Sciences et croyances

Les objets de la Ceinture de Kuiper



Stephen Smith
Jeudi 2 Août 2012

Les objets de la Ceinture de Kuiper

Crédit : Image de la NASA, de l’ESA et de M. Showalter (SETI Institute)


Thunderbolts, Stephen Smith, 1er août 2012


      Au-delà de Neptune, selon les astronomes et leurs théories du Système solaire, l'espace devient en permanence étranger.


      L'hypothèse nébulaire naquit vers la fin du XVIIIe siècle. Gagnant en popularité plus de 100 ans durant, elle parut ensuite mourir, au début du XXe siècle. Des preuves contradictoires furent dites causes du décès, et l’analyse minutieuse des prémisses ne laissa aucune base à son maintien à l’existence. Or, après l’application hardie de nouvelles modifications dans la théorie, afin que la physique du trou noir puisse également rester en vie, elle fit l’expérience d’une sorte de résurrection. Et aujourd’hui, la voilà toujours parmi nous.


      L'hypothèse propose que, en une période se mesurant en milliards de lustres, la condensation d'un nuage de gaz moléculaire poussiéreux ait pondu le Système solaire. Par la suite, poussière et gaz se tassèrent au point que le réchauffement dû à leur compression initia dans la boule dense d'hydrogène et d'hélium, au centre du nuage, une réaction nucléaire en chaîne qui donna naissance à une nouvelle étoile. Comme la gravité continuait à attirer des matériaux vers le centre de la masse toujours plus dense, il se forma une structure appelée disque d'accrétion autour du plan équatorial.


      Tout comme les anneaux de Saturne, mais bien plus dense et vachement plus vaste, le disque d'accrétion s’étirait au-delà de l'orbite de Neptune. Selon les savants [de Marseille, bien sûr, ndt], dans l'évolution du Système solaire, lors de sa phase de contraction, des tourbillons et des remous de matériaux se formèrent dans l’anneau de gaz poussiéreux. Attirant plus de matériaux à eux, ces tourbillons devinrent plus gros. Lentement, ils attirèrent des particules de plus en plus grandes, puis des cailloux, des rochers, jusqu'à ce que des centaines de millions d'impacts venant des condensats nébulaires forment progressivement les planètes.


      La théorie fut plus tard modifiée pour expliquer l'origine et le « lieu d'attente » des nombreuses comètes qui entrent chaque année dans le Système solaire. Le nuage d’Oort est censé être un nimbe géant de petits fragments restés des premiers jours, de l’époque où le Soleil était une étoile nouveau-née. Dit être une région sphérique entourant le Soleil, son rayon maximum fait environ 5 billions de kilomètres et il contient des milliards d'objets, certains de la grosseur d’une petite planète, mais la plupart de la taille d'un astéroïde moyen. Plus près du Soleil, une autre région de planétoïdes primordiaux est appelée Ceinture de Kuiper.


      La théorie de la Ceinture de Kuiper est une invention de Kenneth Edgeworth, un astronome d'Irlande, et aussi, indépendamment, en 1951, de Gerard Kuiper, un astronome zunien. Le premier Objet de la Ceinture de Kuiper (KBO) a été découvert en 1992. Parfois connus sous le nom d’« objets trans-neptuniens », des dizaines de KBO de la taille de petites lunes ont été récemment rajoutés au répertoire des noms de famille du Système solaire.


      Eris, environ 5% plus grand que Pluton, est le plus grand KBO. Il est situé à 1,4 billions de kilomètres du Soleil. Eris a sa propre petite lune, appelée Dysnomia. À environ 6 milliards de kilomètres du Soleil, au-delà de l'orbite de Pluton, Quaoar tourne dans la région de la Ceinture de Kuiper. Quaoar, le troisième plus grand KBO, fait la moitié de la taille de Pluton et est à peu près aussi grand que Charon, la lune de Pluton. Le quatrième KBO encore découvert est Varuna. Sa taille fait environ 40% de celle de Pluton.


      Après un vote récent de la communauté astronomique, Pluton n'est plus considérée comme une planète. Elle a été rétrogradée au statut de KBO, ce qui en fait le deuxième plus grand objet de ce genre dans le Système solaire. Ainsi, Eris, Pluton, Quaoar, Varuna et Charon sont les cinq plus grands objets de la Ceinture de Kuiper.


      Seulement, il y a une aberration dans l'ordre et la disposition des fameux KBO. Un objet appelé Sedna a été découvert sur une orbite bien plus lointaine que le groupement incluant Eris, Quaoar et Varuna. Sedna est grand, presque aussi grand que Pluton, mais, étant à environ 10 billions de kilomètres du Soleil, il est en réalité trop éloigné pour être considéré comme un objet de la Ceinture de Kuiper. La théorie doit encore s'adapter à Sedna, qui, selon d’autres, pourrait appartenir au nuage d'Oort et non pas à la Ceinture de Kuiper.


      Entre parenthèses, il faut noter que la mission cométaire Star Dust a démontré que, du fait de la découverte de certains minéraux dans la chevelure de la comète Wild II, il est impossible que les comètes soient issues d’une pépinière aussi lointaine et glacée que le nuage d'Oort. Ces matériaux indiquent que Wild II s’est formée dans un environnement beaucoup plus chaud que ne pourrait le fournir cet hypothétique nuage d’Oort.


      Le 19 janvier 2006, la NASA a lancé l’engin spatial de New Horizons, une mission destinée à explorer le Système solaire externe, avec Pluton, Charon et les objets de la Ceinture de Kuiper découverts récemment. Les partisans de la théorie de Univers électrique s'attendent à ce que les chercheurs soient surpris quand, courant 2015, New Horizons remplira l’objectif de sa mission. Car, comme l'hypothèse nébulaire est arrivée à triompher avant que les scientifiques ne réalisent que l'Univers est constitué à 99 pour cent de plasma, les conclusions dérivées de cette hypothèse n’ont rien à voir avec des faits observés.



Original : www.thunderbolts.info/wp/2012/07/31/kuiper-belt-objects/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



Dernier article apparenté traduit


Forces énigmatiques : L'énergie sombre est toujours un mystère astronomique.


 




Jeudi 2 Août 2012


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires