MONDE

Les contradictions des démocraties occidentales.


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 12 Juin 2018 - 11:00 FALSIFICATION DE LA BIBLE (2/2)

Jeudi 7 Juin 2018 - 09:12 LA FALSIFICATION DE LA BIBLE (1/2)


Il faut parfois s’amuser à faire des comparaisons de réactions et souligner les contradictions des défenseurs de la démocratie occidentale : les bien-pensants comme Sorhozy ou Choi qui hurlent à la dictature au sud de la Côte d’Ivoire et ferment les yeux sur les massacres dans les zones CNO ou légitiment les coups d’état et les escadrons tenus par les hommes de Ouattara. On voit bien à quel point ce qu’on appelle « l’opinion » n’est rien d’autre que l’expression de manipulations aux services des multinationales et des intérêts géostratégiques de l’impérialisme occidental.


OUATTARA (Léon saki)
Vendredi 31 Décembre 2010

Les contradictions des démocraties occidentales.
La façon dont la France (défenseur des libertés et promotrice des droits de
l’homme) a réagi dans la crise ivoirienne depuis son déclenchement en 2002
montre bien l’existence d’une véritable complicité avec les rebelles
ivoiriens.

Ceux qui n’ont pas vécu directement la crise sur le terrain croiront à une
cabale de dénigrement contre l’ex-puissance coloniale mais les ivoiriens
seuls témoins de ce pan de l’histoire de leur pays savent de quoi il
s’agit. de quoi relève-t-il ? Le 11 septembre 2002, des personnes puissamment
armées, qui ne sont certainement pas venus de nulle part, ont attaqué les
institutions de la République, assassinant au passage des civils, des
militaires, des policiers, des gendarmes et leurs familles.



Ceci n’émeut personne, ni les organisations des droits humains ni les
défenseurs de la démocratie moderne représentés par les puissances
occidentales. Les assaillants dont l’action de prendre le pouvoir a été
annihilée par la résistance militaire et populaire, et qui se sont par la
suite repliés au nord, divisant de facto la Côte d’Ivoire en deux, n’ont
jamais été inquiétés. Les occidentaux ont plutôt trouvé des terminaisons
pour affranchir l’action des rebelles ivoiriens :

‘’C’est un problème ivoiro-ivoirien’’, ‘’c’est une guerre
identitaire ou une guerre réligieuse’’, etc. etc. Les exactions physiques,
les charniers découverts, le pillage de l’économie avec le trafic du diamant
auraient pu être imputés à Soro Guillaume qui s’est réclamé chef dela
rébellion alors que tous les Ivoiriens savent que le vrai père reste Alassane
Dramane Ouattara qui, à la faveur de son échec à la présidentielle, vient de
reprendre sa chose en main.



Les chefs rebelles dont les mains continuent d’être trempées du sang des
Ivoiriens, des viols et des pillages n’ont jamais souffert de la moindre
sanction occidentale ou sous-régionale (les petits valets nègres). Koné
Zakaria est adulé par les chefs d’Etat de la Sous-région, Wattoa traine ses
mains souillées de sang dans les couloirs de l’Elysée, lorsque Ouattara,
commanditaire de cette rébellion se raffine l’image pour se donner celle
d’un enfant docile et innocent.



Si les rebelles sont ainsi adulés par les gendarmes du monde, ce n’est pas
le cas pour ceux qui ont été sauvagement assassinés dans la nuit 11 septembre
2002. Charles Blé Goudé et certains membres de la galaxie patriotique sont
frappés par une interdiction de sortie du pays ; le pays lui-même est frappé
par des Embargos de tous ordres. A un moment donné, toutes sortes de
‘’maladies’’ avaient été attribuées à la zone gouvernementale et
pour lesquelles le couteau de la menace était devenu permanent notamment
l’exploitation des enfants dans les champs de cacao, les escadrons de la mort,
la xénophobie…



Cette conspiration internationale qui connait aujourd’hui ses aboutissants
à travers la crise actuelle, a fait beaucoup de tord aux ivoiriens reconnus à
présent comme les bourreaux en faisant passer les Vrais bourreaux (les
rebelles) pour les victimes. De toute cette réflexion résulte
l’interrogation suivante : comment les démocraties occidentales qui
condamnent les groupements terroristes et armées tels que l’ETA,
l’Al-Qaïda, les FARC, les Forces unies d'autodéfense de Colombie
peuvent-elles apporter leur soutien à Alassane Ouattara, le père d’une
rébellion armée ?


Vendredi 31 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par aeiouy le 04/01/2011 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Il appartient désormais au Conseil constitutionnel de proclamer les résultats définitifs dans le strict respect de la volonté clairement exprimée par le peuple ivoirien. .." déclaration de l'Elysée le 02 décembre 2010.
A travers l'AFP et reuters le système médiatique de désinformation d'une machination internationale s'est mis en marche.
Que peut-on attendre de voyous sinon des actes de voyous !
Ils font comme cet animal qui se croit rusé mais ne sait pas qu'on le voit.
Qu'ils s'agitent, qu'ils fasse ce qu'ils veulent : ll n'y aura aucune guerrre en Côte d'Ivoire.
Qu'ils méditent sur ceci : "le pouvoir et l'argent ont-ils une fin ?"



Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires