RELIGIONS ET CROYANCES

Les Musulmans face à l’Euthanasie



Dr Zouhair Lahna
Mardi 26 Mai 2015

Les Musulmans face à l’Euthanasie
Les Musulmans face à l’Euthanasie
Dr Zouhair Lahna ,                                                                                                                                                     Chirurgie Obstétricien.                                                                                                                                   Ancien Chef de Clinique des Universités, Paris VII
Une des scènes qui ont marqué le film ‘’les invasions barbares’’ du Canadien Deny Arcand, césar 2002, c’est elle qui rend la mise à mort d’un patient cancéreux au stade terminale presque joyeuse. Extrait par son fils d’un système de santé publique canadien faible  décrié dans le film et stigmatisé par l’absence d’accompagnement, posé dans son jardin sur son lit en fin de journée, après que le fils trader de Londres a fait venir tous ses ami(e)s qui se sont retrouvés pour l’occasion. Une fin  romantique avec échanges de mots doux et de souvenirs et des yeux pétillants. Un mélange savant de joie et de peine. Ensuite ce fut le rôle du médecin qui injecte une série de produits qui finiront par faire partir le patient. Doucement mais surement !!
Cette mise en scène rend un geste illégale, beau et salvateur et entraine dans la majorité des cas le spectateur  vers une sublimation de ce qu’il est entrain de regarder. Puisque son subconscient est complètement subjugué par la narration et mis en service de la direction voulue. Dans le film, la religion catholique n’est pas oubliée, elle est représentée par une sœur qui visite les patients de l’hôpital et qui n’arrivera pas à convaincre à réconcilier notre patient condamné à revoir ses idéaux gauchistes malgré l’écroulement complet de tout dont il croyait. 
Les mêmes techniques sont actuellement en œuvres en France. C’est toujours pour le bien des gens qu’on va les faire mourir ou autrement dit, répondre à leurs souhaits. Décidément, les marchands de la psychologie humaine ont de beaux jours devant eux. Ils ont pris ou on les a fait prendre le rôle du prêtre et bientôt celui de l’imam.
J’ai commencé mes stages de médecine en France dans une maison de retraite, et je ne comprenais pas l’acharnement qu’on utilisait pour maintenir les patients en vie. La moyenne des médicaments de mes patients fut une dizaine par jour. Pas mal d’entre eux ont été maintenus par des perfusions.  Mais ce qui me faisait le plus mal, venant d’une autre culture du respect et valorisation des anciens, c’est la solitude de toutes ces personnes. Le personnel paramédical leur parle parfois comme s’ils sont redevenus des enfants.  Est-ce le fait de porter des couches ? ou encore celui de redevenir dépendant ?
Plus tard, lors de ma formation chirurgicale, c’est l’acharnement sur les cancéreux qui m’a le plus étonné. Passé l’étape d’une chirurgie plus ou moins agressive qui nécessite parfois de la réanimation ou d’autres interventions, arrive la panoplie de cocktails de chimiothérapie, en constante évolution. De protocole en protocole et de molécule en molécule toujours plus cher parceque vendues comme plus performantes. On parle alors de rémissions, de survie à 5 ans et de rechute. Ces derniers temps, on commence à parler de tolérance et de qualité de vie…
Et c’est justement de cela qu’il s’agit, ne fallait il pas penser d’abord à la qualité de vie avant celle de la santé des firmes pharmaceutiques ? Les médecins à l’instar du reste de la population restent sensibles à la propagande parfois documentée s’ils ne succombent pas à d’autres travers. Maintenant, qu’on est arrivé aux limites des ‘’protocoles’’ et des réserves des sécurités sociales, on travaille l’opinion publique par essence influençable et versatile à en finir avec le patient, nous dit on pour  abréger ses souffrances et celle de sa famille  et bien évidement pour répondre à leur demande.  
La France vient de franchir la première étape vers l’Euthanasie en votant, le ‘’droit de dormir avant de mourir’’ un jeu lexical qui a remplacé le  ‘’Droit de Mourir’’.  La ministre Mariol Touraine a dit ‘’qu’il ne fallait pas heurter les français mais une évolution de la loi est prévisible’’. Les amendements des députés qui sont contre n’ont fait qu’adoucir les mots et reportée l’échéance vers ‘’l’aide active à mourir ‘’ dont un certain Manuel Vals fut le rapporteur en 2009, déjà.
 
C’est de toute une philosophie de la vie (et de la mort) qu’il s’agit. Récemment, une infirmière musulmane en France me demande ce que je pense de l’administration par seringue électrique d’un produit anesthésique afin d’endormir le patient jusqu’à la mort. Ce produit possède dans ses effets indésirables de surdosage un arrêt cardio respiratoire. La jeune infirmière qui doit exécuter une prescription médicale est gênée et sa conscience la travaille parceque son sur moi et sa conscience musulmane l’interpelle et la préviens de la participation à une mise à mort ‘’médicalisée’’ d’un patient.
Les nombreux soignants musulmans en France, se doivent de prendre position par rapport à des lois qu’ils n’ont pas choisis et qui vont à l’encontre de leur conscience religieuse. La faiblisse de leur représentants se fera encore sentir, comme dans tous les autres domaines à savoir l’école, l’université et bientôt les crèches. Leur ‘’élite’’ peu prévoyante, n’a pas pensé une
Quand à l’ordre des médecins lui aussi a ‘’évolué’’ sur la question de la vie et la mort et n’a même pas demandé de clause de conscience comme il fut le cas en 1975 lors de l’adoption de la loi sur l’interruption Volontaire de la Grossesse.
Sans protection institutionnel, ni protection par des instances religieuses responsables et éclairés, les soignants musulmans doivent se débattre chacun de son côté et selon la pertinence de sa conscience pour s’en sortir face à des patients qu’il est sensé soigner et sauver, mais qu’il sera peut être amené à donner la mort. Une mort douce, mais une mort tout de même.
 


Jeudi 28 Mai 2015


Commentaires

1.Posté par red-one le 27/05/2015 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo pour cet article docteur

2.Posté par Emma le 20/12/2015 18:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon article...très interressant et qui incite à la réflexion... Merci Docteur

3.Posté par Pacerelle le 21/12/2015 01:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article qui me va droit au cœur car j'ai fait une crise de conscience il y'a maintenant cinq ans ou j'ai dû quitter le milieu hospitalier car la prise en charge du patient ne correspondait plus du tout à mon idéal. J'ai choisi de m'occuper des malades et servir l'humain mais de plus en plus j'ai été amené à faire des actes sur prescription qui s'opposaient à mes convictions , et ça on ne vous demande jamais votre avis, vous êtes et restez une excécutante. J'ai engagé un dialogue pensant naïvement changer les choses et on m'a indiquer poliment la porte si je persistais à réfléchir! J'ai fait le point sur ce que je voulais être et renoncer à ce je pouvais avoir ! Aujourd'hui je suis dans une structure moins prestigieuse et surtout moins médicalisée, c'est un miracle de nos jours car la santé est un juteux commerce et on ne parle pas de l'humain mais de chiffre et de rentabilité.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires