ALTER INFO

Netanyahou père spirituel de la «guerre contre le terrorisme»


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 15 Juillet 2018 - 02:28 Résistance politique: La décomposition des États



Myriam Abraham
Mercredi 27 Juillet 2016

« La connexion israélienne est significative car Israël est depuis longtemps au cœur des déboires de la politique étrangère américaine. La guerre américaine erronée contre le terrorisme est en fait l'adoption totale des normes sécuritaires israéliennes sans tenir aucunement compte des menaces réelles auxquelles sont confrontés les US transformant également le grand nombre d'ennemis d'Israël en ennemis de Washington. Le Lobby d'Israël n'a peut être pas à lui seul engendré la guerre désastreuse d'Irak mais il a certainement joué un rôle majeur pour pousser à l'invasion recevant ses ordres du ministère des affaires étrangères israélien. » Phil Giraldi (www.antiwar.com)

Le concept de « guerre contre le terrorisme » a été évoqué par Benjamin Netanyahou bien avant les attaques du 11 Septembre à New York et la promulgation du Patriot Act texte politico-législatif américain qui l'a transformé en pièce maîtresse de la politique étrangère US principalement vis-à-vis des pays musulmans et de leurs ressortissants plus généralement à l'égard de tout musulman de l'intérieur comme de l'étranger.

Netanyahou au cours d'un show TV américain, « Charlie Ross Show , a présenté en 1995 son livre :

« Fighting Terrorism : How Democracies Can Defeat Domestic and International Terrorists « Combattre le Terrorisme : Comment les démocraties peuvent vaincre les terroristes intérieurs et internationaux - dans lequel il affirmait que l'Occident devait se lancer dans une « guerre contre le terrorisme ». Il a utilisé toutes ses connections aux US pour placer ce concept dans la tête des responsables politiques américains rencontrant un écho tout particulièrement favorable chez les faucons républicains (Néocons).

Dans ce livre de Netanyahou on y retrouve détaillée toute la doctrine qui est à la base de la « guerre contre le terrorisme » adoptée après le 11 Septembre par les administrations américaines successives.

Les antécédents et engagements familiaux politico-idéologiques de Benjamin Netanyahou expliquent aussi son « expertise « en matière de terrorisme celui pratiqué par le mouvement ayant adopté le sionisme révisionniste de Jabotinsky : le terrorisme juif sioniste pratiqué en Palestine.

Son père, Benzion Netanyahou, actuellement âgé de 102 ans qui a une très grande influence sur les décisions politiques de son fils, est l'un des piliers du sionisme révisionniste une idéologie nationaliste expansionniste militariste anti-arabe fondée par Zeev Jabotinsky au début du 20ème siècle. Ce mouvement révisionniste sioniste a été pendant les années 30 proche du fascisme de Mussolini. Un important membre d'une branche armée du sionisme révisionniste basé en Palestine, Abba Ahimeir, était un grand fan du dictateur italien et avait également exprimé de l'admiration pour Hitler en disant notamment en 1932 :

« S'il n'y avait pas l'antisémitisme d'Hitler nous ne nous opposerions pas à son idéologie. Hitler a sauvé l'Allemagne ».

Benzion Netanyahou, universitaire spécialiste de l'Inquisition espagnole, a été le secrétaire personnel de Jabotinsky à New York de 1935 à 1940 ayant eu des difficultés à cette époque pour obtenir un poste fixe d'enseignant dans l'entité sioniste. Il faisait alors de fréquents allés retours entre Tel Aviv et les US raisons pour lesquelles Benjamin Netanyahou a passé une grande partie de son enfance et de son adolescence aux US et de sa bonne maîtrise de l'anglais. Plus tard Benjamin Netanyahou sera aussi nommé ambassadeur israélien aux US.

Après la seconde guerre mondiale, les révisionnistes sionistes ont crée des groupes terroristes juifs harcelant les forces britanniques et les Palestiniens en Palestine. Parmi les membres de ces groupes terroristes juifs, Menachem Begin devenu plus tard premier ministre du régime sioniste, de même qu'Ytzhar Shamir. D'autres tels Salck Feith, Benjamin Emmanuel, Benzion Netanyahou, après avoir accompli leurs sales besognes de terroristes juifs ont émigré aux USA, et ont passé le relais politique à leurs rejetons : Douglas Feith, Rahm Emmanuel, Benjamin Netanyahou, tous ayant sur la politique étrangère américaine une influence incontestable.

Le père de Rahm Emmanuel - ce dernier a été le secrétaire général de la Maison Blanche et a démissionné récemment pour se présenter comme maire de Chicago - Benjamin Emmanuel, qui vit tranquillement de ses rentes à Chicago, a organisé des attentats contre des bus remplis de Palestiniens et de soldats britanniques pendant la période 1945-1948. Lorsque son fils a été nommé par Obama secrétaire général de la Maison Blanche, Benjamin Emmanuel a déclaré :

« A l'évidence il va influencer le président pour qu'il soit pro-Israël. Pourquoi ne le ferait-il pas ? Qui est-il, un Arabe ? Il ne va pas passer la serpillière à la Maison Blanche. »

Cette 5ème colonne du sionisme révisionniste s'est implantée aux US où elle y a organisé autour de l'idéologie nationaliste militariste expansionniste israélienne, la communauté juive américaine infiltrant des organisations juives telle AIPAC , remplissant de ses adeptes les think tank alors crées pour diffuser la propagande de la « Révolution Reagan, l' «Heritage Foundation, l'American Enterprise Institute, mais créant aussi ses propres think tank tels le Washington Institute For Middle East Affairs, le Hudson Institute, le Center for Security Policy, le Jewish Institute for National Security Affairs, le Middle East Media Research Institute, tous ayant pour le même objectif : faire la promotion de la vision likudnik (du parti de Benjamin Netanyahou, le Likoud) du Moyen-Orient façonné selon leur plan du Grand Israël.

Une vue plus synthétique de ce concept de « guerre contre le terrorisme » a été proposée dans « Clean Break » un document écrit à la demande de Benjamin Netanyahou en 1996 par une équipe comprenant Douglas Feith, Perle, et le couple Wurmser, David et Meyrav (qui a crée MEMRI une agence de presse chargée d'envoyer la propagande sioniste aux médias du monde entier et qui a écrit une thèse sur le sionisme révisionniste). Ce document mettait l'accent sur la nécessité de mener des attaques préventives contre l'Iran et la Syrie, de renverser Saddam Hussein en Irak, et d'abandonner le cadre traditionnel des négociations avec les Palestiniens celui dit de « la terre contre la paix ».

C'est effectivement ce plan proposé dans « Clean Break » qui a été mis en application après les attaques du 11 septembre sur lesquelles planent l'ombre du Mossad Israélien et la complicité ou tout du moins la passivité des services de renseignements et autres institutions américaines, et ce alors que sur invitation du vice-président américain, Dick Cheney - qui n'a jamais caché sa sympathie pour les faucons de Tel Aviv - l'administration Bush était littéralement envahie par les personnes citées ci-dessus à l'exception de Meyrav Wurmser très active mais dans les coulisses, auxquels sont venus s'ajouter de fervents likudnicks juifs américains comme Abe Shulsky, Eliot Cohen, Dov Zakheim, et bien d'autres, tous occupant des positions clés dans cette administration Bush. Le même scénario s'est répété ensuite avec l'administration Obama.

Deux semaines après les attaques du 11 septembre, Netanyahou s'est rendu à Washington où il a été reçu en héros s'exprimant devant le congrès américain et dans d'autres lieux cachant à peine sa joie et préconisant de lancer la « guerre contre le terrorisme » ajoutant que désormais les US et Israël étaient tous deux liés par le même combat.

Mission accomplie donc pour le sionisme révisionniste et le rejeton de l'un de ses plus fervents défenseurs : Benjamin Netanyahou, fils de Benzion Netanyahou, ex-secrétaire personnel de Jabotinsky.

Désormais les US et Israël sont liés par ce paradigme lunatique de « guerre contre le terrorisme » que Netanyahou et ses amis avaient conçu et développé d'abord et avant tout pour poursuivre l'objectif expansionniste du sionisme révisionniste en Palestine.

Netanyahou ne s'en cache d'ailleurs pas que l'on voit régulièrement fréquenter les colons de Cisjordanie occupée, qui a choisi comme ministre des affaires étrangères l'un d'entre eux, le fasciste Avigdor Lieberman, et qui ne se prive pas de ridiculiser les responsables américains, surtout Obama, en affirmant que la colonisation continuera quoiqu'en dise Washington y compris dans Jérusalem Est.

Les futurs historiens auront à se pencher sur ce cas spécifique de la plus grande puissance mondiale obéissant au doigt et à l'œil à une petite entité fielleuse raciste paranoïaque animée par un instinct suicidaire samsonien, une entité sans aucune légitimité - et certainement pas celle de se revendiquer du Judaïsme dont elle sape vicieusement les fondements - qui sème la Terreur directement ou via des proxys partout dans le monde (Soudan, Yémen, Irak, Iran, Colombie, Kashmir etc...) tout en prônant pour satisfaire ses besoins hégémoniques la « guerre contre le terrorisme » ayant inventé ce concept pour annihiler ses ennemis et l'ayant instillé dans la tête des responsables successifs des administrations américaines à la dérive pour quelles fassent le sale boulot à sa place.

Mercredi 10 Novembre 2010


Mercredi 27 Juillet 2016


Commentaires

1.Posté par Anonyme le 27/07/2016 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Source de la version originale en anglais:

http://original.antiwar.com/thomas-harrington/2010/11/09/netanyahu-intellectual-father/

2.Posté par bob le 27/07/2016 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je te dis du fond de mon cœur le mot de Cambronne !

3.Posté par AS le 27/07/2016 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

excellent, oui bollyn la aussi bien demontre... de meme que la main des israeliens et ses sayan europeens, americans dans presque 90% des operations ayant eu lieu depuis 2001

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires