EUROPE

Les dettes à la lumière de l’éducation européenne


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 17 Juillet 2019 - 00:35 La course à la domination de l’Espace



french.ruvr.ru/
Mardi 6 Septembre 2011

Les dettes à la lumière de l’éducation européenne

La visite du président du Conseil européen Herman van Rompuy à Helsinki est qualifiée dans les communiqués officiels de « visite de travail ». Cependant, les problèmes qui seront abordés lors des entretiens avec l’administration finlandaise sont au plus haut point sérieux. La position de la Finlande est la pierre d’achoppement dans le concours financier à la Grèce. Selon les experts, l’objectif essentiel de la visite du président du Conseil européen consiste à aider Helsinki à réviser sa décision concernant Athènes.

Les 17 pays de l’UE doivent approuver la tranche de 109 milliards d’euros de concours à la Grèce. Selon Helsinki, Athènes devrait donner des garanties. Les politiciens européens n’ont pas réussi vendredi à persuader les partenaires finlandais. Les pourparlers seront repris à la mi-septembre. Le gouvernement grec devra terminer les « travaux techniques » relatifs au budget 2012 et au programme de réformes structurelles. Herman van Rompuy a assumé pour le moment la mission de convaincre Helsinki. La décision de la Finlande n’empêchera, d’ailleurs, pas d’accorder la tranche de 8 milliards d’euros en vertu du premier programme approuvé par le FMI et l’UE en mai dernier.

Le problème des dettes concerne non seulement la Grèce. La situation économique compliquée dans le Sud de l’UE, notamment en Espagne, au Portugal et maintenant – en Italie a bouleversé l’eurozone. Les pourparlers interrompus sur le concours à Athènes ont accentué les craintes au sujet de l’approfondissement de la crise des dettes. D’après les rumeurs, la Grèce se prépare en secret à abandonner l’eurozone.  Or, de telles rumeurs sont infondées : selon la plupart des experts, sans le concours des partenaires européens, l’économie grecque se heurtera en 2012 au défaut de paiement.  De ce fait, Athènes n’a la moindre intention de sortir de l’eurozone. Dit le directeur du Centre d’études économiques Vassili Koltachov :

L’octroi du concours aux pays ayant des dettes qui ne cessent d’augmenter est, en fait, dans l’intérêt du capital bancaire européen. Autrement dit, les gouvernements des pays de l’UE prêtent concours aux banques plutôt qu’à la Grèce. La société grecque s’y oppose.  

Les mesures adéquates qu’est contraint d’appliquer le gouvernement grec suscitent le mécontentement des habitants.

L’opinion de Olga Boutorina, chef de chaire d’intégration européenne de l’Institut d’Etat des relations internationales :

Le durcissement du contrôle des dépenses des crédits supplémentaires reçus de l’UE n’a pas d’alternative. Qui plus est, il faut surveiller comment sont appliquées les réformes structurelles pénibles pour les habitants : la baisse des allocations, l’augmentation de l’âge de la retraite, la réduction des frais pour l’appareil d’Etat.

Les crédits accordés aux pays débiteurs constituent une mesure provisoire, indiquent les experts. Ces Etats peuvent balancer ainsi pendant une année ou un peu plus au seuil d’une crise. Les débiteurs devront apprendre en cette période à corréler leurs recettes et dépenses. Espérons que Bruxelles parviendra à mener l’« éducation » à bonne fin.

http://french.ruvr.ru



Mardi 6 Septembre 2011


Commentaires

1.Posté par truc le 06/09/2011 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"les réformes structurelles pénibles pour les habitants : la baisse des allocations, l’augmentation de l’âge de la retraite, la réduction des frais pour l’appareil d’Etat. " par contre pas question de réformes structurelles pénibles pour les banquiers. !!!
C''est pourtant ce qui s''imposerait , et serait juste.
quel cynisme !
c''est vraiment des voleurs de grands chemins.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires