International

Les lapsus nucléaires de Jacques Chirac


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 14 Mars 2020 - 00:05 Coronavirus au Maroc


On sait bien que les responsables politiques disent souvent des choses qu'ils ne pensent pas. On sait aussi que s'ils perdent soudain leur vigilance et commencent à dire la vérité, cela ne promet rien de bon. Le scandale est garanti. Les lapsus du président américain n'étonnent plus. Mais quand un dirigeant politique aussi chevronné que Jacques Chirac commet une bévue, à plus forte raison dans un domaine aussi sensible que l'Iran et l'arme nucléaire, cela devient un vrai scoop.


Piotr Romanov
Mercredi 7 Février 2007

Les lapsus nucléaires de Jacques Chirac


Par Piotr Romanov, RIA Novosti



Le président français, affirme-t-on, n'était pas en forme quand il a reçu un groupe de journalistes étrangers, car il semble avoir oublié de différencier ce qu'il dit à la presse et ce qu'il confie à titre privé, et deux journalistes du New York Times n'ont pas manqué d'en profiter. Le chef de l'Elysée a par la suite essayé de se justifier, mais ses propos n'ont fait que jeter de l'huile sur le feu.

D'abord, le président français a déclaré que ce n'était pas très grave si l'Iran possédait "une ou deux" bombes nucléaires, une déclaration qui a fait tressaillir tous les négociateurs du dossier nucléaire iranien ainsi que les Nations unies. Ensuite, en cherchant à édulcorer ses propos, il a semé le trouble. "Ce n'est pas tellement dangereux par le fait d'avoir une bombe, peut-être une deuxième un peu plus tard, a poursuivi Jacques Chirac. Mais ce qui est dangereux, c'est la prolifération. Ça veut dire que si l'Iran poursuit son chemin et maîtrise totalement la technique électronucléaire, le danger n'est pas dans la bombe qu'il va avoir, ça ne lui servira à rien. Il va l'envoyer où, cette bombe? Sur Israël? Elle n'aura pas fait 200 mètres dans l'atmosphère que Téhéran sera rasée." Une déclaration qui a suscité de vifs remous en Israël, puis à Téhéran.

Une deuxième explication n'a pas tardé. Le président français a retiré ses propos, tout en confirmant que certains pays avaient les moyens de détruire une bombe atomique avant que celle-ci n'atteigne sa cible. Israël a à nouveau tressailli, alors que les Etats-Unis et la Russie se sont sentis mal à l'aise. Ce sont les pays qui disposent des moyens les plus performants d'interception des missiles nucléaires, mais même les Américains ou les Russes ne peuvent garantir à 100% l'interception de tous les missiles. A moins que le président français n'ait dévoilé une information classée secret défense.

Tout cela serait ridicule si ce n'était pas tragique. Premièrement, il se trouve que la France, l'un des négociateurs du dossier nucléaire iranien, ne trouve rien de terrible dans la violation du traité de non-prolifération, ce qui contredit la position commune des six.

Deuxièmement, point n'est besoin d'avoir beaucoup d'imagination pour comprendre ceci: là où il y a "une ou deux" bombes nucléaires, on peut facilement en faire dix ou douze.

Troisièmement, il découle du contexte que rien ne garantit la sécurité d'Israël. Téhéran pourra toujours essayer de lancer "un ou deux" missiles nucléaires en direction de la Terre sainte, et il n'encourra pas de sanctions, car le président français a retiré ses propos sur Téhéran, sans toutefois dire un mot sur le sort d'Israël. A moins que Paris ne suspende, à titre de sanction, ses fournitures de vin aux Iraniens qui ne consomment pas d'alcool.

Enfin, "certains pays" peuvent toujours essayer d'intercepter des missiles iraniens, et si un missile échappe à leur oeil vigilant, et que l'Etat hébreu est rayé de la carte, personne ne s'en attristera, y compris Jacques Chirac.

Ce ne sont sans doute que des théories, mais, pour éviter qu'elles se réalisent un jour, les responsables politiques devraient réfléchir à deux fois avant de parler.


Mercredi 7 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires