EUROPE

Non, le passage à l'euro ne rend pas plus riche!


Dans la même rubrique:
< >


Mercredi 5 Août 2015

Le journal polonais Rzeczpospolita se penche sur le dernier rapport de la Banque centrale européenne (BCE) selon lequel le passage à la monnaie unique européenne n'a ni amélioré le niveau de vie dans la zone euro, ni réduit les écarts entre les pays riches et les pays pauvres.
 
En instaurant en 1999 la monnaie unique européenne dans 11 pays de l'UE, les initiateurs de ce projet espéraient que cela aiderait à égaliser les niveaux de vie entre les pays de la zone euro, écrit Rzeczpospolita, citant le rapport de la BCE.
  En effet, le niveau de vie a augmenté dans les pays ayant adhéré à la zone euro en 2004 et en 2007, notamment en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Slovaquie. Cependant, estiment les auteurs du rapport, ce n'était pas le passage de ces pays à l'euro qui a donné cet effet positif, mais leur adhésion à l'Union européenne.  
La situation dans les pays sud-européens ayant adopté la monnaie unique ne s'est pas améliorée. Les plus pauvres de ces pays sont soit restés au même niveau qu'il y a 17 ans (l'Espagne et le Portugal), soit retombés à un niveau encore plus bas (la Grèce). En 1999, l'Italie, par exemple, figurait parmi les Etats les plus riches de l'Union européenne, alors que maintenant, le niveau de vie y est inférieur à la moyenne.
  Les analystes de la BCE citent trois causes de l'échec du passage à l'euro. La première, dite "gouvernementale", consiste dans le fait que l'économie se développe bien dans les pays ayant un appareil administratif efficace. Les pays pauvres ou appauvris de la zone euro occupent des positions peu élevées dans le classement de la qualité de gestion établi par la Banque mondiale.  
La deuxième cause réside dans la "rigueur" du marché du travail. La régulation de ce marché affaiblit la concurrence dans de nombreux domaines, ce qui entraîne à son tour une réduction de la croissance économique et, par conséquent, du bien-être de la population, indique le quotidien polonais.
  Enfin, la troisième cause consiste dans "l'argent bon marché". Si les crédits bon marché sont apparus dans les pays pauvres, c'est parce que le taux d'intérêt nominal (défini au moment de la création d'un emprunt) a baissé, alors que l'inflation s'est avérée plus élevée que, par exemple, en Allemagne.  
"Les flux financiers dirigés vers les pays pauvres de la zone euro n'ont pas été bien utilisés et, pour cette raison, n'ont pas provoqué d'essor économique", a conclu le journal.


Mercredi 5 Août 2015


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires