MONDE

Les passions autour d’Edward Snowden


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Olga Denissova
Mercredi 26 Juin 2013

Les passions autour d’Edward Snowden
On ne sait pas jusqu’à présent où se trouve l’ex-agent des services spéciaux américains Edward Snowden. Il n’a pas pris l’avion de Moscou par le vol SU150. Au lieu de Snowden, une trentaine de journalistes arrivent à La Havane. Des dizaines de leurs collègues les rencontrent à l’aéroport ce qui n’a, d’ailleurs, étonné personne.

On pourrait faire des enjeux sur Edward Snowden qui aime bien, à ce qu’il paraît, son rôle de « vengeur insaisissable » et poursuit son histoire d’espion.

Les autorités de Hong Kong font savoir que le fugitif américain a pris l’avion pour Moscou par le vol SU213. Les journalistes des médias mondiaux apprennent par cœur l’horaire de l’aéroport moscovite Cheremetievo. Ce qui se produit par la suite fait penser à un roman policier.

Les journalistes l’attendent partout : au terminal, à la salle pour les délégations officielles, dans la zone de transit, à l’hôtel de l’aéroport et devant l’ambassade de l’Equateur. Or, le héros principal dupe tout le monde et reste inaperçu.

Edward Snowden aurait dû prendre dans le deuxième chapitre l’avion pour La Havane. Les journalistes l’attendent toujours. L’Airbus A-330 aurait dû partir pour Cuba à moitié vide. Or, les journalistes achètent pratiquement tous les billets. L’avion de ligne est en fait un centre de presse volant.

Les personnages du roman policier deviennent de plus en plus nombreux. Les agents de sécurité de l’aéroport barrent la sortie numéro 28, apportent des instruments supplémentaires de contrôle des passagers. Il est interdit à la presse de prendre des vues. Les policiers ne partagent guère l’agitation des médias.

Chapitre 3. Edward Snowden se fait enregistrer. Il doit occuper la place 17А. La place à côté de lui est réservée hypothétiquement pour Sarah Harrison, juriste du WikiLeaks qui accompagne Snowden. Les journalistes décident de persuader l’ex-agent de répondre ne fut-ce qu’à une ou deux questions. Il reste d’attendre qu’il vienne.

Tout le monde attend Snowden apparaître de nulle part tel un authentique espion. Chaque détail compte : le vol est reporté de vingt minutes, un homme en tee shirt beige avec un sac vert monte la passerelle …

La porte fermée, l’avion accède à la piste de décollage et les journalistes « ratissent » toujours la classe affaire et la classe économique. Seule la place 17A n’est pas occupée. Il reste de la photographier. C’est ce que font les journalistes déçus. Ils ont eu plus de douze heures pour choisir le meilleur raccourci.

Personne n’aperçoit Edward Snowden qui poursuit, semble-t-il, la saga policière du même nom.



Mercredi 26 Juin 2013


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires