Coup de gueule

Lettre ouverte à Mr CIMAMONTI Procureur de LYON


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!



BONELLO BRIGITTE
Jeudi 18 Juin 2015

Lettre ouverte à Mr CIMAMONTI Procureur de LYON
LETTRE OUVERTE A MONSIEUR MARC CIMAMONTI - PROCUREUR DE LYON

*Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, une Administration d’État ne viole pas le secret médical de ses agents.
*Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, une Administration d’État ne commet de faux en écritures publiques pour justifier de ses actes illicites et les couvrir.
*Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, une Administration d’État ne discrimine pas ses agents handicapés.
Surtout pas l’Administration de la POLICE NATIONALE - censément faire respecter les LOIS aux citoyens !

Administration qui plus que les autres se doit d’être irréprochable.
C’est pourtant ce qui se produit - FAUTE DE SANCTIONS ADÉQUATES ET APPROPRIÉES

* Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, la JUSTICE ne couvre pas une violation de secret médical avérée par constat d’huissier preuve irréfragable de la présence de plus de 89 pièces médicales dans le dossier administratif d’un justiciable, pièces qui n’ont rien à y faire- la CADA est formelle à ce sujet.
* Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, la JUSTICE ne profite pas des vacances judiciaires pour envoyer des ordonnances de non-lieu à un justiciable et ne prive pas un justiciable de l’aspect contradictoire en lui refusant un accès au dossier d’instruction.
* Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, la JUSTICE ne prive pas un justiciable de l’aide qu’il a obtenu du syndicat SUD en refusant ses demandes d’actes et sa Constitution de Partie Civile, par ordonnance d’un juge qui curieusement à la date de cette ordonnance est en congés et de l’aide du Défenseur des Droits en lui refusant le droit d’enquêter (d’autant que privée d’une défense digne de ce nom, avec un avocat aide juridictionnelle dont les actes sont plus que contestables : demande de 2300 euros à une personne démunie de ressources et bénéficiant de l’aide juridictionnelle, pour une défense inexistante - aucun mémoire produit et succession de stagiaires sur le dossier, portant obligation de faire soi-même le travail avec les risques que cela comporte).
Dans un État de Droit, Monsieur CIMAMONTI, la JUSTICE rétablit les droits de citoyens bafoués.
Elle n’ajoute pas à l’injustice sociale, l’injustice judiciaire.
Surtout si ce sont des citoyens fragilisés par un handicap.
Je ne peux que conclure que nous ne sommes plus dans ce fameux Etat de Droit qui vous semble si cher, lorsque l’on écoute vos plaidoiries !

Au regard de tous les dysfonctionnements tant judiciaires qu’administratifs - je serai bientôt en grève de la faim.
Grève de la faim qui ne cessera pas cette fois par une vaine promesse de réintégration par le biais d’un article L.33 du code des pensions civiles et militaires dont je n’ai pas à dépendre puisque n’étant ni invalide ni inapte à mon poste bien qu’handicapée mais par une RÉHABILITATION ÉCRITE ET LE RÉTABLISSEMENT DE MES DROITS TANT AU TRAVAIL QU’À LA JUSTICE.

Brigitte BONELLO


Jeudi 18 Juin 2015


Commentaires

1.Posté par blanc patrick le 15/07/2015 13:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J attends t oujours à ce jour une réponse à ma plainte adressée à. M Cimamonti en décembre 2015 contre des officiers de police du commissariat de Villeurbanne et contre Albert Doute directeur départemental de la sécurité publique aujourd huit à la re

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires