International

Musharraf hausse le ton contre les médias américains



Samedi 19 Janvier 2008

Musharraf hausse le ton contre les médias américains
Le Président pakistanais Pervez Musharraf a vivement critiqué la campagne anti-pakistanaise des médias américains. Le numéro un d'Islamabad a évoqué les propagandes mensongères des médias américains au sujet de la non coopération du Pakistan dans la lutte contre le terrorisme, Musharraf a souligné qu'Islamabad déployait toujours tous ses efforts contre le terrorisme. Ces derniers jours les autorités politiques, militaires et mêmes les candidats à la présidentielle et les médias américains ont critiqué l'attitude de l'armée et du gouvernement pakistanais face aux Talibans et à la nébuleuse Al-Qaïda, et certains milieux américains ont fait état d'une éventuelle intervention militaire US dans le territoire pakistanais pour réprimer les éléments des Talibans. Cette question a suscité la vive réaction de Musharraf soulignant que dans le cas de l'entrée sans autorisation des militaires américains sur le sol pakistanais ils seraient traités en tant qu'agresseurs, et qu'ils le regretteraient. En fait, après 6 ans de présence en Afghanistan l'armée américaine n'a enregistré non seulement aucun succès dans l'élimination des Talibans et d'Al-Qaïda mais aussi ces deux groupes terroristes ont refait surface et relancé leurs actes terroristes. Les politiques washingtoniennes sont tellement inefficaces que même l'Otan qui a déployé plus de 40.000 effectifs en Afghanistan, refuse de suivre les politiques américaines dans ce pays. Dans une telle conjoncture, le gouvernement et l'armée américains tentent d'imputer aux facteurs extérieurs la responsabilité de leurs échecs en Afghanistan en accusant le Pakistan de ne pas être sérieux dans la lutte contre les éléments terroristes talibans et qaïdistes, en suggérant qu'Islamabad était responsable de cette résurgence. Et ce alors que le gouvernement pakistanais a, à maintes reprises, précisé qu'avec le déploiement de plus de 80.000 effectifs sur ses frontières l'Afghanistan, il a fait de son mieux pour contrer les Talibans et Al-Qaïda. Outre cela, Islamabad rejette les allégations des Américains, prétendant que les régions tribales sont le foyer des Talibans et d'Al-Qaïda. De l'avis des observateurs politiques, outre l'Irak, la question pakistanaise s'est transformée en un moyen de propagande des candidats la présidentielle américaine. Certes l'ambiance politique et sociale du Pakistan s'est tellement atomisée après l'assassinat de la défunte Benazir Bhutto leader du Parti du Peuple Pakistanais, et dans ce contexte, Washington tente de pêcher en eau trouble et d'arracher a maxima des concessions du gouvernement Musharraf


Samedi 19 Janvier 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires