Voici ce qu’on nous promet pour l’année prochaine sur Internet et dans les médias. Les médiums divers et variés nous proposent leurs propres scénarios de l’avenir pour cette année. Et plus c’est pire, mieux c’est, car les gens ont toujours aimé les scénarios-catastrophes. Il suffit de se rappeler l’apocalypse biblique. Mais aujourd'hui, nous ne parlerons pas des prédictions du passé, mais de ce qu’on nous promet pour l’avenir. La psychologue Maria Krouglova analyse avec La Voix de la Russie ce à quoi on devrait croire, et ce qui relève de la pure fiction.

Le début de la Troisième guerre mondiale est l’un des « évènements » les plus attendus de l’année prochaine. Selon les prévisions, elle devrait commencer par un conflit armé en Iran et en Syrie, entraînant ensuite toute la communauté mondiale dans la guerre, notamment les pays orientaux. La Corée du Nord, qui commence à prendre de la force militaire, va introduire des troupes en Corée du Sud. La Russie ne pourra pas garder sa neutralité, et sera entraînée dans cette guerre sanglante. Maria Kruglova est persuadée que ce genre de scénarios ne risque pas de se réaliser.

« Ces prévisions n’ont rien en commun avec les prédictions. Il suffit d’être politiquement renseigné pour réaliser que ces événements ne pourront pas devenir réalité. Ces déclarations sont fondées sur des faits réels, comme la situation très instable au Moyen-Orient, et en donnant ce genre de « prophéties », les clairvoyants ne risquent presque pas leur réputation.

Quant à la différence entre l’affirmation que « la guerre certainement commencer », et « la guerre va commencer » est assez importante. Difficile donc de prendre ces affirmations au sérieux. Evidemment, on aurait tendance à y croire si la personne qui faisait ces affirmations ne se trompait jamais. Mais ce n’est pas le cas ».

La longue crise économique ne fera que s'accroître en 2014, ce qui finira par conduire à une forte baisse du cours du dollar et du prix du pétrole. Cela aura une influence négative sur la situation dans les pays producteurs et exportateurs du pétrole. Les actions des nombreuses grandes entreprises vont chuter en Bourse, et le nombre d’emplois va se réduire dans de nombreux pays. Beaucoup de gens vont se retrouver au bord de la faillite...

« Ces « prévisions » sont orientées sur la population active », analyse Maria Krouglova. « Tout le monde se demande à quel point son emploi est stable, si chacun arrivera à subvenir aux besoins de sa famille. Il y a toujours des risques de se retrouver sans emploi. Surtout dans une situation économique relativement instable, comme c’est le cas maintenant. A l’époque soviétique l’emploi était garanti, mais aujourd’hui personne n’en a la certitude. C’est pourquoi la thématique du chômage et de la crise est actuelle, tout comme d’autres prévisions semblables. Ils ont très peu en commun avec la réalité. »

Le réchauffement climatique que nous observons ces dernières années va provoquer la hausse du niveau d’eau dans les océans en 2014, provoquant des inondations. Des villes côtières comme Venise, Saint-Pétersbourg et New York risquent de se retrouver sous l’eau. Des tsunamis, des typhons et des ouragans vont s’abattre avec une nouvelle force sur les régions de l'Asie de l'Est et les États-Unis.

« Ces « prévisions » se basent sur un fait qui est connu de tout le monde : le climat s’est réchauffé ces dernières années. Il fait chaud dans de nombreuses régions septentrionales cette année », explique la psychologue. « Toutefois, s'il s'agit d'une anomalie, elle risque d’avoir une faible influence sur le niveau des océans. Venise, New York et Saint-Pétersbourg se trouvent dans une zone à risque, mais au cours des 100 prochaines années, elles ne courent aucun danger. Quant aux typhons et ouragans, ces phénomènes climatiques sont caractéristiques à ces régions. Ce n’est pas une nouvelle. »

La nouvelle épidémie de grippe aviaire provoquera la mort d’un quart de la population terrestre. Les villes seront dévastées et une panique générale va commencer, car un vaccin pour lutter contre ce virus ne sera pas inventé.

« Très peu de chances pour que cette prévision puisse se réaliser. La dernière épidémie de grippe aviaire en date n’a pas causé plus de décès que n'importe quelle grippe ordinaire. C’est incomparable avec le nombre de personnes qui meurent chaque année du cancer, des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et d'autres maladies. Evidemment, une épidémie mortelle aurait provoqué la panique. Mais ces fantasmes n'ont aucun rapport avec la réalité. La médecine est aujourd’hui suffisamment développée pour lutter contre de telles maladies. Nous ne sommes plus au Moyen-Age », conclut Maria Krouglova.

Gardons donc les pieds sur terre et réfléchissons rationnellement. C’est de nous que dépendra cette année 2014. Nous sommes les maîtres de notre destin !      N