International

Les déclarations d'Ahmadinejad après son voyage en Italie



Jeudi 5 Juin 2008

Les déclarations d'Ahmadinejad après son voyage en Italie
Le président de la République Islamique d'Iran, de retour de son voyage au Sommet extraordinaire de l'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture des Nations Unies à Rome, a répondu à l'aéroport de Mehrabad àTéhéran aux questions des journalistes et a évoqué sa participation la réunion de la FAO en tant que motif principal de son voyage d'un jour en Italie.

Cette organisation avait organisé ce sommet pour réagir aux conditions économiques et alimentaires dures que supportent des populations de nombreux pays, et cela fait plusieurs mois que les dirigeants de plusieurs pays ont été invités à y prendre part.


Le président iranien a évoqué les rencontres maintenues en marge du sommet et les discussions étendues avec les « responsables de différents pays » et avec le secrétaire général des Nations Unies.


Mahmoud Ahmadineyad a qualifié « les affaires du Moyen-Orient », et en particulier de l' Iraq, l'Afghanistan, le Liban, «de problèmes généraux du monde » et évoqué « les espoirs du peuple iranien quant à l'ONU et à son secrétaire général au moment de défendre les droits des peuples".


Quant aux questions évoquées avec les dirigeants d'autres pays, il a indiqué que "les questions internationales , la situation actuelle, l'extension de relations et « l'unité du monde islamique" ont constituées les principales questions.


Mahmoud Ahmadineyad a aussi évoqué les rencontres entre hommes d'affaires italiens et iraniens ainsi qu' avec la Communauté iranienne résidante en Italie.

Source IRNA

Les déclarations d'Ahmadinejad après son voyage en Italie

Le point de presse du Président iranien à Rome (IRIB)

George W. Bush termine son mandat avec des ambitions réduites, pour la plupart, à néant : sur plusieurs dossiers, dont celui d'une action armée contre l'Iran, le plus impopulaire des Chefs de la Maison Blanche est amené à s'avouer vaincu. Mardi soir, à Rome, le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, le répétait, encore, à la presse, avec cette franchise qui fait sa popularité au-delà des frontières. "M. Bush, a-t-il affirmé, lors d'un point de presse, n'a jamais caché à quel point il souhaitait se lancer dans une nouvelle aventure guerrière, cette fois, contre l'Iran. Des prétextes, il en a cherché de toutes sortes et tout au long de son second mandat, mais, à chaque fois, il a buté sur des obstacles pour le moins inattendus." Ahmadinejad a tenu à souligner, encore, une fois, la nature totalement inoffensive du programme nucléaire iranien, qui se caractérise par sa légitimité, sa transparence et sa fiabilité, avant de déplorer la duplicité de la politique nucléaire de l'Occident, une politique qui, dixit, "arme Israël avec des bombes atomiques, le soutient sans condition, et refuse, dans le même temps, aux autres Etats le simple droit d'exploiter l'énergie fissile à des fins civiles." L'élection américaine, actualité oblige, s'est aussi invitée dans les débats. A un journaliste, qui l'interrogeait sur l'avenir des relations irano-américaines, à la lumière d'un éventuel changement de la majorité aux Etats-Unis, Ahmadinejad a répondu, dixit: "Je souhaite d'abord que la Présidentielle américaine se déroule sans irrégularité. Passée cette étape, nous demanderons à ce que le successeur de Bush, quelles que soient sa couleur et ses tendances politiques, mette un terme au bellicisme effréné de ces dernières années, à ce climat de menace perpétuel qui en est la conséquence, et œuvre pour asseoir la logique du dialogue." Et Ahmadinejad d'ajouter : "L'année dernière, j'ai convié le Président Bush à un débat télévisé. Cette année, je renouvellerai mon offre de dialogue à l'adresse de chacun des candidats à la Présidentielle américaine, car je suis le représentant d'un système politique qui privilégie le dialogue à la confrontation." Ahmadinejad a regretté que les Etats-Unis d'Amérique, en dépit de la profession de foi démocratisante de leurs dirigeants, abritent sur leur territoire des terroristes armés, qui commanditent et planifient des attaques, dans d'autres pays du monde, dont l'Iran. Le régime sioniste et ses politiques ont fait l'objet d'une autre question posée au Président Ahmadinejad. "Le crédit et le prestige de l'opinion publique, en Europe, a-t-il souligné, sont constamment sacrifiés sur l'autel des intérêts du régime sioniste. Je ne doute pas un seul instant du fait que les Européens s'opposent, dans leur majorité, aux exactions d'Israël, dans les territoires occupés. Mais ce qui est diffusé, aujourd'hui, à travers les médias occidentaux, consiste à affirmer le contraire et je vois là l'une des plus grandes injustices jamais faites aux peuples de l'Europe.", a ajouté le Président. "Je comprend que les Etats européens ne veuillent pas d'un régime (sioniste), sur leur continent, qui ne fait que semer la guerre et le trouble, mais ce n'est pas une raison pour l'imposer aux Palestiniens.", a-t-il poursuivi. "Ce que nous demandons est très simple. Nous souhaitons qu'un référendum soit organisé, en Palestine, pour que ses habitants puissent décider de leur propre sort. C'est une solution viable et humaine et c'est la seule à être capable de mettre fin à soixante années de crimes et d'exactions.", a fait remarquer Ahmadinejad. Pour le Président iranien, les maux avec lesquels est aux prises l'humanité actuelle s'enracinent dans les injustices, les inégalités et les violations des droits des faibles. En évoquant le thème de la Conférence de la FAO, à l'occasion de laquelle il se trouvait à Rome, Ahmadinejad a jugé inadmissible la hausse des cours des denrées agricoles et a critiqué les ingérences des puissances hégémoniques qui font tourner les équations internationales à leur avantage, sans nul égard pour les plus vulnérables, les plus démunis. Au terme de sa conférence de presse organisée en marge du Sommet de la FAO, le Président iranien a tenu à rendre un vibrant hommage au défunt fondateur de la République islamique d'Iran, dont on commémore, ces jours-ci, l'anniversaire du décès. "Les idéaux de l'Imam Khomeyni sont ceux de tous les messagers divins, dont le vénéré Christ. Son message était celui de l'amour, de la liberté, de la lutte contre la tyrannie et comme le Christ et les autres prophètes de Dieu, il ne vivait que pour que justice soit dite et faite."


Jeudi 5 Juin 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires