RELIGIONS ET CROYANCES

Missionnaires, Qu’allez-vous dire aux Musulmans ?



ZEINAB ABDELAZIZ
Samedi 25 Janvier 2014

Missionnaires, Qu’allez-vous dire aux Musulmans ?
L’Insatiable avidité avec laquelle se mène l’évangélisation du monde nécessite un arrêt pour mieux saisir la portée. Décrétée à Vatican II en 1965, annoncée d’abord en sourdine, c’est Jean-Paul II qui déclara à Saint-Jacques de Compostelle, en 1982, la ferme volonté de l’Eglise d’évangéliser le monde selon le catholicisme vaticanais, c’est-à-dire d’éradiquer toutes les autres religions. En même temps, le concile avait décidé la formation de deux Congrégations pour mettre en pratique cette décision : une pour l’évangélisation des peuples, l’autre pour le dialogue interreligieux. Dans ce dialogue, sont concernées toutes les confessions chrétiennes d’un côté, de l’autre, toutes les autres religions à commencer par l’Islam. C’est pourquoi il est nécessaire de voir, à vol d’oiseau, la trajectoire de l’Eglise en ce qui concerne cette évangélisation.

La confusion décourageante qui ressort de l’histoire conciliaire, dès l’origine, démontre comment la dissension éclate entre Pierre, Paul et Jacques, frère de Jésus ; comment Barnabé, choisit par l’Esprit saint, a été éliminé ; comment ces réunions   sont suscitées pour résoudre les conflits qui traversent les apôtres ou la communauté, pour des raisons personnelles, pour des crises locales ou des querelles ecclésiastiques. Des champs clos où se disputent avec violence les thèses opposées mais prouvent, en même temps, comment le dogme se précise et sa formulation s’affine à travers les conciles, parmi tant de compromis, d’anachronismes et de gommages.

Si l’Eglise veut que l’évangélisation ait commencé avec l’apôtre Paul, sa phase dévastatrice revient au Concile de Trente (1545-1563). L’Histoire rapporte que plus de 100 millions de personnes ont été martyrisées  pour avoir professé une foi contraire à celle de l’Eglise de Rome. Cependant, de ce concile au seizième siècle, à Vatican II au vingtième, l’Eglise vit en autodéfense, car les grandes fraudes, les manipulations ou les falsifications  débordaient, étaient critiquées même par quelques hommes de l’église. La contestation s’est d’abord attaquée à la structure hiérarchique et sacramentelle, ensuite elle s’attaqua à la Révélation au nom de la raison. En fait, la foi est mise en doute et par la Raison et par la Science.

Comme auto défense et justification, l’Eglise annonce : on nie l’existence même de Dieu au nom d’une conception matérialiste de l’univers, met tout simplement la faute à l’athéisme aux XIXe et XXe siècles, grâce à Freud, Marx ou Nietzsche, sans jamais aborder ou mentionner la vraie raison de cette irrémédiable cassure qui éloigna les adeptes : Toutes les découvertes, les preuves scientifiques, les contestations et les batailles du Siècle des Lumières, jusqu’au XXIe siècle, sont mises sous le boisseau en les étouffant par l’évangélisation, décrétée à Vatican II, comme seule solution contre l’écroulement de l’Eglise. Autrement dit : Vatican II est l’Étouffoir que l’Eglise a imposé aux incontournables critiques et dénonciations du Siècle des Lumières jusqu’à nos jours.
Outre les 9 Décrets, Constitutions ou Déclarations émises, Vatican II impose l’aggiornamento qui affirme l’unité de la Croix et la "Résurrection", que personne n’a vu, car « les femmes ont eu peur et n’ont rien dit » (   XX   ) ; impose l’évangélisation comme "premier devoir de tout chrétien", en faisant des minorités chrétiennes des double-faces ou des traitres par rapport au pays où ils se trouvent  ; place Marie comme véritable "Mère de Dieu et du Rédempteur", en contredisant les textes des Evangiles et même la logique humaine ; installe l’Eglise entière comme missionnaire, malgré sa contradiction avec les institutions missionnaires ou les missions envoyés ad gentes ; et introduit le "dialogue" avec ou  en même temps que la "proclamation". Ce qui crée une autre problématique pour l’Eglise : dialoguer au lieu de prouver les soi-disant "erreurs" des autres, respecter au lieu de critiquer, et implique aussi que les autres religions renferment des éléments salvifiques. Donc, pourquoi les supprimer ? !  

Commence le matraquage de cerveaux avec une suite ininterrompue de célébrations ou d’encycliques, à ne citer que : l’Année sainte de la Rédemption en 1983, l’Année mariale 1987-1988, les fameuses  journées mondiales de la jeunesse, ou des textes tels : "Dialogue et Annonce" (1991), Paul VI donne" Evangelii Nuntiandi" en 1975 ; Jean-Paul II  "Redemptoris Missio" en 1987, sous-titré "Validité permanente du mandat missionnaire de l’Eglise", un thème sous-jacent y rappelle que la motivation missionnaire a fléchi et l’activité missionnaire a diminué sans jamais mentionner la cause. Benoît XVI essaye de donner un nouveau souffle en inaugurant le "Synode pour la nouvelle évangélisation et la transmission de la Foi chrétienne" (7-28 octobre 2012), puis "l’Année de la Foi" (11 octobre 2012 au 24 novembre 2013) à l’occasion du 50e anniversaire de Vatican II",  et a fondé "le Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation". Pour François, l’évangélisation est le thème fondamental de son pontificat, quels que soient les gestes ou les feux-d’artifices qu’il met sur scène.

Un petit recul analytique prouve que : C’est grâce à la colonisation que le trajet missionnaire y prit une forme inextricable de la politique : L’Empire colonial a indubitablement fourni la protection et l’appui financier aux missionnaires. C’est pourquoi la crise des années 1960 et 1970, qui était accompagnée de la décolonisation, permis l’accès à de nombreux territoires de missions, particulièrement en Afrique ou en Asie, puisque missionnaires et évangélisation représentent l’autre facette de la colonisation. La globalisation qui s’intronise actuellement, qui fait violence à une grande partie de la population du monde, surtout aux pauvres, qui exclut des masses de gens et les empêche de sortir de leur misère, est bien accueilli par les dignitaires de l’Eglise. Que ce soit Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI ou François, actuellement, tous chantent à l’unisson du Nouvel Ordre Mondial, incontestable bénéficiaire de l’évangélisation du monde.

Un autre recul révèle comment les différents conciles, locaux ou internationaux, façonnèrent et donnèrent naissance aux dogmes, à ne citer à titre d’exemples que : le culte des saints et des anges s’établit vers 375 ; la messe en latin en 394 ; le culte de Marie se développe vers 430, l’idée de mère de Dieu apparait en 481, et le dogme de l’immaculée conception en 1854. On découvre le purgatoire en 593 mais il est reconnu comme doctrine en 1439 ; le culte des images est imposé en 788 ; l’eau bénite en 850 ; le célibat obligatoire des prêtres en 1074 ; l’infaillibilité de l’Eglise en 1076 et celle du pape en 1870 ; l’usage du chapelet copié aux musulmans s’introduit en 1100 ; la vente des indulgences en 1190 et perdure jusqu’à nos jours ; le dogme de la transformation du pain et du vin en chaire et sang du Christ en 1215. La confession pour mieux surveiller les gens est  imposée en 1215 ; la tradition mise au niveau des Écritures en 1546, etc. etc. Ce qui veut dire : rien ou presque rien de révélé, tout est façonné selon les circonstances politiques et sociales.
On découvre aussi qu’au XIIIème siècle, le pape Innocent III interdit la lecture de la Bible en langue du peuple et institue l’Inquisition, tribunal et police religieux, pour faire appliquer et respecter les interdictions papales. Paul IV interdit la possession de traductions bibliques sans l’autorisation de l’Inquisition. Et au Concile de Toulouse, en 1229, Grégoire IX interdit aux chrétiens la possession de la Bible et supprime toutes les traductions : l’interdiction de la lecture de la Bible devient effective. Au XVIe siècle, le Concile de Trente y inclut 11 livres apocryphes dans la liste des livres de l’Ancien Testament qui n’était pas inclut dans la liste des livres dits "inspirés". Cet ajout a été effectué en contradiction avec la liste établie par les juifs, qui étaient les premiers destinataires de l’Ancien Testament. Ils figurent encore aujourd’hui dans les versions catholiques.

À propos de la Bible, outre les quelques milliers de contradictions, de non concordances ou de fraudes citées dans les encyclopédies, aucun document original n’existe plus, et les copies existantes diffèrent les unes des autres. Comme documents anciens il n’y a plus que ce que l’Eglise veut qu’on lise. L’évangile de Jean comprend des versets écrits pendant la première moitié du second siècle, soit un siècle après la crucifixion de Jésus. D’ailleurs l’Institut Westar vient de prouver en 2013, que tous les Actes des Apôtres sont écrits au second siècle  comme preuve de véracité de tous les changements accomplis dans les évangiles. Le manuscrit de la Bible complète, intitulé le Sinaïticus, du IVe siècle, contient d’autres chapitres comme les Bergers d’Hermas, l’épître de Barnabé et d’autres qui furent supprimés plus tard. Le professeur Bart Ehrman assure : « La Bible ne contient pas seulement des inexactitudes ou des erreurs accidentelles. Elle renferme aussi ce que pratiquement tout le monde qualifierait aujourd’hui de mensonge » (Forged, p. 5). La plupart des livres du Nouveau Testament sont des contrefaçons. Ayant révélé et prouvé dans cet ouvrage d’incontestables vérités, le professeur Bart Ehrman assure : « du premier siècle au XXème siècle, des gens qui se qualifièrent de chrétiens jugèrent bon de fabriquer, contrefaire, et falsifier des documents, dans la plupart des cas pour assurer l’autorité de ce qu'ils voulaient imposer aux autres ». La confusion procédurale des chrétiens n’a plus  d’excuse aujourd'hui.

Dans "La joie de l’évangile" le pape François se place dans un esprit missionnaire à 360° ! Il a réélaboré les propositions faites par les pères synodaux et a planifié tout un programme consacré à la nouvelle évangélisation. Si le mot "joie" est utilisé 27 fois dans le texte, cela n’empêche de voir aussi les mots "honte", "peur" ou "répulsion" y figurer timidement ! « L’Evangile doit être annoncé à tous, sans exclusive ; tous les baptisés sont directement concernés », précise-t-il, et demande à ses adeptes d’être toujours « dans un état permanent de missions ». Citant comme preuve justificatrice que l’évangélisation obéit au mandat missionnaire de Jésus : « Allez donc ! de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matt. 28 :19), oubliant que la Trinité n’existait point du temps de Jésus ou qu’elle fut inventée et imposée au concile de Constantinople en 381 !!
S’il répète plus d’une fois l’idée de mission, il précise nettement : « Constituons-nous dans toutes les régions de la terre en un état permanent de mission ».  Donc, il s’avère que l’évangélisation du monde est décisive, incontournable et non discutable. Cependant, l’annonce que doivent faire ces pauvres missionnaires est basée sur l’idée de la Bonne Nouvelle, le Royaume de Dieu, que Jésus n’a cessé d’annoncer ou qui représente, en fait, toute sa mission. Là, Jésus dis clairement :
« En vérité je vous le dit, il en est d’ici présents qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu avec puissance » (Marc 9 : 1). Et Paul de confirmer en disant : « Nous les vivants, nous qui sommes restés pour l’avènement du Seigneur (…) nous les vivants, nous qui seront encore là » (2e ép. aux Thessaloniciens 4 : 15-16).

Et pourtant, après deux mille ans d’Histoire forgée, ce fameux Royaume de Dieu se fait attendre, et les concitoyens de saint Paul sont bien morts et enterrés !
Lorsqu’on voit tout ce qui a été écrit comme critiques, accusations ou démystifications le long des siècles, depuis les primes modifications et déviations commises dans le message du monothéisme, on saisit profondément le sens des mots tels "honte", "peur", "crainte" ou  "répulsion" qui  reviennent souvent dans les textes pontificaux à propos de l’évangélisation du monde ou la nouvelle évangélisation.

C’est pourquoi je demande clairement : Missionnaires, qu’allez-vous dire aux Musulmans ?!

                                                                                                                Le 25 janvier 2014


Samedi 25 Janvier 2014


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires