Conflits et guerres actuelles

Les leçons mal apprises


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 02:04 « ILS » la veulent leur sale guerre

Mardi 18 Septembre 2018 - 11:02 Les revendications occidentales sur la Syrie


« L’OTAN a préféré rester modestement en marge des célébrations du premier anniversaire de la «révolution de février» en Libye. Cette remarque un tantinet ironique prélude au commentaire fait par le journal allemand Neues Deutschland au sujet du premier anniversaire de la «démocratie» à la libyenne.


Oleg Severguine
Vendredi 24 Février 2012

Les leçons mal apprises
Il va de soi que le siège bruxellois de l’Alliance n’a pas pu passer entièrement sous silence «l’anniversaire» libyen. Les leaders des pays de l’OTAN dont les avions portaient des frappes contre les troupes de Kadhafi ont adressé leurs félicitations aux nouvelles autorités libyennes. La Maison Blanche avait à son tour officiellement félicité les «ex-révolutionnaires» à l’occasion de la liberté retrouvée en leur rappelant implicitement la nécessité de renforcer l’ordre et la stabilité.

Le journal allemand Die Welt fait remarquer en l’occurrence que l’anniversaire de «libération» pourraient servir aux nouvelles autorités libyennes de bonne occasion pour analyser les problèmes de la période post-révolutionnaire. Pourtant, les médias officiels gardent le silence sur les sanglants affrontements inter-tribaux, une corruption monstrueuse, les tortures et les exécutions sommaires pratiqués par les vainqueurs. Par ailleurs, les gouvernements des pays de l’OTAN qui avaient reçu des «révolutionnaires» un «bonus» juteux sous forme de livraisons du pétrole libyen en contrepartie de leur soutien, préfèrent eux aussi fermer les yeux sur les côtés sombres de la nouvelle «démocratie ».

Voici le commentaire de notre expert militaire Victor Litovkine, rédacteur en chef de la Revue militaire indépendante:

"Les États-Unis pas plus que l’OTAN, n’ont tiré aucune leçon de la situation en Afghanistan, en Irak, en Libye ou en Égypte. Ils s’obstinent à vouloir intervenir militairement en Syrie, ce qui montre que le chaos et les tentatives d’instrumentaliser les rivalités politiques et religieuses constituent pour eux un milieu propice pour pêcher dans l’eau trouble. Mieux encore, il font exprès de créer et d’entretenir le chaos pour jouer des muscles et montrer qui est le véritable maître du monde".

Le portail internet kazakh Zakon a cité aujourd’hui une information curieuse diffusée par l’agence israélienne Israland. Selon un récent sondage, seulement 15% des Libyens voudraient voir s’installer chez eux une démocratie de type occidental. Cela donne-t-il à réfléchir à l’OTAN? Certainement, parce que la porte-parole du Département d’État américain Victoria Nuland a déclaré lors d’un point de presse que l’Intervention militaire en Syrie «n’était pas exclue».


Vendredi 24 Février 2012


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires