Sciences et croyances

Les désopilantes aventures du réchauffement climatique : Les récifs coralliens crevés ressuscitent


Dans la même rubrique:
< >


Doug L. Hoffman
Mercredi 18 Juillet 2012

Les désopilantes aventures du réchauffement climatique : Les récifs coralliens crevés ressuscitent


The Resilient Earth, Doug L. Hoffman, 6 juillet 2012


      Lors d’une nouvelle étude des récifs coralliens au large de la côte Pacifique du Panama, une équipe scientifique a constaté une chose épouvantable : Ces récifs, apparemment florissants et inébranlables, ont subi des dégâts considérables dans le passé. Encore plus effroyable  fut de réaliser que, malgré la destruction naturelle des récifs coralliens, ils se sont rétablis après un sommeil de 2500 ans [= 500 lustres, ndt]. On nous raconte que les ô combien fragiles récifs coralliens du monde crèveront tous si la température de la planète monte à cause de cet abominable fléau : Le réchauffement global dû à l’activité humaine. Pourtant, il semble que la nature bousillait et recréait hardiment des récifs dans tous les océans du monde avant la naissance de la civilisation humaine. Une fois encore, les tactiques de peur des partisans du réchauffement avortent devant la réalité des faits concernant les récifs.


      Une équipe dirigée par Richard Aronson, professeur et patron du département des sciences biologiques à l’Institut de technologie de Floride (FIT), a étudié les récifs coralliens au large de la côte Pacifique du Panama. Dans cette partie de l'océan, relativement peu touchés par le blanchiment (décoloration) constaté en d’autres endroits de l’océan, les récifs prospèrent et hébergent des centaines d'espèces marines. Tout comme les chercheurs se servent sur terre des cernes des arbres pour relever la chronologie et les conditions climatiques, l'équipe du FIT a prélevé des échantillons dans la partie centrale d'un certain nombre de récifs pour déterminer leur durée de vie et leur santé passée.


IMAGE
Localisations des échantillons de récifs utilisés dans l'étude (cliquez pour agrandir).


      « Nous avons enfoncé des tuyaux d'irrigation de 17 pieds de long vers le bas du récif et extrait l’histoire d’une partie du récif qui nous raconte ce que furent les hauts et bas de la barrière corallienne », a débité Aronson lors d’une interview ouïe sur la Radio Publique Nationale de l'Amérique et d'autres organes de la presse populaire. Les informations qu'ils ont recueillies, ainsi que des données issues d'autres études de partout dans le monde, ont été rapportées dans un article du magazine Science, intitulé ENSO Drove 2500-Year Collapse of Eastern Pacific Coral Reefs [ENSO pilote l’effondrement de 2500 ans des récifs coralliens du Pacifique Est]. Voici le résumé de l’article :

      La structure des parties centrales du récif corallien le long d'un gradient de remontée dans le Panama, montre que les écosystèmes des récifs du Pacifique tropical oriental sont effondrés depuis 2500 ans, ce qui représente jusqu'à 40% de leur histoire entamée il y a environ 4000 ans. La principale cause de ce hiatus à l’échelle millénaire dans la croissance des récifs a été une augmentation de la variabilité de l'oscillation australe d’El Niño (ENSO) et son couplage avec la zone de convergence intertropicale. Cette interruption a été un phénomène à l'échelle du Pacifique, avec une climatologie sous-jacente similaire aux scénarios probables pour le prochain siècle. Le changement climatique global a sans doute conduit les récifs de l'Est du Pacifique vers un autre effondrement régional. [Ndt : Je me suis permis de peindre en gris gras l’obligatoire génuflexion de l’auteur devant saint GIEC.]


      Ignorant pour le moment la dernière phrase gratuite (une allusion évidente au réchauffement climatique d'origine anthropique), nous devrions nous arrêter un instant et imaginer ce que tout ça signifie. Le premier point intéressant est que, agissant sans aucune intervention humaine, la nature a produit de grands épisodes de dégradation des récifs durant de vastes périodes. Aronson et ses collègues, des chercheurs provenant d'un groupe d'institutions, estiment qu’un changement climatique naturel était responsable de la destruction du corail. Pourtant, aujourd'hui, un récif montrant des signes de mauvaise santé est automatiquement une victime de l'activité humaine. Il convient également de noter qu’il ne s’agissait pas non plus d’un petit désastre localisé.


      Le deuxième point est que ce phénomène est mondial, ou du moins « à l'échelle du Pacifique », ce qui est assez proche de mondial. Cette période est survenue mille ans après l’Optimum climatique Holocène, une période de réchauffement planétaire qui, d’après la pensée scientifique, a peut-être produit des étés sans glace dans l'Arctique, quelque chose qui, de nos jours, remplit d’effroi les écologialarmistes, les têtes de linottes d’Hollywood et les pantins (manikins) de la presse. Ce sont d’autres preuves montrant que le climat évolue constamment.


      Troisième et dernier point, les récifs qui avaient tant été dévastés sont retournés à une splendide vie exubérante. Selon la ligne standard du lobby vert, quand les fragiles récifs du monde meurent, ils ne se remettent jamais (jamais !). La gestion ratée de la nature par l’humanité serait attestée par les récifs coralliens crevés et les océans sans vie. Je suppose que c’est prouvé faux de façon décisive.


      Pour être juste, dans leur majorité les verts ont une mémoire monstrueusement courte, comme en témoigne l'agitation dont ils font montre quand la température vire au chaud ou par mauvais temps. Chaque été est chaud et a une température plus haute que jamais ; chaque nouvel ouragan est le plus puissant jamais vu par l'humanité ; chaque déchaînement de tornade est sans précédent. C'est qu'ils n'ont pas le sens du temps, même à l’échelle d’une décennie. N’étant pas limitée par les souvenirs défaillants de l'Homme, ni même par la durée éphémère de la vie humaine, la nature varie toujours sur des échelles de temps de plusieurs décennies, siècles, millénaires, et plus longues.


      Il n'est pas surprenant que les récifs se font et se défont, avec la nature pour cause immédiate de croissance et décroissance. Au lieu de courir à leurs claviers et microphones, les ânes jacasseurs des médias feraient mieux de passer un petit moment à faire des recherches. Maintenant que tout le monde a accès à Internet, il n'y a aucune excuse à ce genre de reportage inculte sur des sujets scientifiques. Les récifs trépassent, les récifs continueront à mourir, et les récifs reprendront du poil de la bête, puisque les conditions environnementales évoluent.


IMAGE
Modèle conceptuel de l'effondrement des récifs (cliquez pour agrandir).


      Mais ce réchauffement planétaire, que des cris attribuent à l’Homme, est-il, à la différence du changement « naturel », trop brusque pour que la nature le traite ? Ou est-ce que la reprise, s’il y en a une, sera lente et laborieuse ? « Elle paraissait être passablement rapide » dans l'histoire du récif du Panama, a dit Aronson à propos de l’interruption découverte par son équipe. « Il y a environ 2.000 ans ou plus, quelques coraux, qui ne sont pas les principaux coraux bâtisseurs de récifs, ont démarré, et ensuite, peut-être 500 ans plus tard, il y a près de 1.500 ans, le corail principal a recommencé à pousser très rapidement. » Je suppose que la nature n'a pas lu tous les communiqués de presse de Greenpeace et du GIEC.


      Les activités humaines ont-elles un impact sur les récifs du monde ? Incontestablement. Mais l’impact n’est pas irréversible, exceptionnel, voire anormal dans la plupart des cas. Comme ça, malgré la génuflexion verbale obligatoire des auteurs de l'étude faisant montre d’obéissance aux dieux de la Probité Politique, il y a peu de différence entre changement naturel et dû à l’Homme – soit en sa forme, soit en son impact. Ainsi, n'oubliez pas la prochaine fois que certains stupides écologistes commenceront à s’épancher à n’en plus finir à propos de la mort des récifs océaniques : Les récifs, comme la Terre elle-même, sont plus résistants que nous ne le pensons.



      Ne te fait pas écraser en traversant la rue, profite bien de la période interglaciaire et reste sceptique.



Original : theresilientearth.com/?q=content/ravaged-reefs-bounce-back
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Mercredi 18 Juillet 2012


Commentaires

1.Posté par July le 02/08/2012 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

+
Ce que j'aimerais qu'on m'explique c'est pourquoi les scientifiques et les états se sont ligués pour propager ce mensonge ? Quel est l'intérêt ? Personnellement je verrai plutôt un intérêt à minimiser les risques pour permettre aux industries de polluer toujours plus et sans entraves...
Mais vous, quel est votre intérêt à nier ce réchauffement et surtout son origine humaine ? N'auriez-vous quelque motif religieux par hasard ? La responsabilité humaine, est-ce donc incompatible avec la providence divine ?


2.Posté par Columbo le 03/08/2012 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

july , il n'y a rien de religieux là dedans :

si vous avez un peu de temps ....


la reunion Bilderberg 2012 aura lieu en Virginie aux Etats-Unis →Le prétexte du réchauffement climatique au service des multinationales dans l’Arctique
25 Avril 2012 Les multinationales du pétrole et de l’exploitation minière financent les recherches scientifiques à coup de centaines de millions pour préparer leur exploitation de l’Arctique. Tout cela se fait sous le prétexte des changements climatiques.

La Presse publiait un article le 19 avril dernier intitulé “Les changements climatiques en Arctique s’accélèrent” dans le but d’alarmer la population et de faire la promotion de la Conférence de l’année polaire internationale 2012 qui se déroule à Montréal du 22 au 27 avril. Deux jours plus tard, ce même journal récidivait avec un autre article, « Les mondes polaires en mutation » dans lequel on peut lire un entretien avec le directeur d’ArcticNet, le Québécois Louis Fortier. Cet entretien est révélateur quant aux véritables objectifs d’ArcticNet et de la recherche sur les changements climatiques en Arctique.

D’abord, voyons un peu ce que dit Louis Fortier dans cet entretien : “L’Année polaire internationale, qui s’est étalée en fait sur 2007 et 2008, est la quatrième de l’histoire. La précédente était en 1958″. Ceci est intéressant, puisque l’Année polaire internationale n’a jamais été liée auparavant aux changements climatiques.

Un peu d’histoire…
La première Année polaire internationale (API), qui a eu lieu en 1882, avait pour but d’envoyer des expéditions de scientifiques aux deux pôles afin de mesurer les températures, mais surtout d’étudier le magnétisme terrestre et le phénomène des aurores boréales. Il s’agissait de la première entreprise scientifique internationale initiée par un certain Karl Weyprecht et commanditée par la Royal Geographic Society et la Royal Society, deux vieilles institutions mondialistes qui existent toujours. Douze nations y avaient alors participé : l’Empire austro-hongrois, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège, la Russie, la Suisse, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada. Satisfaite de l’entreprise, cette élite scientifique décide alors d’organiser une Année polaire internationale tous les 50 ans.

C’est ainsi que la deuxième API s’organisa entre 1932 et 1933 avec pour objectifs l’étude du Jet Stream, de la météorologie, du magnétisme et de la compréhension des phénomènes ionosphériques qui perturbent les communications radios. Plus de 40 nations y participent. Toutes les données obtenues lors des expéditions scientifiques polaires seront réunies par une nouvelle institution : l’Organisation météorologique internationale. Il faut noter que cette institution sera remplacée plus tard par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) après la formation de l’ONU. L’OMM participera par la suite à la fondation (en 1988) du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le groupe scientifique qui affirme (sans donner de véritables preuves) depuis 1990 que l’activité humaine est responsable d’un réchauffement climatique planétaire à travers ses émissions de CO2.

La troisième API est devancée de 25 ans afin de tenir compte des nouvelles technologies disponibles à l’époque (fusées, radars, etc.) et se déroule sous le nom Année géophysique internationale. Elle est proposée par Lloyd Viel Berkner et est organisée lors d’une période d’activité solaire maximum. Selon le site officiel de l’API, « l’AGI fut l’occasion d’un effort sans précédent à l’échelle mondiale pour l’étude de notre planète. 61 nations participèrent aux différentes campagnes, des dizaines de navires, des milliers d’hommes, des avions sont mobilisés. Les pays coopérèrent étroitement et échangèrent leurs données scientifiques. Les décennies de recherche qui ont suivi reposent à l’évidence sur la dynamique initiée au cours de cette année. Ce fut par exemple la confirmation de la théorie très discutée de la dérive des continents, le début des mesures de CO2, ou encore le début de la conquête spatiale avec le lancement des premiers satellites. »

La première et la deuxième API avait comme objectif scientifique de déterminer s’il était possible de franchir l’Arctique par bateau et de créer un passage du nord-ouest à vocation militaire et commerciale. La troisième maintenait ces mêmes objectifs de domination commerciale et militaire (voire spatiale) à travers de nouvelles technologies issues de la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui pour la quatrième API, les objectifs restent les mêmes. L’objectif commercial est bien défini : exploitation des ressources alimentaires, pétrolières et minières. L’objectif militaire est aussi clair : le Canada, par exemple, veut y exercer sa souveraineté territoriale. Les changements climatiques, eux, ne semblent qu’un prétexte pour justifier les dépenses considérables nécessaires à l’exploitation de l’Arctique. Que les glaces fondent ou non, l’Arctique est maintenant une région à exploiter. Cela peut être prouvé.

Retournons à notre entretien avec Louis Fortier pour voir ce qu’il en est.

Mine, gisements pétrolier et brise-glace géant
Louis Fortier révèle à la Presse dans son entretien que le but de ses recherches n’est pas purement scientifique (sur les changements climatiques), mais à vocation commerciale. Ses recherches sur les écosystèmes de l’Arctique sont importantes, dit-il, « parce que c’est là qu’on envisage de faire de l’exploration pétrolière. L’Office national de l’énergie devra en tenir compte avant d’autoriser des forages dans la mer de Beaufort. » Il affirme plus loin : « On peut dire la même chose pour […] les autres ressources minérales ». On peut parier que rien n’empêchera le forage ou l’exploitation des ressources minérales, surtout pas les recherches de monsieur Fortier. Comment le savoir ? C’est facile, il n’y a qu’à identifier les sources de financement d’ArcticNet, l’organisme que dirige Louis Fortier.

Lorsque l’on consulte la liste des partenaires de l’organisme ArcticNet, on n’est pas surpris de tomber sur des pétrolières de grandes envergures : BP Exploration Operating Company Ltd. (British Petroleum), Imperial Oil Resources Ventures Limited (Esso), ConocoPhillips Canada (gaz naturel), l’Association canadienne des producteur de pétrole (lobby).

On y trouve aussi des compagnies minières : Xstrata Nickel, Baffinland Iron Mines (ArcelorMittal), Diavik Diamond Mine (Rio Tinto), Vale Inco.

Sur la liste, il y a aussi des compagnies de transport : OmniTRAX, Kongsberg Maritime, First Air, Canadian North .

Il y a une société de gestion de capital : Axys Group.

Figure sur la liste plus de 75 universités dont il faut noter la Balsillie School of International Affairs (fondée par James Balsillie à l’époque où il était membre de la Commission Trilatérale) et l’Université Oxford.

Aussi, parmi les autres organismes cités on peut trouver évidemment des riches familles mondialistes et membre de la franc-maçonnerie :

- Garfield Weston Foundation de la famille Weston (2e famille la plus riche du Canada) qui possède le pain Weston et les supermarchés Loblaws et Maxi.

- Kenneth M. Molson Foundation de la famille Molson, membre de la franc-maçonnerie depuis des générations (et propriétaire du Canadien de Montréal).

- World Wildlife Fund : organisme fondé par le Prince Bernhard des Pays-Bas (également fondateur du groupe Bilderberg) qui a eu comme premier directeur l’eugéniste Julian Huxley (frère d’Aldous Huxley, auteur du livre « Le meilleur des mondes »).

La liste est encore longue …

La Russie et le Canada développe en ce moment des brise-glaces géants polaires qui pourront traverser l’Arctique, que les glaces fondent ou non. On peut lire sur le site officiel du gouvernement canadien que « le nouveau brise‑glace polaire sera conçu pour rompre des glaces de 2,5 m d’épaisseur. Bien que cette donnée puisse être supérieure à la valeur maximale en ce qui a trait à l’épaisseur des glaces dans l’océan Arctique, cette caractéristique permettra la construction d’un bâtiment ayant la force et la capacité nécessaires à une exploitation dans quasi toutes les conditions telles que les dorsales, les champs de glace en crête et la glace sous pression ». Ce brise-glace géant portera le nom de NGCC John G. Diefenbaker, en l’honneur de l’ancien Premier ministre franc-maçon. L’achèvement de sa construction est prévu pour l’année 2017.

Le prétexte des changements climatiques
Nous devrions plutôt dire ici le réchauffement climatique si nous voulons être honnêtes. Bien que la terminologie a changé depuis, l’argument reste le même : semble-t-il que le climat de la terre se réchaufferait. Ce n’est pas pour rien que la terminologie a changé, car les organismes qui prédisent ce réchauffement n’ont pas réussi à prouver de façon acceptable leurs prédictions alarmistes.

Premièrement, parce que la totalité de la science du réchauffement climatique s’appuie sur des modèles informatiques de prédiction du climat. Le problème, c’est que l’on peut faire dire n’importe quoi à un logiciel informatique. Une des preuves de cela fut le quatrième rapport publié par le GIEC où l’on pouvait retrouver dans ses pages un graphique en forme de bâton de hockey qui montrait l’accélération rapide de la montée de la température globale du climat terrestre. Ce graphique fut entre-autres utilisé par Al Gore dans son film « Une vérité qui dérange », un film qui a reçu un Oscar rien de moins. C’est ce graphique, discrédité à plusieurs reprises par de nouvelles études scientifiques, qui a été à l’origine du désormais célèbre Climategate. Aujourd’hui, ce sont encore les modèles informatiques qui font la loi dans la science du réchauffement climatique.

Prenons un exemple de prédiction ratée à ce sujet. Le docteur David Barber, qui est le directeur du Centre for Earth Observation Science de l’Université du Manitoba, a prédit en 2008 qu’il n’y aurait plus de glace au Pôle Nord durant l’été de cette même année (2008). Evidemment, cela s’est avéré complètement faux cet été là. Aujourd’hui, Mr Barber récidive en affirmant que la glace estivale de l’Arctique pourrait disparaître “aussi tôt que l’an prochain”, du moins c’est ce qu’on pouvait lire dans la Presse du 19 avril de cette année. Ceci risque fort peu d’arriver, car selon les observations faites par satellite, la surface de la glace estivale de l’Arctique augmente depuis l’année 2007, année où elle avait atteint son plus bas des dix dernières années. L’objectif des fausses prédictions de David Barber ? : alarmer le public et, probablement surtout, préserver ses millions de dollars de financement qui proviennent de multinationales du pétrole et de l’exploitation minière.

Un autre article a été publié dans la Presse du 24 avril qui avait pour titre : « Le sous-sol du Grand nord fond ». Encore une fois, à la lecture de l’article, on se rend bien compte du véritable objectif des recherches, soit comment les multinationales vont exploiter l’Arctique. On peut lire que ces « problèmes vont hanter les mégaprojets énergétiques et miniers de l’Arctique canadien et du Plan Nord québécois. » Et qui prévoit ces mégaprojets ? Ceux-là même que l’on retrouve sur la liste des partenaires de l’organisme ArcticNet cités plus haut. L’équation est facile à faire.

La question se pose alors : le sous-sol du Grand nord fond-il vraiment ? Selon des études faites dans le nord Eurasien, il n’existe aucun indice comme quoi le pergélisol serait en train de fondre dû à une hausse des températures et encore moins à cause des émissions de CO2 dans l’atmosphère. Les chercheurs notent que la baisse des températures du sol entre les années 70 et 90 aurait sans aucun doute été causée par le phénomène de l’oscillation nord-atlantique et non pas le réchauffement climatique.

Revenons maintenant à notre entretien avec le directeur d’ArcticNet, Louis Fortier.

Le Plan Nord
La Presse a posé la question à Louis Fortier : que pensez-vous du Plan Nord du gouvernement Charest ? La réponse ne devrait pas vous étonner : « Moi, je l’aime, le Plan Nord. »

Pourquoi ne pas être surpris ? Parce que les multinationales qui vont exploiter le Plan Nord sont les mêmes qui financent ses recherches. Disons qu’ils sont tous dans la même équipe. D’ailleurs, une simple visite sur le site Internet officiel de la Conférence sur l’année polaire internationale 2012 de Montréal révèle que l’évènement est commandité par le Plan Nord.

Les preuves s’accumulent aujourd’hui comme quoi le Plan Nord est une entreprise pour déposséder les Québécois de leurs ressources naturelles et de les donner à rabais aux multinationales. Faut-il vraiment donner plus de preuves à ce sujet ?

Conclusion
Le prétexte du réchauffement climatique sert la cause d’une élite internationale qui voit dans ce stratagème la méthode ultime pour dominer la planète entière. Les projets sont nombreux : la taxe mondiale sur la carbone, le contrôle des populations, la destruction de la petite entreprise, la dictature scientifique, la gouvernance mondiale tant convoitée par l’élite mondialiste et même l’établissement d’une religion planétaire basée sur le culte de la Terre-Mère.

Une citation résume bien l’objectif du réseau mondialiste. Une citation que l’on peut lire dans un ouvrage publié en 1991 par un think tank mondialiste puissant, le Club de Rome, qui a pour titre « The First Global Revolution ». Concluons sur cette citation du livre:

«Dans la recherche d’un nouvel ennemi commun, nous sommes arrivés avec l’idée que la pollution, la menace d’un réchauffement climatique, les pénuries d’eau, la famine et autres pouvaient remplir ce mandat. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine et c’est seulement à travers les changements d’attitudes et de comportements qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi dans ce cas est l’humanité même.»


3.Posté par Columbo le 03/08/2012 01:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En réponse à de pseudo savant qui disent :"""" L’hypothétique augmentation du niveau des océans ne pourrait provenir que de la fonte des énormes glaciers qui se trouvent à l’intérieur des terres, au Groenland, en Islande, en Norvège et sur la partie orientale de l’Antarctique."""

D'autres répondent :S'il y a réellement une fonte des glaces , elle n’a rien à voir avec la montée du niveau de la mer, puisqu’elle n’a strictement aucun effet sur ce phénomène. En effet, lorsqu’on plonge un glaçon dans un verre d’eau, la fonte du glaçon n’entraîne aucune modification du niveau de l’eau ; ce que sait n’importe quel étudiant en physique élémentaire.

la fonte des glaces se situe au niveau de la mer ; la glace a perdu en moyenne 2 cm d’épaisseur par an.
Par contre les scientifiques norvégiens constatent « une élévation de 6,4 centimètres par an dans les vastes zones intérieures situées au-dessus de 1 500 mètres d’altitude ».

4.Posté par sherazad le 03/08/2012 01:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut Columbo

Ah la la , tu me fais littéralement fondre ..........................d’Admiration !!!
Saha ftorek khouya

5.Posté par Columbo le 03/08/2012 02:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut sherazad .

C'est ma façon d'apprendre ,un peu égoiste , je l'avoue .
le savoir est tellement immense que je ne sais par ou commencer .
Alors , j'apprends par cause à effet , par un tri des nombreuses infos qui nous parviennent chaque jour.

Saha ftourek.

6.Posté par sherazad le 03/08/2012 02:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Columbo
Mash'Allah , merci pour le partage parce que grâce à toi et sir conflexe , j’apprends énormément.
Salam khouya

7.Posté par July le 03/08/2012 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à Colombo :
On distingue en effet deux sortes de glaces : les calottes posées sur les continents et les banquises. La fonte des banquises n'a pas d'influence sur le niveau de la mer. Vous l'avez bien expliqué aux gens qui l'ignoraient. Soit. Mais ensuite vous réfutez "un peu vite" la fonte de la calotte glaciaire ("la neige a augmentée en Norvège")...

Par ailleurs, je ne comprends pas bien comment les changements climatiques peuvent servir de "prétexte aux multinationales du pétrole et de l’exploitation minière pour préparer leur exploitation de l’Arctique ?" Je ne trouve pas de lien logique entre les deux. En fait j'y trouve plutôt une contradiction, car en quoi la "réduction des émissions de gaz à effet de serre" peut-elle bien servir aux grands groupes pétroliers ? Et s'ils y trouvent tant d'intérêts, pourquoi les Etats-Unis n'ont-ils pas ratifié le protocole de Kyoto ? Et pourquoi les républicains de la famille Bush et compagnie sont ils dans le camp eux aussi des climato-sceptiques ?

Voici un article clair et facile à lire qui tient un tout autre son de cloche:
http://www.politis.fr/Un-celebre-scientifique-climato,19173.html
Un climatologue américain, climato-sceptique notoire proche des pétroliers retourne sa veste...

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires