International

Mahmoud Ahmadinejad met en garde les puissances occidentales



Mercredi 17 Février 2010

Mahmoud Ahmadinejad met en garde les puissances occidentales
Téhéran a fermement réagi, mardi, aux menaces de nouvelles sanctions et aux accusations américaines et mis en garde les puissances occidentales.
«Si quiconque cherche à créer des problèmes à l'Iran, notre réponse ne sera pas comme celles données)par le passé. Cette réponse comportera quelque chose qui leur fera regretter» l'adoption de sanctions, a indiqué le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, lors d'une conférence de presse.

L'Iran, qui reste le troisième producteur de pétrole au monde, pourrait, selon certains experts, être tenté de fermer le robinet pétrolier en réaction à de nouvelles mesures de rétorsion économiques.

La République Islamique d’Iran s'est empressée, mardi, de renvoyer la balle dans le camp opposé, en dressant un bilan peu élogieux de la politique américaine régionale depuis le 11 septembre 2001.

«Ils sont eux-mêmes impliqués dans une espèce de dictature militaire et ignorent pratiquement les réalités de la région», a déclaré Manou¬chehr Mottaki, le ministre iranien des Affaires étrangères, en réaction aux propos tenus, la veille, par Hillary Clinton, la secrétaire d'État américaine, lors d'une visite au Qatar.

«Qu'est-ce qu'une dictature militaire : tuer un million d'Irakiens, parmi lesquels une majorité d'innocents, ou établir des échanges avec le peuple irakien en accueillant des dizaines de milliers d'immigrés et en aidant le gouvernement irakien à sécuriser son pays et à garantir sa souveraineté ?», s'est-il, ensuite, interrogé, avant de poursuivre : «une attaque sanglante contre une fête de mariage en Afghanistan n'est-elle pas le signe d'une dictature militaire, plus que le refuge offert par l'Iran à trois millions d'Afghans ? »

Dans le même temps, Téhéran a souligné que la République Islamique d’Iran est toujours disposée à un échange d'uranium, y compris avec les États-Unis. «Le dossier d'un échange de combustible n'est pas encore clos. Nous avons dit que nous procéderions à un échange dans un cadre équitable», a-t-il précisé.

Selon lui, «les États-Unis peuvent venir nous donner leur combustible enrichi à 20 % et nous les paierons s'ils le veulent, ou nous leur donnerons notre combustible enrichi à 3,5 %».


Mercredi 17 Février 2010


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires