Lobbying et conséquences

Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale suisse contre le racisme


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 06:15 Impunité « made in Europe »


Le Matin du 31 août 2014 a publié un interview de Martine Brunschwig Graf, la présidente de la Commission fédérale suisse contre le racisme. Martine Brunschwig Graf est juive et, sous prétexte de « lutte contre la discrimination », elle s’efforce de promouvoir des lois liberticides assimilant toute critique des juifs, du lobby juif et du régime raciste israélien à des « incitations à la haine ». Il s’agit d’une stratégie poursuivie par le lobby juif dans le monde entier.


Bien entendu, Martine Brunschwig Graf se garde bien de dire les choses franchement. Elle feint de lutter contre le racisme, mais sans jamais dénoncer le racisme juif ni les campagnes islamophobes orchestrées par le lobby juif. On mesure ainsi la sincérité de son « engagement ».


Frank BRUNNER
Lundi 1 Septembre 2014

Manifestation pro-israélienne à Genève, le 30 juillet 2014
Manifestation pro-israélienne à Genève, le 30 juillet 2014
Le Matin du 31 août 2014 a publié un interview de Martine Brunschwig Graf, la présidente de la Commission fédérale suisse contre le racisme. Martine Brunschwig Graf est juive et, sous prétexte de « lutte contre la discrimination », elle s’efforce de promouvoir des lois liberticides assimilant toute critique des juifs, du lobby juif et du régime raciste israélien à des « incitations à la haine ». Il s’agit d’une stratégie poursuivie par le lobby juif dans le monde entier. Bien entendu, Martine Brunschwig Graf se garde bien de dire les choses franchement. Elle feint de lutter contre le racisme, mais sans jamais dénoncer le racisme juif ni les campagnes islamophobes orchestrées par le lobby juif. On mesure ainsi la sincérité de son « engagement ».

Suisse

L’interview débute par une affirmation de la journaliste, Stéphanie Germanier, selon qui : « Depuis quelques semaines, les propos haineux déferlent sur les réseaux sociaux en Suisse ». On appréciera cette formule vague qui permet d’assimiler n’importe quelle critique à « un propos haineux ». On rappellera que les « quelques semaines » font allusion à la période au cours de laquelle l’armée israélienne s’est livrée à un énième carnage de Palestiniens, tandis que, dans le monde entier, le lobby juif organisait des manifestations de soutien à Israël ; que ses membres défilaient à la radio et à la télévision et s’exprimaient dans la presse pour « justifier » le massacre en cours et présenter l’agresseur israélien comme une victime ; que ce même lobby juif s’efforçait partout de faire interdire toute manifestation de soutien aux Palestiniens, n’hésitant pas à agresser les manifestants et à se livrer à des actes de vandalisme ; et que, de tous les coins du monde, des juifs affluaient en Israël pour « tuer de l’Arabe ».
Loin de dénoncer ce soutien massif et ostentatoire des juifs du monde entier au régime raciste israélien et à ses crimes continuels, Martine Brunschwig Graf geint hypocritement : « Dès qu’on parle du conflit israélo-palestinien, on accuse les juifs qui vivent en Suisse et qui n’y peuvent rien ».
Martine Brunschwig Graf

En réalité, les juifs qui vivent en Suisse ne se distinguent pas de ceux qui vivent dans d’autres pays. Dans la quasi-totalité des cas, les organisations qui les représentent soutiennent inconditionnellement le régime israélien et ce soutien est même inscrit dans leurs statuts. Ainsi, par exemple, à Genève, la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) qui, tout comme Martine Brunschwig Graf, se donne des airs de référence morale, soutient statutairement le régime raciste israélien et s’efforce d’assimiler toute critique d’Israël à de l’antisémitisme. Sur le site internet de la CICAD, on peut lire toute une série d’interviews complaisants de membres de la Knesset. Les dirigeants de la CICAD sont notamment intervenus pour critiquer une rencontre entre le gouvernement fédéral suisse et un dirigeant du Hamas palestinien ; empêcher une conférence pro-palestinienne à Genève ; et interdire les spectacles de l’humoriste Dieudonné déjà victime des persécutions du lobby juif en France. Il n’y a aucun doute que les dirigeants de la CICAD sont des agents israéliens. Cette identification à Israël se retrouve même dans des organisations corporatistes du genre « union des patrons juifs » ou « union des étudiants juifs ».
Par ailleurs, partout dans le monde, la communauté juive sert de vivier d’espions au Mossad. Il existe même un mot hébreu pour désigner ces agents infiltrés par milliers dans nos médias, nos administrations, nos parlements et nos exécutifs : les sayanim. Ils ont pour mission d’imposer partout un discours pro-israélien, de corrompre les élus de tous bords afin d’imposer une politique pro-israélienne, de calomnier ceux qui refusent de se laisser corrompre, de propager des campagnes islamophobes, de mener des campagnes de persécution, voire même de provoquer des guerres pour le compte d’Israël (1). Enfin, il faut savoir que beaucoup de juifs de la diaspora se rendent régulièrement en Israël, où ils ont de la famille et des entreprises. Prétendre que les juifs de Suisse n’auraient rien à voir avec Israël est donc un mensonge éhonté.
L’agent israélien et député au parlement genevois Pierre Weiss préside l’association Suisse-Israël. Il a organisé la manifestation pro-israélienne qui a eu lieu à Genève le 30 juillet 2014, pendant que les habitants de la bande de Gaza se faisaient massacrer par milliers

Afin de « justifier » sa volonté de censure, Martine Brunschwig Graf affirme que « la reprise du conflit israélo-palestinien a donné lieu à une déferlante d’appels à la haine sur Facebook. Certains regrettant que Hitler ne soit plus là pour régler les problèmes… Une quinzaine de plaintes pénales ont d’ailleurs été déposées à l’encontre des auteurs ». Il faut savoir que les messages antisémites -y compris les plus extrémistes- sur les forums des médias sont bien souvent le fait de juifs opérant d’une manière systématique et coordonnée. Ils poursuivent simultanément deux buts.
Tout d’abord, tenter de discréditer tel ou tel site internet antisioniste en affirmant : « Vous avez vu ? Ce site est fréquenté par des antisémites ! L’un d’eux a même écrit qu’Hitler aurait dû finir le travail ! » Lance Tapley, un journaliste américain travaillant pour le site Common Dreams, a réussi à identifier l’un de ces juifs qui opérait depuis une université (2). Parmi ses messages signés de divers pseudonymes, on pouvait lire : « Just imagine how many millions of people would have been saved from the scourge of Judeo-imperialist wars and Jewish financial predations had Hitler actually finished the job ». Le juif accompagnait même ses messages de caricatures antisémites. Craig Brown, l’éditeur du site Common Dreams a expliqué qu’en raison de ces messages antisémites des centaines de donateurs ont mis un terme à leurs dons. En France, un politicien juif a ameuté les médias et déposé une plainte pénale en affirmant avoir reçu un sms antisémite. L’enquête de police a établi qu’il se l’était expédié lui-même.
Une caricature antisémite publiée sur le site internet de Common Dreams par un juif s’efforçant de passer pour un non juif antisémite

D’autre part, les messages antisémites propagés par le lobby juif visent à persuader la communauté juive que les non juifs sont des antisémites, voire des génocidaires n’attendant qu’un prétexte pour passer à l’action. Il faut donc soutenir financièrement les organisations du lobby juif qui « luttent contre l’antisémitisme » et, mieux encore, émigrer en Israël. Ainsi, Israël apparaît comme l’ultime refuge de ces juifs partout menacés et cela exige un soutien inconditionnel à Israël. Tout juif qui critique Israël fait le jeu des méchants antisémites et doit être considéré comme un traître à sa communauté. Il faut l’ostraciser, le calomnier, l’agresser, pour le réduire au silence. Il ne mérite pas de vivre et on ne se prive pas de le menacer de mort (3).
De tout cela, Martine Brunschwig Graf s’abstient de dire le moindre mot.
Frank BRUNNER
Notes :
(1) http://www.interet-general.info/spip.php?article14231
(2) http://www.interet-general.info/spip.php?article20243
(3) http://oumma.com/202957/trois-etudiants-sud-africains-de-confession-juive-men


Lundi 1 Septembre 2014


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires