Lobbying et conséquences

Les contempteurs d’Israël n’ont aucun souci à se faire


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante


Dans quelle mesure les disparités dans l’accès à l’argent, aux médias et aux appareils administratifs de la société constituent-ils une censure de toute opposition ? Les événements récents, à l’Université Harvard, nous en offrent un exemple éclairant…


Jeudi 12 Juin 2008

Les contempteurs d’Israël n’ont aucun souci à se faire

Les contempteurs d’Israël n’ont aucun souci à se faire

par J. LORAND MATORY

in the Harvard Crimson, 5 juin 2008

http://www.thecrimson.com/article.aspx?ref=523879

traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

Dans quelle mesure les disparités dans l’accès à l’argent, aux médias et aux appareils administratifs de la société constituent-ils une censure de toute opposition ? Les événements récents, à l’Université Harvard, nous en offrent un exemple éclairant…

Lors de la tenue du conseil de la Faculté des Arts et des Sciences (FAS), le 13 novembre dernier, j’ai proposé la motion suivante : « Notre faculté s’engage à encourager un dialogue civil dans lequel des gens aux perspectives les plus larges et diverses se sentent en sécurité et sont encouragés à exprimer leurs idées, pour peu que celles-ci soient mesurées et fondées sur des faits ». Exprimant la crainte que recaler une proposition coulant à ce point de source serait gênant, mes collègues ont voté massivement (74-26) la « mise à l’écart » de cette motion – c’est-à-dire, en clair, de mettre fin à la discussion et d’éviter ainsi toute mise aux voix. S’ils ont eu cette attitude, c’est parce que ma motion avait surgi dans le contexte de ce que nombre de mes collègues plus silencieux que je ne le suis moi-même considèrent être une censure généralisée de tout dissentiment à propos du problème israélo-palestinien sur le campus et dans les bibliothèques avoisinantes, qui constituent une part essentielle de la vie intellectuelle de l’Université. De plus, comme je l’ai déjà montré dans ces colonnes au mois de novembre dernier, le vote violait de manière patente le Robert’s Rules of Order, qui est la norme de la procédure parlementaire à l’usage des conseils d’université. C’est la ferveur de leurs convictions qui a rendu aveugles soixante-quatorze éminents titulaires du prestigieux Ph. D. au fait qu’ils ne faisaient qu’apporter de l’eau à mon moulin…

Le déplacement massif de population qui résulta de la création d’Israël, il y a soixante ans, est l’objet d’un oubli volontaire dans la politique étrangère américaine et d’une ignorance confondante chez les citoyens américains, de manière générale. Comment pourrions-nous justifier autrement le vol massif et toujours en cours de la terre ancestrale des Palestiniens depuis le milieu du vingtième siècle – un vol subventionné annuellement par plus de trois milliards de dollars du gouvernement américain – tandis que nous faisons appliquer, à juste titre, le droit de réfugiés juifs à recouvrer des propriétés en Europe, d’où ils avaient été évincés au milieu du vingtième siècle ? Si nous ne reconnaissons pas l’égalité entre les droits des Palestiniens et ceux des juifs, comment pourrions-nous prôner l’égalité des droits entre les Tibétains et les Chinois Han, entre les Sahraouis et les Marocains, entre les Africains et les Américano-libériens, entre les femmes et les hommes, entre les Noirs et les Blancs, entre les gays et les hétéros ?

Toutefois, je note que jamais, sur aucun autre sujet, à Harvard, je n’ai entendu parler de la dés-invitation d’un orateur invité, et donc encore moins de la dés-invitation de trois orateurs invités… En 2002, la Faculté d’Anglais d’Harvard a invité Tom Paulin – professeur à Oxford et un des poètes britanniques actuellement vivants les plus géniaux – à parler, mais il a promptement été désinvité, après que le Président de l’Université de l’époque, Lawrence H. Summers, eut exprimé sa désapprobation des critiques de Paulin à l’encontre d’Israël. Bien que la Faculté ait voté, par la suite, pour revenir sur cette dés-invitation, Paulin n’est jamais venu sur notre campus. En 2005, l’historien à l’Université DePaul Norman G. Finkelstein, qui a à la fois critiqué très fortement le comportement militaire d’Israël et accusé le professeur à l’Ecole de Droit d’Harvard Alan M. Dershowitz de plagiat, avait été invité à prendre la parole à la librairie Harvard Book Store, mais il avait été abruptement désinvité sans la moindre explication. Bien que Finkelstein ne soit pas en mesure d’apporter la preuve que Dershowitz était à l’origine de sa dés-invitation, le modus operandi dershowitizien saute aux yeux, dans les centaines de pages de correspondance juridique lourde de menace qui voudrait étayer la campagne de Dershowitz visant à faire interdire la publication du livre de Finkelstein par l’University of California Press (UCP), et qui a à l’évidence réussi à le faire aux éditions New Press. Dershowitz est allé jusqu’à écrire – utilisant du papier à l’en-tête de l’Ecole de Droit d’Harvard – pour demander au gouverneur (de la Californie) Arnold Schwarzenegger d’interdire la publication de cet ouvrage.

D’aucuns ont émis l’avis qu’avec le terme de l’administration Summers, en 2006, ces menaces contre la liberté d’expression dès lors qu’il est question d’Israël, avaient pris fin. Toutefois, en 2007, soit bien longtemps après le départ de Summers, Martin A. Nowak, professeur de mathématiques et de biologie et Directeur du Programme d’Harvard pour la Dynamique Evolutionnaire (Program for Evolutionary Dynamics – PED), invita le biologiste de Rutgers Robert L. Trivers à prendre la parole à l’occasion de sa réception du prestigieux Prix de sciences biologiques Crafoord, décerné par l’Académie Royale des Sciences suédoise. Quelques heures, seulement, avant le discours et la réception prévus, sous les ordres de ‘quelqu’un’ dont il a refusé de révéler l’identité, Nowak annula abruptement l’invitation, disant qu’il le faisait sous les injonctions d’une personne qu’il ne pouvait nommer. Toujours d’après Trivers, Jeffrey Epstein aurait reconnu, par la suite, avoir donné l’ordre de l’annulation, disant qu’il l’avait fait sous la pression de Dershowitz. Epstein, client du cabinet juridique de Dershowitz, avait fait don des fonds nécessaires à la création du PED, lequel programme, d’après d’autres sources, dépend, pour son action à venir, de nouveaux financements de ce même donateur.

Dershowitz, qui est également un professeur détaché de l’Université au sein du PED, a porté plainte contre une lettre publiée dans le Wall Street Journal, dans laquelle Trivers qualifiait les attaques israéliennes contre les civils libanais durant l’invasion de l’été 2006 de ‘boucherie’. Il y qualifiait également Dershowitz, qui avait soutenu cette guerre, d’ « apologiste quasi-nazi », et il y disait à Dershowitz de ‘s’attendre à ce qu’il vienne le voir’ au cas où il poursuivrait ses justifications publiques. Trivers dénia toute intention de menacer, ou de porter physiquement atteinte à Dersho. En 2008, c’est un professeur n’appartenant pas au PED qui, finalement, invita à nouveau Trivers. Nonobstant la déclaration dramatique de Dershowitz, selon laquelle il avait disposé son secrétaire-karatéka à la porte de son bureau afin qu’il le protège, Trivers prononça un discours brillant, devant une assistance nombreuse, et cela ne l’amena à aucun moment à se rapprocher de Dershowitz, ou de son bureau. Le fait que Trivers ait été désinvité n’en demeure pas moins une honte non lavée pour Harvard, sans précédent depuis l’ère McCarthy (en ce qui concerne, bien entendu, tous les sujets autres que la question israélo-palestinienne…)


Deux des trois principales librairies locales ont participé à ce processus de censure. J’ai mentionné la dés-invitation de Finkelstein par la librairie Harvard Book Store. En 2002, Hillel Stavis, propriétaire de la défuncte librairie Wordsworth, sise à Harvard Square, a joué un rôle prééminent dans un boycottage hautement destructeur de la campagne de dons en vue du financement de la radio publique WBUR, au motif qu’elle aurait, soi-disant, diffusé trop librement des opinions pro-palestiniennes. A la suite de ma conférence de décembre 2007, à l’Ecole de Droit d’Harvard, consacrée au contexte de ma motion au à la FAS, conférence au cours de laquelle je fis référence à Stavis comme ayant « dirigé » le boycott, il m’a hurlé dessus, depuis le public, et il m’a menacé d’intenter un procès contre moi.

Le doyen de la FAS, Michael D. Smith, a invité Dersho au conseil de la Faculté, le 11 décembre, à contester ces informations. Dersho a déclaré qu’ « il n’avait pas connaissance de la moindre tentative, durant ses quarante-quatre années passées à Harvard, d’empêcher des prises de parole, des commentaires ou des débats au sujet de la question palestinienne ». Pourtant, afin de formuler son désaccord, il a reconnu que Paulin avait bien été, en effet, désinvité. Dersho a reconnu aussi avoir prétendu à la Police de l’Université d’Harvard que Trivers l’aurait menacé, avouant de manière implicite que son allégation a pu amener d’autres responsables de Harvard à désinviter celui-ci. Tout en affirmant que Finkelstein l’aurait menacé, Dersho a catégoriquement nié que Finkelstein aurait jamais été désinvité – affirmation que Finkelstein conteste. La plupart des lecteurs seront fondés à se demander si des personnes aussi nombreuses sont effectivement en train de menacer Dersho, ou bien si cette accusation ne serait pas, par hasard, devenue une manière expédiente et « mains libres », pour Dersho, de maintenir certaines personnes à bonne distance du campus ?

Personnellement, je suis très satisfait que Dershowitz ait pu exprimer sa position, lors du conseil de la FAS, ce 11 décembre dernier. Toutefois, il doit être noté que son implication dans la discussion – au-delà de sa distribution de tracts lors de meetings et de ses multiples articles publiés dans le Crimson – avait pour origine une application inéquitable des règlements. D’un côté, on m’avait demandé de sauter à travers tous les cerceaux procéduraux possibles et imaginables afin de soulever la question de ces incidents lors du conseil de la FAS, et cela m’a demandé beaucoup de temps, d’efforts et de capital social afin de garantir mon droit inaliénable, en tant que membre de la Faculté, de le faire. Par exemple, avant de reconnaître, un bon mois après, qu’ils avaient commis une erreur en permettant la « mise au congélo » de ma motion du 13 novembre, des responsables m’ont dit, à plusieurs reprises, qu’ils avaient eu raison, et que je devais porter mon débat ailleurs, que ma proposition de reprendre le débat et de procéder à un vote à bulletins secrets était « étrange », à leurs yeux. D’un autre côté, les règles avaient été étirées, de façon à permettre à Dershowitz, qui est professeur à l’Ecole de Droit, de parler lors d’une réunion de la FAS. Selon le Règlement des Procédures de la Faculté, « Le doyen de la Faculté… peut inviter (des professeurs non-membres de la FAS) à assister en tant qu’observateurs », mais ni le terme « observateurs » ni un quelconque passage du Règlement ne suggèrent le droit de prendre la parole.

En fin de compte, mes collègues et moi-même avons le fort soupçon qu’il avait été mis un terme à une procédure de nomination en raison des écrits non-académiques du candidat au sujet de la question israélo-palestinienne. Les règlements de la Faculté m’interdisent de révéler davantage de détails. En dépit de la brièveté avec laquelle ce cas a dû être traité, le potentiel de parti-pris politique dans des décisions de nomination est parmi les menaces les plus graves et les plus menaçantes pour la liberté d’expression et pour la réputation d’excellence de l’Université Harvard. Chacun des douze jeunes membres de la Faculté qui ont exprimé en privé leur soutien à ma motion ont également fait part de la peur qui les empêchait de le faire publiquement.

Pour certaines personnes, de telles dés-invitations, compromissions lors de l’examen des candidatures, boycottages de donateurs et menaces afférentes, de menaces légales, d’appels à des gouverneurs d’Etats américains à intervenir dans la revue des pairs et dans le processus des publications, et la distorsion unilatérale des lois ne sont en eux-mêmes que de simples exemples de « liberté d’expression » - des mécanismes de ce que Dersho appelle « le marché des idées ». Pour d’autres, ce sont rien moins que des menaces effrontées contre les déroulements de carrières, le débat et la libre diffusion de l’information. Ces attaques ont aussi pour résultat la perte d’opportunités de carrière, auxquelles les chercheurs ont droit, à juste titre. Un membre de la Faculté, qui a requis l’anonymat, a parlé de « campagne d’intimidation », ajoutant : « Si vous êtes perçu comme ‘anti-israélien’, … et si vous êtes promis à quelque honneur où à quelque nomination, vous risquez de ne pas les obtenir », ou vous pouvez, en raison de « rétribution dans les coulisses », perdre ce que vous avez déjà acquis. Un autre collègue a écrit : « Impossible, de tenir un quelconque débat rationnel au sujet d’Israël sans que quelqu’un gueule à l’antisémitisme ! »


D’aucuns ont interprété mon apparente non-peur et mon récent succès à publier ces idées dans The Crimson en y voyant une preuve qu’il n’y aurait ni censure, ni peur de critiquer Israël sur le campus, et aux Etats-Unis, de manière générale. Ils doivent savoir, tout d’abord, que tant le New York Times que le Boston Globe ont, à plusieurs reprises, refusé de publier mes éditos consacrés à cette question. De plus, j’ai peur. Le plus gros de l’effectivité globale d’un professeur dépend de l’estime personnelle et de la coopération des doyens, des administrateurs et des collègues-professeurs. Même mes augmentations de salaire annuelles sont déterminées par des responsables qui semblent se sentir menacés par le fait que je soulève cette question. De plus, j’ai reçu une série de méls insultants et menaçants me qualifiant, entre autres choses, d’ « antisémite », de « pute », et de « Noir débile mental haïsseur de juifs ». Certains appelaient à ma démission. C’est difficile, de se lever, quand tout le monde autour de vous reste assis : vous risquez de vous prendre un coup de marteau dans la tronche !

Lors de la réunion du conseil de la faculté du 11 décembre, le doyen de l’Extension School, Michael Shinagel et moi-même, nous avons introduit la motion avec un amendement évaluant les aspects positifs et les manques, dans la législation de 1990. De manière incroyable, beaucoup expriment la conviction que cette législation, qui avait été formulée afin de renforcer les droits des orateurs à Harvard contre ceux d’interrupteurs protestataires, avait suffit, jusqu’ici à garantir la liberté de parole, de manière générale, sur le campus. Le but de la législation, toutefois, était très loin du phénomène de la dés-invitation, de la législation politiquement orientée, et des boycotts de donateurs. De plus, le principe de ‘laisser-faire’ (en français dans le texte, ndt) de la précédente législation n’avait en rien contribué à remédier à des situations où les plus populaires, les plus fortes en gueule, les mieux financées et les mieux soutenues administrativement des prises de position sont autorisées à occulter toutes les autres.

Les opposants s’empressèrent de faire des trous dans la motion, parce qu’elle était soulevée dans le contexte d’une question qui leur tenait à cœur. Le cirque des amendements et des motions – au milieu d’une incertitude universelle au sujet des règles de procédure applicables – m’a amené rapidement à retirer carrément la motion. Mon seul espoir était que ceux qui seraient tentés, à l’avenir, de désinviter un conférencier ou de torpiller une candidature pour des raisons politiques y réfléchiraient désormais à deux reprises. Finalement, toutefois, la plupart de mes collègues geignirent littéralement, en forme de déni collectif, convaincus que le rejet de notre motion démentait le fait qu’il y eût jamais eu le moindre problème, pour commencer. Seule, une proposition concrète, apparemment, a survécu au débat avorté sur la liberté d’expression de l’automne 2007. Sur ma suggestion, le doyen Smith a recommandé au président de l’Université Drew Faust d’instituer un Comité de la Liberté d’Expression sur l’ensemble de l’Université, en cohérence avec les recommandations non-respectées du règlement de 1990. Six mois plus tard, ce Comité n’a toujours pas vu le jour.


Cela fait trente-et-un ans qu’Harvard me voit fréquenter son campus et ses amphis. J’ai eu des promotions internes, accordées par deux facultés, à la suite d’un examen minutieux de mon curriculum universitaire, de ma citoyenneté et de la collégialité de rigueur dans le monde universitaire. De plus, je suis le co-président d’une des plus importantes associations de facultés et d’administrateurs, à l’échelle de toute l’Université. Pourtant, ceux qui se sentent atteints par ma plainte se consolent, aujourd’hui, en murmurant la rumeur auto-gratifiante selon laquelle je « la jouerais perso ». Le genre de joueur en équipe qui pourrait prêter main-forte à ce genre de détracteurs aurait pu se sentir chez lui à Dixie, en Allemagne nazie, ou à la Maison-Blanche sous Bush, mais il ou elle ne mérite pas un poste dans l’Acropole du monde de l’éducation. Une telle fonction mérite, en effet – et requiert – une boussole morale d’une bien meilleure qualité. Nous devons agir dans la certitude que la justice s’étiolerait, dès lors qu’elle serait conçue uniquement pour nous-mêmes. Quant à la « liberté d’expression », elle ne serait rien d’autre que l’autocongratulation des friqués et des puissants, dès lors que l’université ne remplirait pas son unique mission, qui est de défendre ce principe qu’est la justice, pour tous.

[* L’auteur, J. Lorand Matory’82 est professeur d’anthropologie et d’études africaines et afro-américaines.]



Dimanche 15 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par hélène le 12/06/2008 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la mafia a pris en main le destin de tous les méricians qui sont à l'évdence sous complète occupation israélienne
celà apparait plus affreux encore que l'odieux mac carthysme.
la démocratie américaine est assassinée, la population américaine dans sa majorité s"en rend très bien compte, au moins ceux qui réfléchissent et s'informent. quelle pitié!!

donner aux université un conseil privé qui décide qui fait quoi et qui dit quoi sur les commandements d' un lobby au service de l'étranger, c'est bien peut être de que l'ON veut faire en france aussi.
je fais des voeux pour que le peuple américain et ses prochains dirigeants chassent sann pitié cette mafia totalitaire et criminelle, pour le salut et la paix de leur nation je n'y crois pas tellement compte tenu des candidats et de leur totale veulerie face à cette force criminelle, mais si l'iran est attaqué, là le peuple américain se réveillera., je crois.

2.Posté par osiris le 12/06/2008 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA BIBLE PARLE DES FAUX JUIFS
Apocalypse 2
2.9
Je connais ta tribulation et ta pauvreté (bien que tu sois riche), et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan
Apocalypse 3
3.9
Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé.


3.Posté par garibaldi15 le 13/06/2008 03:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce texte est écrit partiellement dans un horrible galimatia qui en rend incompréhensible certaines parties. A mon opinion, c'est à cause d'une mauvaise traduction.

Que penser de phrases telles que :
Finalement, toutefois, la plupart de mes collègues geignirent littéralement, en forme de déni collectif, convaincus que le rejet de notre motion démentait le fait qu’il y eût jamais eu le moindre problème, pour commencer.

Il eut mieux valu une adaptation du texte original avec l'accord de l'auteur.

4.Posté par osiris le 13/06/2008 07:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce texte est très lisible.

5.Posté par masico le 13/06/2008 08:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si monsieur Lorand Matory en disait moins je pourrai en dire plus. Il confirme ou plutot il témoigne d'un fait mondial qui dépasse les murs d'harward. Si les Amérains réformaient leur vote présidentiel le pouvoir leur reviendrait mais ce sont les européens qui se font réformer leurs élections pour perdre leur pouvoir : traité de Lisbonne en est la preuve les juifs soutiennent en europe le vote parlementaire qui sur des questions internationnales baffoue la démocratie car il étouffe l'expression populaire sur des questions sensibles surtout celle de la guerre ou plutot d'agression barbare à l'image de l'afganistan pour lequel les français vont devoir, je cite, un président "travaillez-plus".

6.Posté par garibaldi15 le 14/06/2008 04:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Osiris, vous êtes de mauvaise foi.

Ce texte a pour but de diffuser une information importante, pour cela il doit être clair, sous peine qu'un lecteur lambda tombant dessus n'en abandonne la lecture en cours. Si un texte n'est destiné, de fait ou par maladresse, qu'à être accessible à des convaincus, il n'ira pas audelà de ce cercle et ce serait dommage.

7.Posté par costaz le 06/08/2008 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



On connait ça chez nous. Les Médias serviteurs zélés du Système censurent la pensée,


les Juges sont là pour compléter leur travail , épaulés par les "Associations-bien-pensantes"

et ruiner par des amendes élevées ceux qui oseraient manifester la moindre indépendance .

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires