RELIGIONS ET CROYANCES

PEUR, HONTE, ou HYPOCRISIE ?


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 18 Juin 2018 - 12:02 Maîtres chrétiens esclaves musulmans !



Zeinab Abdelaziz
Mercredi 20 Janvier 2016


PEUR, HONTE, ou HYPOCRISIE ?

Pour une des rares fois, un texte public papal n’est pas diffusé in extenso, et mit deux jours avant d’être affiché dans un des sites vaticanais : Etait-ce par Peur, par Honte ou rien qu’hypocrisie ?! Le 17 janvier 2016 le père Bergoglio a rendu une visite officielle à la Synagogue de Rome, suivant à la lettre les pas concessionnels des papes postconciliaires Jean-Paul II (1986) et Benoît XVI (2010). Il l’a entamée en tant qu’évêque de Rome quoique ses déclarations fussent « au nom de toute l’église ».

Cette visite est, sans le moindre doute, une renonciation de plus de la primauté spirituelle de l’Église catholique. Préparée par la communauté juive de Rome et les services pontificaux, elle marque un nouveau tournant dans les relations entre juifs et catholiques, tournant tout à l’avantage des judaïco-sionistes. Les récents propos tenus par le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni, en avant-première de cette rencontre, témoignent sans le moindre doute de ces abdications, à ne citer qu’un seul des titres révélateurs qui parsemèrent les médias : « Les demandes exorbitantes du grand rabbin de Rome » !

Le 14 janvier 2016, le chef de la communauté juive de Rome demande au pape François d’affirmer, lors de sa visite à la grande synagogue le 17 janvier, que « l’Église catholique n’a pas de prétention à convertir les juifs », comme l’a récemment souligné d’ailleurs un document du Saint-Siège. Pour le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni, la visite du pape à la synagogue romaine devrait être l’occasion d’envoyer un message net et clair aux fidèles catholiques du monde entier : Il voudrait que le pape redise que l’Église « ne conduit et ne promeut aucune action missionnaire institutionnelle spécifique en direction des juifs ». Il est vrai que cela a été déjà confirmé dans le document diffusé au mois de décembre par la Commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme. Car, poursuit le grand rabbin « Si l’Église dit que les juifs doivent être appréciés et respectés, mais se contente de l’écrire dans un document théologique, peu de personnes comprendront le message. Mais si le pape visite un lieu d’importance historique, tel que la grande synagogue de Rome, alors le message d’amitié et de respect est clairement compris et manifesté ». C’est le cas de dire qu’il veut enfoncer le clou des concessions jusqu’au bout, puisque la dite « mission » est imposée à tout le monde !!

Il est vrai que le document publié par Rome en décembre est « un élément important » aux yeux du grand Rabbin, « car la théologie du remplacement implique que le judaïsme serait en quelque sorte une branche morte qui aurait terminé sa course. Cela implique que les juifs auraient accompli leur but il y a deux mille ans, les exposant à des attaques continuelles, à des insultes, au manque de respect ».
Ce texte, dont il est fait mention, est d’une quinzaine de pages et date du 10 décembre 2015. Il avait pour titre : « Les dons et l’appel de dieu sont irrévocables (Rm 11, 29) », il était le fruit de deux ans et demi d’intense travail de la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme, en partenariat avec la Congrégation pour la doctrine de la foi. Ce n’est ni « document magistériel » ni « enseignement doctrinal » est-il précisé dans la préface, car le texte se veut un «instrument » pur et simple pour de futures discussions…

Du point de vue théologique, ce dialogue avec le judaïsme comprend nombre de concessions de la part de l’Eglise, à ne citer à titre d’exemple que : « La foi des juifs attestée dans la Bible (...) n’est pas pour les chrétiens une autre religion mais le fondement de leur propre foi » ; « L’Église ne remplace pas le peuple de Dieu d’Israël » ; « La Nouvelle Alliance ne révoque pas les alliances antérieures, mais les porte à leur accomplissement. Avec l’avènement du Christ, les chrétiens ont compris que tout ce qui s’était passé auparavant demandait à être réinterprété » ; ou comment concilier en effet la conviction que « le fait que les juifs prennent part au salut de Dieu est indiscutable », et en même temps la profession de foi chrétienne selon laquelle « il ne peut y avoir qu’une seule voie menant au salut », le Christ ? Ceci « demeure un mystère divin insondable », confessent les responsables très catholiques de la commission pour les relations avec le judaïsme ! Mais la question la plus épineuse demeure : La « notion de mission aux juifs » car elle touche à l’existence même du peuple juif, disent-ils, ainsi que la reconnaissance de Jésus-Christ.

Outre ce qui précède, il est exigé de la part des juifs, que la prière du Vendredi Saint pour la conversion des juifs, encore en vigueur dans la forme du « rite extraordinaire », soit tout à fait supprimée, bien qu’elle ait déjà remaniée par Benoît XVI lui-même, pour être plus acceptable par les juifs ; que l’utilisation des termes offensants tel « pharisiens » soit reconsidérée car ils maintiennent les préjugés envers le peuple élu ; que l’accord diplomatique entre le Saint-Siège et l’État palestinien soit reconsidéré. D’ailleurs une lettre écrite par 71 rabbins de par le monde a été envoyée au pape François pour qu’il revoie cette position diplomatique ! Ce qui sous-entend : extirper sans retour les Palestiniens de leur terre usurpée.

Cependant, l’expression magistrale de ce grand rabbin de Rome, demeure : « Le Vatican soutient que les juifs sont encore le peuple élu, même si nous ne croyons pas en Jésus et que nous continuons à avoir un rôle dans ce qu’ils appellent le salut, même comme non-croyant en Jésus. Du point de vue pratique cela signifie que les juifs non pas besoin d’être convertis. Le judaïsme est considéré une religion qui fait partie de leur système religieux et mérite d’être respectée ». Chapeau bas, monsieur le rabbin, qui en déclarant clair et net que les juifs ne croient pas en Jésus-Christ, qu’ils continuent à avoir un rôle dans le salut, comme non-croyant en Jésus, biffent d’un trait la prétendue mission de la très sainte Eglise Vaticane d’évangéliser le monde ! Ce qui veut dire : la disparition des principaux éléments du catholicisme et la réécriture théologique et historique qu’imposent les juifs à travers ce dialogue interreligieux, ou plutôt «intrafamilial », comme disent les documents !

Il va falloir à cette très sainte Eglise de supprimer pas mal de textes de son Nouveau Testament, à commencer par ce que dit saint Paul : « Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est grâce au nom de Jésus le Nazaréen, crucifié par vous, ressuscité par Dieu, c’est grâce à lui que cet homme se trouve là devant vous, guéri. Ce Jésus, il est la pierre que vous aviez rejetée, vous les bâtisseurs, et il est devenu la pierre d’angle. En dehors de lui, il n’y a pas de salut. Et son nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver », (Actes, 4 : 8-12) ; ou : « Lui qui fut livré par la volonté préétablie et la prescience de Dieu, et que vous avez tué en Le crucifiant, par la main des impies » (2 : 23). D’ailleurs Jean-Paul II leur avait déjà promis de changer ou de supprimer carrément 70 versets qui n’allaient point avec leurs exigences.

Il est intéressant de relever du discours, cet avis du père Bergoglio :
« Au cours de son histoire, le peuple juif a dû faire l’expérience de la violence et de la persécution, jusqu’à l’extermination des juifs européens durant la Shoah. Aujourd’hui, je désire me souvenir d’eux de façon spéciale : leurs souffrances, leurs angoisses, leurs larmes ne doivent jamais être oubliées. Et le passé doit nous servir de leçon pour le présent et pour l’avenir. La Shoah nous enseigne qu’il faut toujours la plus grande vigilance pour pouvoir intervenir rapidement pour défendre la dignité humaine et la paix ».

D’abords le chiffre qu’affiche la Shoah n’est point correcte et son respect a été politiquement imposé au monde par le tribunal de Nuremberg. Puis, en parlant de dignité humaine et de paix, il aurait été plus honnête de penser à la Palestine, de prendre la défense de tout un peuple qui a été arraché de sa terre, qui paye de son existence, qui agonise dans ce camp de concentration à ciel ouvert dans des conditions des plus atroces, privé de tout à cause de vos prétendus « amis et frères aînés ». Surtout que vos documents vous dictent que ces vrais sionistico-terroristes n’ont point de droit à cette Terre usurpée. Au lieu de dire : « Non à toutes les formes d’antisémitisme et antisionisme », ou à « redoubler les efforts pour construire la paix et la justice dans le monde, et notamment en Terre sainte », pensez honnêtement à ce peuple que vous, vos liges et vos partenaires du NOM avez aidé à l’usurpation de sa terre, à l’extermination de son peuple.

Il est vrai que le discours ne comportait point, apparemment, ce que le grand rabbin avait exigé d’annoncer, haut et fort, que les juifs n’ont point besoin d’être évangélisés ou que l’Eglise n’a point de missions à leur égard. Cependant, après la cérémonie officielle à la synagogue, « le pape et le grand rabbin ont pu s’entretenir en privé », disent les medias. Puisse cette rencontre à huis-clos ne pas donner de justification au titre très véridique de cet article : Peur, Honte ou Hypocrisie. A savoir : Peur de ce qui sera imposé par les « frères aînés » ; Honte de l’Eglise-Bergoglio face aux adeptes ; et Hypocrisie, en demandant une invitation pour visiter la grande mosquée de Rome, tout en ayant tout fait pour diaboliser et détruire l’Islam !

Du moment que vous savez et dites : « Nous appartenons tous à une unique famille, la famille de Dieu, qui nous accompagne et qui nous protège comme son peuple » : puissiez-vous relire le début du N° 4 de la fameuse déclaration Nostra Aetate, qui commence ainsi : « C’est en scrutant le Mystère de l’Eglise que le Concile se souvient du lien par lequel le peuple du Nouveau Testament est lié avec la race d’Abraham ». Puissiez-vous scruter ce Mystère de l’Eglise pour vous souvenir que les musulmans sont aussi et surtout de la race d’Abraham, et qu’Ismaël, le fils Aîné d’Abraham, a reçu l’Alliance 13 ans avant la naissance d’Isaac. Est-il lieu de vous rappeler aussi que la Loi de vos frères aînés précise que le mariage élève l’épouse au rang du mari, et que Sara a été donnée comme femme à Abraham, - sa femme, son épouse, à pieds d’égalité, et non sa concubine ou sa servante, et que l’élimination d’Ismaël est une des incalculables fraudes de l’Eglise ??
Zeinab Abdelaziz
Le 20 janvier 2016


Mercredi 20 Janvier 2016


Commentaires

1.Posté par njama le 21/01/2016 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une petite rectification concernant la citation (Actes, 4 : 8-12) attribuée dans l'article à Paul, or, l'auteur des Actes des apôtres *, "considéré" comme cinquième livre du Nouveau Testament, est incertain, peut-être des paroles tirées de l'Évangile de Luc, en partie, selon la tradition chrétienne.
* voir >> https://fr.wikipedia.org/wiki/Actes_des_Ap%C3%B4tres

C'est Pierre qui parle : "Alors Pierre, rempli du Saint Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d'Israël, ..."(4/8)
Même remarque pour (2 : 23) : "Alors Pierre, se présentant avec les onze, éleva la voix, et leur parla en ces termes: ..." (2/14)

Il y a effectivement cette tendance chez les papes à s'exprimer au nom de la chrétienté, de toute la chrétienté, plus qu'au nom de l'Église spécifique "catholique", l'expression "évêque de Rome" reflétant davantage son obédience réelle dans le paysage de la religion chrétienne et ses dogmes qui n'ont rien d'universel puisqu'ils ne sont pas tous unanimement partagés.

Concernant la Primauté de Pierre réfutée par l'Évangile on pourra consulter cette Page :
http://www.gallican.org/primaute.htm

Primauté que l'apôtre Pierre (Simon Pierre) lui-même ne revendique pas:

" Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation, l'envie, et toute médisance, désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon.
Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ. Car il est dit dans l'Écriture: Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse; Et celui qui croit en elle ne sera point confus."

(1 Pierre 2,4), Bible Louis Segond 1910

2.Posté par zeinab abdelaziz le 21/01/2016 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


@ njama – 1

Avec tout le respect dû à votre personne, à votre culture et à vos connaissances encyclopédiques, il me semble qu’il y a dans cet article d’autres points, beaucoup plus utiles à soulever ou à développer, que de rectifier la numérotation d’une citation prise d’un texte officiel publié ! Que l’auteur des actes soit « incertain », comme vous dites, qu’y a-t-il de neuf ? Que ce soit Marc ou Matthieu, ou comme le dit Luc qui raconte une histoire comme les autres, il est prouvé qu’aucun de ces évangélistes n’est l’auteur de l’évangile connu sous son nom. Il n’y a presque rien de certain dans ces textes bibliques officiellement et systématiquement remaniés, d’abord durant les quatre premiers siècles, puis selon les nécessités politiques, sociales ou rivales, jusqu’à nos jours : cf. ce qui se passe actuellement…

D’ailleurs la Britannica mentionne 150.000 incorrections, contradictions et falsifications ; Tony Bushby dit dans son livre intitulé : « the Bible fraud » (2001), qu’entre le Codex Sinaïticus, la plus ancienne version connue de la Bible, qui remonte au IV siècle, et la version actuelle de la Bible, il existe 14.800 différences entre elles ! Barnabé n’a-t-il pas été élu par le Saint-Esprit pour évangéliser avec Paul ? L’Eglise l’a éliminé à cause de son évangile qui mentionne le Prophète Mohammad, mais elle le cite comme référence, sans vergogne, dans le nouveau catéchisme de l’église (1992) car elle avait besoin d’une de ses citations pour prouver ce qu’elle raconte !!

Ce matin, le pape François, qui n’a pas honte de changer les dogmes pour satisfaire ses « frères aînés », a éliminé le cardinal Bagnasco, président de la Conférence épiscopale d’Italie et archevêque de Gêne, et l’a considéré « persona non grata », à cause de la ferme prise de position du cardinal contre les unions civiles homosexuelles !

D’après ce que j’ai appris dans ma triste vie : l’essentiel passe avant les futiles détails.

Merci pour votre intervention

3.Posté par njama le 21/01/2016 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Au lieu de dire : « Non à toutes les formes d’antisémitisme et antisionisme », ou à « redoubler les efforts pour construire la paix et la justice dans le monde, et notamment en Terre sainte », ..."

Si le pape François a dit dans son Discours à la Grande Synagogue de Rome le 17 janvier 2016 :
Le Concile, avec la déclaration Nostra ætate, a tracé la route : « oui » à la redécouverte des racines juives du christianisme ; « non » à toute forme d’antisémitisme et condamnation de toute injure, discrimination et persécution qui en découlent. »

[Texte du Discours, ici : http://seletlumieretv.org/blogue/divers/discours-du-pape-francois-lors-de-sa-visite-a-la-grande-synagogue-de-rome ]

et qu'il exhortait à la paix, il s'est bien gardé d'évoquer l'épineuse question de l'antisionisme; bien que d'après la Presse, il "aurait" (?) déclaré précédemment, paraît-il, le 28 Octobre 2015 au cours d’une audience [privée] accordée à une délégation du Congrès juif mondial:
« Attaquer les Juifs ou Israël relève de l’antisémitisme. Il peut y avoir des désaccords politiques entre gouvernements et sur les questions politiques, mais l’État d’Israël a parfaitement le droit d’exister dans la sécurité et la prospérité »

http://www.europe-israel.org/2015/10/le-pape-francois-attaquer-les-juifs-ou-israel-releve-de-lantisemitisme-letat-disrael-a-le-droit-dexister-dans-la-securite-et-la-prosperite/

Par contre, ses hôtes ne se sont pas privés lors de cette réconciliation, pour, in fine, le lui rappeler, et faire l'amalgame :

Pour sa part, Ruth Dureghello, la présidente de la communauté hébraïque de Rome qui fut la première à prendre la parole, a fortement insisté sur «la responsabilité» des «juifs et des catholiques» pour «combattre les maux de notre temps» mais elle a été beaucoup plus explicite.

Évoquant les violences subies contre les juifs en Israël elle a lancé: «nous réaffirmons avec force que l'antisionisme est la forme la plus moderne de l'antisémitisme»
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/17/01016-20160117ARTFIG00152-la-violence-de-homme-sur-l-homme-est-en-contradiction-avec-toute-religion-digne-de-ce-nom.php

A la conversion inattendue de l'Église qui reconnaît ses erreurs théologiques du passé, qui eurent pour conséquences d'ostraciser, et hélas plus..., les Juifs, se greffe sur cette réconciliation, très louable en soi au moins au titre du pacifisme, la fraude historique, car comment peut-on mettre sur le même plan un antisémitisme historique, spécifique à "l'Occident" chrétien, issu d'un anti-judaïsme séculaire, millénaire, et, l'idéologie sioniste athée récent, profane, du XIX° siècle !
Évidemment, une rencontre officielle n'était certainement pas appropriée pour en débattre. Jorge Mario Bergoglio en est-il sorti en ayant l'impression d'avoir été manipulé par "ses frères aînés" ? Dieu seul le sait ...

La pomme de discorde vient peut-être de cette reconnaissance diplomatique de l’État de Palestine ? "D’ailleurs une lettre écrite par 71 rabbins de par le monde a été envoyée au pape François pour qu’il revoie cette position diplomatique !"

L’accord historique entre le Vatican et la Palestine est entré en vigueur
le 04/01/2016 à 15h44

L’accord, signé le 26 juin 2015 malgré l’opposition d’Israël, est entré en vigueur, a indiqué le Saint-Siège le le 2 janvier.
« L’accord entre le Saint-Siège et l’État de Palestine (…) qui consiste en un préambule et 32 articles, concerne les aspects essentiels de la vie et de l’activité de l’Église en Palestine, tout en réaffirmant son soutien à une solution négociée et pacifique au conflit dans la région », a ainsi déclaré le Vatican dans un communiqué.

Cet accord, qui inclut des dispositions protégeant les droits des chrétiens, est considéré par le Vatican comme un modèle pour les relations des pays arabes et musulmans avec leurs minorités chrétiennes.
Tensions avec Israël

Même si le Vatican parle déjà d'« État de Palestine » depuis un certain temps, à la suite d’un vote de l’Assemblée générale de l'ONU fin 2012, les Palestiniens font valoir que cet accord équivaut à « une reconnaissance de facto » de leur État.

Lors de la conclusion de l’accord, le ministère israélien des affaires étrangères avait « regretté cette mesure précipitée », qui « nuit à la perspective de faire avancer un accord de paix » israélo-palestinien.

« Israël étudiera ses implications sur la coopération future (…) (avec) le Vatican », avait encore indiqué le ministère.

Le Saint-Siège, qui a des relations diplomatiques avec Israël depuis 1993, négocie également depuis 1999 un accord sur les droits juridiques et patrimoniaux des congrégations catholiques dans l’État hébreu, dont leurs exonérations fiscales. Mais leurs rencontres semestrielles n’ont toujours pas abouti à un accord.

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Rome/L-accord-historique-entre-le-Vatican-et-la-Palestine-est-entre-en-vigueur-2016-01-04-1399611


Tensions dans les relations diplomatiques entre Israël et le Saint-Siège
Par Nicolas Senèze (avec Haaretz Et Fides), le 08/07/2015
...
Israël soupçonne également que l’accord contredise les textes similaires qu’il a signés avec le Saint-Siège.

Immédiatement après la signature de l’accord du 26 juin, le ministère israélien des affaires étrangères avait déploré la décision du Saint-Siège de reconnaître la Palestine comme un État. « Cette étape hâtive nuit aux perspectives de faire promouvoir un accord de paix et aux efforts internationaux visant à convaincre l’Autorité palestinienne de revenir à négociations directes avec Israël ».

« Nous regrettons également les textes unilatéraux qui, dans l’accord, ignorent les droits historiques du peuple juif sur la Terre d’Israël et sur les lieux saints du judaïsme à Jérusalem », avait ajouté le porte-parole du ministère des affaires étrangères Emmanuel Nahshon.

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Tensions-dans-les-relations-diplomatiques-entre-Israel-et-le-Saint-Siege-2015-07-08-1332663

Les droits historiques du peuple juif sur la terre d'Israël ... la théologie du Vatican ne sera d'aucun secours à Israël, pas plus que la Bible et l'Histoire ? La Barque de Pierre dont Jorge Mario Bergoglio est le timonier, navigue en eaux troubles ... dans le mélange des genres.

Non, l'antisionisme n'est pas une forme moderne de l'antisémitisme. Aucune justification théologique ne pourrait la justifier.

4.Posté par Jacques Abel le 24/01/2016 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout est historique pour eux, un bâtiment centenaire dans une ville qui affirme son édification 750 ans avant Jésus-Christ, c'est pas grave, du moment que la communauté juive y a ses habitudes, c'est de l'histoire, et de la sérieuse, attention.

Il est venu là en tant qu'Évêque de Rome, et il a aussi la volonté de faire de son église une faix plus pauvre et plus proche du troupeau, ça relativise beaucoup de ce qu'on interprète plus haut.

Il était écris quelque part, sans que réellement l'on puisse affirmer avec le plus grand sérieux quand et par qui cela a été écrit, mais c'est ce qui fait le mystère du Tout Puissant:

Repens-toi! sinon, je viendrai à toi promptement et je leur ferai la guerre avec le glaive de ma bouche.

Une communauté qui dispose d'un pays capable d'effrayer tous les autres, une communauté qui est partout sur la planète bien placée, pourquoi se montre-t-elle si nerveuse ces derniers temps. Il est mort ou sont opprimés à travers le monde sur ces 15 dernières années, dû aux guerres, plus de gens que toute la communauté juive n'en peut réunir mondialement.

De quoi se plaint-elle et surtout, pourquoi?

Il faudrait peut-être tenir compte de la nature des populations occidentales vis-à-vis de la foi, nous avons à faire à des Hommes cassés, sans nourriture intérieure, ce n'est pas avec les arguments des charlatans de la guérisons-empoisonneuse que l'on va les soigner. Penser que la chrétienté abdique, c'est n'avoir pas compris l'art de la guerre.

Je suis sûr que la manif du 30 janvier pour la famille sera un succès dont François et Bagnasco seront satisfait au même titre.

Nous avons deux Papes à Rome, quelle est l'hérésie, la religion d'Abraham ou les paroles du Christ?

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires