insolite, humour, conspiration...

Les prédictions de BHL sur la défaite de Trump


Dans la même rubrique:
< >


Gilles Devers
Jeudi 10 Novembre 2016

Les prédictions de BHL sur la défaite de Trump

Pas un média, pas un responsable politique pour avoir anticipé la large victoire de Trump – il faut chercher la bonne info ailleurs – et ces sont les mêmes, sans la moindre remise en cause, qui s'apprêtent à nous expliquer ce qui s’est passé et ce qui va arriver. Autant dire que leurs analyses de nuls, on s’en contrefiche, mais on leur ressortira chaque fois que nécessaire leur propagande pro-Clinton.

Mais parmi les maîtres visionnaires, une palme est bien méritée par notre philosophe guerrier BHL, pour l’ensemble de son œuvre. Après avoir gaillardement annoncé la défaite du Brexit, il avait prévu avec autant d'assurance celle de Trump : « Jamais l’Amérique n’élira un homme qui… ». Jamais ? En attendant la prochaine et lumineuse prédiction de BHL, voici donc ce qu’il écrivait fin aout 2016.

 

Un dernier mot sur Trump. Je parie, contrairement à Michael Moore, sur sa défaite. Car je crois qu’il a commis deux erreurs fatales pour qui aspire à la présidence des Etats-Unis. S’en prendre, premièrement, aux parents d’un soldat mort en Irak; offenser, ce faisant, puis en évoquant les «sacrifices» qu’il aurait consentis, lui, Trump, en levant «des millions de dollars» pour les anciens combattants morts au combat, l’honneur des héros; blaguer enfin, dans la foulée, sur cette Purple Heart qui est la plus haute décoration militaire du pays et dont lui a fait cadeau un vétéran. Et puis, parallèlement, sa deuxième erreur aura été – mais, en même temps, avait-il le choix? – de laisser affleurer tout ce monde de contacts, collusions et compromissions dont je parlais il y a deux semaines et qui témoigne de sa proximité notoire avec le chef de la puissance qui se trouve être, aujourd’hui, en guerre froide avec son pays : l’Amérique a tous les défauts que l’on voudra ; elle peut, comme disait Sartre, être saisie par une sorte de rage ; elle ne transige pas plus avec le patriotisme qu’avec le respect dû à ses braves ; et jamais elle n’élira un homme qui, alors que toutes les chaînes de télévision soupçonnent la main de Poutine derrière le piratage des adresses électroniques du parti adverse, est capable de s’exclamer «eh, Russie! si vous m’entendez, j’espère que vous serez capable de retrouver les 30 000 e-mails manquants». Relire, plus que jamais, Tocqueville. Se rappeler le passage où il décrit l’Amérique comme un pays où «l’amour réfléchi de la patrie» devient «une sorte de religion». Et conclure que, dans cette Amérique-là, dans l’Amérique de «De la démocratie en Amérique», le Donald est mal parti.



http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Jeudi 10 Novembre 2016


Commentaires

1.Posté par hassan2 le 10/11/2016 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvre clown triste.

2.Posté par Saber le 10/11/2016 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BHL l'incendiaire avance tout feu éteint.

3.Posté par Boycott bhl le 11/11/2016 03:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BHL....un fond de chiottes oublie!

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires