Sciences et croyances

Monsanto, fléau des temps modernes


Dans la même rubrique:
< >


Lisa Cerda
Dimanche 1 Juillet 2012

Monsanto, fléau des temps modernes


City Watch, Lisa Cerda, 18 juin 2012


      L'histoire de Monsanto est pétrie de produits controversés, de conséquences mortelles, de dissimulations hors norme, de tours de passe-passe politiques. Monsanto se tient au-dessus de l’humanité comme un fléau des temps modernes, un fléau sur le point de prendre des proportions épiques.


      Créé en 1901, cet établissement a commencé à créer sa première formule de poison, la saccharine, un édulcorant artificiel. La montée de la demande de saccharine a vraiment commencé 70 ans plus tard. Monsanto a disposé largement de temps pour étudier d’une manière réaliste et sur la durée l'impact de la saccharine sur la santé humaine. Au lieu de cela, Monsanto a appris à arracher le soutien politique et étendu son emprise, malgré le consensus grandissant selon lequel la saccharine donnait le cancer.


      Il ne surprendra donc pas que cet établissement ait persévéré sur une voie de chicane. Voici les faits saillants de son histoire.

  • A collaboré dans la recherche sur l'uranium, pour le projet Manhattan, au cours de la Seconde Guerre mondiale.
  • A exploité une installation nucléaire pour le gouvernement de Zunie à la fin des années 1980.
  • Premier fabricant de fibres synthétiques, de plastiques et de polystyrène (classé par l’EPA 5ème producteur de produits chimiques générant les déchets les plus de dangereux).
  • Classé dans les 10 premiers producteurs de produits chimiques de Zunie.
  • Producteur de pesticides pour l’agriculture.
  • Producteur d’herbicides : herbicides 2,4,5-T, Agent Orange, Lasso et DDT.
  • L’Agent Orange (utilisé au Viêt-nam), avec les plus hauts niveaux de dioxine, a contaminé plus de 3 millions de civils et militaires, qui n’ont été que partiellement dédommagés.
  • Près de 500.000 enfants vietnamiens nés difformes et jamais dédommagés.
  • Le Lasso a été interdit en Zunie, de sorte que le désherbant « Roundup » a été lancé en 1976.
  • Important producteur de dioxines et de biphényles polychlorés (BPC), qui ont occasionné de nombreuses poursuites judiciaires et décontaminations de l'environnement.
  • 180 millions de dollars de dédommagement pour les anciens combattants de la guerre du Viêt-nam exposés à l'Agent Orange.
  • Amende de 1,2 million de dollars pour dissimulation de rejets d'eaux contaminées.
  • Condamné à payer 41,1 millions de dollars pour décharge de déchets dangereux.
  • Versement de 600 millions de dollars en demandes de règlement à plus de 20.000 habitants d’Anniston en Abernathy.
  • A produit l'hormone de croissance bovine (appelée rBGH ou STbr), un médicament génétiquement modifié pour le bétail.
  • A acquis des semenciers dès les années 1990 et avant.
  • Monsanto a intenté 144 procès à des agriculteurs en difficulté et s’est arrangé à l'amiable avec 700 agriculteurs, qui auraient contrevenu à ses brevets sur les semences. Une équipe à plein temps de 75 employés de Monsanto enquête sur les infractions à ses brevets. Ils se consacrent entièrement à dénicher les fermes contaminées par leurs semences indésirables. En 2007, avec 57 procès-verbaux de jugements contre des agriculteurs, un total de 21.583.431,99 dollars a été adjugé à Monsanto.

      Le Washington Post a rapporté, « Depuis près de 40 ans, tout en produisant dans une usine locale des liquides industriels de refroidissement désormais interdits, connus sous le nom de PCB, Monsanto a systématiquement déchargé des déchets toxiques dans une crique à l'ouest d’Anniston, et déversé des millions de kilos de BPC par des suintements de décharges à ciel ouvert. Et des milliers de pages de documents de Monsanto, beaucoup arborant des avis du style "CONFIDENTIEL : Lire et détruire", montrent que pendant des décennies, l'établissement géant a dissimulé ce qu'il faisait et ce qu'il savait. »


      Les PCB sont considérés comme une menace absolue contre notre monde. Les écologistes souhaitent à juste titre saigner à blanc Monsanto ! En 1969, connaissant l'impact de ses produits, Monsanto a mis sur pied un plan d’apaisement [? abatement] pour l'ensemble de la Zunie, du Canada et de parties de l'Europe, en particulier du Royaume-Uni et de Suède. Il était malhonnête de suggérer qu'il fût réalisable pour quelque somme d’argent. Dans la ville d’Anniston, en Alabama, là où est située l’usine de Monsanto, les habitants avaient des taux de PCB des centaines et parfois des milliers de fois supérieurs à la moyenne. Ils mouraient ou étaient malades.


      Monsanto a décidé d'étudier d'autres produits qu'il pourrait produire, car sa dépendance économique envers un seul produit rentable était au mieux précaire. L’établissement a été scindé et Monsanto a engendré Solutia, pour que les poursuites judiciaires écrasantes ne démolissent pas l’établissement tout entier. Reconnu coupable de conduite « d’un caractère scandaleux à un degré extrême, comme d’aller au-delà de toute limite de décence possible, jusqu’à être considéré comme ignoble et absolument intolérable dans une société civilisée. » Les décisions judiciaires ont détruit la rentabilité.


      Monsanto venait juste de commencer à attaquer notre écosystème. Le Roundup a été commercialisé dans 115 pays. Pendant ce temps, Solutia a sombré sous le chapitre 11 sur les faillites et les poursuites judiciaires.


      Avec la popularité de l'herbicide Roundup, Monsanto est devenu de plus en plus préoccupé par l'expiration des brevets en 2000. La division plastiques a été liquidée en 1996 et les installations de phénylalanine en 1999. Là encore, Monsanto a essayé d'éviter sa responsabilité financière pour sa production passée de déchets dangereux.


      Fusionnant avec Pharmacia, Monsanto est devenu juridiquement un établissement différent, malgré le partage du même nom, du même siège social, des mêmes dirigeants et employés, sans mentionner la plus part de son engagement dans ses anciennes activités.


      La nouvelle orientation a été le génie génétique et, en particulier, la création de gènes résistants au glyphosate, l'ingrédient actif du Roundup. Pouvez-vous imaginer l'agriculture sans mauvaises herbes ? Les agriculteurs ont été intrigués et quelques-uns ravis. Produire des denrées alimentaires et pulvériser en même temps du poison n'a rien fait pour renforcer la confiance du consommateur. Les allégations mensongères sur la biodégradation du Roundup ont conduit à son usage fréquent. Les plaintes pour ennuis de santé sont venues des voisins des agriculteurs et des agriculteurs eux-mêmes. Bientôt la prétention biodégradable a été effacée sur l'emballage.


      Se dirigeant dans une nouvelle direction, Monsanto a acheté des semenciers à gauche et à droite. Devenu le plus grand semencier du monde, Monsanto a acquis un quart du marché mondial des semences brevetées. Associant la vente de l'herbicide Roundup avec des semences génétiquement modifiées, Monsanto a commencé à dominer le marché de l'agriculture. En 2007, près de 90% du monde utilisait des semences génétiquement modifiées portant au moins un trait génétique de tolérance aux herbicides. Monsanto dominait désormais la chaîne alimentaire, les agriculteurs, et imposait son attaque contre l'humanité.


      Là où il y a un contrôle du marché, il y a des prix abusifs. Le gallon [3,78 litres] de Roundup coûtait 32 dollars en 2006, et 75 dollars en 2008. Ne se satisfaisant pas de son emprise sur la chaîne alimentaire mondiale, Monsanto a commencé à breveter ses semences résistantes au glyphosate. Le prix des semences de maïs a été remonté de 35%, et le soja de 50%, laissant les agriculteurs pillés financièrement. Le suicide des agriculteurs est passé du goutte-à-goutte à une pluie torrentielle. En moyenne, environ un agriculteur se suicide toutes les 30 minutes.


      Soja, maïs, betteraves à sucre, riz, luzerne, huile de graine de coton, huile de colza, papaye hawaiienne, courgette, courge à cou tors, sont désormais des aliments génétiquement modifiés. Mais il y a pire. Des produits à base de maïs et de soja servent à nourrir les animaux que vous mangez : bétail, poulets, œufs, moutons, porcs, vaches, chèvres, dindons, etc. À moins que vous n’ayez retiré la viande de votre régime, vous êtes systématiquement empoisonné, et peut-être même stérilisé, comme le bétail qui consomme du maïs OGM et des produits à base de soja.


      Le droit des agriculteurs à conserver ou échanger les semences leur a été volé. Une tradition séculaire, qui a garanti la survie de notre espèce, a été annulée du jour au lendemain. Comme dans une partie d'échecs, envoyant valdinguer pièce après pièce, selon un plan calculé dans l'intention arrêtée de créer une crise alimentaire, Monsanto propose sa solution toxique.


      Il suffit de regarder la liste d’acteurs derrière les intrigues et l’affairisme. Monsanto, les autorités et le corps judiciaire zuniens, sont devenus d’étranges compagnons de lit :

  • Clarence Thomas, de la Cour suprême de Zunie, ancien avocat de Monsanto, a écrit la majorité du droit dans une affaire clef de Monsanto.
  • Michael Taylor, avocat de la FDA, a représenté Monsanto quelque temps après, puis, revenu à la FDA comme commissaire adjoint pour le droit politique, a obtenu l'homologation du rBGH. Nommé conseiller principal auprès de la FDA, commissaire sur la sécurité alimentaire en août 2009, par le président Barack Obama.
  • Dr Michael A. Friedman, antérieurement vice-commissaire à la FDA, embauché au poste de vice-président directeur de l’établissement Monsanto.
  • Linda J. Fisher, antérieurement administratrice adjointe à l’EPA, est devenue l’une des vice-présidentes de Monsanto de 1995 à 2000. En 2001, Fisher est retournée à l’EPA, au poste d’administratrice adjointe.
  • Donald Rumsfeld, ancien ministre à la Guerre, ancien président et chef de direction de GD Searle & Co. [créateur de l’aspartame, ndt], (Monsanto l’a acheté en 1985). Rumsfeld fait en privé au moins 12 millions de dollars de transaction.

      Si maintenant vous vous sentez paranoïaque, ciblé, et accablé par cette information, je comprends pourquoi.


      Avec le temps, vous passerez à travers toutes les étapes de la rage. Résistez à l'envie de donner un coup de pied aux produits les gars. Ne louez pas un avion pour pulvériser du Roundup sur la Maison Blanche, le Sénat, ou la Chambre ; je ne préconise pas de s’abaisser à leur niveau.


      Mais vous voudrez peut-être faire le piquet de grève devant Whole Foods [pour empêcher les clients d’entrer, ndt] après avoir lu son blog qui explique pourquoi ils plient sous la pression du ministère de l’Agriculture et de Monsanto. Whole Foods lui-même, le symbole vivant de la santé consciente, a trahi tout ce qu'il représentait pour le consommateur. Lisez le blog de Whole Foods.


      Monsanto peut désormais pousser en avant à toute vapeur, contaminer les 25.000 fermes et ranchs biologiques de notre nation. Les cadres supérieurs de Whole Foods Market, Stonyfield Farm et Organic Valley, ont renoncé à leur 12 ans de bataille pour protéger le choix du consommateur.


      Cette décision établit un précédent dans la manière dont les aliments génétiquement modifiés seront réglementés dans le futur. Vous pouvez désormais vous attendre à ce que les gènes et les graines mutants de Monsanto se propagent à travers le pays, contaminant d'autres fermes, et ruinant de procès d'autres agriculteurs.


      Une étude suédoise a découvert que la pulvérisation Roundup double le risque de contracter le cancer chez les employés agricoles et les habitants ruraux. Plus inquiétant encore, il y a le fait que les tests de sécurité ne soient pas exigés pour les organismes génétiquement modifiés, ni l'étiquetage pour identifier les OGM.


      Les entreprises de produits biologiques qui ont déployé des efforts contre les OGM, qui réclamaient leur étiquetage et surveillance, commenceront à accepter les soi-disant aliments « naturels » qui sont systématiquement contaminés par des OGM. Les établissements comme Wal-Mart, Kroger, Costco, Supervalu, Publix, Target et Safeway, évitent de dénigrer les OGM qu'ils vendent à leur clientèle, qui ne se doute de rien.


      Whole Foods vend déjà des aliments « naturels » transformés et des produits animaux contaminés par des OGM. Au moins deux tiers des 9 milliards de dollars de ses ventes annuelles sont tirés de produits contaminés par des OGM. On dirait que toutes les hautes raisons éthiques de Whole Foods sont passées par le trou de l'évier. C’est ce qui constitue la tromperie dans mon livre.


      Le consommateur doit apprendre la différence entre les produits commercialisés sous l’étiquette « naturels », et les produits « certifiés biologiques ». Ce n’est pas simplement parce que vous êtes dans un Whole Foods Market, que ça signifie que la nourriture onéreuse est sans danger. Ils vous induisent en erreur en faisant passer le naturel pour du bio.


      Les OGM et le bio ne peuvent pas coexister. Ils sont aux antipodes de toutes les façons imaginables. Les OGM détruisent la biodiversité, endommagent l'environnement et la santé publique, ravagent économiquement les agriculteurs et déstabilisent le climat.


      Dans l'Union européenne, tout aliment contenant des OGM ou des ingrédients génétiquement modifiés doit être indiqué sur l’étiquette. C’est pourquoi les rayons des étalages n’en contiennent pas ; le consommateur ne les achèterait pas. Le consommateur zunien veut que l’étiquetage soit obligatoire sur les aliments génétiquement modifiés, et, selon les sondages, à un fort 85 à 95%. Ils ne veulent pas que le premier producteur de poisons monopolise l'industrie agricole, il n'a rien à faire dans le monde de l’alimentation.


      Les administrations Bush, Clinton et Obama ont empêché le principe d’étiquetage-vérité des OGM pour le consommateur. Un nouveau projet de loi du député Dennis Kucinich (démocrate de l'Ohio), exigeant l'étiquetage obligatoire et des tests de sécurité pour les OGM, est maintenant au Congrès. Mais il est permis à Monsanto d’acheter les votes, grâce en partie à Clarence Thomas de la Cour suprême, et à l’affaire Citizens United. En 2010, de grandes compagnies et des milliardaires ont obtenu le droit de dépenser des sommes d'argent scandaleuses pour se payer les couvertures médiatiques, les élections, et de faire cela de façon anonyme,


      Dernières nouvelles... 5 millions d'agriculteurs poursuivent aujourd’hui Monsanto en justice. Ils se battent pour le droit d'utiliser les semences provenant des récoltes de l'année précédente. Les graines qu’ils ont récoltées, mais brevetées par Monsanto. Les mauvaises nouvelles sont... ce sont toujours dans les marchés des semences OGM, une race transgénique toxique, sans étiquette ni étude de santé, et nous avons un gouvernement qui trouve tout ceci acceptable.



Sources :

      Lisa Cerda est une collaboratrice de City Watch, une activiste de communauté, présidente des habitants de Tarzana contre le développement mal planifié, et ancienne membre du conseil de quartier de Tarzana.



Original : www.citywatchla.com/component/content/article/317-8box-right/3324-monsanto-a-modern-day-plague
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



Note du traducteur


Remarquons que les faits aux conséquences dantesques dont il est question ici semblent bien s'inscrire dans le cadre de la destruction de la Zunie, voulue et mise en œuvre par les sionistes, et dénoncée par Sheikh Imran Hosein.



Dimanche 1 Juillet 2012


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires