Histoire et repères

Notre Dame : l’enfumage d’une sécurité fumeuse



georges zeter
Mercredi 3 Juillet 2019

De l’amateurisme + de l’à peu près + des rognures d’économies + c’est pas moi c’est eux = toute la toiture vieille de 800 ans disparue. En fait, du typique de chez nous depuis que plus personne n’est capable d’assumer quoi que ce soit à 100% et depuis que, des non-spécialistes professionnels veulent se mêler de problèmes dont ils ne connaissent rien !
Dans un monde cohérent : une société passant contrat avec la DRAC, aurait les moyens et l’entière responsabilité de la protection et de la surveillance d’un monument visité par 13 millions de touristes annuellement. Malheureusement, dans ce monde incohérent, où tout est dilué, la sous traitance étant LE mode de fonctionnement, la formation des employés plus qu’aléatoire, et l’administration en charge, la DRAC voulant toujours plus-plus avec encore moins-moins, fait qu’au final :
- 1 seul gardien de la société de surveillance Elitys, sur place qui a enchainé ce jour là deux vacations à la suite, et qui à l’heure de l’alerte se trouvait dans un sous sol pour une pose casse-croute.
- des codes écran incompréhensibles stipulant simplement «combles nef sacristie» entre le poste de surveillance Elitys et les surveillants patrouilleurs du diocèse,.
- des agents du diocèse chargés de patrouiller qui vont mettre 30 minutes à localiser le lieu du sinistre.
Toutes ces errances de communication feront qu’entre les 2 minutes perdues du temps de réaction du surveillant Elitys, additionnées aux 30 minutes de la cavalcade des patrouilleurs, feront que les pompiers seront appelés 32 minutes après l’alerte...Le temps d’arriver et c’était déjà la grande flambée sous les caméras du monde entier. Et autre conséquence collatérale dramatique : Nous priver, nous français de l’allocution du micron/Jupiter sur son grand débat...J’en suis encore tout retourné, vite, la cellule psychologique...
-----------------------------------------
Là faut rire !
La société Elytis comme si rien ne s’était passé le 15 avril a continué d’être payée jusqu’au 30 juin, date de la fin de son contrat...Un agent venait dans le centre control à 7:30 chaque matin et s’asseyait devant des écrans noirs toute la sainte journée histoire de remplir les termes de ce fameux contrat...Il Ubu jusqu’à la lie...
Qui est vraiment responsable ?
La DRAC ? Qui a décidé par dessus la tête de la société de sécurité mandatée d’imposer 1 seul gardien au lieu de 2 prévus au départ. La DRAC a aussi choisi une société des bouches du Rhône sans aucun bureau parisien pour le système de détection incendie...Vachement pratique en cas de panne non ? Typique : je signe un contrat, mais faut que j’y mette mon nez, alors que mon domaine est le domaine du culturel et non pas de la surveillance...
Elitys ? Qui le jour de l’incendie avait envoyé un employé n’ayant jamais travaillé dans un édifice aussi complexe que la cathédrale. Pour être couvert, cet employé à certifié avoir reçu les 21 heures réglementaires de formation sur ce système de sécurité spécifique...21 heures, et pas une de plus ! Il aurait dû travailler de 7 heures 30 à 15 heures 30, alors qu’il était encore en poste à 18 heures 30...
Tirer des solutions d’erreurs passées... Que pouic ! En 2015, des employés de Elitys ont signalé des dysfonctionnements du système d’alarme sonore. Ce système si sensible était entretenu par des boîtes parisiennes de sous-traitance, donc...
Le hasard, fait que le 23 novembre 2015, il y eu une alerte incendie absolument identique que celle du 15 avril 2019... Une alarme feu se déclenche au niveau médian du beffroi de la tour sud. Les touristes sont évacués par un employé du centre des monuments nationaux qui gère la visite des deux tours. Cet employé reçut le code incendie Z DM 115/4/23 venant du pc Elitys...Sauf que personne n’avait pris la peine de l’informer de ce code et de sa documentation en cas d’incendie...Il ne pouvait donc pas localiser l’incendie potentiel.
Entre ceux de Elytis assis dans le pc installé dans le presbytère, les agents du centre des monuments nationaux qui s’occupent des visites, les patrouilleurs du diocèse qui surveillent et les sous traitants du système sécurité aux abonnés absents...Comment ne pourrait-il pas y avoir des dysfonctionnements dans tout ce foutoir ? Toutes ces troupes n’étant pas sous un commandement unique, mais avec des taches et des responsabilités séparées, fait qu’à l’arrivée...«c’est pas moi c’est eux» et ainsi, 800 ans d’histoire partirent en fumée.
Dire qu’aujourd’hui n’importe quelle tour de La Défense à sa troupe de pompiers présente 24/24 et qu’hier, si avec une telle désorganisation les bâtisseurs de l’an 1000 avaient procédé de cette malfaçon...Jamais cet incroyable et bel édifice n’aurait été érigé ; Mais à sa place peut être, une baraque Bouygues, une maison Phénix, un parc Astérix ?
Et qui est responsable ? Ben ??? « L’autre » pardi !

Georges Zeter/juillet 2019

cet article est inspiré d’un article du Canard Enchaîné « incendie de Notre Dame : cinq ans de sécurité très fumeuse » - Christophe Labbé et Hervé Liffran – 12 juin 2019


Mercredi 3 Juillet 2019


Commentaires

1.Posté par jehaislescookies le 03/07/2019 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ouais ! on oublie une chose : tous ces dysfonctionnements n'expliquent pas le moins du monde comment l physiquement es grosses poutres de vieux chêne ont pu prendre feu !!! et si vite ! Souvenez-vous de ce que a dit Benjamin Mouton !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires