ALTER INFO

Les Turcs bazardent les USA et l’UE


Dans la même rubrique:
< >


Hakan Karakurt
Vendredi 7 Octobre 2016

Les Turcs bazardent les USA et l’UE

Deux mois et demi se sont écoulés depuis l'échec de la tentative de coup d'État soutenue par les Étasuniens en Turquie. L'objectif était de renverser le Président turc, Recep Tayyip Erdoğan, à cause de sa tendance à mettre en pratique une politique étrangère indépendante de celle de l'OTAN et de l'UE. Sa vision de la politique étrangère est plutôt d’associer économiquement la Turquie à ses voisins et de former des alliances politiques régionales bénéficiant à tous les membres, tout en souhaitant par ailleurs un partenariat sur pied d’égalité avec les USA et l'UE. Refusant que les politiques soient imposées par les USA et l'UE, Erdoğan veut plutôt que les pouvoirs soient partagés afin de créer un monde plus juste et équilibré. Le refus de la Turquie de s’associer à l'embargo économique imposé à la Russie et à l'Iran, a particulièrement irrité les USA et l'UE.
 

    Après que la Turquie a rejoint l'OTAN, en 1952, les USA ont perçu la Turquie comme un poste de police à leur service. Les priorités sécuritaires US n'ont jamais pris en considération les intérêts de la Turquie. Pour les USA, il était en général préférable que la plus faible Turquie accepte leurs exigences, même s’ils étaient contraires à ses intérêts jusqu'en 2002. Mais la détérioration des relations entre les USA et la Turquie a été finalisée quand, avec le consentement de la Russie, l'armée turque a lancé dans le nord de la Syrie l’opération militaire visant à faire complètement disparaître ISIS de la frontière turque. Ironiquement, la Turquie a entamé cette opération le 24 août, le jour de la visite en Turquie du vice-président US, Joe Biden. Il ne fait aucun doute que l'accord sur le conflit syrien, dont le but est de préserver l'unité territoriale et de régler l'avenir de la Syrie en comptant uniquement sur les forces autochtones, a été conclu entre la Russie et la Turquie lors de la visite d’Erdoğan en Russie, le 9 août.
 

    Le but premier des USA, morceler la Syrie, une stratégie US très classique visant à attiser l'instabilité au Moyen-Orient en soutenant des groupes ethniques (YPG) et sectaires (Al-Nusra), est sur le point d'être anéanti par l'alliance retrouvée entre un membre de l'OTAN, la Turquie, et le principal rival des USA, la Russie !
 

    L'arrogance US et l'endurance et la prescience russes, ont créé une alliance non déclarée entre la Russie et la Turquie. Cette alliance n’a pas seulement modifié l'équilibre des forces en Syrie, mais aussi la grande stratégie pour à la fois les USA et les puissances eurasiennes.
 

    L'UE considère la Turquie comme un grand marché pour ses produits (38% des importations turques) et comme un tampon entre elle et les pays du Moyen-Orient. Tout comme la russophobie vide de sens, la turcophobie est encore très banale chez les Européens. Après le coup d'État manqué, au lieu de soutenir le gouvernement légitime démocratiquement élu, l'UE a gardé le silence et les médias dominants européens ont grossièrement accusé le Président turc d’avoir conçu la mise en scène d'un coup d'État pour consolider son pouvoir autoritaire. En outre, ne tenant aucun compte de la guerre asymétrique en cours en Turquie orientale contre les terroristes séparatistes, l'UE a tenté de forcer le gouvernement turc à assouplir sa loi antiterroriste et a retardé la règle d’abolition des visas pour les Turcs [visitant l’UE]. Pendant ce temps-là, l'UE ouvre grand ses portes aux Ukrainiens dirigés en ce moment par un « gouvernement pro-européen ». C’est pourquoi, lors de la cérémonie d'ouverture du Parlement turc, le 1er octobre, Erdoğan a déclaré que les trente années de négociations sur l'adhésion à l'UE étaient juste une diversion et que la comédie avec l'UE touchait presque à sa fin.
 

    Comprenant que l'avenir du pays se trouve dans les politiques eurasiennes, le Président et le gouvernement turcs prennent des mesures pour réassigner les engagements du pays. Néanmoins, après la fondation de la Turquie moderne en 1923, les élites dirigeantes et une partie importante de la nation turque, ont considéré, en tant que descendants d'un grand empire ayant régné pendant plus de six siècles, que s'occidentaliser était le principal objectif pour le rétablissement de la puissance de l’État. Les institutions gouvernementales, les structures économiques, et les formations militaires ont donc été copiées sur celles des USA et de l'UE. Le peuple turc considérait les USA et l'UE comme des alliés et des exemples, et espéraient et croyaient qu’un jour futur, leur pays intégrerait l'axe occidental.
 

    Le coup d'État militaire raté du 15 juillet a marqué la fin des rêves d’intégration à l’Occident en Turquie. Le soutien des USA et de l'UE aux auteurs du coup d’État a réveillé le peuple turc qui en est venu à considérer que cette manœuvre était une attaque étrangère directe.
 

    Les opinions opposées aux USA et à UE ont monté en flèche. Le mois dernier, deux sondages d'opinion sur les USA et l'UE ont été publiés par une société de recherche indépendante et une fondation. L'enquête d'opinion faite par MAK Consulting s’est axée sur l’opinion de la population turque concernant les relations entre les USA et la Turquie. Les résultats sont choquants. Quatre-vingt dix pour cent des sondés considèrent que l’on ne peu pas compter sur les USA, bien que la Turquie soit membre de l'OTAN. Seulement 50% des Turcs avaient cette opinion avant la tentative de coup d'État. Selon le PDG de la société de sondage, le peuple turc pense pouvoir vaincre les USA et, si la loi martiale n’était pas décrétée, il se pourrait que l'ambassade US soit attaquée par des citoyens en colère.
 

    Une autre enquête d'opinion très intéressante a été faite par TAVAK (fondation pour l’éducation et la recherche scientifique en Turquie et dans l’UE) sur les relations entre la Turquie et l’UE. Seulement 22% des participants estiment que la Turquie deviendra membre à part entière de l'UE. Près de la moitié des sondés ont suggéré que l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sont une voie novatrice pour la Turquie, à la place de l'UE. Malheureusement, 60% des sondés révèlent que l'islamophobie est la première raison du refus de l'UE d’intégrer la Turquie en tant que membre à part entière.
 

    Il est très intéressant de noter que les Turcs, qui sont des musulmans, envisagent leur destin au sein d’alliances avec d'autres pays non-musulmans (OCS & BRICS).
 

    Après la faillite du monde bipolaire, nous avons tous été témoins d'un nouvel épisode de l'impérialisme US déguisé sous les mots magiques, mais vides : mondialisation, libéralisme, humanitarisme, démocratie et autodétermination, qui ne visaient qu’à déployer dans le monde l'hégémonie US qui s’oppose aux intérêts de toutes les autres nations. Les objectifs irresponsables et vaniteux des USA seront sans doute déjoués par la collaboration des grandes nations eurasiennes. La fin de l'histoire viendra, comme le dit l'idéologie protestante US, mais les USA ne seront pas les vainqueurs ! L'intervention militaire russe en Syrie et l’alliance secrète entre Russie et Turquie visant à préserver l'unité territoriale de la Syrie, ont stoppé les plans US au Moyen-Orient. En intensifiant la collaboration entre les nations eurasiennes, nous verrons de nouvelles défaites US dans d'autres régions du monde.
 

Katehon , Hakan Karakurt, 7 octobre 2016

Original :
katehon.com/article/turks-say-no-us-and-eu
Traduction Petrus Lombard



Vendredi 7 Octobre 2016


Commentaires

1.Posté par Mustafa le 08/10/2016 07:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La russie utilise la Turquie pour les intérêts des hauts penseurs satanique.
Que se soit les US, la russie,etc... ils sont aux services de ceux qui veulent retracer les frontières entre l''euphrate et le nil.
Un innocent tué, c''est l''humanité tué.

2.Posté par ATR le 08/10/2016 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En attendant, les Musulmans sont massacrés ou poussés à l'exode sous les bombes russo chiite et on s'apprête à reconduire la dictature laico républicaine des minorités koufar chrétiens, alaouites et druzes (tous réunit 15% de la population et les mêmes arabes de service supplétifs couronnées par la France pour gérer la Syrie "post coloniale"), comment ce chez neo-Sultan Ottoman peut il être fier de lui? On rappelera que le Levant à été administré pendant près d'un millénaire, des Seljoukkides aux Ottomans par des Turcs Sunnites, les grande batailles contre les croisés, les mongols, les perses chiites et les dynasties qui ont scellé le destin de cette région ont été Turques, même si l'arbre Kurde Salahidinne (r) cache bien cette forêt Touranique.
Erdogan à été lâché par les américains mais sauvé par poutine sous condition d'être renvoyé dans ses cordes kurdes et d'y rester bien sagement, voilà la réalité, les autorités Turques s'évertuent à bomber le torse depuis le coup d'Etat pour cacher le fait qu'il sont hors jeu, eux et leur néo ottomanisme.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires