Sciences et croyances

Mimas, la lune déséquilibrée


Dans la même rubrique:
< >


Stephen Smith
Mercredi 7 Janvier 2015

Mimas, la lune déséquilibrée

Carte infrarouge de Mimas, relevée par la sonde Cassini le 13 février 2010.
Crédit : NASA/JPL/Goddard/SWRI/SSI.
Agrandissement.


Thunderbolts, Stephen Smith, 20 octobre 2014


    Mimas, la lune de Saturne, présente une importante libration.


    Lors d’articles antérieurs de notre chronique Picture of the Day, nous avons analysé plusieurs lunes du Système solaire du point de vue de leur connexion électrique avec leur astre mère. En particulier, la découverte de puissants échanges de flux électriques entre les géantes gazeuses Jupiter et Saturne et leur lune respective, Io et Encelade, suggère que l'électricité joue un rôle plus important dans la dynamique planétaire que ne le concède l'astrophysique. Comme condition sine qua non, à l’électricité, la communauté scientifique préfère la gravité sous la forme des « forces de marée ».


    Avec un diamètre d’à peine 397 km, Mimas est l’une des plus petites lunes du Système solaire. Elle est comparable en taille à la fois à Encelade et à l’une des lunes de Neptune, Proteus. Un cratère géant, environ un huitième du diamètre de la lune, prédomine sur l'un de ses hémisphères. Sur Terre, un cratère d'ampleur similaire couvrirait près de la moitié du bassin Pacifique.


    Le cratère Herschel, du nom de Sir William Herschel qui découvrit Mimas en 1789, a 130 kilomètres de large et un important pic central. Il est théorisé que les cratères de ce genre sont formés par des impacts d'astéroïdes. Or, il n’y a guère de débris dans le cratère et peu de rochers ou d'autres déblais autour. Des chercheurs pensent que la petite attraction gravitationnelle de Mimas est l'une des raisons de l'absence de débris, de sorte que les fragments des impacts ne sont pas restés à proximité. Ça ressemble à une explication plausible, sauf que sur les grandes planètes comme la Terre et Mars, les cratères – de quelques centaines de kilomètres de large – montrent aussi peu de retombées de projections ; leurs fonds et parois latérales sont parfaitement déblayés, bien qu’ils comportent souvent quelques failles vitrifiées.


    L’aspect le plus étrange du cratère, c’est sa forme hexagonale. Comment la désintégration d’un astéroïde pourrait-elle créer un cratère hexagonal ? Aucune expérience avec arme à feu tirant des projectiles à hautes vélocités ne laisse un cratère polygonal après impact explosif. Aucune formation de ce genre ne résulte d'un impact. Leurs effets sont plutôt chaotiques, et ils laissent des dépressions circulaires à fond conique.


    Mimas est aussi extrêmement froide. Sa température, relevée dans l'infrarouge par la sonde Cassini, varie de -146 à -160 degrés Celsius. L'étrange distribution de la température confond l'équipe de la mission de la NASA. Ils s’attendaient à ce que Mimas soit plus chaude là où tombe directement la clarté du Soleil. Pourtant, la carte infrarouge relevée par Cassini, indique que la température la plus haute est localisée le long du limbe occidental.


    D’autres images en fausses couleurs semblent suggérer que les différences de température sont en rapport avec la constitution du sol, mais personne n’en sait la raison. On pense que sur Mimas, du fait de la taille variée des cristaux de glace, ils reflètent la lumière de diverses façons.


    Récemment, la lune Mimas a encore fait l’actualité, à cause de son oscillation orbitale peu banale. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre les anomalies de température et cette libration ?


    Les promoteurs de l’Univers électrique suggèrent que des décharges de plasma, incluant des coups de foudre, des nuages diffus de particules énergétiques en mode luminescent, et la rotation des courants de Birkeland, pourraient être à l’origine des bizarres conditions régnant sur les lunes de Saturne. Par exemple, Mimas a amassé une couche de certains composés provenant de l’érosion d’autres lunes du système saturnien, en particulier de Phoebe. Peut-être que les taches foncées, rouges et noires, colorant des parties de la surface de Rhéa, Téthys, Japet, et Mimas, sont de la poussière ultra-fine arrachée électriquement sur Phoebe.


    Il se pourrait que, jadis, Mimas fut prise dans l'étau d'un faisceau de particules interplanétaire, qui excava le cratère Herschel et les autres caractéristiques géologiques qui balafrent son sol. Du fait d’instabilités du plasma dans la décharge, un hexagone fut profondément entaillé dans sa croûte. L'énergie électrique s’étant tarie, il resta une forme géométrique « fossilisée », définitivement incrustée, le cratère Herschel.


    Sur Mimas, les courants électriques qui ont découpé les cratères et les rainures, ont probablement laissé des signatures de leurs passages d’un autre genre. Les relevés anormaux de températures, impossibles à attribuer à l'influence solaire, sont probablement l'une des marques de ces anciens cataclysmes. Il se peut que la distribution inhabituelle, en forme de V, que montrent les images en fausses couleurs de Cassini, soit une couche plus chaude de poussière et de glace qui fut excavée du cratère Herschel puis déposée par ionisation, « sous le vent », par une décharge de plasma hautement énergétique dans le passé récent.


    Avec ces phénomènes, la libration orbitale pourrait être, dès le début, due aux forces qui donnèrent naissance à Mimas. Fait bien connu de la théorie électrique, les réactions transitoires à un afflux de charge peuvent donner lieu à des oscillations. Ces oscillations résultent de la montée soudaine de la tension, puis de sa chute brutale. Mimas étant probablement reliée à Saturne par des, ainsi dites, « cordes de flux électromagnétiques », et que les courants de Birkeland tournent, il se peut que ce lien soit à l’origine du « déséquilibre »  de cette lune, du fait des variations dans le flux électrique qui passe entre les deux astres.



Original : https://www.thunderbolts.info/wp/2014/10/20/rocking-rock/
Traduction Petrus Lombard



Dernier article apparenté traduit

Eruption inattendue de rayons X : Des embrasements stellaires sont vus en des lieux imprévus.




Mercredi 7 Janvier 2015


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires