Actualité nationale

Marche contre l'Islamophobie - Interview de Guillaume Balas, Coordinateur national de Génération•s


Dans la même rubrique:
< >


Frédérick Moulin
Dimanche 10 Novembre 2019

Marche contre l'Islamophobie - Interview de Guillaume Balas, Coordinateur national de Génération•s
Marche contre l'Islamophobie -Interview de Guillaume Balas, Coordinateur national de Génération•s, à quelques heures de la marche: "Mais je trouve fantastique moi aujourd'hui de donner des leçons quand on ne fait RIEN. C'est insupportable" - 10.11.2019 - Paris,, France.

"Evidemment, il y aura des gens avec qui je ne partage aucun combat à cette manifestation, voire que je combats, dont des tenants de l'islam politique, comme il y avait des gens d'extrême-droite à des manifestations anti-racistes, comme, par exemple, sur la manifestation Charlie, il y avait des chefs d'État avec qui je ne partage rien, comme le 1er mai il y avait des black blocs qui faisaient des actes de violence: il faut déserter? C'est-à-dire que quand il y a des combats aujourd'hui qui sont des combats laïcs, qui sont des combats de rassemblement, il faut déserter, et laisser justement la place aux extrémistes? Mais je trouve fantastique moi aujourd'hui de donner des leçons quand on ne fait RIEN. C'est insupportable.

On voit bien qu'il y a aujourd'hui quelque chose de très dangereux qui est en train de se passer: un basculement. On demande à nos compatriotes musulmans de choisir entre leur patrie, la France, et leur religion, et ça,; c'est un processus qui a déjà existé dans l'Histoire. "Vous ne pouvez pas être français. Il est impossible d'avoir aujourd'hui ce que vous portez en termes historiques, culturels et religieux, et d'être français. Et on voit là la fracture.

Et moi je regrette beaucoup qu'il n'y ait pas la capacité aujourd'hui de s'unir sur ce sujet. Donc nous, nous irons à cette manifestation. Pourquoi? Parce qu'il n'y a que ça qui existe aujourd'hui, et que tout le monde a été dans l'incapacité de pouvoir proposer autre chose, et moi j'aimerais bien que les leçons, en cela, s'arrêtent !

Vous savez, l'islam politique, moi je suis enseignant, je l'ai combattu pendant 17 ans dans les banlieues, j'étais POUR la loi contre les signes religieux à l'école, et si certains veulent détourner l'essence d'un texte (...), nous avons dit clairement dans notre communiqué que les lois liberticides, c'est évidemment l'état d'urgence. Le combat justement il se fait là, il se fait dans ce genre d'événement, sur le terrain, pour aller affirmer des positions laïques et républicaines. C'est plus facile d'être dans son canapé et de regarder la télé, et de critiquer sur Twitter pendant ce temps là.

Donc maintenant il va falloir prendre ses responsabilités. Ce débat sur la question de l'islam, ça a été instrumentalisé pour qu'on ne parle pas des vrais sujets, notamment sociaux et écologiques. (...) Donc il faut que la gauche et les écologiste maintenant remettent les vrais sujets sur le tapis, et qu'on arrête avec la stratégie du bouc émissaire, ça suffit !"

© Frédérick Moulin 2019 - BFMTV2019 - Tous droits réservés.


Dimanche 10 Novembre 2019


Commentaires

1.Posté par saidab le 11/11/2019 13:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'ils frétillent ... Un jour ils bougeront.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires