ALTER INFO

Omar Mazri : Couper le myriapode!



Omar Mazri
Mercredi 13 Juillet 2011

Omar Mazri : Couper le myriapode!
Le « journaleux   »   Echourouk   nous confirme une fois de plus le haut niveau de compétence de son journal qui est passé fin 80 de Coq à fin 90 de poussin et en 2011 une occurrence de  la famille des graminacées  de la République Algérienne Démocratique et Populaire indépendante. Comme s’il s’agissait d’un fait divers il annonce la visite du  secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé et donne la synthèse de son programme civlisateur. Silence complaisant ou silence génant ou sience d'abrutis? La réponse est une affaire de coup et de trous comme le système des mots croisés,  des ballets diplomatiques et des parades militaires dans une basse cour.

 

Comme un système de vases communicant le journal "egoutier"  transmet dans ses colonnes le déversoir des élites françaises qui prennent l’Algérie pour une fosse sceptique (un merdier) sur laquelle ils vont péter leur haine et leur mépris,  leur envie de jouir en solo devant l’auditoire algérien habitué aux odeurs nauséabondes depuis qu’ils ont été gavés de l’odeur de leur propre sang et de l’impunité de leurs crimes. Les Algériens en gentils spectateurs fournissent le papier toilette qu’ils ont importé de France car ils sont  toujours incapables de le produire avec leur sueur.

 
 

Sur ce papier enjolivé et embaumé nous sommes proprement  éclaboussés de déjections d’un ramassis de colonisables, de colonisés et de colonisateurs qui s’envoient des graines dans un poulailler latino méditerranéen chargé de déplumer l’Algérien mis à nu et dos au mur comme un canard hittiste sans perspective que le trou du mur pour ne pas dire autre chose.

 

Ce trou du mur que contemplent les hittites hittitstes et que cherchent à fuir les Harragas comme le trou de la mémoire collective que les Algériens ne cherchent pas à combler rappelle aux souffrances des mnésiques que ce pays d’Abel a été transformé en errance de Caïn par les nostalgiques de la rive latine de  la méditerranée et leurs pissottières  de l’autre rive, l’ex rive musulmane. La mémoire est une plaie pire que les plaies d’Égypte pour celui que les mots taquinent comme des Djinns échappés d’un livre d’histoire jamais écrit. Le Djinn de la lecture qui nous a possédés dans l’école laïque pour Indigènes nous torture l’esprit et nous fait confondre pipi et larmes, trou du mur et trou dans la mer, trou noir dans la mémoire et trou du cul. Ténèbres sur ténèbres nous accumulons les souffrances de l’impuissance alors que les plus insouciants d’entre nous accumulent  l’ignorance arrogante et chantent la gloire  des martyrs la tête pleine de dégout et les pieds dans le caniveau.

 

Si Omar, vous être devenu vulgaire, me diriez vous ?

 

Non détrempez-vous je fais un grand caca nerveux après avoir lu  sur un journal merdique, juste après la (dé)fête de l’indépendance  et de la glorification des Martyrs algériens, qu’un haut dignitaire de la famille des graminacées a coqueriqué et coqueliné sa  Marseillaise auprès des microcosmes algérois qui piaillent et caquettent « Qassaman »  désacralisé, profané, trahi.

 

Monsieur Copé a plaidé - comme un grand coq assis sur ses rêves de perchoir français devant le président du poulailler algérien, au demeurant illégitime et incompétent -  pour la construction d'un "partenariat d'exception" franco-algérien.

 

Nous sommes bel et bien dans une pissotière. Pour l’anecdote et le plaisir de déjouer les maux il s’agit bien de pipi sur la mémoire des Martyrs. Si le terme de pissotière est tiré du  « trou dans la muraille d'un navire pour laisser s'écouler l'eau de surface » il fait référence à deux choses. La première chose est l’application du principe des vases communicants utilisé dans les vespasiennes qui permettait de recycler l’ammoniac des  pipis collectés dans les latrines publiques dans l’industrie de la teinture des tissus et dans la collecte de l’impôt sur le pipi en public par l'empereur romain Vespasien qui a inventé  le chrysargyre (impôt spécial sur la collecte de la collecte de l'urine et son utilisation par les manufactures) pour financer sa démocratie, ses guerres coloniales et le faste de ses courtisans.  Contre les détracteurs de cet impôt qui ne sied pas à la grandeur de Rome il aurait répondu : (« pecunia non olet : L'argent n'a pas d'odeur ». Les bombes larguées en Afghanistan et en Libye n’ont pas d’odeur aussi, mais leurs conséquences se feront sentir et le « brave » peuple de France ne pourra se boucher le trou du nez longtemps. En Algérie, en attendant le temps des bombes, le principe de l’argent n’a pas d’odeur fait recette pour le trabendo de la politique et de l’économie entre les deux rives. Il s’agit bien d’economie au noire et de marché informel car il n’a jamais été question d’une relation économique fondée sur la transparence, l’équité, l’égalité et le respect de la loi. Le Colon français s’adresse à l’Indigène et réclame sa prébende, ses privilèges, ses passes droits.

 

C’est ce colon qui a permis l’intrusion de la civilisation du bien-être dans la société française après avoir exporté le feu et les obus lancés par les trous des canons de l’armée coloniale. Les traumatismes des villages détruits, des populations déportées, des têtes trouées en Algérie sont venus annoncer les pissotières publiques à Paris en 1834. Plus ils nous pissaient et nous chiaient dessus avec leur arrogance et leur injustice plus nous pissions du sang et nous chions nos entrailles et nos valeurs et mieux ils pouvaient pisser et chier proprement et agréablement en France. L’industrie des canonnières étaient aussi florissante que celles des pissotières. Le colonialisme ne s’amuse pas il fait les choses rationnellement et méthodiquement. Il n’y a que les colonisables qui oublient l’odeur de pipi qui leur colle aux fesses comme une malédiction, un Ghouta assayl. Le Prophète (saws) de bonne éducation a attribué notre Wahn à des débris emportés par les rigoles. Sa pudicité et son amour pour sa communauté ne lui permettaient pas de dire les mots avec vulgarité. Mais dans le jargon de la plèbe on va le dire : nous sommes des matières fécales emportées par du pipi. C’est tellement vrai que nous en voulons et qu’ils nous inondent par conséquent de ce que nous méritons.

 

Jamais au grand jamais, une nation qui a 1,5 millions de martyrs, la gloire de vaincre le pacte de l’OTAN, 60 ans d’indépendance ne permettrait à son ex colonisateur venir pisser sur son sol inondé de sang, de larmes et de sueur. Honte à vous qui acceptez d’être des minus habens alors qu’Allah vous a gratifié de l’honneur et de la richesse. Honte à vous qui colportez ces insultes sans réagir. Malek Bennabi a inscrit, dans un de ses livres, cette citation d’une vielle algérienne illettrée mais lucide sur le rapport du colonisable au colonisateur : Malheur à ceux qui viennent nous porter secours nous serons leur épreuve, nous serons leur tentation ». Nous nous complaisons dans notre Wahn et dans notre patriotisme de canaille.

 

Copé le sait et le dit sans crainte d’être déjugé ou conspué : «Un partenariat d'exception franco-algérien ». Cot cot, piou piou « braves » peuples de France et d’Algérie Al Djazaïr est un comptoir commercial comme au temps des colonies hollandaises, espagnoles, portugaises, françaises et anglaises au temps des mercantillistes quand l’Europe partait avec le sextant,  la boussole et la mathématique arabe prendre possession de ce que le Wahn des Arabes a légué comme bien vacant. Cette mentalité de bien vacant nous l’avons cultivé en 1962 et la « caque sent toujours le hareng » comme le pipi sent toujours l’ammoniac. Réveillons nous nous ne sommes pas des abeilles qui déféquons du miel mais des êtres humains. Ca sent mauvais. La France est en crise, la France est en course pour les élections présidentielles  entre une fesse droite et une fesse gauche dont ne sortira pas du nectar d’abeille pour les Arabes et les Musulmans. Copé nous donne un avant gout de l’amertume que nous avons déjà enduré dans la décennie noire et rouge : ou du sang ou le tricolore et la bannière étoilée. Si nous sommes toujours perdus dans la réponse et le débat byzantin « qui tue qui ? » il faut se poser la question autrement : «  pourquoi on tue, qui est tué ? »

 

Est-ce qu’un pays non merdique qui a 150 milliards de réserve, pas de dettes, un sol généreux, une jeunesse avide de travailler aurait permis ce chantage : «  l'impérieuse nécessité" d'un soutien économique, "si nous ne voulons pas que les extrémistes confisquent la démocratie ». Si nous n’étions pas de la cendre il y aurait longtemps que le trou d’une bouche aurait crié le dicton berbère : «  la poule caquète (pour pondre les œufs) et   le Coq   crie La douleur de son  cul ». Le Coq gaulois ne semble pas voir la gaucherie de sa vision de droite : si les extrémistes confiquent la démocratie ou bien ils sont devenus démocrates puisqu'elle leur appartient même si elle est confisquée au début; ou bien le peuple leur a accordé par des éléction démocratiques le pouvoir de gouverner et contester le choix du peuple est anti démocratiques. La France est la fille ainée de l'Eglise, ses commis sont aussi forts que le Vatican en matière de casuistique pour faire des trous   dans les cervelles des volailles qui les écoutent. A moins que Copé connaissant la réaction lâche des gouvernants algériens face au drame libyen ainsi que la disparition du pactole algérien transformé en coup de poker en pertes se permet une démarche messianique envers une élite qui n'a aucune stratégie pour gouverner, résister mais suffisamment d'illégitimité et de magouilles pour être à la merci du renseignement et de la diplomatie française.

 

Que nos amis et frères marocains ne se réjouissent pas trop sur le dos de l'Algérie car ils sont dans la même posture et logés dans la même basse cour. Il y a cependant dans cette basse  des Galliformes des coquelets et des volailles hybrides de type lagérien qui connaissent leurs intérêts, au détriment de ceux du peuple algérien et pour défendre leurs intérêts ils connaissent parfaitement les faiblesses du système français dont ils exploitent toutes les failles à leur profit. Ce sont les Français qui ont crié cocorico et pris les risques mais ce sont les Américains qui ont se sont fortement implantés en Agérie avec les Chinois. Copé menace, conseille, bluffe dans une certaine mesure les forces visibles et maniables en Algérie mais il doit savoir que face aux forces occultes algériennes la France est désarmée et se trouve otage des pots de vins, de l'organisation héritée du FLN en France. C'est peut-être une raison de brouiller les pistes que Copé utilise avec ldiscors redondant et inconséquent des droits de la femme, de la démocratie en Algérie mais que le principal est ailleurs : s'assurer de la neutralité ou de la collaboration des algériens pour faciliter la victoire de l'UMP. Il est hilrant de voir Hollande faire sa campagne en Tunisie alors que l'avenir de la France, sa sécurité intérieur, ses affaires, sa sécurité d'approvisionnement energétique, son adversaire en renseignement, son ennemi l'Aqmi est entre les mains des véritables décidenrus algériens. Ziari le président de l'assemblée nationale algérienne qui a reçu Copé n'a aucune influence sur les choix stratégiques ni sur le choix des hommes en Algérie. Sa mission est d'occuper la galerie et le poulailler tant que les éléctions légilsatives ne sont perçues par les Algériens que comme une corvée administrative sans plus. Commet va être mobilisé la communauté algérienne pour 2012?  Le débat sur la double nationalité ne concerne pas la communauté algérienne en France qui va être défendue par la double nationalité agissante et possédant le pouvoir : la communauté juive et la nationalité israélienne. Elle concerne le dialogue subtile entre les décideurs à Alger et à Paris. Dans ces conditions Copé est un facteur qui s'est vu grand coq et les jours à venir vont montrer s'il a les moyens de son ambition du moins sur le dossier algérien qui a ses habitués.

 

Il y a des moments dans la vie où il faut  dire les choses crument sans convenances ni l’intellectualisme. La crudité nauséabonde ne doit pas faire oublier aux « élites » musulmans de France de se définir sur ce principe de gauche et de droite d’un Islam de France. On nous a confisqué notre pays, notre jeunesse ainsi que l’avenir de nos enfants on ne va pas laisser à ceux qui ne se lavent pas le cul de toucher non pas à notre religion mais à celle d’Allah. Quand nous serons au trou de l’enfer de gauche, de droite ou de l’au-delà ce sera déjà trop tard pour se repentir et accomplir notre devoir d’humanité et d’islamité en France et en Algérie. Ce jour là est proche et ne sera utile pour nous tous ni bien ni enfants ni nationalité ni poulailler ni trou ou se cacher.

 

 

Attention à "la société civile, aux ONG, aux réseaux sociaux" rebelles vous devez bien vous tenir en affichant votre allégeance à Hizb nanna Qamir sinon vous serez coupé en copeaux de merde au nom des trous géniteurs et fondateurs de l'universel des graminacées franco-algériens. Nous attendons le trou des syllogisme fallacieux, BHL, à Alger pour une feuille de route au bienheureux destin d'un pyschiatre féru de demoucratie. En général les  graminacées (picoreurs de grains) donnent des coups de bec aux myriapodes (milles pattes et aux insectes rampants) mais il arrive qu'un insecte comme un moustique entre dans le trou de l'oreille ou du nez d'un tyran comme Nemrud, roi  de Babylone, et l'amène, pour calmer les douleurs dans sa tête, à réclamer de ses sujets de le frapper de coup de bâton car il était épuisé de se donner des coups  pour extirper la bestiole de sa tête. On ne déjecte pas un mal attrapé par la tête comme on le ferait pour un microbe avalé dans le ventre. L'idéologie française va emmener le peuple français au fond du trou. Il est temps de se mettre à la diette car :

" Le chatiment de ton Seigneur est terrible quand il frappe les cité injustes".

 

 

Algériens et Français, conscients de ce qui se trame entre les colonisables et les colonisateurs, réveillez-vous et faite blocage à ces mesquineries car l'Histoire vous prépare un déluge dont elle seule connait le moment et le mécanisme qui va tirer  la chasse d'eau qui va nous emporter dans un trou à l'égout de l'histoire avec les puanteurs et les malfaisants car nous nous sommes complaits par notre silence dans le Nadjas ( la profanation des droits, de la vérité, de la justice et de la dignité)...



Mercredi 13 Juillet 2011


Commentaires

1.Posté par Observateur le 14/07/2011 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Copé en Algérie, un accueil indécent !



Reçu avec tous les honneurs. Sous l’œil des caméras de l’ENTV. Tout juste si on ne lui a pas déroulé le tapis rouge. Tant de servilité pour un tel personnage laisse perplexe.
Pire, aucune voix ne s’est élevée en Algérie contre sa venue. Et il est reparti conforté parce que cet homme, tendu vers l’élection présidentielle de 2012, n’a rien regretté ni renié de sa campagne anti-immigré, visant particulièrement les Maghrébins et les Africains. Un homme qui, en contexte de grave crise sociale et économique en France, de chômage en hausse, de scandales de toutes sortes, d’une Europe en panne sèche, n’a rien trouvé de mieux pour faire diversion, que de placer les questions raciales au centre du débat politique français dans la perspective de rafler quelques voix à l’extrême droite en vue de la présidentielle de 2012. Que cela ravive les peurs, réveille les instincts xénophobes et racistes d’une partie de l’électorat français qu’on arrête pas de bassiner à longueur d’année avec la peur de l’Islam, voire d’un afflux de réfugiés suite à la chute de Ben Ali en Tunisie ou de la guerre en Libye, ne semble nullement déranger M. Copé. Et peu importe encore pour Jean- François Copé et son mentor Nicolas Sarkozy que ce débat ait pour but – car c’est de cela qu’il s’agit au fond – de dresser des Français contre d’autres d’origine non européenne et de confession musulmane. De ce fait quand le secrétaire général de l’UMP déclare à Alger, je cite «Mon souhait le plus ardent est de tout faire pour contribuer à ce nouvel élan dans les relations entre les deux pays», relève de la plus belle hypocrisie. Et cet homme que le chef de l’Etat a reçu, après qu’il l’eut été par le Premier ministre, le président de l’APN ? Que l’Algérie ait des rapports d’Etat à Etat avec la France, personne n’est contre. Mais que le pouvoir politique croit que c’est avec ce type de personnage, représentant d’une droite revancharde, qui n’a pas encore accepté l’indépendance de l’Algérie, anti-arabe, pro-israélienne, qu’une coopération peut se développer, c’est triste car l’Algérie n’a que faire avec de pareils individus, dont le parti, l’UMP, est en perte de vitesse. Triste aussi que les partis démocrates et les personnalités qui se posent en alternative au système actuel observent un silence pieux.

Hassane Zerrouky

source: http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/07/13/article.php?sid=119995&cid=2

2.Posté par sir conflexe le 14/07/2011 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me suis amusé à ce petit jeu qui consistait à surfer et revenir,d'une vague à l'autre,d'un sujet à un autre,depuis 3,4,5 heures,mais rien,pas une seule réaction.

3.Posté par sir conflexe le 14/07/2011 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Mazri,
Je me suis amusé ,depuis 3,4,5 heures,à ce petit jeu qui consistait à surfer et revenir,d'une vague à l'autre,d'un sujet à un autre,mais rien,pas une seule réaction,ou commentaire.Ou plutôt si,une réaction ,et c'est tout à l'honneur de son auteur.Vous avez certainement deviné,Monsieur,que je faisais allusion à l'article que vous venez de publier,et quel article ! la subtilité des mots et du vocabulaire que vous avez utilisé est tout simplement sublime.
Je n'ai,hélas,pas ce style épistolaire,pour vous dire ô combien je comprends votre douleur et votre cri de révolte,face à ces nationalistes de façade,ces patriotes de circonstance,face à ceux et à celle qui dans une occasion ou une autre fredonnent l'Hymne National comme s'il s'agissait d'un tube de chanteur,comme ces certains artistes et autres "personnalités" politiques qui arborent le Drapeau en écharpe,en bandoulière,et même en bavoir,qui se croyaient (se croient) être plus patriotes,plus algériens que les autres,mais heureusement ,nous nous connaissons tous.Ce qui m'amène,et pour rester dans le "contexte", à me commémorer cette vanne : c'est quelqu'un qui,après que ses sphincters eurent lâché un pet,eut cette réflexion :
Ah,mon popo si je ne te connaissais pas,j'aurais pensé à un coup de canon.
Il y a beaucoup de choses à dire sur ces ballets incessants et de ces visites du côté d'Alger,mais vous venez,mon cher ami,de tout résumer dans votre article.Quand vous écriviez "pecunia non olet",que peut-on rajouter de plus...........
Fraternellement,salam.

4.Posté par Faouzia ZEBDI GHORAB le 14/07/2011 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme je ne veux pas dire dans un style plus médiocre, ce que Monsieur Mazri a dit de la façon la plus percutante et la plus vraie, j’aimerais juste laisser s’exprimer un cri du cœur.

Tant de sang, tant de larmes abreuvent le sol de l’Algérie, que plus rien désormais ne pourra en laver les souillures ni les éponger.
Sang, sueur et larmes font parti intégrantes de l’Histoire de ce pays. Ils se lisent dans ses murs même. Les murs de ses prisons qui s’ils pouvaient parler crieraient les paroles de colères, de frustrations, de détresse, de souffrances terribles, de haute trahison, pour le seul crime d’exister en êtres libres et conscients de leur rôle civilisateur...
Je hais à en souffrir toute violation à la dignité humaine
Je hais à en souffrir la torture même contre mon pire ennemi
Je hais à en souffrir d’être la téléspectatrice de tragédies humaines qui détruisent l’humanité
Je hais même d’être dans la situation de haïr
Des rustres, des incompétents, des buffles dans un magasin de porcelaine, des bêtes imitant les hommes …
Plus de mots pour dire ce que j’aimerais dire je préfère laisser parler le coran à travers ce lien
http://www.youtube.com/watch?v=TLMBgacsWUw
En l’écoutant tout prend enfin un sens…Merci mon Dieu

5.Posté par TBK le 15/07/2011 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il n'y a pas de réaction c'est que personne ne veut se mouiller dans cette affaire et laisse le "grand chef" se débrouller seul et assumer surtout seul les conséquences de sa "politique" car l'avenir risque d'être dur pour les "amoureux" de la France, notre sainte "mère" enjuivée, "mère" de tous nos malheurs.

6.Posté par Saber le 15/07/2011 21:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

5.Posté par TBK le 15/07/2011 21:12

Pour mémoire, je te rappelle ce qu'est la personnalité de celui que tu as insulté et pour qui j'ai une grande admiration et un profond respect.

7.Posté par joszik le 15/07/2011 23:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très énervé ça, l'Algérie serait-il un casse-tête chinois?

8.Posté par TBK le 16/07/2011 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

6 posté par Saber

De qui tu parles ? je n'insulte pas mais je qualifie parfois quand a ton admiration pour qui tu veux, ne t'arrêtes surtout pas.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires