MONDE

Les voies de l’aide au développement


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 28 Juin 2018 - 02:04 UNE OBSESSION MALÉFIQUE


Le Soir publie un article détonant sur les méthodes de BIO sa, un acronyme étrange pour la Société Belge pour l’investissement dans les pays en développement. L'info est relayée par toute la presse belge. Quelques parlementaires relancent leurs questions restées sans réponse. La révélation? Les fonds de l'aide belge au développement passent par des paradis fiscaux! D’après l’organisme, la pratique est courante et généralisée pour des raisons de sécurité et de fiscalité : « A l'instar de la Banque mondiale, de la Banque européenne d'Investissement et d'autres institutions, BIO s'inscrit ainsi dans les pratiques de marché de la finance du développement… »


Thierry Legrose
Mercredi 29 Février 2012

Les voies de l’aide au développement

Les fonds et la forme

Si la méthode choque, quelques clics mettent également en doute le fond des opérations. De la voix de son porte-parole "BIO soutient les PME dans les pays en développement, dans une multitude de secteurs créateurs d'emplois et de valeur ajoutée locale" Vérifions à l’aide du web, un outil formidable pour qui voudrait contrôler la destination de son argent, ce qu'il en est de ses trois principaux investissements en Afrique : la Zenufa en RDC et en Tanzanie (3,5 millions de dollars de prise de capital), la Société de Cultures Légumières établie au Sénégal (1 millions de dollars de prêt) et la SOADF au Mali (700 000 euros de prêt)
Le site de la première, Zenufa, nous apprend que l’entreprise était au départ (en 1976) une petite société de Trading qui s’est diversifiée dans le pharmaceutique, l’alimentaire et les emballages en plastique. Toujours installée à Kinshasa, elle a également ouvert une usine en Tanzanie et deux bureaux au Canada et en Inde. Bien entendu, si ces bureaux développent les ventes sur les marchés extérieurs, ils permettront la création d’emplois au Congo et en Tanzanie mais sans les nourrir, ni les guérir. En outre, l’organigramme du siège kinois présente une équipe dirigeante exclusivement indienne. Reste alors à savoir si l’investissement est repris dans les chiffres de l’aide à l’Afrique ou dans ceux de l’aide à l’Inde.
Bien que la SCL n’ait pas de vitrine en ligne, il suffit de googler son nom pour découvrir une enquête sénégalaise sur les investissements fonciers à grande échelle. Alors que la spéculation sur les « terres abandonnées ou sous-exploitées par les populations locales » est devenue l’une des premières causes de famines, on doit encore s’interroger davantage sur la pertinence de l’investissement: Le même document indique que l’ensemble du maïs cultivé par l'entreprise (Anglo-Franco-Marocaine) sur ces terres est commercialisé en Angleterre. A croire que les Africains n’ont pas le sens des affaires ni les Sénégalais celui de la terre, la société semble également dirigée par un européen et recrute ses ingénieurs au Maroc et en Europe.
Heureusement, la SOADF a pignon sur rue (même si elle n’a pas de site web). La petite entreprise familiale a pu se développer en le restant. C’est elle qui a ouvert la première école de boulangerie-pâtisserie d’Afrique de l’Ouest en 2004. C’est elle aussi qui a représenté le Mali au mondial du pain… Pour terminer sur une bonne note et rappeler que rien n’est noir ou blanc, nous ne mentionnerons pas la gigantesque fraude fiscale dont elle a été accusée. Elle a gagné son procès contre l’Etat Malien.

T.Legrose

Sources:
http://www.lesoir.be/actualite/economie/2012-02-28/des-aides-publiques-disparaissent-dans-des-paradis-fiscaux-899743.php
http://www.zenufa.com/aboutus.html
http://www.ipar.sn/IMG/pdf/Acquisitions_foncieres_a_grande_echelle.pdf,
http://www.malikounda.com/Societe/UN-AUTRE-PROCES-PERDU-PAR-LETATLa-SOADF-terrasse-la-DRCC-en-justice.html


Mercredi 29 Février 2012


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires