ALTER INFO

Les assassins du peuple palestinien


Dans la même rubrique:
< >

En toute "fraternité.

Il est vrai que Bahreïn héberge la Vème flotte des États-Unis pour contrôler la région et s'assurer de la docilité des régimes bananiers du coin, de la sécurité des routes commerciales et des ressources naturelles des enturbannés en gandouras aérées.

Beaucoup s'imaginent que les Etats-Unis et les oligarques qui les pilotent dans l'ombre n'"en veulent qu'aux harkis indigènes.

Qu'ils se détrompent: le vrai but de Washington, via le pétrole et sa monnaie, le dollar, servent à serrer le kiki des Européens, des Japonais et des Chinois et verrouillant leurs approvisionnements énergétiques, via les enturbannés.

Tout le reste comme d'habitude c'est du roman à l'intention des médias mondialisés et de nos brillants intellectuels qui répugnent à l'idée de leur arabité et se pâment devant l'Oncle Sam et leur larbins parisiens, ce faisant ils ne sont guère différents des crétins du Golfe dont ils veulent se distinguer à tout prix (très élevé).

Créée en 1944 puis dissoute en 1947, la Vème flotte a été reformée le 1er juillet 1995. Son quartier général se trouve à Manama.

On se demande au juste, compte tenu de la taille de ces micro émirats artificiels et supplétifs, qui héberge qui...

Djeha,
Mardi 21 mai 2019


Djeha
Mercredi 22 Mai 2019

Hamad Ben Issa Al-Khalifa, roi du Bahreïn. D. R.
Hamad Ben Issa Al-Khalifa, roi du Bahreïn. D. R.
Oman appelle les pays arabes à apaiser les "craintes d'Israël"

AFP, S. 06/04/2019 à 19:54

Le chef de la diplomatie omanaise a appelé samedi les pays arabes à prendre des "initiatives" afin "d'apaiser les craintes" d'Israël concernant son futur au Moyen-Orient, suscitant des critiques de la Jordanie.

"L'Occident a offert un soutien politique, économique et militaire à Israël qui dispose maintenant de tous les vecteurs de pouvoir (...) mais malgré cela, (Israël) craint pour son futur en tant que pays non-arabe entouré par 400 millions d'Arabes", a déclaré Youssef ben Alaoui ben Abdallah.

"Je pense que nous, Arabes, devons être capables d'examiner cette question et essayer d'apaiser les craintes d'Israël à travers des initiatives et de vrais accords entre Israël et nous", a affirmé le ministre omanais des Affaires étrangères lors d'un débat en marge du Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, en Jordanie.

Israël n'a de relations diplomatiques qu'avec deux pays arabes, l'Egypte et la Jordanie, mais courtise depuis quelques mois les pays du Golfe qui partagent son inquiétude vis-à-vis de l'Iran, puissance régionale chiite et rival historique.

En février, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré M. ben Abdallah, quatre mois après s'être rendu à Mascate où il s'était entretenu avec le sultan Qabous.

La plupart des pays arabes ont historiquement fait du règlement de la question palestinienne la condition d'une normalisation avec Israël.

Les propos de M. ben Abdallah ont suscité des critiques de son homologue jordanien, Aymane Safadi, présent lors du débat. "Si (Israël) dit qu'il ne se sent pas confortable (dans la région), ce n'est pas mon problème", a-t-il dit.

"Le problème n'est pas que les Arabes doivent donner des garanties (...), c'est qu'Israël doit faire ce qu'il faut pour la paix", a-t-il affirmé.

Pour M. Safadi, Israël doit "se retirer des terres arabes occupées depuis 1967 et permettre" la création d'un Etat palestinien.

Les colonies israéliennes installées en Cisjordanie, occupée par Israël depuis 1967, sont illégales au regard du droit international et une grande partie de la communauté internationale voit en elles un obstacle majeur à la paix.

Israël occupe aussi le plateau du Golan, conquis à la Syrie en 1967 puis annexé en 1981.


La conférence sur le plan de paix américain vise à aider les Palestiniens, assure Bahreïn

AFP, mardi 21/05/2019 à 17:34

Bahreïn a assuré mardi que la conférence sur le plan de paix américain qui doit se tenir le mois prochain dans le royaume n'avait "pas d'autre objectif" que d'aider les Palestiniens, après que ceux-ci eurent déclaré ne pas avoir été consultés.

Intitulée "De la paix à la prospérité", la conférence "n'a pas d'autre objectif" que d'aider le peuple palestinien à "développer ses capacités et à accroître ses ressources", a assuré le chef de la diplomatie bahreïnie, Khaled ben Ahmed Al-Khalifa.

Le royaume de Bahreïn "continue de soutenir le peuple frère de Palestine concernant la restauration de ses droits légitimes sur son sol et la création d'un Etat indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale", a-t-il affirmé dans un communiqué.

La Maison Blanche a annoncé dimanche qu'elle co-organiserait avec Manama une conférence les 25 et 26 juin sur les aspects économiques du très attendu plan de paix américain.

"Nous n'avons été informés par aucune partie de la réunion annoncée à Bahreïn", a réagi lundi Saëb Erakat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"Nous n'avons mandaté aucune partie pour négocier en notre nom", a-t-il ajouté.

Les Palestiniens boycottent l'administration américaine depuis que le président Donald Trump a rompu avec des décennies de consensus en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre 2017.

Ils considèrent la partie orientale de la ville comme la capitale de l'État auquel ils aspirent.

Intitulée "De la paix à la prospérité", la conférence doit réunir des dirigeants de plusieurs gouvernements, de la société civile et du monde des affaires.

Il s'agit d'une "opportunité charnière" pour "partager des idées, évoquer des stratégies et encourager le soutien à des investissements et initiatives économiques potentiels qui pourraient être rendus possibles par un accord de paix", a estimé dimanche la présidence américaine dans un communiqué commun avec Bahreïn.

Les Palestiniens y voient une contrepartie financière en échange de l'acceptation de l'occupation israélienne.

"Les tentatives visant à promouvoir une normalisation économique de l'occupation israélienne de la Palestine seront rejetées", a prévenu M. Erakat.


Mardi 21 Mai 2019


Commentaires

1.Posté par Ayad le 22/05/2019 07:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désormais ces golfistes font des guerres pour Washington et les Rothschilds même en Birmanie contre les musulmans, ils ont armés et financés l'armée Birmane.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires