Lobbying et conséquences

MAFIAS PHARMACEUTIQUES


Très peu de médias en ont parlé. L’opinion publique n’a pas été alertée. Et pourtant, les inquiétantes conclusions du Rapport Final rendu public par la Commission européenne le 8 juillet dernier sur les atteintes aux principes de la concurrence dans le domaine pharmaceutique méritent d’être connues des citoyens et largement diffusées.


Ignacio Ramonet
Mercredi 25 Novembre 2009

MAFIAS PHARMACEUTIQUES
Que dit le Rapport ? En résumé : que, en matière de commercialisation des médicaments, la concurrence fonctionne mal, et que les grands groupes pharmaceutiques internationaux ont recours à toutes sortes d’arguties et de tripatouillages pour empêcher autant que possible l’arrivée sur le marché européen de remèdes plus efficaces et surtout pour disqualifier les médicaments génériques beaucoup moins chers.

Conséquence : le retard du consommateur à accéder aux génériques se traduit par d’importantes pertes financières pour les patients eux-mêmes mais également pour les systèmes de Sécurité sociale à la charge des États (et donc, aussi, des contribuables). Les médicaments génériques sont identiques, en ce qui concerne leurs principes actifs, leur dosage, leur forme, leur sûreté et leur efficacité, aux médicaments originaux produits en exclusivité par les grands monopoles pharmaceutiques. La période d’exclusivité, qui démarre à partir du moment où le produit est mis en vente, est d’une dizaines d’années ; mais la protection du brevet de la molécule originale dure deux décennies. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que d’autres fabricants (souvent de pays du Sud comme le Brésil, l’Inde, Cuba, l’Argentine ou la Malaisie) ont alors le droit de produire des génériques dont le prix est d’environ 40% moins élevé. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la plupart des gouvernements recommandent l’usage de médicaments génériques parce que, en raison de leur coût inférieur, ils favorisent l’accès équitable aux soins de santé des populations exposées à des maladies évitables [2].


L’objectif des grandes firmes pharmaceutiques consiste donc à retarder, par tous les moyens possibles, la date de péremption du brevet. Elles multiplient dans ce but le brevetage de compléments superflus de la molécule originale (un polymorphe, une forme cristalline, etc.) qui entraînent artificiellement le prolongement de leur contrôle sur le médicament et interdisent l’arrivée sur le marché des génériques équivalents.


Le marché mondial des médicaments représente quelque 700 milliards d’euros [3]. Une douzaine de groupes géants, dont les sept principaux qu’on surnomme “Big Pharma” – Bayer, GlaxoSmithKline (GSK), Merck, Novartis, Pfizer, Roche, Sanofi-Aventis -, contrôlent la moitié de ce marché. Leurs bénéfices sont supérieurs à ceux réalisés par les puissantes firmes du complexe militaro-industriel. Chaque euro investit dans la mise au point d’un médicament de marque, rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros… [4] Et trois de ces groupes – GSK, Novartis, Sanofi – s’apprêtent à gagner des milliards d’euros supplémentaires au cours des prochains mois grâce aux ventes massives du vaccin contre le virus A(H1N1) de la nouvelle grippe. Ces masses gigantesques de liquidités procurent aux Big Pharma une puissance de feu financière absolument colossale. Qu’ils utilisent en particulier pour tenter de ruiner, au moyen de coûteux procès à répétition, les modestes fabricants de génériques. Les innombrables lobbies à leur solde harcèlent de surcroît, en permanence, l’Office européen des brevets (OEB), dont le siège est à Munich (Allemagne), dans le but de retarder le plus longtemps possible les autorisations d’entrée sur le marché des médicaments génériques. Ils lancent également des campagnes mensongères sur ces remèdes bioéquivalents pour tenter d’effrayer les patients. Résultat de toutes ces misérables manœuvres, selon le récent Rapport de la Commission européenne : les citoyens ont dû attendre, en moyenne, un inutile délai de sept mois pour accéder aux génériques, ce qui s’est traduit par un surcoût de quelque trois milliards d’euros déboursés par les patients, et par une augmentation d’environ 20% des budgets des Systèmes publics de santé européens.


Mais l’offensive des firmes pharmaco-industrielles ne se limite pas à l’Europe. Elles se retrouvent également impliquées dans le coup d’Etat du 28 juin dernier contre le président Manuel Zelaya au Honduras, un pays qui importe tous ses médicaments fabriqués fondamentalement par les “Big Pharma”. Le président renversé était en train de négocier – depuis l’entrée du Honduras, en août 2008, au sein de l’ALBA (Alliance bolivarienne des peuples d’Amérique) -, un accord commercial avec La Havane pour importer des génériques cubains et réduire ainsi les dépenses de fonctionnement des hôpitaux publics du Honduras. Par ailleurs, lors du Sommet du 24 juin dernier, les présidents de l’ALBA s’étaient engagés à “réviser la doctrine sur la propriété industrielle”, soit, en d’autres termes, l’intangibilité des brevets en matière de médicaments. Ces deux projets, qui menaçaient directement leurs intérêts, ont conduit les firmes pharmaceutiques transnationales à appuyer sans hésitation le mouvement putschiste qui a renversé le président Zelaya [5].


De son côté, le président des Etats-Unis, Barack Obama, engagé dans une réforme du système de santé qui laisse quelque 47 millions d’Américains sans couverture santé, affronte lui aussi la colère du complexe pharmaco-industriel. Ici, les sommes en jeu sont démentielles (les dépenses de santé représentent l’équivalent de 18% du PIB des Etats-Unis, soit environ 190 milliards d’euros…) et demeurent sous le contrôle d’un puissant lobby d’intérêts privés qui rassemble, outre les “Big Pharma”, les grandes compagnies d’assurances et tout l’énorme secteur des cliniques et des hôpitaux privés. Aucun de ces acteurs n’accepte de perdre ses fabuleux privilèges. C’est pourquoi, avec le soutien des médias les plus conservateurs et la machine du Parti républicain, ce lobby dépense des dizaines de millions de dollars dans des campagnes de désinformation et de calomnies pour tenter de faire capoter cette indispensable réforme de la santé.


C’est une bataille capitale. Et ce serait dramatique si les mafias pharmaceutiques l’emportaient. Car elles redoubleraient alors d’efforts pour attaquer, en Europe et dans le reste du monde, le déploiement des médicaments génériques et ruiner l’espoir de mettre sur pied des systèmes de santé moins coûteux et plus solidaires.


http://www.medelu.org/spip.php?article265
http://libertesinternets.wordpress.com



Mercredi 25 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Brigitte le 25/11/2009 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est évident qu'il faut faire la guerre aux multinationales, qu'elles soient pharmaceutiques ou autres formes d'industrie. Les États doivent retrouver leurs souverainetés politiques et financières.

2.Posté par ash le 25/11/2009 22:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam Brigitte
quand les majorité des "politiciens"qui siégé aux gouvernement sont les agent des multinational,alors comment faire ? même ils ont corrompu certain syndicat, alors comment faire ?

3.Posté par roland le 25/11/2009 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est le moment de relire le texte de la fameuse comédie, qu'on eu tort de longtemps ne pas la prendre au sérieux, le Docteur Knock. Tout y est on retrouve tout, les motivations, les méthodes et le discours de ces mafias.
Ici on peut lire le texte in-extenso sur internet, c'est un "must", vous verrez !

http://pagesperso-orange.fr/mutins/textes/texte.html

4.Posté par la truie qui file le 14/12/2009 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La plus grande arme pour resister c'est l'information tout d'abord , certains medicaments sont des pures arnaques comme le tamiflu et le relenza et d'autres sont au moins aussi nocifs .

Il y a les remedes naturels comme les plantes qui peuvent guerir mieux que toutes les medicaments qui d'ailleurs s'en sont largement inspiré en fabriquant chimiquement les produits sensés etre actifs .


un exemple: l'essence de rose c'est plus de 100 produits chimiques en interaction et sous de formes d'isomères spécifiques . L'alcool phenylethylique sensé copier le parfum donnera l'odeur au papier à chiotte . Un medicament de synthese par apport à une plante c'est la meme chose !

Autre exemple la vitamine C du citron c'est l'acide L ascorbique . Lors de la synthese en labo il n'y a pas de methode pour separer chimiquement les acides Levogyres et Dextrogyres . Donc la moitié du produit se comporte au minimum comme une substance genante à éliminer !

La deuxieme arme c'est le libre arbitre:
Quand on ne sait pas on pose des questions avant d'acheter et en demandant à l'apothicaire le générique correspondant à la prescription sur l'ordonnance .
Et en cas de doute ou de refus du marchand de produit , il y a le dictionnaire Vidal qui donne un grand nombre de precisions sur les produits actifs dans tel produit medicamenteux .

Et la troisieme arme c'est de se débrouiller pour rester en bonne santé en ayant une hygiene de vie en particulier alimentaire . La plupart des gens dans les pays industrialisés sont sur alimentés mais en etat de sous nutrition par déséquilibre , c'est le comble .

En periode de famine , les gens guérissent du cancer de des maladies cardiovasculaires ....parcequ'ils jeunent !

Autre chose , quand on achete des sodas bourrés d'additifs , des aliments touts prets avec des conservateurs ou des colorants un jour le corps se revolte et fait payer la facture de ces exces .

Ce n'est pas compliqué de lire les etiquettes dans les magasin d'alimentation et d'eviter des produits sophistiqués et tous ceux issus de la culture ou de l'elevage industriel . Il faut eviter l'alimentation trop grasse et defaire cuire des graisses, d'acheter des produits avec des graisses hydrogénées ou de sucrer avec des substituts genre aspartame .

Manger moins et manger mieux !
boire au moins un litre d'eau par jour , faire de l'exercice quotidien , apprendre à respirer et à se relaxer contre la maladie du siecle qui est le stress !
Avec cette seule recette la pluparts des gens seraient en bien meilleure santé et ensuite il n'y aurai plus ces lobbies monstrueux pour tenter de les achever quand ils tombre fatalement malade , en les ruinant ua final de toutes les manières .

Et pour finir l'hopital n'est pas fait que pour guérir on y meure douloureusement peu à peu tant qu'on peut payer est là ensuite...

Résister c'est rester en bonne santé et cela s'apprend !


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires