec les changements plus récents intervenus dans le travail.



LES FRANCAIS ET LE TRAVAIL AUJOURD'HUI



Ainsi une enquête réalisée par TNS-SOFRES en juillet 2007 révèle-t-elle que 78% des actifs considèrent que c'est le stress qui décrit le mieux la façon dont la plupart des salariés vivent leur travail aujourd'hui.



Interrogés sur les problèmes qu'ils considèrent les plus difficiles à supporter dans leur travail, ils sont 54% à citer l'incertitude face à l'avenir professionnel, 45% à considérer le manque de reconnaissance, 36% la surcharge de travail et 36% les conditions de travail.



Toujours selon la même enquête et interrogés plus avant sur ces conditions de travail, ils sont 32% à considérer qu'elles se sont améliorées mais 61% qu'elles se sont dégradées.



Enfin revenant sur l'évolution du stress au travail par rapport à des perceptions antérieures de quelques années, 53% ont le sentiment que dans leur entourage les gens souffrent beaucoup plus du stress et 38% un peu plus.



Ces données sont causantes et, en conséquence, il serait étonnant que seuls les salariés de France Télécom recourent au suicide face aux préoccupations graves qu'ils partagent avec les autres salariés.



QUELLES SOLUTIONS?



De même qu'il serait étonnant que ces salariés qui souffrent se contentent de revendiquer une travail décent et des améliorations de salaires sans pousser au-delà leurs revendications et leurs exigences de changement.



Ainsi récemment j'ai fait état d'une autre enquête TNS-SOFRES, que j'ai titrée « 72% » pour mettre en évidence le fait qu'ils étaient 72% parmi les salariés d'un échantillon représentatif à considérer le capitalisme comme négatif, en progression de 11% sur les résultats d'une enquête de fin 2005 ( 61% ), pourcentage que je mettais en relation avec la majorité des NON au référendum sur le traité constitutionnel européen, décision souveraine du peuple français, et qui demeure comme telle puisqu'elle n'a pas été remise en cause par le peuple lui-même.



De même d'ailleurs que le peuple français et les autres peuples européens ont confirmé puissamment leur refus de l'Etat européen en s'abstenant, en boycottant massivement, les élections au Parlement européen du 7 juin dernier.



UN FORT DÉCALAGE DES FORCES POLITIQUES



Ainsi il apparaît que les forces politiques et syndicales accentuent un décalage déjà profond entre les propositions de leurs programmes et les aspirations vives du peuple français qui le conduisent à se prononcer, de façon renouvelée dans le temps et dans les modes d'expression, pour des changements qui concernent le caractère, le système, la société, dans lesquels ils vivent et ne se retrouvent pas.



Sans doute découvriront-ils de nouveau, à l'occasion des prochaines élections régionales, les moyens d'exprimer leurs mécontentements vis-à-vis de ceux qui continuent d'être sourds à leurs attentes réitérées.



LES GRANDS CONCEPTS DE MARX



Et sans doute convient-il de trouver, de retrouver, de mettre à jour, les grandes orientations marxistes ou marxiennes permettant d'avancer vers le changement de société. Même si, bien évidemment, le capitalisme a changé de forme depuis Marx, il convient en même temps de prendre conscience de ce que les outils conceptuels qu'il a mis à notre disposition demeurent utiles, sinon indispensables, pour procéder à l'analyse de ses évolutions, bref que ses principaux concepts demeurent opératoires pour analyser les situations concrètes en perpétuel mouvement.



Et sans doute encore convient-il de considérer que c'est précisément parce que ces principales conceptions n'ont pas été mises en oeuvre dans les pays considérés que ce n'est pas le communisme selon Marx qui a pu échouer, même si toutes les situations concrètes ne se prêtaient pas à leur expérimentation.



Cela n'apparaît plus être le cas de nos jours où nombre de pays capitalistes développés, dont la France, ont acquis les forces productives et les moyens de production susceptibles de satisfaire en abondance, et sans gaspillage productiviste, les besoins et aspirations des salariés de nos pays avec d'ailleurs de larges coopérations internationales dont on ne voit pas pourquoi, ou pour quelles raisons, elles seraient réduites et contenues, retenues dans les seuls pays européens, a contrario d'ailleurs des expériences et développements de notre histoire qui nous ont conduits très tôt, avec les initiateurs, à parcourir mers et océans devenus moyens de communication privilégiés entre les peuples du monde dès que les caravelles se sont substituées aux caravanes.



C'est en conséquence d'abord avec Marx qu'il convient de faire ressurgir ses principaux concepts opératoires à différentes étapes historiques pour animer et conforter théoriquement les luttes , voire pour faire renaître certains d'entre-eux qui n'ont point été considérés ou trop tôt abandonnés.



LE CONCEPT D'ABOLITION DU TRAVAIL SALARIE EST AUSSI

FÉCOND QUE D'AUTRES



Ici nous avons souvent renoué avec le concept de dépérissement de l'Etat dans ses rapports avec celui d'appropriation sociale, commune ou collective, des principaux moyens de production en tant que concepts décisifs pour penser le changement de société mais sans doute celui d'abolition du travail salarié est-il tout aussi fécond, sinon fondamental, que les précédents pour ce faire.



Le recours aux citations de Marx est nécessaire pour rappeler l'importance qu'il accordait à cette notion d'abolition alors que toute son élaboration théorique et politique et bâtie autour d'elle.



Il ne peut en conséquence s'agir ici que d'exprimer l'essentiel, sinon l'essence, d'une immense démonstration à laquelle s'est livré l'auteur du Capital.

« Essentielle », Marx le dit lui-même:



« La condition essentielle de l'existence et de la domination de la classe bourgeoise est l'accumulation de la richesse entre les mains des particuliers, la formation et l'accroissement du capital; la condition d'existence du capital, c'est le salariat. Le salariat repose exclusivement sue la concurrence des ouvriers entre-eux. ( Le Manifeste )



Et encore:



« Ou bien veut-on parler de la propriété bourgeoise moderne?



« Mais est-ce que le travail salarié, le travail du prolétaire crée pour lui de la propriété?



« Absolument pas. Il crée le capital, c'est-à-dire la propriété qui exploite le travail salarié, et qui ne peut s'accroître qu'à la condition de produire davantage de travail salarié pour l'exploiter de nouveau. »



DEUX TERMES ANTAGONIQUES:LE CAPITAL ET LE TRAVAIL



Et Marx poursuit:



« Dans sa forme actuelle, la propriété oscille entre ces deux termes antinomiques: le Capital et le Travail. »



La conséquence?



« Le prix moyen du travail salarié, c'est le minimum du salaire, c'est-à-dire la somme des moyens de subsistance nécessaires pour maintenir en vie l'ouvrier en tant qu'ouvrier;



« Par conséquent, ce que l'ouvrier s'approprie par son labeur est tout juste suffisant pour reproduire simplement sa vie...Ce que nous voulons, c'est supprimer le caractère de détresse de ce mode d'appropriation où l'ouvrier ne vit que pour accroître le capital et ne vit qu'autant que l'exigent les intérêts de la classe dominante... »



Et Marx interpelle les bourgeois!



« Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut exister qu'à la condition que l'immense majorité soit nécessairement frustrée de toute propriété...



« Le communisme n'enlève à personne le pouvoir de s'approprier des produits sociaux; il n'ôte que le pouvoir d'asservir à l'aide de cette appropriation du travail d'autrui.



« On a objecté qu'avec l'abolition de la propriété privée toute activité cesserait, qu'une paresse générale sévirait.



« Si cela était, il y a beau temps que la société bourgeoise aurait succombé à la fainéantise puisque dans cette société, ceux qui travaillent ne gagnent pas et ceux qui gagnent ne travaillent pas.



« Toute l'objection se réduit à cette tautologie qu'il n'y a plus de travail salarié lorsqu'il n'y a plus de capital... »



Je répète après Marx:  « Il n'y a plus de travail salarié lorsqu'il n'y a plus de capital. »



C'est pourquoi, dit-il, « la première étape de la révolution ouvrière est la constitution du prolétariat en classe dominante, la conquête de la démocratie. »



AVEC SA CRISE LE CAPITAL EXPOSE SA NATURE PROFONDE



Bien évidemment, il en est aussi parmi les salariés, même s'ils sont toujours plus nombreux à considérer le capitalisme comme négatif comme nous l'avons montré ci-avant, qui pensent pouvoir faire l'économie de l'abolition de la propriété capitaliste, qui considèrent que le capital peut s'amender, s'améliorer, se moraliser à l'instar du président de la république .



Et il est vrai qu'à certaines époques fastes pour lui le Capital, a pu concéder aux salariés des avantages qui amélioraient leur situation matérielle au point de développer quelques illusions.



Avec l'approfondissement de sa crise, le Capital met en évidence sa nature profonde et affiche tout clair son renoncement à « acheter la paix sociale. », le temps n'est plus d'une répartition plus équitable des richesses et des profits.



C'était déjà la constatation et la démonstration que faisait Marx en son temps.



LE MOT D'ORDRE RÉVOLUTIONNAIRE : ABOLITION DU SALARIAT



« En même temps, dit Marx, et tout à fait en-dehors de l'asservissement qu'implique le régime du salariat, les ouvriers ne doivent pas s'exagérer le résultat final de cette lutte quotidienne.



« Ils ne doivent pas oublier qu'ils luttent contre les effets et non contre les causes de ses effets, qu'ils ne peuvent que retenir le mouvement descendant, mais non en changer la direction, qu'ils n'appliquent que des palliatifs, mais guérir le mal.



« Ils ne doivent donc pas se laisser absorber exclusivement par les escarmouches inévitables que font naître sans cesse les empiètements ininterrompus du capital ou les variations du marché.



« Il faut qu'ils comprennent que le régime actuel, avec toutes les misères dont il les accable, engendre en même temps les conditions matérielles et les formes sociales nécessaires pour la transformation économique de la société.



« Au lieu du mot d'ordre conservateur: « Un salaire équitable pour une journée de travail équitable », ils doivent inscrire sur leur drapeau le mot d'ordre révolutionnaire: « Abolition du salariat ». ( Karl Marx, Salaire, prix et profit, 1865 )

Et si ce devenait aussi le mot d'ordre que les assemblées générales mettent aujourd'hui à l'ordre du jour!



Mardi 5 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par la truie qui file le 06/01/2010 06:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle bonne idée qui reprend le programme sous jacent de monsieur nicolas sarkosy : "travailler plus pour gagner plus" en realité de moins en moins avec le remplacement de tout ce qui peut etre remplacé par des machines .

Ensuite les humains ne seront meme plus necessaires , du cyborg on passera au robot consommateur .

Les promoteurs du NWO et leurs faux opposants sont en train de se suicider ,puisque eux meme deviendrons inutiles dans leur propres modeles ...

Donc les systemes les supprimeront comme ils tentent de supprimer ce qu'ils considerent comme inutile ou incontrolable : LA VIE TERRESTRE telle qu'on la concoit , et le vrai maitre du NWO n'est pas tres plaisant ...

le NWO est d'une manière surprenante un marxisme pyramidal comme c'est bien demontré dans les fratries maconniques .Marx l'illuminati , n'a fait qu'exploiter un systeme pourri par les religions pour inspirer un autre basé sur le matérialisme le plus forcené et inspire par B'NAI B'RITH mais sous couvert d'autant de faux ideaux comme le miel pour coller les mouches .


Alors cette idée de supprimer le salariat quelle alternative ?

L'idée actuelle c'est creer l'auto entreprise pour assurer un maximum de flexibilité c'est à dire imposer à ce loto-entrepreneur de trimer 7 jours sur 7 pour gagner peniblement sa croute , cotiser un max aux caisses de retraites complementaires en faillite et crever de bonne heure puisqu'il aura toujours plus performant et surtout quand les commanditaires obtiennent grace à ce systeme toujours plus de benef sans pour autant payer autant de charges .

L'abolition de la petite proprieté privée quelle aubaine pour priver les individus de la possibilté de l'autarcie qui a pourtant sauvé des peuples entier pendant les crises !


Toujours le meme complot des meme instigateurs des malheurs innombrables qu'on peut suivre à la trace sans risquer de se perdre .


Le marxisme est une invention du "Zionisme" comme pratiquement toutes les revolutions recentes . Les protocoles des faux-sages de Zion l'exposent avec la plus grande clarté .

C'est le capitalisme libéral des banksters et de la corruption des gouvernements qui devrait etre combattu mais surement pas pour revenir à la formule stalinienne marxiste qui à montré son mepris des individus , de la nature et de la conscience .
L'autre aspect est le consumerisme ....et le marxisme c'est le meilleure formule complementaire pour consommer puis jetter les individus eux memes des qu'ils ne sont plus conformes au modele.

L'autre extreme du capitalisme outrancier des bourgeois du 18 eme a ete créé de toute piece par des etres sans scrupules avec la meme intention reductrice
de l'ecole babylonienne de la fabrication de faux dieux .

Les deux morceaux de ce moule sont fait pour ecraser les individus et les peuples apres les avoir extrait des cangues precedentes des etats oligarchique et religieux au pouvoir central fortement fiscalisé . c'est à dire de toute facon la broyeuse des individus et des peuples libres .

La denonciation du salariat est ce suggerer de revenir aux "journaliers" ces travailleurs errants qui recevait en fin de journée un "sol" un quarteron de vin et une quiche de pain en l'echange de leur travail de forcat et dormais dans sur la terre nue jusqu'a une mort precoce ? Belle liberté dans la plus affreuse misère !

L'auteur devrai essayer d'aller biner la terre gelée par une journée d'hiver ou de monter une charpente quand les madriers gelés sont bien glissants et quand l'haleine se transforme en neige ...ou la meme chose sous un soleil implacable, il saurait ce que veut dire travail et en parlerait autrement !

Maintenant comment créer une entreprise sans posseder des outils et un lieu pour les stocker ? On peut tenter de les partager mais c'est tres théorique , il suffit de preter le plus simple pour s'en rendre compte ,l'un prendra soin de l'objet , et l'autre profitera pour le rendre cassé par un mauvais usage ...
Meme une masse ou un passe partout , il y aura toujours un individu qui cassera le manche en 5 minutes !

Et une terre ou une maison , l'un coupera tous les arbres souillera les lieux que l'autre aura mis des années à aménager ou a construire par economie au sou par sou . Chose bien oubliée de nos jours ...

Ensuite l'incapable criera "partage" . Mais pour partager il faut deja posseder quelque chose , ce qui signifie en realité pouvoir fournir l'excedent. de son activité quand le percepteur et les autres parasites n'ont pas tout pris .

Alors le "marxisme" à repris quelques antiques idées pour contrer les exces de la societe industrielle et du productivisme invention des memes individus qui n'avaient pas autrefois le droit de posseder de la terre pour leur tendance naturelle à tout détruire par appat outrancier du gain ou l'exploitation abusives de leurs esclaves .

C'est seulement ces anciennes idées de partage naturel et qui existent dans certaines societés antiques qui sont à reprendre mais surement pas le marxisme et les autres foutaises de la meme epoque .
Les memes comploteurs :n'ont etes que des jaloux du bonheur d'autrui gagnés par le travail mais aussi le talent accordé à celles et ceux qui elevent leur conscience et gagnent cette "inpiration " qui ne cesse de les elever .

Mais pour commencer il faut deja etre capable de produire des biens ou des services .Et pour cela il faut commencer à connaitre la dignité naturelle d'une activité librement choisie et qui ne soit pas une activité d'escroquerie, de vol ou d'esclavage .

Et tout dogme religieux prosélyte ou son contraire regroupe ces trois perversités fondamentales :

Escroquerie pour usage de mensonge sur la nature du réel et de la raison fondamentale de toute existence .

Vol de la vitalité et devoyement de celle ci pour la destruction du potentiel individuel qui est sa raison cosmique perdue , cette vitalité sert à alimenter l'egregore d'un collectif qui devient un faux dieu jaloux et destructeur .


L'asservissement est le corollaire des deux autres et en decoule .


Le travail peut s'epanouir neanmoins dans le collectif ce qui peut etre un bienfait dans des conditions precises de partage et d'echange . Mais il faut deja commencer par valoriser et reconnaitre la dignité première de l'individu qui ne s'épanouit que par l'ouverture personnelle et directe de sa Conscience à l'Universalité .


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires